AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782490417001
Noir d'Absinthe (03/04/2018)
3.79/5   36 notes
Résumé :
Isulka est une mageresse marginale, un peu vénale, mais surtout très endettée, vivotant en donnant des spectacles de magie dans des cabarets parisiens. Scipione est un spadassin vénitien comme on n'en fait plus, un reliquat du passé exilé de la Sérénissime, trahi par ses pairs et en quête de Vendetta.
Recrutés par un employeur anglais pour subtiliser une bague de rubis, la mission se révèle sous un tout autre jour lorsqu'ils découvrent la valeur du joyau. L'a... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (30) Voir plus Ajouter une critique
3,79

sur 36 notes

Tatooa
  20 janvier 2017
J'y suis pas arrivée, désolée. Abandonné en cours, à 50% de l'ebook.
J'ai pas du tout accroché, ni aux personnages, ni à l'histoire. Tout m'a paru superficiel et forcé dans ce livre qui se veut "capes et épées", sauf qu'au 19ème le "capes et épées", de mon point de vue, ça passe mal, sauf dans le cas d'aristos ayant des cannes-épées. Certains avis le qualifient de "steampunk"... En quoi ? Il n'y a rien de steampunk là-dedans, sinon qu'il se passe au 19ème, mais ce n'est pas un critère.
Le style est parfois agréable, et puis d'un coup il y a des tournures de phrases bizarres que j'ai du relire trois fois pour comprendre, et il y a pas mal de répétitions, que ce soit de mots, ou de narration (les descriptions "ni ceci ni cela", notamment... ça lasse...).
Les dialogues ne m'ont pas accrochée non plus, parfois j'ai eu même l'impression que les personnages ne se répondaient même pas. Normalement les dialogues servent à situer les personnages, leur psychologie, leur histoire. Or ici on n'y apprend rien d'intéressant sur eux, je me demande encore quel âge peut bien avoir Scipione, ancien spadassin, maître bretteur qui a eu des élèves, mais qui paraît bien jeune dans ses réactions... Très bizarre.
Tout ça alors que finalement on connait très vite le fond de l'affaire, adieu suspens...
Par ailleurs, de mon point de vue c'est plein d'incohérences. Un gars engage des gens qu'il ne connait pas, sur « annonce confidentielle » et leur dit ensuite "j'ai engagé les meilleurs" (le tout pour 300 francs, hem)... Un ancien tueur à gages (un spadassin, c'est un mercenaire "à épée", à la base, et par extension un tueur à gages) qui culpabilise de tuer ou de faire mal, ou qui se dit qu'il est "devenu mauvais", euh ? Un mec qui court, lâche son pistolet et se bat, toujours à l'épée, monte un échafaudage, prend une leçon d'escrime au passage par son "maître" blessé par balle à l'épaule, qu'il veut simplement trucider, semble-t-il, le tout avec une jambe cassée le jour précédent. Isulka qui se dit dans une phrase qu'elle ne peut pas compter sur la chance, et quelques phrases plus tard, elle est "souvent assistée par Dame Fortune" ?
Non, je n'y arrive pas. J'adore les bouquins d'aventure, même si parfois c'est un peu "gros". Mais là, c'est juste pas possible...
J'avais lu quelque chose de l'auteur meilleur sur Wattpad, se passant à l'époque actuelle, et avec des personnages plus approfondis et plus intéressants, et des dialogues plus convaincants, même si, tirant trop en longueur de mon point de vue, je n'avais pas poussé plus avant cette lecture.
C'est très mal écrit, l'auteur ne maîtrise ni l'écriture, ni l'Histoire, en fait. Les avis dithyrambiques sont incompréhensibles, hormis une explication "copinage" de plateforme d'écriture...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
gabrielleviszs
  22 septembre 2016
Avant de débuter, je remercie Nathy des éditions Lune écarlate pour l'envoi de ce livre dans le cadre de notre partenariat.
Déjà j'aime beaucoup la couverture, elle est tout autant mystérieuse qu'elle montre pas mal de détails du récit.
A l'aube du XXème siècle, Paris voit sa tour Eiffel se construire. Les rues pavées, les lieux glauques et magiques à la fois. Les hommes qui n'hésitent pas à malmener les femmes qui leur doivent malheureusement de l'argent. le vieux Paris dans toute sa splendeur ! Nous sommes en présence de Scipione et Isulka, mais aussi de Sir Ladd, d'Aslin, de Seth et de bien d'autres personnages tous aussi intéressants les uns que les autres. Isulka et Scipione sont deux... voleurs qui sont payés pour récupérer une bague. Des voleurs prêts à tout pour récupérer la somme promise en échange d'un simple service pour Sir Ladd qui devient de plus en plus compliqué lorsque l'un des deux va vouloir faire cavalier seul.
Je ne peux en dire plus car je serai obligé de couper des têtes ! Non, sincèrement, l'histoire est compliqué sans l'être. c'est à celui ou celle qui arrivera à voler l'autre au départ. Et puis à un moment donné, certains n'ont pas le choix de suivre un chemin tracé par d'autres afin d'éviter une mort véritable. de la France à l'Egypte, nous avons un périple intéressant et complet. Les événements se suivent et ne se ressemblent pas. Les explications viennent à point nommé. L'Angleterre et sa Majesté sont au coeur de ce qui ressemble à un double voire triple complot. le voyage, pardon les voyages effectués montrent des paysages, une civilisation peu connue pour l'époque. La découverte de l'Egypte par Isulka est bien différente de celle que Scipione voit. Tous les deux ont une vision des choses contradictoire, l'un veut en partir tandis que l'autre veut y entrer.
Isulka est une mageresse, c'est elle-même qui se donne ce nom. elle a un don particulier et sait s'en servir, à plus ou moins grande échéance. Elle accepte le travail proposé par Sir Ladd car elle doit de l'argent et veut enfin devenir autre chose qu'une mageresse de cabaret sans avenir, sans pouvoir de décision sur sa vie. Scipione venant d'Italie est en recherche permanente de combat. Il veut revenir en héros dans son pays natal et pour cela accepte la même proposition. J'aime la façon dont ils se parlent, piquant, amusant, cachant une vérité qui leur est propre.tandis qu'elle adore jouer et malheureusement perd à chaque fois, lui cherche une vengeance, sans oublier de découvrir le charme des femmes.
Aslin est une force brute, il est à la solde de Sir Ladd. Homme de main, lutteur professionnel peut-être, il est capable de venir à bout de tous les problèmes à mains nues. Quant à son patron, le fameux Sir, j'ai été surprise de le voir sous ces différentes facettes, mais il est vrai que le pouvoir fait vite monter à la tête des envies peu catholiques. Et ce n'est pas Seth et ses hommes qui diront le contraire.
J'ai été surprise par les créatures en même temps que les personnages lorsqu'ils montrent le bout de leur nez. Les relations familiales ne sont pas les plus fortes. le pouvoir est ce qui est le plus fort et rien ne peut se mettre en travers de la route de ceux qui veulent accéder au trône. Pour preuve un combat à mort où même lorsque tout semble désespéré, la fin n'est pas forcément celle que l'on croit. En parlant de fin, celle de ce livre ne nous laisse pas sur un arrière goût amer, au contraire. Il y aura une suite, certes, mais il peut aussi s'arrêter là, sauf si je ne voulais pas connaître la suite, ce qui est impensable pour ma part. J'ai envie de savoir ce qui va se passer après tous ces événements, sachant que d'autres personnages vont forcément en faire partie - dont certains que je n'ai pas dévoilés dans mon avis.
En conclusion, j'ai beaucoup aimé suivre les aventures de ces héros d'un autre temps. Des découvertes, de l'action qui semble ne pas vouloir s'arrêter. de l'humour dans les scènes et les joutes verbales, du tragique aussi, du sang - oui il y en a un peu - des relations de confiance dont il faut se méfier. Et puis soyons honnête, la bague n'est qu'un prétexte pour sauver le monde, à moins que le détruire serait plus approprié. Il est à découvrir !
http://chroniqueslivresques.eklablog.com/isulka-la-mageresse-tome-1-la-pierre-d-isis-dorian-lake-a126980172
Lien : http://chroniqueslivresques...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
beltane
  28 novembre 2018
Isulka est une magicienne. Enfin, non. Elle se définit comme « mageresse ». le féminin de « mage ». Pure néologisme, puisque le mot mage est exclusivement masculin, à l'époque où évolue notre héroïne comme de nos jours. Mais lancer des boules de feu dans les cabarets parisiens ne lui suffit pas pour vivre, alors elle emprunte de l'argent à des hommes peu recommandables. Et devient voleuse de temps à autre, histoire de survivre. Reconnue pour ses talents dans ce milieu, elle est mise en relation avec un riche anglais qui souhaite mettre la main sur un rubis a priori anodin. N'ayant pas le choix, puisque son usurier exige, d'une manière un peu violente, qu'elle rembourse immédiatement ses dettes, Isulka s'engage, de mauvaise grâce, à récupérer la pierre. Elle sera accompagnée de Scipione, un bellâtre italien toujours affublé de son épée, qui n'est, quant à lui, qu'animé par la vengeance. Les deux voleurs ne se font absolument pas confiance, et le lecteur assistera à un jeu du chat et de la souris très bien mis en scène.
La première partie du roman se déroule à Paris, la seconde en Egypte. Les scènes parisiennes sont très réalistes, et l'ambiance victorienne, à la limite du steampunk, donne un parfum suave, sucré et âcre à l'histoire. Les descriptions, très visuelles, permettent au lecteur de s'immerger complètement dans l'univers de Dorian Lake, et de parcourir les nuits du Paris d'époque avec délectation, comme si on y était. La partie égyptienne étant plus ancrée dans le registre fantasy, l'accent est plutôt mis sur l'imaginaire que sur les descriptions. le rythme y est plus rapide, l'action prend le pas sur l'observation. Tout cela donne une impression de mouvement, qui permet au lecteur d'accompagner les protagonistes dans leurs voyages, l'impliquant totalement au coeur du récit.
L'intrigue, quant à elle, est savoureuse. Déjà vue, c'est certain : un air d'Indiana Jones, un soupçon d'Orient Express, peut-être même une bandelette de la Momie. Mais mise en lumière par une plume précise et un style sans fioriture, servie par des personnages étoffés, complets, et complexes, la quête d'Isulka passionne. Fait rire aussi, par moment. Parce que si le roman est écrit d'une manière très sobre, on sent bien que l'auteur ne se prend pas au sérieux. le livre est truffé de pointes d'humour. Alors certes, ne vous attendez pas à ce que cette lecture bouleverse votre vision de la vie et provoque en vous des questionnements métaphysiques. Ce roman de fantasy victorienne n'a d'autre ambition que de vous faire passer un bon moment. Et de vous emmener dans un ailleurs familier.
Dorian Lake est doué pour ça : Isulka, (comme d'ailleurs Taylor Vasquez, autre héroïne de l'auteur) vous prend par la main et vous balade dans son univers en vous regardant d'un air doux mais malicieux. Et quand elle vous lâche, ce n'est que pour vous promettre de nouvelles aventures, encore plus passionnantes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MissChocolatineBouquine
  31 août 2016
Êtes-vous des aventurier(es) dans l'âme ? Tout comme Indiana Jones ou bien Flynn Carson et bien d'autres ...
Je ne fais pas vous raconter des âneries. Ce livre est une véritable invitation à de trépidantes aventures.
Nous voici plonger au coeur de Paris fin du 19e siècle, sur fond la Tour Eiffel en construction, aux rues pavées et étroites où certains petits rongeurs se tapissent à l'ombre. Nous y retrouvons trois personnages qui ferons de l'histoire un rodéo sans fin.
Isulka, mageresse intrépide, au fort caractère qui se met dans des situations assez pittoresques mais qui s'en sort grâce à son bagou légendaire. Elle cache en elle des pouvoirs grandioses et destructeurs.
Scipione, vénitien, jeune homme dans la force de l'âge et escrimeur de talent, cherche à tout prix à faire fortune afin de retourner dans son pays natal et y assouvir sa vengeance.
Et enfin Sir James Ladd, au service de Sa Majesté, la reine d'Angleterre, bien entendu, est un personnage bien sournois qui cache bien son jeu.
Allez, hop ! Enfilez la tenue de l'aventurier ! C'est parti pour un voyage extraordinaire, à bord de l'orient Express, à dos de chameaux. de Paris au Caire et jusqu'aux tréfonds de l'Égypte au beau milieu d'une oasis perdue ou vie une civilisation au service d'Isis. Et oui car il est question également de mythologie égyptienne. Isis, Seth et bien d'autres sont de la partie.....
Et tout ce beau monde avide de pouvoir mettre la main sur cette Pierre d'Isis montée sur une bague.
Qu'est ce que j'ai adorée dans ce livre ? Et bien tout.
Le fait de me retrouver dans une course-poursuite et un contre à la montre essoufflant. de faire fasse tout comme les héros à une magie puissante et destructrice. La plume de l'auteur, Dorian Lake, est vraiment sublime. Il arrive à vous transporter au coeur de l'action dès les premières phrases et à vous pousser dans des retranchements plutôt inattendus. Il réveille en vous le ou la jeune aventurier(e) qui sommeille en vous !
Petite anecdote au cours de ma lecture, dont voici la phrase "La jeune femme compta une énième fois les francs" : imaginez ma réaction en redcouvrant le mot "francs", ah oui, mais non maintenant c'est les euros, le franc est tombé dans les oubliettes !!!! voici ma réaction :)
Bon bref, trêve de plaisanterie, un livre à découvrir absolument et vous en redemanderez encore celui ci bouclé. Parole de livraddict !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lire-une-passion
  19 novembre 2018
Ce livre me faisait de l'oeil depuis un petit moment déjà alors quand Babelio l'a proposé en masse critique, je n'ai pas hésité. Et en plus de cela, j'ai passé un très bon moment de lecture !
Isulka est une mageresse marginale, un peu vénale mais surtout endettée. Tout est bon pour jouer et dépenser, mais ses dettes ne font qu'augmenter ! Scipione, lui, est un spadassin vénitien avec une quête de vengeance bien particulière... Recrutés par un employeur anglais pour volet une bague de rubis, la mission prend une autre tournure quand ils découvrent la vraie valeur du joyau... L'appât du gain est souvent le plus fort, mais les soucis qui vont avec, aussi...
Tout d'abord, je pense que si j'ai aimé ce premier tome, c'est parce que la plume de l'auteur transporte dès les premières lignes. Sa plume est à la fois simple et sophistiquée, sortant donc des sentiers battus. On se plonge directement dans ce Paris de l'époque, avec ses us et coutumes. Autant le dire : j'ai été prise dans le roman dès les premières pages !
Ensuite, disons ce qui est : Isulka est une jeune femme badass qui envoie du lourd ! Avec son caractère bien trempé, joueur et intelligent, il est difficile de passer à côté d'une telle personnalité et de ne pas s'attacher. Elle m'a beaucoup fait glousser, car ses répliques valent leur pesant d'or. Elle ne se laisse pas faire et quand elle se rend compte qu'elle se fait berner, gare à son courroux !
L'histoire en elle-même tient aussi en haleine ! Sous fond de légende, nous côtoyons l'Égypte et toutes ses croyances. M'y connaissant peu, j'ai apprécié ce voyage et ce dépaysement, c'est évident. Entrecoupée d'un peu d'humour, l'intrigue est haletante avec des personnages hauts en couleurs. La relation entre Scipione et Isulka est faite de non-dits, de colère et de non amitié. On sent qu'ils ne s'aiment pas, mais que pourtant, une attirance et un attachement certains arrivent petit à petit. Et c'est ça que j'ai aimé : que malgré leur attirance, ils ne tombent pas sous le charme l'un de l'autre, du moins dans ce premier tome.​
En résumé, un premier tome qui a su m'alpaguer dès les premières pages, avec des personnages forts en caractère, une intrigue qui tient en haleine et un voyage dépaysant en Égypte. Il me tarde donc de découvrir la suite des événements !
Lien : http://lire-une-passion.weeb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
gabrielleviszsgabrielleviszs   22 septembre 2016
Pour réponse, une flopée d’insultes s’envola, en italien, mais résolument compréhensibles malgré la barrière linguistique, avant que la porte ne s’ouvre avec fracas. Un homme sortit, les manches retroussées et visiblement prêt à en découdre avec Aslin. Le compagnon de la mageresse ne lui en laissa cependant guère le temps : il le saisit par le col et le tira d’un mouvement brusque vers lui. Le visage de l’Italien rencontra le front de l’homme de main dans un coup de tête d’une violence extrême. L’instant d’après, le pauvre bougre gisait sur le sol, le faciès en sang, assommé. Pour s’assurer que son inconscience dure plus longtemps encore, la brute logea un coup de pied vicieux dans le crâne de l’homme, qui ne se relèverait pas de sitôt, s’il se relevait tout court.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
gabrielleviszsgabrielleviszs   22 septembre 2016
— Exactement. Un problème avec ça ?
— Aucun, c’était juste pour confirmer.
— Tenez, quand on parle du loup…
Cinq hommes sortirent de la planque, visiblement inquiets, car regardant à droite et à gauche. Le géant était présent, tout comme Niram. Les deux étrangers leurs emboîtèrent le pas, capuche relevée, avec une discrétion aiguisée par des années de larcins.
Commenter  J’apprécie          40

Video de Morgane Stankiewiez (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Morgane Stankiewiez
A l'occasion des Utopiales 2021, découvrez un entretien avec Morgane Stankiewiez, où l'on parle édition avec Noir d'Absinthe mais également actualités littéraires.
autres livres classés : victorian fantasyVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
2077 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre