AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-Pierre Krémer (Traducteur)
ISBN : 2277301256
Éditeur : J'ai Lu (01/11/1998)

Note moyenne : 3.29/5 (sur 41 notes)
Résumé :
Crime et chatoiement... Entre Margaret et Geoffrey, le torchon brûle. Altercations, menaces, tentative d'assassinat... Lorsque Geoffrey récidive et enterre la morte dans l'atre du grand hall à Brent'sRock, il est saisi d'effroi... Entre les vieilles pierres poussent inlassablement les cheveux d'or de Margaret...

Les sables mouvants ne sont pas moins traîtres. Enlisé dans une sombre histoire, alors qu'il séjourne en Ecosse, Arthur Markan voit son doubl... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
Foxfire
  04 novembre 2016
Chaque année, en cette période d'halloween, je me fais une petite sélection de livres (et de films) qui conviennent à l'occasion. Cette année, une lecture commune me fournira un roman d'Adam Nevill. Mais en attendant, j'avais envie de classicisme, d'ambiance gothique, de suggestion plus que de gore. Mon choix s'est donc porté sur ce petit recueil de 4 nouvelles de Bram Stoker.
La première nouvelle, "l'enterrement des rats" donne son titre au recueil. L'intrigue en elle-même n'est pas exceptionnelle mais la peinture des bas-fonds parisiens est saisissante. L'auteur excelle dans la description de ce monde glauque, sale et dangereux. L'atmosphère est très prenante. Grâce aux images et aux sensations nées de la plume de Stoker, cette plongée au coeur du quartier des chiffonniers est très immersive.
La deuxième nouvelle, "une prophétie de bohémienne" est la plus faible du recueil. Sincèrement, on peut sans regret faire l'impasse sur ce texte tant cette historiette est plate et insipide. Malgré sa brièveté, je me suis ennuyée.
"Les sables de Crooker" est peut-être la meilleure nouvelle du recueil. Ce récit permet à l'auteur de montrer l'étendue de sa palette. On connait tous le Stoker angoissant, le Stoker romantique mais on connait beaucoup moins le Stoker drôle. Oui, drôle. Cette nouvelle, qui prend comme point de départ le ridicule d'un costume écossais trop chargé, commence comme une comédie enlevée. La plume de l'auteur est sautillante, les situations vraiment amusantes, j'ai souri et même ri. Puis, le récit prend une autre direction, passant de la comédie légère au fantastique angoissant. Ce glissement de ton se fait de façon subtile, progressivement. Rien que pour découvrir un Stoker inattendu, cette nouvelle vaut le détour.
Enfin, "le secret de l'or qui croît" est une très bonne nouvelle. On retrouve ici le Stoker qu'on connait. Mais puisqu'il excelle dans ce registre, pourquoi bouder son plaisir ? "Le secret de l'or qui croît" est une petite perle gothique simple, élégante et sombre.
Sur les 4 récits compilés dans ce recueil, un m'a déçu mais les 3 autres vont du très bon à l'excellent. Je ne peux donc que conseiller la lecture de ce petit livre qui rappelle que Stoker n'est pas l'auteur d'un seul livre.
Challenge XIXème siècle 2016 - 16
Challenge Petits plaisirs 2016 - 46
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          383
popsybulle
  19 juin 2017
Un bon livre dans l'ensemble avec des histoires plus intéressantes que d'autres.
L'univers de Bram Stoker est assez particulier et il faut dire que je n'y ai pas vraiment adhéré. Je lirai quand même Dracula qui est son oeuvre majeure.
L'écriture ne m'a pas vraiment séduite mais ce n'est qu'un question de goût.
Ce roman pourra plaire aux amateurs de fantaisie et au style " épouvante au 19ème siècle" (classique de l'épouvante).
Un assez bonne lecture. 12/20
Commenter  J’apprécie          90
idevrieze
  03 février 2017
Pause dej ?
Et oui, vous le savez qu'en général, lorsque ce sont des nouvelles ou un recueil de nouvelles comme ici, c'est pour la pause déjeuner. Et puis en début d'année, se lire un peu de Bram Stocker, je trouvais que c'était tout sauf redondant.
J'ai même presque envie de dire que c'était mignon. En gros, il a écrit quatre nouvelles qui sont effrayantes ou pas. Elles sont passables selon moi et méritent d'être lues parce qu'on aime Bram Stocker et son écriture. Quant à l'histoire, finalement, ce n'est peut être pas si important.
Pour moi, c'est du Quick Read.Ce sont des histoires qu'on aime picorer allègrement quand on a un quart d'heure devant soit. Et puis on reprend notre vie, tout simplement
Commenter  J’apprécie          50
purplevelvet
  04 octobre 2011
Donc un mini recueil de quatre nouvelles chez Librio ( chaque fois je me jure de ne plus piocher dans cette collection, j'ai souvent été déçue par les traductions à l'arrachée, mais chaque fois, mes bonnes résolutions restent lettre morte devant la modicité du prix. )
On y trouve donc
- l'enterrement des rats: La nouvelle principale du recueil, qui est aussi la plus intéressante, car elle arrive pas mal à créer une ambiance oppressante dans un cadre assez étrange. Un anglais un peu naïf de passage à Paris, en 1850, a décidé de s'éloigner des propositions bateau des guides touristiques, et part à l'aventure dans le quartier des chiffonniers près de Montrouge ( autant dire qu'il va au devant de gros ennuis, avec ses vêtements de qualité et ses bagues, comme si vous vous promeniez en affichant ostensiblement des signes de richesse en pleins quartiers nord de Marseille, té). Fasciné par les récits de miséreux rescapés de la Révolution, il ne se doute pas assez vite qu'il est tombé dans un piège, les miséreux en question ayant la spécialité de dépouiller les égarés et de se débarrasser des cadavres en les laissant boulotter par les rats ( c'est ça l'enterrement des rats). le récit est bien mené et la course poursuite haletante, ça se laisse lire, malgré les répétitions et redondances de la traduction...
- une prophétie de bohémienne: la nouvelle la moins intéressante, je l'ai presque déjà oubliée. Une bohémienne lit l'avenir d'un homme et lui prédit qu'il va tuer sa femme. Mais la prophétie se réalise de manière détournée, qui se veut humoristique. Mais c'est trop prévisible à mon goût. Dispensable donc.
- les sables de Crooken: Un anglais bon teint part en vacance en écosse avec toute sa petite famille, en mettant un point d'honneur à se vêtir en ce qu'il croit être la tenue écossaise typique. Bien sûr, il se ridiculise, tant auprès de sa famille qui évite de s'afficher avec lui, que des locaux qui l'appellent " l'échappé du Musée Tussaud". Une variation sur le thème du dopplegänger se greffe à la critique de la vanité du héros, c'est plutôt drôle, la aussi, c'est plutôt une bonne surprise.
- le secret de l'or qui croît: l'or qui croît, ce sont les cheveux d'une maîtresse blonde assassinée que son amant a cachée dans un mur de son salon. Des cheveux qui ne cessent de ressortir par les interstices des pierres pour accuser le meurtrier. Pas mauvais, mais ça me fait vraiment trop penser dans l'ensemble au "Coeur révélateur" de Poe dans l'idée. Et bien sûr, là dessus , c'est Poe qui l'emporte.

Lien : http://chezpurple.blogspot.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
helhiv
  21 janvier 2017
Critique de l'enterrement des rats.
Courte nouvelle mettant en scène un jeune britannique perdu à la périphérie de Paris, L'enterrement des rats est censé nous plonger dans l'angoisse. Si l'atmosphère sombre est bien rendu, je n'ai pas réussi à être entraînée par ce pauvre garçon perdu dans un monde qui n'est pas le sien. Si la nouvelle n'était pas si courte, on finirait vraiment par s'ennuyer. Peut-être efficace pour faire frémir les bourgeois de la fin du dix-neuvième siècle effrayés par les pauvres, cette nouvelle, sans entrain, ne laisse que la trace d'un grand mépris pour les êtres humains prisonniers de la misère.
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
raynald66raynald66   11 décembre 2013
- Dois-je parler plus clairement ?
- Certainement. Nous autres, communs mortels, nous voulons quelque chose de précis. Les étoiles sont lointaines et leur message est quelque peu obscur.
La bohémienne frémit et se mit à parler d’une façon impressionnante :
- Voici la main d’un assassin ! L’assassin de sa femme !
Elle laissa tomber la main et détourna la tête. Joshua rit :
- Vous savez, dit-il, si j’étais à votre place, j’introduirais un peu de jurisprudence dans mon système de prédiction. Par exemple, vous dites que « cette main est la main d’un assassin ». Eh bien ! quoi qu’elle puisse être à l’avenir, ou devenir, pour le moment elle n’en est pas une. Vous devriez dire votre
prophétie dans des termes tels que : « La main qui sera celle d’un assassin », ou plutôt : « La main qui sera celle d’une personne qui sera l’assassin de sa femme ». Les étoiles, vraiment, ne sont pas très calées sur ces questions techniques.
La bohémienne ne fit pas de commentaire, mais, baissant la tête d’un air triste, elle marcha lentement vers la tente et disparut en soulevant le rideau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
raynald66raynald66   11 décembre 2013
la situation était maintenant vraiment désespérée, parce que mes ennemis me bloquaient de partout. Derrière moi, le bruit des rames devenait plus rapide, comme si mes poursuivants sentaient que le dénouement était proche. Autour de moi, de tous côtés, c’était la désolation ; aussi loin que portait mon regard, il n’y avait ni toit ni lumière. Au loin, sur la droite, se dressaient quelques masses sombres, mais j’ignorais ce que c’était. Je fis une pause pendant un instant pour réfléchir à ce que je devais faire, non pour aller plus loin, mais parce que mes poursuivants se rapprochaient. Je pris ma décision rapidement. Je glissai en bas de la rive et entrai dans l’eau. Je me dirigeai droit devant moi afin de gagner le courant, m’écartant ainsi de l’eau immobile autour de l’île, certain, maintenant que j’étais dans la rivière, qu’il s’agissait bien d’une île. J’attendis qu’un nuage passât à travers la lune et laissât tout dans l’obscurité. Puis j’ôtai mon chapeau et le posai doucement sur l’eau pour qu’il flottât ; une seconde plus tard, je plongeai sur la droite, et commençai à nager sous l’eau de toutes mes forces. Je passai, je pense, une demi-minute sous l’eau, et quand je refis surface, aussi doucement que possible, je me retournai pour regarder en arrière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
tomid37tomid37   23 mai 2017
Lorsqu'il crut entendre un bruit, comme si quelqu'un frappait à la porte, et leva la tête. Il cria presque sauvagement d'entrer, mais il n'y eu pas de réponse. Alors il oublia tout autour de lui, sombra dans la torpeur, mais brusquement il se réveilla pour voir, debout devant lui, un être, ou une chose, qui était comme le double délabré et fantomatique de sa soeur . Elle dévisageait son frère d'un long regard froid.
Et il dit :
- Pourquoi es-tu ici ? Tu es morte et enterrée .
- Je suis ici, Wykham Delandre, non pas par amour pour toi, mais parce que je hais un autre homme, plus encore même que je ne te hais .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MercurialSpriteMercurialSprite   07 avril 2012
M. Arthur Fernlee Markam, qui loua la villa appelée La Maison Rouge au-dessus du village des Maisons-de-Crooken, était commerçant à Londres et, en véritable cockney, crut nécessaire, avant d’aller passer ses vacances d’été en Écosse, de s’habiller de pied en cap comme un chef de clan écossais tel qu’on en voit sur les gravures en couleurs et sur les scènes de music-hall.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Bram Stoker (35) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bram Stoker
Noces d?écailles est un artbook sur le thème des dragons, illustré par Loïc Canavaggia (Carnaval aux corbeaux) avec une histoire originale signée Anthelme Hauchecorne (Carnaval aux corbeaux, Journal d?un marchand de rêve), auteur récompensé du Prix Masterton et du Prix Imaginales. La concrétisation de ce projet est soumise à une campagne de financement participatif sur la plateforme Ulule. La campagne démarre le 16 novembre 2018 pour un mois. LIEN DE LA CAMPAGNE : A VENIR L?HISTOIRE Octobre 1345, Comté de Bourgogne Fuyant la colère du baron, Aymeric Jodelet, peintre et coureur de jupons, doit s?exiler de son village. L?artiste trouve refuge dans la forêt voisine, au mépris des superstitions. Selon les paysans, un monstre y rôderait : la Vouivre, dont les griffes déchireraient les intrus. Une fable, rien de plus ? À l?automne, les sentiers sylvestres mènent n?importe où. Parfois jusqu?à l?inconnu.
L?ILLUSTRATEUR Les traits et les couleurs de Loïc Canavaggia campent avec force une romance sombre, à la lisière de l?humain et du bestial. Sous la corne et les écailles, plongez aux sources du mythe du dragon.
L?AUTEUR Dans la lignée du Dracula de Bram Stoker, Anthelme Hauchecorne revisite la célèbre légende de Franche-Comté en lui conférant une noirceur inédite.
DECOUVREZ NOS AVANT-PREMIERES SUR FACEBOOK www.facebook.com/nocedecailles
DECOUVREZ NOS AVANT-PREMIERES SUR INSTAGRAM https://www.instagram.com/anthelme.h/
DECOUVREZ NOS AVANT-PREMIERES SUR TWITTER https://twitter.com/AnthHauchecorne
VISITEZ LES SITES DES EDITIONS DU CHAT NOIR https://www.editionsduchatnoir.fr/ facebook : editionsduchatnoir twitter : edchatnoir instagram : editionsduchatnoir
VISITEZ LE SITE DE L?ILLUSTRATEUR https://www.artstation.com/canavaggia
VISITEZ LE SITE DE L?AUTEUR www.anthelmehauchecorne.fr
+ Lire la suite
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Dracula

A quel genre littéraire appartient ce roman ?

au genre épistolaire
au théâtre
à l'autobiographie
à la poésie

8 questions
1127 lecteurs ont répondu
Thème : Dracula de Bram StokerCréer un quiz sur ce livre