AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782845973954
159 pages
Éditeur : Textuel (06/10/2010)

Note moyenne : 3.33/5 (sur 15 notes)
Résumé :

"On ne naît pas femme, on le devient". Des leçons de broderie aux cours d'éducation sexuelle, le XXe siècle est porteur d'une évolution, à la fois spectaculaire et paradoxale, de l'éducation des filles, naviguant entre l'enseignement d'un éternel féminin et une émancipation durement conquise. Cet ouvrage richement illustré met en scène ce cheminement à travers 200 documents souvent inéd... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Maliae
  03 septembre 2016
C'est donc un livre qui va parler des filles et de comment la société les « fabrique » et comment le XXème siècle va être bousculé par les féministes et comment les femmes vont chercher de plus en plus à s'émanciper de ce qu'on leur impose. Je tiens à dire que du coup, le titre du livre est vraiment bien choisi.
Le livre va nous proposer des moments historiques, illustrés par des documents de l'époque. On y retrouve un peu de tout, des publicités, des journaux intimes, en passant par des extraits des règlements, des cours donnés aux filles, des photographies etc., le propos est très bien illustré et c'est sans doute ces documents que j'ai préféré au cours de ma lecture.
On impose dès l'enfance aux filles un modèle qu'elle doive suivre pour être une « bonne femme, une bonne mère ». Elle doit prendre soin du foyer, être au ménage, à la cuisine, être mère, douce, gentille, prendre soin des hommes, patati patata. Même la propagande des politiques et surtout celle de Pétain (un vrai sale type ce gars), va dans ce sens. Les femmes doivent faire des gosses, repeupler le pays.
Bon je vous avoue que y a de quoi se tirer les cheveux quand on voit la vitesse à laquelle les choses changent (c'est à dire à peu près à la même qu'un escargot mort sur le bord d'une route), mais certaines femmes se battent pour que faire évoluer tout ça (et merci à elles vraiment).
On veut une mixité (mais là encore on se rend compte que même avec la mixité, les cours donnés sont genrés, avec les grands hommes historiques (et aucune femmes) et des exercices de lectures où maman fait la vaisselle et papa va vivre une aventure avec son fils), on veut être plus reconnu, plus libre.
C'est un ouvrage qui parcourt donc très rapidement le siècle et l'éducation des filles, mais reste tout de même assez succinct et va vraiment à l'essentiel. Ça m'a tout de même plu de découvrir la construction du genre durant le XXème siècle et de voir que sur certaines choses, on a pas beaucoup évolué (voir même peut-être bien reculée).
Une lecture intéressante donc.
Lien : https://jetulis.wordpress.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
val-m-les-livres
  05 octobre 2014
J'ai beaucoup aimé me plonger dans les illustrations de ce livre et surtout lire les documents d'époque. J'ai constaté que ces écritures d'autrefois que je trouve très belles et lisibles ne le sont pas pour ma fille qui n'arrivait pas à déchiffrer un texte que je voulais qu'elle lise. L'évolution de la lecture pour jeunes filles est très intéressante, comme l'est la lecture des dictées ou exercices d'autrefois. Féministes, vos poils vont se hérisser plus d'une fois ! Mais on suit aussi le combat de femmes qui souhaitèrent l'évolution du modèle féminin à l'école et ça ne fait pas de mal de remettre ces femmes sur le devant de la scène. J'ai pour ma part découvert les établissement d'éducation surveillée destinés aux mineures "perdues" (ouh que je n'aime pas ce qualificatif). Bref, trêve de blabla, ce livre vaut la peine non seulement d'être lu mais de figurer sur vos étagères, pour le feuilleter ensuite avec vos filles.
Lien : http://vallit.canalblog.com/..
Commenter  J’apprécie          60
claire_h
  17 juillet 2011
Beau livre bien documenté, par deux spécialistes du sujet, sur la question de l'éducation des filles de 1870 (l'école de la république) à 1970 (la libération sexuelle et la mixité scolaire). La dualité entre l'intention collective de maintenir les filles et femmes à la maison comme gardiennes du foyer, et leur volonté d'accéder à l'indépendance sont très bien rendues, en chapitres courts et percutants grâce aux témoignages et illustrations.
Celles-ci, inédites pour la plupart, sont très bien choisies, au service de la démonstration.
Commenter  J’apprécie          20
pavovla
  27 octobre 2012
Un album très inintéressant illustré qui retrace un siècle de fabrication des filles.
En s'appuyant sur une iconographie à la fois riche et si banale: les photos de classe, les revues de mode.
Une histoire de libération et de contrainte
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
MegGomarMegGomar   11 janvier 2015
Féminisme et éducation

Le mouvement féministe place l’instruction des filles en haut de ses priorités, s’alliant avec les républicains anticléricaux qui cherchent à chasser les bonnes sœurs des écoles de filles. La plupart des féministes acceptent la non-mixité et des programmes différents selon les sexes, mais protestent contre les insuffisances de l’éducation féminine. A la veille de la guerre, Madeleine Pelletier exprime un avis bien plus radical dans L’éducation féministe des filles. En voulant battre en brèche les traditions et les pratiques qui maintiennent les femmes dans un état d’infériorité, elle s’attaque à l’éducation familiale : « Les jouets seront l’objet de toute la sollicitude de l’éducatrice féministe, car ils contribuent dans une grande mesure à la formation de l’esprit et du caractère. On proscrira les poupées, les petits mobiliers, les fourneaux de cuisine qui enseignent dès le berceau à la petite fille qu’elle sera une ménagère. On aura des jeux de patience, des constructions qui habituent les enfants aux efforts d’attention ; on donnera même des jouets militaires. » Elle peste contre les travaux d’aiguille, mais encourage les travaux ménagers pour filles et garçons. Son égalitarisme est toutefois exceptionnel. Des opinions plus largement partagées sont diffusées dans La Fronde, dirigée par Marguerite Durand et une équipe de rédactrices. Il y est question de meilleures formations professionnelles et de l’accès plus large aux diplômes et aux écoles ouvertes aux hommes.

p57 (partie 1, 1870-1914).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Françoise Thébaud (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Françoise Thébaud
Ecrire pendant la Grande Guerre.
autres livres classés : éducationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
562 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre