AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Christine Bossennec (Traducteur)Kamaleswar Bhattacharya (Traducteur)
EAN : 9782070764051
238 pages
Éditeur : Gallimard (02/05/2002)

Note moyenne : 4.21/5 (sur 24 notes)
Résumé :
Les nouvelles de Rabindranath Tagore le placent parmi les grands maîtres de cet art dans le monde. Elles illustrent les qualités de son génie, sa vive imagination alliée à une vue pénétrante de la réalité, son sens large de l'humain, son intolérance pour l'injustice et l'erreur. Tagore a observé le drame des humbles vies des villageois avec une sympathie et une compréhension infinies ; en les décrivant, il réussit à leur donner le pouvoir de nous intéresser et de no... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Tandarica
  12 avril 2020
Le juge est le personnage antipathique par excellence, l'épitomé du moraliste de la société. Il a succédé au bourreau, exécuteur des basses oeuvres de la celle-ci.
Le système des castes est au coeur des nouvelles ainsi que la révolte de Tagore.
La religion est le ballon de baudruche préférée de l'auteur qui ne cesse de se dégonfler : l'horoscope (allusion subtile), le trésor (où la fin sage n'efface pas la quête folle).
Le vagabond est le seul vrai héros, celui qui ne s'attache pas et fait ses bagages en quelques minutes sans rien laisser derrière lui.
L'autorité, sociale ou religieuse est traité avec ironie : sa quête n'est pas heureuse et Girabala est vite veuve.
C'est dans la résistance que réside le « bonheur », s'il existe, ou disons, au moins une paix éphémère, que les personnages se creusent à l'abri de la société et de la religion.
Sans conteste un auteur à connaître.
Commenter  J’apprécie          661
dbacquet
  07 mai 2018
Tagore était un extraordinaire conteur donc un maître de la nouvelle. Il y montre le coeur des hommes, dans ce qu'il a de noble mais aussi de terriblement destructeur, au sein d'une nature qui est celle du Bengale, avec ses petits villages, ses jungles et ses fleuves, une nature qui pour Tagore est toujours la Mère Nature, qu'il aime décrire selon les saisons, les lourdes pluies de la mousson succédant à des cieux brûlants et sans nuages, et selon les heures du jour ou de la nuit. Les personnages de ces nouvelles sont souvent attachants. C'est le cas du jeune brahmane nommé Tara de la première nouvelle "Le vagabond", qui séduit tous ceux qui l'approchent, si épris de liberté qu'il finit par refuser toute attache et toute contrainte, de Sashibusan de "Nuage et Soleil", un jeune étudiant en droit que la myopie rend un peu maladroit et qui va payer cher sa révolte contre l'administration coloniale, de Mrinmayi, la jeune fille un peu espiègle de "La petite mariée", et d'autres encore. Il émane beaucoup de tendresse de l'oeuvre de Tagore, une profonde humanité, mais ce qu'il révèle dans ces nouvelles, c'est aussi ce que le destin a de plus cruel, à cause d'une passion qui aveugle, ou d'une tradition entachée de fanatisme et qui conduit au sacrifice comme dans "Le bûcher funèbre", la nouvelle la plus cinglante du recueil, dans laquelle une jeune femme est conduite sur le bûcher de son époux décédé, qu'elle avait épousé la veille alors qu'il était agonisant et qu'elle en aimait un autre...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          391
lafilledepassage
  13 août 2019
Recueil de nouvelles de l'immense écrivain indien, Rabindranath Tagore, prix Nobel de littérature en 1913. Tagore est avant tout un poète et ses nouvelles sont de longs poèmes en prose, où les petites gens, les humbles, tiennent le premier rôle. Tagore les a observés tout au long de sa vie et il en dresse un portrait sensible et très juste.
Le lyrisme du poète enchante le lecteur et le dépaysement est assuré. On découvre une Inde métissée, multiple, très croyante et sensuelle. Les femmes sont engluées dans un système patriarcal que Tagore dénonce dès ses premiers écrits, à la fin du XIXème siècle. A la même époque, mes arrière-grands-mères n'avaient pas le droit de vote et n'avaient aucun espoir d'une émancipation quelconque.
Je retiendrai surtout la nouvelle qui donne son nom à l'ouvrage. Elle raconte l'histoire de ce jeune homme, semblable au jeune faon qui ne peut supporter d'être captif et qui est attiré par la musique, tellement épris de liberté, qu'il renoncera au mariage avec la jeune fille aimée. Un personnage très inspirant pour une fille de passage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          314
cathe
  06 septembre 2015
Tagore est l'un des premiers à avoir écrit des oeuvres romanesques telles que des romans ou des nouvelles. En effet, après les grandes épopées comme le Mahabharata et le Ramayana, c'est au 19è que se sont développées les traductions d'auteurs occidentaux et que sont nés les premiers romans.
Tagore est surtout connu pour sa poésie, pourtant j'ai découvert par ce recueil de nouvelles qu'il savait merveilleusement raconter des histoires de la vie de tous les jours, comme le faisait un Maupassant à peu près à la même époque. Ses sujets de prédilection sont la vie quotidienne des paysans, les traditions, l'intérêt pour l'étude (il a créé une école et une université) et bien sûr l'amour !
Dans "La jeune mariée", une jeune fille vive et impulsive est unie à un jeune homme calme, cultivé et très amoureux d'elle. Mais il faudra qu'elle apprenne à mûrir avant de devenir une femme en tant que telle !
Dans "Le vagabond", un jeune homme aime aller et venir, découvrir le monde et les hommes sans attaches ni sentiments. La seule chose qui saura le retenir, c'est la possibilité d'étudier qui lui ouvre le monde. Mais cela suffira-t-il à lui ôter l'envie de voyager ?
Dans les autres nouvelles, l'amour, la nature et la soif de savoir se mêlent souvent dans de beaux portraits d'hommes et de femmes.
J'ai pris beaucoup de plaisir à lire ces nouvelles où l'humanisme et la soif de justice sont toujours présents. Même si certaines situations semblent aujourd'hui un peu dépassées (même en Inde), les sentiments et la nature restent les mêmes et sont superbement décrits.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lounima
  17 mars 2013
Comme toujours avec cet auteur, j'ai passé un excellent moment, savourant la plume de l'auteur, les histoires variées, l'humour et la dénonciation de l'intolérance, des injustices et des traditions barbares (comme le sati)... Un vrai régal à déguster sans modération ! Certes, certains pourraient me faire remarquer que ces histoires semblent bien démodées, voire dépassées de nos jours; à ceux-ci, je dirai que l'amour et l'amitié sont des sentiments intemporels et que la nature, bien que malmenée par les hommes, reste la même et Tagore la décrit à la perfection !
Dans "Le Vagabond", un couple et leur petite fille de neuf ans rentrent chez eux en bateau. En chemin, ils rencontrent un très jeune brahmane, Tara. Très vite, la famille s'attache au jeune homme et, bientôt, une union est envisagée mais est-ce si simple d'emprisonner une âme libre et un coeur épris de Mère Nature ?
Dans "Le Trésor caché", un homme cherche un vain le trésor promis par un sannyasi mais où cette quête le mènera-t-il ? Et à quel prix ?
Dans "Nuage et Soleil", Tagore nous raconte avec beaucoup de poésie et d'humour le destin d'un jeune homme épris de justice et d'une petite fille amoureuse de cet homme trop myope pour la remarquer... Cette nouvelle est vraiment très belle et nous montre comment nous sommes nous-mêmes acteurs de notre bonheur... ou de notre malheur !
Dans "Les illusions perdues", un jeune homme, fraîchement arrivé à Darjeeling, reçoit les confidences d'une femme sannyasi... Elle lui apprend que tout sacrifier par amour n'est pas forcément la meilleure des choses à faire !
Lire la suite :
Lien : http://loumanolit.canalblog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
lafilledepassagelafilledepassage   13 septembre 2019
C’était la première fois que j’entendais parler avec élégance la langue urdu par une femme, et une femme très cultivée, et j’eus l’intuition que c’était vraiment un langage digne des Nabas et des Emirs des temps passés, mais pas du tout fait pour notre époque de chemins de fer, de télégraphe et de tout ce monde affairé. Comme les phrases coulaient des lèvres de Bibi-Saheb, j’imaginais de hauts palais de marbre, des coursiers fringants, brillamment ornés, avec leur crinières et leurs queues flottantes, des éléphants princiers portant des palanquins richement décorés, des rues égayées par les turbans aux multiples couleurs, les souliers de broderie d’or au bout retourné des citadins et les étincelants cimeterres recourbés des soldats, et d’amples loisirs et des robes gracieuses et souples et un cérémonial sans fin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
lafilledepassagelafilledepassage   04 septembre 2019
Mahamaya était une jeune fille de haute aristocratie bengalie, une Kulin. Elle avait vingt-quatre ans et était dans tout l’éclat de sa jeunesse et de sa beauté, comme une statue d’or pur, de cette teinte du soleil d’un bel automne, brillante et semblable au soleil, avec un regard libre et sans crainte comme la lumière du jour elle-même.
Commenter  J’apprécie          100
lafilledepassagelafilledepassage   01 septembre 2019
La plupart des hommes oublient que les droits conjugaux doivent être ré-établis à nouveau chaque jour. Ils se font délivrer leur marchandise à la douane par ce permis que la société leur octroie et n’y accordent plus, après, une seule pensée. Ils agissent comme s’ils avaient reçu toute autorité d’une force de police qui la tire du seul fait de porter un uniforme. Enlevez-leur uniforme et ils deviennent aussitôt les plus incompétents des hommes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
LounimaLounima   17 mars 2013
"Comme l'automne, la fin de la jeunesse vient sur nous comme une période paisible et pleine de charme, où le fruit de la vie comme le blé mûr est préparé dans une atmosphère de belle sérénité. Les agitations de la jeunesse n'y sont plus à leur place. Les bases de nos vies ont été plus ou moins sûrement établies, notre personnalité s'est développée à travers les peines et les joies, dans un monde où le mal, comme le bien, e formé notre caractère. Nous avons alors retiré nos désirs de ce royaume enchanté qui est au-delà de notre atteinte, et nous les avons placés dans les limites des choses possibles. Nous ne pouvons plus attirer les yeux éblouis d'un jeune amour, mais nous devenons plus chers à ceux qui nous ont connus. Tandis que l'éclat de la jeunesse lentement se fane, la nature intérieure qui ne connaît pas de vieillesse s'imprime sur le visage et dans les yeux à force d'y avoir longtemps habité." (Gallimard - p.145-146)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
SachenkaSachenka   26 février 2019
La loi est très lente à agir, comme une machine de fer immense et compliquée, elle accepte les preuves après les avoir pesées et inflige la punition avec calme, elle ne possède pas la chaleur d'un coeur humain.
Commenter  J’apprécie          120

Videos de Rabindranath Tagore (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Rabindranath Tagore
Lecture de Notre besoin de consolation est impossible à rassasier de Stig Dagerman et concert autour des oeuvres de Théodore de Banville, Gérard de Nerval, Paul Eluard et Rabindranath Tagore.
« C'est l'angoisse de la séparation qui s'épand par tout le monde et donne naissance à des formes sans nombre dans le ciel infini. C'est ce chagrin de la séparation qui contemple en silence toute la nuit d'étoile en étoile et qui éveille une lyre parmi les chuchotantes feuilles dans la pluvieuse obscurité de juillet. C'est cette envahissante peine qui s'épaissit en amours et désirs, en souffrances et en joies dans les demeures humaines, et c'est toujours elle qui fond et ruisselle en chansons. »
L'Offrande lyrique, Rabindranath Tagore, traduit par André Gide.
Ces émotions douces et amères qui nous secouent ne sont-elles pas universelles ? Ne sont-elles pas l'essence même de notre existence ? Deleyaman, groupe franco-américain dans la veine céleste de Dead Can Dance, aborde ces questions vibrantes, parle d'art, d'amour, de beauté et de contemplation comme des réponses à nos contraintes existentielles.C'est une amicale collaboration artistique entre le groupe et Fanny Ardant qui a donné naissance à cette création. Au travers d'un texte lu, elle dialogue avec le groupe sur une musique créée par Deleyaman. Avec le son du doudouk, le groupe d'Aret Madilian interprétera les titres français de sa discographie
Fanny Ardant : voix Béatrice Valantin : voix, clavier Aret Madilian : piano, clavier, guitare, percussion Guillaume Leprevost : basse, guitare Artyom Minasyan : doudouk, plul, pku Madalina Obreja : violon Gérard Madilian : doudouk
Création en partenariat avec le Trianon Transatlantique de Sotteville lès Rouen – Scène conventionnée d'intérêt national art et création chanson francophone.
À écouter – Deleyaman, « Sentinel », 2020. Plus d'informations sur www.deleyaman.com À écouter : https://deleyaman.bandcamp.com/album/sentinel
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature indienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La littérature indienne : etes-vous intouchable ?

Quel est le nom de l'ancienne propriétaire de la maison qu'occupe le couple dans "Loin de Chandigarh" de Tarun Tejpal ?

Fizz
Karine
Catherine
Angela

10 questions
88 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature indienne , indeCréer un quiz sur ce livre