AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782709665322
60 pages
J.-C. Lattès (27/03/2019)
4.86/5   32 notes
Résumé :
Qui n’est pas raciste, ici ?
C’est la première question qui m’est venue lorsque j’ai rencontré les élèves d’un lycée de province qui avaient refusé de lire Le Porteur de cartable, dont le héros s’appelle Messaoud.

Qu’est-ce qui a poussé ces jeunes de la France silencieuse à se montrer soudain si hostiles, si haineux, si racistes au fond ?

Ce livre est ma réponse, car mon combat contre ce mal ne connaît pas de répit. Nous avons to... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
4,86

sur 32 notes
5
20 avis
4
1 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis

cecille
  07 avril 2019
Cela ne fait pas très longtemps que j'ai découvert cet auteur, depuis je lis ces livres avec délice tant ils sont savoureux d'humanité, d'humour ... J'ai eu la joie de le rencontrer lors d'une séance de dédicace et c'est ainsi que je suis son actualité livresque sur Facebook. C'est avec grand intérêt que j'ai donc lu les articles postés il y a quelques mois sur son mur en réaction à ce fait grave, cette lettre annonçant que les lycéens d'une professeure restée anonyme, ne souhaitaient pas rencontrer l'auteur du roman le porteur de cartable.
Qui n'est pas raciste ici ? C'est donc la toute première question, très courageuse, posée à ces lycéens alors qu'Aki Tadjer a bien voulu aller à leur rencontre. C'est ce qu'il nous raconte ici dans cet essai que j'étais impatiente de lire. Il m'a beaucoup émue, touchée.
L'auteur nous raconte tout d'abord combien, selon ses mots, il a été blessé par la brutalité du message de la professeure et furieux. Devant ces élèves de 17 ans, il explique donc l'Algérie, quelle fut une colonie française, que la langue française s'est enrichie de mots venus des quatre coin du monde et beaucoup d'ailleurs de l'arabe .... En lisant cela je suis outrée de constater l'inculture, mais que font nos professeurs ?Qu'apprennent les élèves à l'école ? Qu'hier nous n'apprenions pas tout cela, je veux bien l'entendre, et encore, comment cela est-il possible ? Admettons, mais aujourd'hui, je ne peux le concevoir ... Moi cela m'aurait passionnée, ce n'est qu'adulte que par des choix de lecture j'ai fait mon chemin vers la connaissance... Mais dans ce monde en chaos il est plus que nécessaire d'ouvrir les consciences .... et il est heureux que des écrivains comme Akli Tadjer vont à la rencontre des jeunes .... pourquoi pas plus de rencontres de ce genre, plus concrètes pour ces jeunes ... Pourquoi les livres n'ont toujours pas une place principale dans ces lieux dit d'éducation, de transmission de savoirs ... Tout est à revoir, surtout la façon d'aborder le livre, plus ludique avec des rencontres, des lectures en scènes .... Car comme l'auteur, je n'ai pas été loin dans mes études, seulement j'ai eu très vite la soif d'apprendre autrement. ce sont les livres qui ont ouvert mon esprit vers d'autres mondes, d'autres cultures, notre culture aussi bien sur ......
Je m'éloigne peut être quoi que ...
Cet essai à sur moi un effet incroyable, des réactions se bousculent dans ma tête, des incompréhensions.... de savoir que le racisme est toujours là bien présent partout et en tout lieux je le sais pour le vivre indirectement, mais j'avais l'espoir que les jeunes générations avaient une autre vision de l'Autre. Je sais nous n'allons pas faire une généralité du cas de ce lycée de province, ceci dit, il existe et n'est certainement pas unique ... alors il faut agir !
Akli Tadjer nous offre de très belles pistes de réflexions dans cet essai, il a été blessé, il a vécu le racisme enfant, adulte ..... il sait de quoi il parle et il nous raconte avec tendresse et émotion. Sa force c'est son écoute de l'autre, nécessaire à tous pour avancer ensemble vers un avenir plus tolérant les uns envers les autres. Rencontrer, parler est la chose essentielle à mon sens pour y arriver, encore faut-il savoir entendre et nous sommes tous responsables ! Merci Monsieur Tadjer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          194
Imaginoire
  18 juin 2021
Plus que sur la forme, ce livre, assez court, mérite d'être lu pour la réflexion de fond de cet auteur génial qu'est Akli Tadjer. Bibliothécaire dans l'Est de la Somme, je connais assez bien le territoire ainsi que la population qui le compose. Je ne suis malheureusement pas surpris de la réaction de ces lycéens qui ont refusé de lire le porteur de cartable et se montraient hostiles à la venue de l'auteur dans leur établissement.
Intelligent et courageux, Akli Tadjer s'est présenté et a posé comme première question, cette phrase titre de ce témoignage Qui n'est pas raciste ici ?
Il nous raconte à travers ces presque 100 pages, cette affaire ayant fait les titres de presse nationale en 2018 et nous livre une vision plus large de l'état des esprits français peu instruits, terreau de l'extrémisme national.
Commenter  J’apprécie          123
Hippocampelephantocamelos
  22 avril 2019
Akli Tadjer revient dans un premier temps sur le contexte de cette visite – qui se voulait des plus culturelles et littéraires qui soit pour des élèves de lycée. le livre s'ouvre donc avec ce mail, celui de la professeure de français en charge de la classe. Un mail qui informe l'auteur qu'il n'est pas le bienvenu dans cette classe qui refuse de lire son livre. Qui n'est pas raciste, ici ?, le titre du livre, est aussi la phrase d'accroche lancée aux élèves lors de la visite de l'auteur dans la classe. Personne ne répond puis, au fur et à mesure, les langues se délient. L'auteur, en conversant avec ces élèves qui se révèlent être plus bavards et plus sympathiques que prévu, réussi à les mener à une véritable réflexion sur le racisme, sur l'altérité…
En ces quelques pages, l'auteur revient sur plusieurs sujets brûlants et épineux du monde actuel. le racisme en est un, qui en entraîne tant d'autres… le lecteur est en contact avec non seulement l'écrivain, mais aussi avec l'Homme et ses valeurs. Akli Tadjer pose la question de l'instruction : comment aborder ces sujets avec des jeunes de nos jours ? Cet essai philosophique prend toutes les formes d'un dialogue platonicien où l'auteur devient un parfait maïeuticien, permettant à ces disciples d'un cours, une réminiscence de la conscience collective.
Lien : https://hipelos.home.blog/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Moamettre
  01 février 2020
Le titre dérange le lecteur, paraît presque le défier. Dois-je répondre « Non, je ne le suis pas » ? Peut-être n'est-ce pas à une autre réaction que ce titre pertinent appelle. J'ai donc ouvert le livre et ai pu comprendre en le lisant, qu'Akli Tadjer nous y livre, avec une sincérité bouleversante, la somme de sa réflexion sur le racisme et sur la manière dont on le devient à notre insu. le dialogue qu'il a réussi à établir avec les lycéens qui ont refusé de lire son roman, devient comme une voie à suivre pour déconstruire les ingrédients de ce fléau, je dirais plutôt L'Ingrédient, à savoir, L'IGNORANCE!
Par sa brièveté, Qui n'est pas raciste, ici? s'offre comme une fable De La Fontaine; l'enseignement et l'agrément s'y mêlent. de plus, savoir qu'à l'origine de ce livre, il y a un fait réel, je dirais un événement, accentue l'émotion: une fois le livre lu et fermé, en une seule soirée, je me suis dit ceci: il existe encore des auteurs sincèrement engagés, des auteurs qui croient en l'Homme!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
henrihuitre
  01 avril 2019
On peut avoir été maintes fois invité dans des lycées pour faire état de sa condition d'écrivain sans pour autant être tenté d'être donneur de leçons.
16 ans après la parution de "Un porteur de cartable" Akli TADJER s'est laissé touché par une brutalité de jeunes de 17 ans. Il n'a pas voulu être indifférent devant ceux qui auront bientôt une responsabilité d'adultes. Et cela lui a donné à penser. Et cela lui a donné à écrire. Et le livre "Qui n'est pas raciste ici ?" m' a rapproché de la condition d'un écrivain qui, en posant des questions, sait aussi se remettre en question, sans pour autant abandonner ses valeurs profondes. Il n'est pas ici question d'état d'âme mais de ce qui fait l'état d'un homme.
Merci Monsieur TADJER.
Commenter  J’apprécie          81

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
cecillececille   07 avril 2019
Les livres m’ont toujours accompagné. Ils sont comme des petits amis bien plus savants que moi. Ils m’ont permis de découvrir d’autres cultures, d’autres coutumes, d’autres religions, d’autres dieux, d’autres peuples. Ils m’ont apporté les rires, les chagrins, les larmes et mes premiers émois. Ils ont enrichi mon vocabulaire de mots dont je ne me suis jamais servi. La lecture de certains livres m’a dérangé, enragé, et a ébranlé mes convictions, et il m’est arrivé d’admettre que je n’avais pas toujours raison. Mais par-dessus tout, un roman c’est la vie sans les temps morts, voilà le miracle de la littérature.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          92
cecillececille   07 avril 2019
« Mais quoi ? On est raciste ou on ne l’est pas. » Il cherche en vain ses mots pour se justifier, puis renonce. Il veut juste une dédicace sur son livre pour avoir un souvenir de notre rencontre, qu’il n’est pas près d’oublier.J’écris : Nous avons tous en nous la capacité de haïr l’Autre, mais nous avons aussi la capacité de nous ouvrir aux Autres. À toi de choisir ton chemin, jeune homme.
Commenter  J’apprécie          130
cecillececille   07 avril 2019
Le foot à présent. Ils sont fiers d’être champions du monde. Je ne voulais pas aborder le racisme par le biais du sport. Cela aurait été trop simple et surtout trop démago, de faire l’éloge de ces stars arabes, noires, métisses pour dire : « Voyez, tous ces mecs pas franchement français de souche, heureusement qu’ils étaient là pour nous la décrocher cette coupe. »Puisqu’ils m’ont entraîné sur ce terrain, je leur fais remarquer leurs contradictions : ils admirent l’équipe de France et qu’importe sa couleur pourvu qu’elle flatte leur ego, alors que certains d’entre eux ont refusé de me lire parce que mon nom et mon histoire leur étaient insupportables.« On ne vous connaissait pas, monsieur, sinon… », lance une voix anonyme dans mon dos.« Tandis que M’Bappé, Pogba, N’Golo Kanté, Fékir ce sont vos potes. »Éclat de rire général.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
HippocampelephantocamelosHippocampelephantocamelos   22 avril 2019
Je n’écris pas pour passer le temps ou briller en société, j’écris parce que je porte en moi des soleils tourmentés, des bruits de guerre et des feux mal éteints. J’écris sur la quête d’identité, la quête de l’Autre pour rapprocher nos contraires avec l’espoir qu’il en restera une trace.
Commenter  J’apprécie          60
marco32720marco32720   05 décembre 2019
Se livre est tout simplement magique, il remet les idées en place et fait ouvrir les yeux. Nous avons eux la chance de rencontrer l'auteur aujourd'hui il est vraiment l'image de son livre : passionnant.
Je le remercie encore une fois pour l'écriture de ce livre. Merci Akli Tadjer et bonne continuation.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Akli Tadjer (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Akli Tadjer

Rencontre avec Akli Tadjer au Furet de Lille - 19/01/2012
Akli TADJER « La meilleure façon de s'aimer » Ed. Jean-Claude Lattès L'auteur parisien revient vers son public, après Le Porteur de cartable, avec La meilleure façon de s'aimer. Akli Tadjer mélange encore une fois l'humour et la tendresse pour nous servir une histoire poignante, celle de Fatima et de Saïd, son fils, jeune parisien vif et malicieux, qui n'ont jamais su se dire « Je t'aime ».
autres livres classés : algérieVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura