AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Béatrice Vierne (Traducteur)
EAN : 9782268056630
352 pages
Éditeur : Le Serpent à plumes (30/11/-1)

Note moyenne : 4/5 (sur 7 notes)
Résumé :

Dans ce récit riche en anecdotes cocasses où évoluent de nombreux personnages originaux, Narayan convoque d'abord le petit garçon qu'il fut à Madras, puis le lycéen studieux de Mysore, toujours en avance d'une lecture et d'un apprentissage. Des tranches de vie qui précèdent l'un des moments les plus importants de son existence, celui où il eut pour la première fois conscience de sa vocation d'écrivain... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
cathe
  06 septembre 2015
J'ai eu une excellente surprise en lisant ce récit. En effet je l'avais pris car Narayan fait partie des quelques écrivains qui ont écrit après Tagore mais avant les romanciers contemporains que nous connaissons mieux (Rushdie, Naipaul, Nair, Desai, etc...). Je m'attendais donc à un récit encore influencé par Tagore et emprunt de classicisme. Pas du tout ! Ce livre qui est en fait une autobiographie de l'auteur, est d'une étonnante vivacité et se lit presque comme un roman d'aventures !

Né au début du siècle, Narayan vit à Madras avec sa grand-mère car son père est directeur de lycée et déménage souvent. Il passe donc son enfance dans une maison d'un quartier de Madras et il découvre peu à peu la ville au fur et à mesure qu'il grandit. Ses compagnons : un singe et un paon qui l'accompagnent partout et l'aident à faire les bêtises d'un enfant de son âge. L'école ne lui apporte pas ce qu'il souhaite et est surtout là pour dresser les enfants. Ses grandes vacances se passent avec ses parents et ses frères et soeurs qu'il découvre chaque année avec un peu de crainte et quitte à la fin de l'été avec tristesse. Au fur et à mesure qu'il grandit, on voit naître chez lui le goût de raconter des histoires. Nouvelles, pièces de théâtre, tout est bon pour assouvir son imagination débordante. Après le lycée, sa décision est prise, il sera écrivain ! Mais son père, maintenant en retraite, ne peut seul assurer les revenus de la famille et le narrateur devrait le seconder. Mais les quelques essais qu'il fait dans la vie courante sont des échecs ! Il ne sait faire qu'un chose : écrire ! Heureusement il aura quelques coups de pouce dans sa vie, dont celui de Graham Greene qui a lu un de ses manuscrits en Angleterre et l'a donné à son éditeur. Toujours entre deux orages financiers (une fois qu'il sera marié, ce sera pire), il réussira pourtant à publier une oeuvre assez considérable qui est mal connue en Europe (enfin... de moi en tout cas, et de ce que j'ai lu ;-) ).
Ce récit est vraiment très moderne dans le ton et dans la narration, je pense que la traduction très fluide est aussi pour beaucoup dans cette modernité. Il donne de l'Inde une image pas du tout caricaturale car il s'attache davantage aux personnes qu'au décor ou qu'à l'arrière-plan politique (la guerre est évoquée mais pas du tout l'indépendance). D'ailleurs après avoir lu les livres de Tagore et celui-ci, je remarque que pas une seule fois n'est évoquée la question des castes. Ici on sait juste incidemment que l'auteur est brahmane mais ce n'est qu'une indication expliquant un détail. Bref voilà un livre très vivant avec plein d'anecdotes que l'on peut tout à fait lire pour découvrir la vie en Inde dans la première moitié du 20è siècle et pour suivre l'itinéraire d'un écrivain indien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
5Arabella
  24 juillet 2016
Le titre est très explicite sur le contenu du livre : il s'agit des mémoires de l'auteur, en partant de son enfance à Madras, entre sa grand-mère et son oncle, les animaux domestiques, les premières années à l'école, jusqu'à un moment dans sa vie où il est lui-même grand-père, et sans doute pas si loin de sa mort. le livre ne fait qu'un peu plus de 300 pages petit format, et donc Narayan choisit les événements, les plus significatifs pour lui. Il n'aime pas l'école, sous aucune forme, préfère les lectures libres et les jeux, il ne se sent pas non plus fait pour un travail contraignant, et l'écriture vient comme une évidence, une liberté. Les débuts sont difficiles, les refus des éditeurs se suivent, jusqu'à ce Graham Greene le découvre et le fasse éditer.
L'image que Narayan donne de lui-même dans ce livre ressemble beaucoup à celui des personnages de ses romans. Il a surtout l'art de ne pas se prendre au sérieux, éternel enfant ou adolescent, rêveur, incapable de se plier à des règles strictes. Cela me donne encore plus envie de continuer à lire ses autres romans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


autres livres classés : littérature indienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
977 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre