AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 207013816X
Éditeur : Gallimard (17/04/2012)

Note moyenne : 4.33/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Dans un jardin, sous une tonnelle, deux hommes parlent. De tout et de rien. Jack et Harry échangent de petites répliques brèves, banales, des phrases qu'ils laissent en suspens : le temps qu'il fait, leur première rencontre il y a quelques mois, la visite de la femme de Jack la semaine d'avant, les gens en général. Ils sont très attentifs à ne rien dire de personnel, à ne rien laisser échapper qui ressemble à une confidence. Enfin, ils quittent leurs chaises que vie... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Marti94
  24 octobre 2015
« Home » est une pièce de théâtre de 1970, écrite par le poète et auteur dramatique anglais David Storey. Cette comédie humaine poignante et décalée a été traduite et adaptée par Marguerite Duras. C'est cette version, qui accentue les silences et suspensions, que j'ai lu avant d'aller voir la nouvelle proposition de Gérard Desarthe au théâtre de l'oeuvre à Paris.
J'ai un parti pris pour l'adaptation de Marguerite Duras même si Gérard Desarthe lui donne un ton plus anglais.
Cette pièce est vraiment intéressante car elle évoque un monde qui nous renvoie la présence des autres êtres humains avec lesquels il nous est donné de vivre (qui peuvent être différents de nous) et le monde intérieur, celui qui nous habite.
Home est la maison mais aussi l'enferment, l'asile, c'est sans doute pour cela que la pièce se déroule en huis clos.
L'action se passe dans un jardin. Deux messieurs y conversent de la pluie et du beau temps avant que deux dames arrivent, plus agitées. Ils se parlent et semblent décalés et pourtant proches de nous. Ils cherchent à comprendre le monde autant qu'eux-mêmes, essaient de trouver une place. D'ailleurs, ils sont toujours en train de chercher une chaise pour que tout le monde puisse s'assoir.
Nous comprendrons peu à peu qui ils sont et quelle est la nature du lieu où ils se trouvent. On assiste à une reconstitution du climat d'oppression et de l'univers clos de l'asile dont ces personnages sont les pensionnaires.
C'est un texte sur la folie sans qu'elle ne soit nommée car ces gens n'ont pas conscience de leur folie mais c'est aussi une pièce qui parle de la difficulté de communiquer avec autrui, dès lors que nos propres failles font obstacle à la compréhension du monde.
Lu en octobre 2015
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Plouzennec
  30 mai 2018
David Storey décrit le vide des existences brisées par une écriture en creux qui laisse place au silence, au souffle du rien et à l'humour.
Lien : http://www.lestroiscoups.com..
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Marti94Marti94   22 octobre 2015
Marjorie : Mon dentiste est Pakistanais.
Kathleen : Ton, dentiste ?
Marjorie : Il m’a arraché toutes mes dents.
Kathleen : Alors, celles que t’as là, elles sont pas à toi ?
Marjorie : Non. Elles ont pourri quand j’ai eu ma gosse. Maintenant, elle est serveuse sur une plage.
Kathleen : Et toi, tu moisis ici…
Marjorie : Sans mes dents.
Kathleen : Les enfants, ça se rend pas compte.
Marjorie : ça c’est bien vrai.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Marti94Marti94   24 octobre 2015
Jack : Plus on vieillit, bien sûr… mieux on… comprend les faiblesses des autres.
Harry : Oui.
Jack : Il vaut mieux être soi-même que rien… n’est-ce pas…
Harry : Absolument.
Commenter  J’apprécie          30
Marti94Marti94   24 octobre 2015
Kathleen : Vous savez c’qu’elle est ?
Jack : Eh bien je…
Kathleen : Récidiviste.
Marjorie : C’est pas vrai.
Kathleen : Si.
Marjorie : Non.
Kathleen : J’l’ai entendu dans le bureau. Du docteur… machin truc, comment déjà ?
Marjorie : Jamais entendu parler de ce docteur.
Commenter  J’apprécie          10
Marti94Marti94   24 octobre 2015
Kathleen : Faudrait quitter cette crèmerie, ma p’tite… Merde ! On devient fou ici si on fait pas attention.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de David Storey (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de David Storey
Home bande annonce
de David Storey
mise en scène Gérard Desarthe assisté de Jacques Connort
avec Carole Bouquet Pierre Palmade Valérie Karsenti Gérard Desarthe Vincent Deniard
décors & costumes Delphine Brouard maquillage et coiffure Suzanne Pisteur lumières Rémi Claude son Jean-Luc Ristord
Dans un jardin, une arrière cour, deux hommes parlent. Jack et Harry échangent de petites répliques, banales, des phrases qu'ils laissent en suspens : le temps qu'il fait, leur première rencontre il y a quelques mois, la visite de la femme de Jack la semaine dernière, les gens en général. Ils sont très attentifs à ne rien dire de personnel, à ne rien laisser échapper qui ressemble à une confidence. Enfin, ils quittent leurs chaises que viennent occuper Kathleen et Marjorie, deux femmes sans âge... À travers un dialogue élusif et de longs silences, David Storey reconstitue le climat d'oppression et l'univers clos de la maison de santé psychiatrique dont ces personnages sont les pensionnaires.
+ Lire la suite
autres livres classés : huis-closVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
273 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre