AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Jean-Pierre Krémer (Traducteur)
EAN : 9782277301257
88 pages
J'ai lu (01/11/1998)
3.38/5   59 notes
Résumé :
L’Enterrement des rats
Une prophétie de bohémienne
Les Sables de Crooken
Le Secret de l’or qui croît

Crime et chatoiement... Entre Margaret et Geoffrey, le torchon brûle. Altercations, menaces, tentative d'assassinat... Lorsque Geoffrey récidive et enterre la morte dans l'atre du grand hall à Brent'sRock, il est saisi d'effroi... Entre les vieilles pierres poussent inlassablement les cheveux d'or de Margaret...

Les ... >Voir plus
Que lire après L'enterrement des rats et autres nouvellesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
3,38

sur 59 notes
5
4 avis
4
7 avis
3
3 avis
2
1 avis
1
3 avis
"Il est des mystères que l'on peut à peine imaginer, et que l'on ne résoudra qu'en partie."
(B. Stoker, "Dracula")

Je suis tout à fait d'accord avec Bram, notamment en examinant son propre cas. Cela fait des années que je me casse la tête pour comprendre comment un auteur capable de créer un mythe sous forme de roman aussi abouti et minutieusement construit que "Dracula" a pu en même temps pondre quelque chose d'aussi douteux que "Le repaire du Ver blanc". Ou encore le présent recueil.

"Dracula" m'a marquée. C'était ma toute première histoire vampirique, lue à un âge encore relativement tendre, et j'ai mis un moment pour la digérer. Mais une fois les pires sueurs nocturnes passées, j'en voulais encore. D'autres histoires de Bram Stoker, tout aussi remarquablement inquiétantes et angoissantes, si possible ! Et j'ai vite mis la main sur le recueil intitulé "L'Invité de Dracula".
Mais, que diable... ?! L'histoire éponyme n'était pas mauvaise, mais tellement, hm... différente ? Et les autres ? le style de narration était naïf, presque enfantin. La construction curieuse des récits faisait parfois penser que Bram avait imaginé une bonne chute, mais ensuite il peinait beaucoup pour gravir la pente afin de choir comme prévu. Les incohérences étaient légion. Vraiment, sachant que ces histoires sortent de la même plume, quelle était donc cette puissance qui a guidé la main lors de la rédaction de "Dracula" ? le "mystère" est devenu tellement obsédant qu'en quelque sorte, "Dracula" est devenu ma marotte. Je n'ai réussi à le résoudre "qu'en partie", car les supposées inspirations et motivations personnelles du géant roux sont si nombreuses qu'il vaut mieux les prendre avec réserve. Mais une chose est certaine : Stoker était vraiment investi dans l'écriture de son roman vampirique : c'était une sorte de soupape qui lui a permis de ventiler tout un tas de ses propres pressions internes. Et l'effort a été payant...

On peut donc difficilement utiliser le même mètre pour le reste de sa production littéraire, qui consiste en nouvelles inspirées du folklore irlandais ou issues de l'intérêt de Stoker pour les sciences occultes, très en vogue à cette époque. L'auteur s'est frotté à l'occultisme en préparant avec l'acteur Henry Irving le "Faust" de Goethe pour le Lyceum Theatre, et par la suite il est devenu, dit-on, membre de l'ordre hermétique de l'Aube Dorée.
A la même époque, de l'autre côté de l'océan, Whitman devient le porte-parole de la philosophie de la liberté naturelle ; Stoker lui avait écrit une lettre pleine d'admiration, mais il ne l'a jamais envoyée. Il continue à se plier aux exigences de la prude société victorienne, et à mitonner des petites histoires dans la veine classique, pour amuser ses copains lors des dîners de la Compagnie des Beefsteaks.
La "libération" whitmanienne n'a pas eu lieu, au contraire : ses protagonistes errent entre le monde des morts et celui des vivants, tombent dans les pièges mortels, ou dans les griffes des puissances occultes.
Les succès de Stoker sont tous relatifs. "Dracula" est devenu très populaire, mais la critique officielle l'a condamné, et sa représentation théâtrale fut un flop. Sa carrière de régisseur du Lyceum Theatre était plutôt marquée par les "bas" que par les "hauts". Il a réussi à piquer Florence Balcombe, "la plus belle femme de Londres", à Wilde, mais le seul véritable gagnant dans cette affaire était encore Wilde ; le mariage n'était pas heureux.
Florence était tout de même une femme résiliente, et le couple traversa leur vie commune discrètement, sans aucun scandale public qui aurait pu rappeler celui De Wilde. Elle s'occupa par la suite de la succession de son mari, et c'est aussi elle qui nous a sorti d'un tiroir oublié les quatre histoires de "L'enterrement des rats et autres nouvelles".

Il ne faut jamais désespérer, et ce recueil était une tentative supplémentaire pour trouver quelques qualités aux histoires fantastiques de Bram. Je n'ai aucun problème avec la "suspension d'incrédulité", tant que l'histoire elle-même reste cohérente ou au moins plaisante à lire. Mais ce fut encore la Bérézina.
"L'Enterrement des rats" commence pourtant de façon prometteuse, par une description assez réussie du milieu des chiffonniers de Paris. le narrateur, sportif et curieux, se rend au sinistre quartier de Montrouge, bavarde gaillardement avec une vieille chiffonnière et subitement, il se sent en danger (?). La suite consiste en une course-poursuite inextricable par monts et par vaux, et si j'ai compris une chose, c'est que Bram a pu victorieusement placer sa percutante phrase finale.
"Une prophétie de bohémienne" s'accomplira... à sa façon. Un jeune époux follement épris de sa femme se rend par curiosité au campement romantique des bohémiens, et ce que révèlent les lignes de sa main est proprement terrifiant. Sa tendre et fragile épousée ne doit rien savoir, jamais ! Inexplicablement, le mari déballe tout aussitôt rentré, et après force faiblesses, gémissements et pâmoisons, voici la jeune péronnelle qui court à son tour, incognito, au ledit campement... pour apprendre la même chose. La situation se corse ! Si vous êtes prêts à accepter la scène-clé avec la dague exotique, noyée dans du jus de boudin, l'histoire passe. Les autres, y compris moi, iront bramer leur détresse à la lune avant d'entamer la suite.
Et voici "Les Sables de Crooken", un récit qui commence de façon délicieusement poilante. Un riche citadin veut passer ses vacances en Ecosse, et le costume traditionnel qu'il se fait confectionner pour l'occasion devient la risée de sa famille et des Ecossais. Je me suis vraiment amusée, jusqu'au moment où l'histoire se transforme en fantaisie complètement brindezingue sur un doppelganger spectral... ah, comme je disais plus haut, je suis prête à suspendre mon incrédulité, mais le dénouement des "Sables" transgresse tout de même les limites acceptables de la capillotraction.
"Le Secret de l'or qui croît" est un passionnant medley à la Poe, à mi-chemin entre "Le Chat noir" et "Le Coeur révélateur", bramatisé dans le style "rédaction de 6ème : Imagine ton propre récit fantastique".
2/5. Un pentagramme pour "Florrie" Stoker, qui a permis la lecture de ces histoires aux ingrats curieux dans mon genre. Et l'autre va tout de même à l'auteur ; malgré tout, ces histoires dépassent toujours de loin la production de son arrière-petit-neveu Dacre, et son odieuse suite "officielle" de "Dracula".
Commenter  J’apprécie          6917
Chaque année, en cette période d'halloween, je me fais une petite sélection de livres (et de films) qui conviennent à l'occasion. Cette année, une lecture commune me fournira un roman d'Adam Nevill. Mais en attendant, j'avais envie de classicisme, d'ambiance gothique, de suggestion plus que de gore. Mon choix s'est donc porté sur ce petit recueil de 4 nouvelles de Bram Stoker.

La première nouvelle, "l'enterrement des rats" donne son titre au recueil. L'intrigue en elle-même n'est pas exceptionnelle mais la peinture des bas-fonds parisiens est saisissante. L'auteur excelle dans la description de ce monde glauque, sale et dangereux. L'atmosphère est très prenante. Grâce aux images et aux sensations nées de la plume de Stoker, cette plongée au coeur du quartier des chiffonniers est très immersive.

La deuxième nouvelle, "une prophétie de bohémienne" est la plus faible du recueil. Sincèrement, on peut sans regret faire l'impasse sur ce texte tant cette historiette est plate et insipide. Malgré sa brièveté, je me suis ennuyée.

"Les sables de Crooker" est peut-être la meilleure nouvelle du recueil. Ce récit permet à l'auteur de montrer l'étendue de sa palette. On connait tous le Stoker angoissant, le Stoker romantique mais on connait beaucoup moins le Stoker drôle. Oui, drôle. Cette nouvelle, qui prend comme point de départ le ridicule d'un costume écossais trop chargé, commence comme une comédie enlevée. La plume de l'auteur est sautillante, les situations vraiment amusantes, j'ai souri et même ri. Puis, le récit prend une autre direction, passant de la comédie légère au fantastique angoissant. Ce glissement de ton se fait de façon subtile, progressivement. Rien que pour découvrir un Stoker inattendu, cette nouvelle vaut le détour.

Enfin, "le secret de l'or qui croît" est une très bonne nouvelle. On retrouve ici le Stoker qu'on connait. Mais puisqu'il excelle dans ce registre, pourquoi bouder son plaisir ? "Le secret de l'or qui croît" est une petite perle gothique simple, élégante et sombre.

Sur les 4 récits compilés dans ce recueil, un m'a déçu mais les 3 autres vont du très bon à l'excellent. Je ne peux donc que conseiller la lecture de ce petit livre qui rappelle que Stoker n'est pas l'auteur d'un seul livre.

Challenge XIXème siècle 2016 - 16
Challenge Petits plaisirs 2016 - 46
Commenter  J’apprécie          423
Des nouvelles de Bram Stoker ne sont jamais à négliger. Un recueil découvert par hasard et lu en quelques heures à peine.
C'est bien écrit et agréable à lire bien que d'une écriture passéiste et désuète. Rien à voir avec ce que l'on nous sert aujourd'hui.
Dans l'enterrement des rats, un dandy anglais en mal d'aventures décide de faire un tout du côté des chiffonniers, à Paris, au-delà des fortifications. Inconscience ou courage, les deux à la fois. L'homme est sûr de lui, il a bonne apparence, transpire la richesse, tout pour plaire aux âmes qui rôdent dans ces lieux peu propices au tourisme.
De plus, la nuit le surprend alors qu'il prend le thé avec une vieille clocharde qui zyeute sa bague au diamant éternel.
Il cherche à s'éclipser discrètement mais ses nouveaux amis ne sont pas d'accord. S'ensuit une course poursuite dans le noir. Hallucinant et terrifiant.
Dans la deuxième nouvelle, on apprend qu'il ne faut pas toujours croire les diseuses de bonne aventure. Elle voit notre avenir mais sans savoir de quoi il retourne effectivement. Un mari aimant pourrait-il assassiner sa femme ? Oui selon la bohémienne, à voir selon les intéressés. Pas la meilleure nouvelle du recueil.
Les deux dernières valent le détour.
Un riche homme d'affaire décide à l'occasion d'un voyage familial en Ecosse demande à son tailleur de lui créer un costume local, avec son propre motif de tartan afin de ne pas froisser les clans qui pourraient mal prendre que l'on s'approprie leur motif.
Malgré le ridicule de la situation - On pense aux Dupont Dupond débarquant en costume traditionnel syldave - il s'obstine, provoque les sarcasmes de la population locale, fait fuir sa femme et ses enfants, et s'attire les foudres d'un vieil écossais qui lui prédit sa mort prochaine.
Des sables mouvants jouent un rôle déterminant dans cette histoire. A lire...
Dernière nouvelle, mais pas la moindre, Cheveux d'Or est l'histoire de la vengeance d'une femme revenant hanter son assassin.
Un recueil à lire si d'aventure il vous tombe sous la main.
Une bouffée d'oxygène et un voyage dans le temps assurés.
Lien : https://camalonga.wordpress...
Commenter  J’apprécie          364
Le nom de Bram Stoker est indéfectiblement lié à celui de Dracula. Pourtant cet écrivain britannique, d'origine irlandaise, n'a pas écrit que ce roman emblématique de la littérature fantastique du XIXe siècle.

Il est également l'auteur de quelques nouvelles hautement recommandables dont les quatre qui figurent dans ce recueil et mettent en avant des thèmes différents, dont le fantastique n'est pas le moteur principal.

C'est l'horreur, le frisson, la terreur, la frayeur et l'angoisse qui imprègnent ces quatre textes dont la teneur n'est aucunement atteinte par la limite d'âge. En effet parfois, on peut lire, découvrir des nouvelles, et des romans, qui suintent d'une sorte de rance parce qu'elles ont mal vieillies. Où qu'elles reflètent un temps révolu. Ce n'est pas le cas avec Bram Stoker qui défie le temps, et dont les continuateurs ne font que reprendre des idées en les adaptant dans un langage plus en adéquation à notre époque certes mais parfois avec moins d'élégance. Mais bien évidemment, ceci que mon appréciation personnelle, et nul n'est obligé d'adhérer.



Dans L'enterrement des rats, le lecteur est invité à se rendre dans la banlieue sud de Paris, à Montrouge exactement. En ce temps là, cette commune dépendait en partie de la capitale mais le quartier qui nous intéresse s'étendait en dehors des fortifications. de nombreux endroits étaient restés à l'état sauvage, une étendue en friche couverte de misérables baraquements construits de bric et de broc, et habités par des miséreux, la plupart du temps des chiffonniers.

C'est dans cet univers que le narrateur, qui qualifie cet endroit de Cité des Ordures, déambule, s'arrêtant parfois, liant la conversation avec les résidents, qui se montrent aimables ou non. Il visite quelques-unes de ces masures, et récolte au gré de ses conversations des histoires à faire frémir. Mais tout ce petit monde ne se montre pas aussi prolixe, et parfois, il se demande s'il ne vaut mieux pas côtoyer les rats qui fourmillent jusque dans les bicoques que ces personnages à l'aspect aussi crasseux que leur âme.



Une prophétie de Bohémienne prend sa genèse sur un terrain communal où se sont installés des forains. Après un repas arrosé, les protagonistes décident de se rendre sur les lieux qui jouxtent leur maison, et se laissent prendre au jeu de la divination. En effet, une Bohémienne leur propose de lire les lignes de la main, mais pour l'un d'eux ses prédictions sont fort étranges. Elle déclame : Voici la main d'un assassin ! L'assassin de sa femme ! Etrange prophétie mais la Bohémienne a-t-elle fabulé, vu réellement ce qu'il va se passer, ou tout simplement été induite en erreur lors de sa prétendue vision ?



Passer ses vacances en Ecosse, voilà qui réjouit le brave Arthur Markam, commerçant de son état et Londonien pur jus, c'est-à-dire un cockney, l'équivalent du Parigot. Et pour faire honneur aux habitants de ce rude pays, il décide de s'habiller en costume traditionnel confectionné dans un tissu qu'il a lui-même dessiné. Il ne veut pas qu'on le confonde, avec son kilt et son tartan aux couleurs multicolores, avec l'un des représentants de cette fière contrée et qu'on l'accuse de s'être emparé des couleurs d'un clan ou d'un autre. Et c'est ainsi qu'il rejoint l'Ecosse, accompagné de sa famille, ainsi déguisé, avec épée, poignard, broche et bourse en peau de chèvre. Mais il ne faut pas jouer, lorsqu'on est touriste, avec les traditions. Et un jour, Markam se promenant, voit son double s'enliser dans des sables mouvants, Les sables de Crooken.



Enfin, le secret de l'or qui croît est un aimable (?) conte que n'auraient pas renié les frères Grimm, Andersen ou encore Charles Perrault. Lorsque Margaret et Geoffroy se marient, le village est étonné, car les deux familles entretiennent une solide inimitié séculaire, ou presque. Rapidement le torchon brûle et tout est bon pour entretenir la flamme de la discorde. Et lorsque Geoffroy décide de se venger d'un affront, il n'y va pas de main morte. Il brutalise Margaret qui décède en tombant sur une pierre du foyer. Il enterre le cadavre sous le foyer mais bientôt les cheveux blonds de la jeune femme commencent à pousser entre les interstices.



Quatre nouvelles différentes dans le fond et dans la forme, qui souvent prêtent à sourire mais entretiennent plus l'angoisse, la frayeur et la terreur que le fantastique proprement dit, sauf dans la dernière. Mais n'est-ce que divagations dans l'esprit des protagonistes ?

Ces nouvelles ont été éditées ou rééditées à de multiples reprises dans des recueils dont notamment au Fleuve Noir, Omnibus, accompagnés d'autres nouvelles et romans.

Librio, une collection à petit prix mais qui propose de remarquables ouvrages. La fête du lecteur impécunieux !



Sommaire :

L'enterrement des rats (The Burial of the Rats – 1874)

Une prophétie de bohémienne (A Gipsy Prophecy – 1883)

Les sables de Crooken (Crooken Sands – 1894)

Le secret de l'or qui croît (The Secret of Growing Gold – 1897)

Lien : http://leslecturesdelonclepa..
Commenter  J’apprécie          70
Un plaisir de retrouver Bram Stoker, avec des nouvelles bien comme je les aime ! En particulier Les Sables de Crooken et le Secret de l'or qui croît...
Commenter  J’apprécie          170

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Mme Markam et les filles aînées auraient aimé pouvoir protester ou entreprendre quelque chose qui pût soulager leur chagrin provoqué par le ridicule de Markam qui se lisait sur tout les visages, mais le regard déterminé et fixe du prétendu
Highlander les impressionnait un peu et elles renoncèrent à parler.
Peut-être à cause de la plume d'aigle qui montait au-dessus de la tête chauve, de la broche de Cairngorm agrafée sur l'épaule grasse, de l'épée, du poignard et des pistolets qui ceinturait l'estomac proéminent, ou se montraient au dessus des bas contre le mollet vigoureux, justifiant leur existence comme symbole de l'importance maritale et terrifiante de leur propriétaire .
Quand le groupe arriva à la barrière de la Maison Rouge, une grande partie des habitants de Crooken attendaient, chapeau à la main et respectueusement silencieux ; le reste de la population montait péniblement la colline. Le silence fut coupé par un seul commentaire , celui d'un homme à la voix profonde :
Dis donc ! Mais il a oublié les cornemuses !
Commenter  J’apprécie          00
Au même instant, le campement entier sembla se figer. Le claquement des langues, les rires, toutes les activités cessèrent un bref moment, et les hommes et les femmes qui étaient assis, ou à moitié couchés, se levèrent pour venir s'approcher de la bohémienne à l'aspect impérial.

- La Reine, bien sûr, murmura Gerald. Nous avons de la chance, ce soir.

La Reine des bohémiens jeta un regard perçant autour du campement et puis, sans hésiter un instant, vint droit sur Joshua et se planta devant lui :
- Donnez votre main, dit-elle d'un ton sans réplique.
Commenter  J’apprécie          3622
Lorsqu'il crut entendre un bruit, comme si quelqu'un frappait à la porte, et leva la tête. Il cria presque sauvagement d'entrer, mais il n'y eu pas de réponse. Alors il oublia tout autour de lui, sombra dans la torpeur, mais brusquement il se réveilla pour voir, debout devant lui, un être, ou une chose, qui était comme le double délabré et fantomatique de sa soeur . Elle dévisageait son frère d'un long regard froid.
Et il dit :
- Pourquoi es-tu ici ? Tu es morte et enterrée .
- Je suis ici, Wykham Delandre, non pas par amour pour toi, mais parce que je hais un autre homme, plus encore même que je ne te hais .
Commenter  J’apprécie          20
M. Arthur Fernlee Markam, qui loua la villa appelée La Maison Rouge au-dessus du village des Maisons-de-Crooken, était commerçant à Londres et, en véritable cockney, crut nécessaire, avant d’aller passer ses vacances d’été en Écosse, de s’habiller de pied en cap comme un chef de clan écossais tel qu’on en voit sur les gravures en couleurs et sur les scènes de music-hall.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Bram Stoker (39) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bram Stoker
Le Dernier Voyage du Demeter - Bande annonce VF - 2023 Un film américain réalisé par André Øvredal. Il s'agit de l'adaptation du chapitre The Captain's Log du roman Dracula de Bram Stoker publié en 1897.
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (182) Voir plus



Quiz Voir plus

Dracula

A quel genre littéraire appartient ce roman ?

au genre épistolaire
au théâtre
à l'autobiographie
à la poésie

8 questions
1373 lecteurs ont répondu
Thème : Dracula de Bram StokerCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..