AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782265064829
507 pages
Fleuve Editions (06/05/1998)
3.43/5   46 notes
Résumé :
Oscar Wilde voyait en Dracula (1897) " le plus beau roman du siècle ". Mais voilà, ce succès mondial - tant littéraire que cinématographique - allait occulter le reste de l'œuvre fantastique de Brahm Stoker (1847-1912), tout aussi remarquable et dont nous publions dans ce recueil deux romans et quatre nouvelles, Le Repaire du Ver Blanc évoque la survivance, dans l'Angleterre rurale, d'un culte païen voué à l'adoration d'une monstruosité souterraine. Quant aux amateu... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,43

sur 46 notes
5
3 avis
4
4 avis
3
1 avis
2
1 avis
1
1 avis

Livre lu en ebook. Je ne connais l'auteur que de nom car je n'ai toujours pas lu Dracula. Après la fin d'Alchimistes, j'avais envie d'un roman encore plus court et en fouillant ma pal ebook, j'ai retrouvé celui-ci. Je ne sais plus comment il y a atterri, et je ne me souviens plus du résumé.

Le style est très agréable, l'intrigue démarre dès le second chapitre et ça m'a tout l'air d'un mystère en chambre close à la sauce fantastique. C'est très intrigant et les pages défilent assez vite. Nous avons donc un mystère en chambre close, entouré d'antiquités égyptiennes et avec une légère atmosphère d'angoisse et d'épouvante car nous suivons anxieusement les faits et gestes des différents personnages. Chaque nuit, il se passe un nouvel évènement déroutant. J'aime bien comment les nouveaux personnages sont décrits, c'est typique de l'époque de l'auteur et plus du tout d'actualité. C'est dommage car ils avaient une façon très particulière de détailler un visage et ainsi donner les grandes lignes du caractère du personnage présenté. J'avais oublié qu'il était question d'égyptologie ; du coup, je me suis régalée avec les passages concernés. Je pense avoir deviné certaines choses d'après quelques détails importants, j'ai donc attendu de voir comment l'auteur allait y amener son histoire et ses personnages. le suspense est à son comble après tous ces cours d'égyptologie. Je m'attendais au pire comme au meilleur pour nos personnages. Et… tout retombe comme un soufflet… comme si l'auteur n'avait plus d'imagination pour finir son roman et nous laisse ainsi en plan… Je suis donc un peu déçue par la fin car j'ai l'impression qu'elle nous manque. J'ai mis plus longtemps que prévu pour lire les deux derniers chapitres pour être sûre de ne louper aucun détail pour la fin tant attendue. Pour rien, j'ai l'impression…

Comme vous l'aurez compris, je m'attendais à un gros coup de coeur pour ce roman mais à cause de la fin, c'est juste une excellente découverte du style et de l'imagination de l'auteur. Cela me donne quand même envie d'en lire d'autres de cet auteur et pas forcément que Dracula, même si c'est son plus connu. Je conseille fortement aux amateurs d'égyptologie et de fantastique de découvrir ce roman et son auteur si ce n'est pas déjà fait. A la toute fin de mon édition, il s'avère que ce sont des amateurs qui ont traduits ce roman, je leur tire mon chapeau donc. Et en lisant quelques critiques, j'ai découvert qu'il existait deux fins à ce roman, j'ai l'original malgré le message des traducteurs amateurs qui laissait présager le contraire.

Sur ce, bonnes lectures à vous :-)

Commenter  J’apprécie          3810

Ne connaissant de l'auteur que son roman Dracula, j'ai voulu approfondir. Je n'ai pas été déçue.

Ce livre se compose de deux romans et quatre nouvelles.

Laissez-moi vous parler du roman qui m'a le plus marquée.

Il s'agit de : "Le joyau des Sept Etoiles". Ce roman qui traite de la résurrection d'une reine de l'Egypte antique.

Au début, l'intrigue et l'atmosphère m'on fait penser aux aventures de Sherlock Holmes. Ensuite Bram Stoker nous fait basculer dans le fantastique voire l'horreur pure et simple.

Je conseille donc ce livre à tous les amateurs du fantastique du XIXème et des romans gothiques.

Un vrai bijou ! malheureusement la plupart des histoires relatées ont été occultées par le succès de "Dracula".

Non Bram Stoker n'est pas que le créateur de Dracula...

[...]

Pas une histoire de Bram Stoker mais plusieurs.

Deux romans et quatre nouvelles dont les plus connus sont "Le repaire du ver blanc", "Le joyau des sept étoiles" et "L'enterrement des rats".

Deuxième critique collée par un administrateur.

Commenter  J’apprécie          70

Belle découverte d'une autre facette de l'auteur, trop souvent limité à son Dracula. Quelques longueurs dues aux descriptions liées à l'Égypte ancienne, qui, bien qu'intéressantes, arrivent parfois à des moments où il y a une certaine urgence dans l'intrigue.

Commenter  J’apprécie          130

Quatrième de couverture: "Assailli dans une pièce entièrement close par quelque chose ou quelqu'un, un éminent égyptologue est plongé dans un étrange état cataleptique. Puis, peu après, au même endroit, certains objets précieux disparaissent pendant que d'autres reviennent dans de troublantes et inexplicables conditions. Et, tandis que le mystère grandit, d'autres malédictions ressurgissent, dont une sous la forme d'une main momifiée. Une main pourvue de sept doigts. Une main où scintillent d'extraordinaires joyaux, semblables à des étoiles..."

Cela commence comme un roman policier avec un mystère en chambre close doublé d'un mystère médical. Mr Trelawny est retrouvé sans connaissance et blessé dans sa chambre. Tentative de vol? Agression? Sa fille Margaret fait appel à Malcom Ross, un ami avocat et notre narrateur pour lui venir en aide. Il y a un médecin, un policier et on cherche le mystérieux agresseur, on fait des hypothèses, on soupçonne mais déjà l'irrationnel entre en jeu. le registre change brusquement au réveil de Mr. Trelawny, on quitte le roman policier pour entrer dans le fantastique égyptomaniaque. Il est question d'un tombeau dissimulé, d'une momie, de morts étranges, d'une reine d'Egypte magicienne. Bref cela devient passionnant, surtout que cette momie est censée revenir à la vie. Brr... le personnage du policier, personnage du rationnel est rapidement évacué sous la pression de l'irrationnel, comme un personnage gênant, incompatible. Il était pourtant le garant d'un fantastique au sens strict, celui qui génère le doute. On passe alors au récit "fantastique" plus traditionnel, c'est-à-dire qui fait peur.

Pourtant je n'ai pas eu peur, même pas un brin d'angoisse. En effet, le narrateur reste comme extérieur aux événements, comme peu concerné et plus occupé par un autre sujet: Margaret, la fille de Trelawny. Ses considérations sur ses propres sentiments, son analyse romantique en quelque sorte, même si elle est fine, désamorce le fantastique sauf sur la fin. de plus l'angoisse que devrait susciter le danger est rapidement évacuée par une sorte de confiance amoureuse incompréhensible. Les personnages n'ont presque pas peur, alors nous non plus. L'édition propose deux fins, une heureuse et une malheureuse. L'intérêt de la fin heureuse, qui n'est pas l'originale, est relative. L'autre est plus saisissante par sa brusquerie, sa violence et son absence de réponse, faisant alors place à un efficace retour du vrai fantastique.

Pour être honnête, je ne sais pas si j'ai aimé. Il y a des passages extraordinaires sur l'impact des connaissances anciennes sur le monde moderne, une belle réflexion sur le progrès des sciences et des découvertes en égyptologie. Même si le texte est daté tant au niveau des connaissances scientifiques qu'en égyptologie (ou en considérations sur la place des femmes et sur leur nature), il montre un monde moderne qui voit dans la science l'humanité en progrès. de même, les descriptions et le récit sont colorés, précis, évocateurs et pittoresques. En réalité, il y a comme un goût d'inachevé. La préface de David Glover le dira mieux que moi:

""Il serait impossible de dire que penser exactement du Joyau des Sept Etoiles de M. Bram Stoker", confessait un critique américain en 1904, avant d'ajouter immédiatement que "c'est un de ces livres qui mettent le jugement au défi en raison même de l'intérêt qu'ils suscitent". (...) le "Mystère égyptien" de Stoker créa un sentiment de gêne qui se révéla difficile à exorciser. (...) Aujourd'hui encore, il reste comme une sorte d'énigme, comme un roman qui résiste aux interprétations et qui demeure l'oeuvre "la plus difficile à étiqueter" de Stoker."


Lien : http://ahezcess.canalblog.co..
Commenter  J’apprécie          30

Bram Stoker naquit en 1847 à Dublin dans une famille modeste. Il était de santé précaire et eut une enfance difficile. Ses études terminées, il se lança dans je journalisme et devint éditeur d'up journal du soir, essayiste, critique dramatique. En 1871, l'idée lui vint d'écrire son Dracula, pour lequel il entreprit de nombreuses recherches dans l'histoire et les traditions ésotériques. Publiée en l897 et représentée au théâtre la même année, son oeuvre eut un certain succès, mais c'est surtout la littérature populaire et le cinéma fantastique qui ont véritablement fait connaître le personnage, souvent même aux dépens de l'ouvrage original. Aux dépens, également, des autres oeuvres de Bram Stoker, qui ont été bien injustement négligées. Ainsi, dans le joyaux des sept étoiles (longtemps inédit en français !), ilne s'agit pas de vampirisme, mais l'horreur y atteint des sommets On dirait plus à propos des abîmes réellement inattendus avec une plongée dans l'Egypte antique et une vengeance incroyable. Excellent roman d'un des maîtres de l'horreur !

Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (3) Ajouter une citation

C'est de cette façon que la mémoire joue ses tours pour le bien ou pour le mal ; pour le plaisir ou pour la douleur ; pour le bonheur ou pour le malheur. C'est ainsi que la vie est un mélange de douceur et d'amertume et que ce qui a été devient éternel.

Commenter  J’apprécie          52

De l'autre côté de la pièce, les yeux du Dr Winchester étincelaient comme des étoiles, ceux de Margaret brillaient comme des soleils noirs.

Commenter  J’apprécie          50

Je fus très troublé lorsque Silvio [le chat], que sa maîtresse avait apporté dans la caverne en le tenant entre ses bras, et qui s'était endormi sur ma veste après que je l'eus ôtée, bondit dès que le chat momifié eut été déballé et se jeta sur lui [...]. Cet incident fit apparaître Margaret sous un nouvel aspect, qui me donna un coup au cœur. Elle se tenait, très calme, sur un côté de la caverne, penchée sur un sarcophage, perdue dans sa rêverie, comme cela lui arrivait depuis peu, mais, en entendant le bruit, et en voyant la façon violente qu'avait eu Silvio d'attaquer, elle parut soudain en proie à une fureur passionnée. Ses yeux lançaient des éclairs, sa bouche se crispa dans une expression dure et cruelle que je ne lui connaissais pas.

Commenter  J’apprécie          00

Videos de Bram Stoker (38) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bram Stoker
Pour écrire son roman "Dracula", Bram Stoker s'est inspiré d'un tyran du XVe siècle connu pour sa cruauté. Vlad III a régné sur un territoire pris dans un conflit entre les royaumes chrétiens et l'Empire ottoman. Il s'est arrangé avec les uns et les autres avec un seul objectif : garder son trône.
#Cultureprime #vampire #dracula _____________
Retrouvez-nous sur : Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture TikTok : https://www.tiktok.com/@franceculture Twitch : https://www.twitch.tv/franceculture
Et abonnez-vous à la newsletter Culture Prime : https://www.cultureprime.fr/
+ Lire la suite
autres livres classés : fantastiqueVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus





Quiz Voir plus

Dracula

A quel genre littéraire appartient ce roman ?

au genre épistolaire
au théâtre
à l'autobiographie
à la poésie

8 questions
1301 lecteurs ont répondu
Thème : Dracula de Bram StokerCréer un quiz sur ce livre