AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9791092961423
160 pages
Éditeur : Le peuple de Mü (23/10/2015)
3.5/5   12 notes
Résumé :

2197. Le visage de la Terre a changé. La nature a repris ses droits sur l'Homme. Ce qu'il reste de l'humanité vit reclus dans des villes-bulles, protégées du monde extérieur par leurs champs de force.

Depuis leur naissance, tous les individus subissent des injections régulières de Mnémenol, ce liquide qui protège contre les infections des spores végétales du monde extérieur.

Alice est une botaniste qui semble développer une ré... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,5

sur 12 notes
5
1 avis
4
4 avis
3
4 avis
2
2 avis
1
0 avis

kateginger63
  13 novembre 2019
Une dystopie où les plantes vous tuent
*
Ce très court roman de SF d'anticipation/dystopie m'a été pioché par Witchbade dans le cadre du challenge.
Mais malgré les thèmes intéressants comme la problématique des manipulations génétiques ou le souci écologique, la lecture ne m'a pas convaincu.
Le format court proposé est justement ce qui m'a empêché de m'imprégner de l'atmosphère et des personnages. L'intrigue assez légère ne m'a pas permis d'adhérer facilement à l'histoire. Il me manquait des détails plus précis.
*
Mais j'ai apprécié l'environnement, l'idée de départ, et ce beau message de la fin.
La plume est fluide, facilement accessible aux plus jeunes (à partir de la sixieme) et propose des idées propres à la SF (non violentes ou glauques).
*
Il faut souligner le petit prix de ce roman (en numérique).
En fait, je l'aurais bien vu au format de Nouvelle.
Commenter  J’apprécie          410
Witchblade
  13 mai 2016
Livre lu grâce à un échange avec eTemporel et découvert lors d'une masse critique.
Sa couverture entièrement verte ainsi que le titre du roman m'avaient très intriguée et j'ai été d'autant plus surprise par l'épaisseur du livre (160p). Mais après lecture, je peux affirmer que la densité d'une histoire ne se résume pas au nombre de pages mais à la qualité de conteur de l'auteur. Je ne suis pas une grande lectrice de dystopie (mon premier essai, « Never Sky », avait été un échec) mais j'ai particulièrement apprécié celle proposée par Sébastien Tissandier.
Comme je le disais, je n'ai, pour le moment, pas beaucoup lu de dystopie mais j'en ai découverte quelques unes sous format visuel (séries/films). Cela m'a ainsi permis de ressentir les différentes influences de cette histoire (« Dôme », « Hunger Games », « Divergente », « Men in Black », …). L'auteur a piqué une ou deux idées par-ci par-là et les a modifiés pour les mettre à sa sauce. Nous obtenons ainsi un univers très bien construit, il est basé sur la génétique et l'écologie. La fin m'a totalement surprise et subjuguée de part son cheminement et ce que l'auteur essaye de nous montrer à travers son roman. Il nous a créé un monde complexe que ses personnages apprennent à découvrir au gré de leurs aventures. le moins que l'on puisse dire est que l'histoire va à 100 à l'heure, on n'a pas le temps de s'ennuyer en compagnie des personnages. Nous découvrons leur monde grâce à leurs explications qui ne sont ni trop courtes ni trop longues. Avec cette histoire, les personnages principaux ne sont pas au bout de leurs surprises et nous non plus. Et pour une fois, je n'ai pas envie d'en dire plus de peur de gâcher la découverte pour les futurs lecteurs.
Comme vous l'aurez compris, ce roman a été un gros coup de coeur pour moi, le monde créé par l'auteur m'a complètement subjuguée surtout après en avoir déterminé certaines des influences. Mon second essai pour une dystopie est un coup de maître, ce qui me donne un peu plus envie d'en découvrir d'autres, dès que ma PAL aura un peu diminuée. le seul hic vient des quelques coquilles laissées par la maison d'éditions : une négation mal placée, tenant pour « tentant », à la celle pour « à celle », …. Si vous êtes sensibles à l'écologie de notre planète, je vous conseille donc très fortement de découvrir ce petit chef d'oeuvre. Pour ma part, je vais partir à la recherche des autres romans de cet auteur français.
Sur ce, bonnes lectures à vous :-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          342
LunaZione
  26 décembre 2015
Franchement, je ne sais pas ce qui se passe avec cette chronique : ça doit bien faire deux-trois fois que je la réécris et qu'over-blog me la ré-efface dès que j'ai le dos tourné (bon, il est vrai aussi que si j'avais été moins dissipée - merci les cours ! - et que j'avais écris directement cette chronique après ma lecture, ça ne me serait probablement pas arrivé...) !
Dans tous les cas, je tiens vraiment à remercier Sébastien TISSANDIER et les éditions du Peuple de Mü pour l'envoi de ce roman pas comme les autres que j'ai beaucoup apprécié : bref, merci !
J'ai réellement accroché au format de cette histoire, bon, bien sûr, j'aurai aimé que l'"histoire" des lieux soit davantage présente et expliquée mais, vu le format et la taille du texte, j'ai trouvé que c'était un bon compromis. Personnellement, j'ai apprécié l'ambiance de l'histoire, un peu sombre et étouffante. Je pense que c'est également pour cela que j'aurai bien aimé en savoir plus sur les lieux : on sent que quelque chose cloche mais il nous manque des informations... Avoir plus de détails m'aurait sans doute permis d'entrer davantage encore dans l'histoire.
Cela dit, celle-ci m'a beaucoup plu : le coup des rêves m'a beaucoup intriguée et encore plus la façon d'agir des "nettoyeurs" (en quinze jours, j'ai oublié leurs noms malheureusement) : j'ai trouvé assez inquiétant leur façon d'effacer la vie de quelqu'un en quelques heures... Bon, visiblement, ils ne sont pas si doués que ça, mais l'idée qu'ils puissent réellement exister un jour m'inquiète beaucoup.
J'ai un peu moins accroché à la fin que j'ai trouvé trop surnaturelle pour m'être réellement crédible : l'idée est très jolie mais je pense que le manque de détails (que je réclame depuis le début de cet article donc !) m'a empêché de croire réellement à cette histoire et donc de me laisser porter par la fin. C'est trop gros et inattendu pour que je puisse réellement y croire ! Je pense qu'avec un peu plus d'indices là-dessus au cours de ma lecture, ça serait mieux passé... Cela dit, la fin reste pas mal et dégage de bonnes idées à prendre en compte dans notre vie réel : le message est très beau et positif !
Ça m'a fait un peu bizarre que l'héroïne porte le même prénom que moi et encore plus quand j'ai découvert que sa meilleure amie avait le même prénom que l'une de mes plus anciennes amies (coucou Alice !) : c'est peut-être pour ça aussi que je me suis assez détachée de ce texte, c'est toujours perturbant que l'on puisse associer directement des personnages avec des personnes de la vie réelle même si ils ne se ressemblent pas plus que ça.
Cela dit, les deux jeunes femmes sont très sympathiques et agréables à suivre tout comme leurs acolytes. J'ai vraiment pris plaisir à suivre leurs aventures et à les voir évoluer avec leurs découvertes.
J'avais déjà eu l'occasion de découvrir l'écriture de Sébastien Tissandier mais dans un genre totalement différent, du coup, j'ai réellement apprécié redécouvrir son écriture dans un univers d'anticipation. J'ai beaucoup apprécié la fluidité et la modernité de ses mots : l'on suit facilement ses personnages et je pense que son texte est globalement accessibles à tous les lecteurs, même jeunes (c'est typiquement le genre d'histoire que je piquais à mon père quand j'étais en primaire !) : l'univers est soft, un peu merveilleux et bon enfant même si tout n'est pas rose, c'est loin d'être glauque et sanglant.
Un texte que j'ai apprécié et que je vous conseille.
Lien : http://lunazione.over-blog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
shao69
  13 décembre 2015
Je l'ai dévoré. Voilà le ton est donné. Ce roman nous emmène dans le futur. Un futur où l'homme se protège de la nature derrière des dômes de protection, répartis en 13 citées. Car dans cette univers la nature à repris ses droits, elle s'est élevée contre l'homme destructeur. Afin de survivre face aux spores qui détruisent le corps humain de l'intérieur, chaque être humain doit recevoir une injection de Mnéménol. Chloé travaille dans une équipe de mécaniciens chargés de la maintenance de la bulle de protection. Elle fait équipe avec Evan et Gaëtan. Alice, sa colocataire travaille elle dans un laboratoire.
Chloé fait des rêves, des rêves dans lesquelles la nature n'est pas hostile. Chloé s'apprête à rencontrer un homme qui pourrait l'aider à comprendre pourquoi elle rêve ainsi lorsque débarque des « men in black » pas sympathiques du tout. En plus de l'enlever, ils font en sorte de l'effacer, comme si elle n'avait jamais exister ni pour ses amis ni pour la société.
Mais tout ne semble pas fonctionner comme prévu; Les amis proches de Chloé ont de réminiscence de son existence. Là vous embarquez pour une virée futuriste pour une quête de la vérité.
Deux thèmes sont abordés dans ce roman, le rapport entre l'homme et la nature, et la surveillance de l'état. Pour le premier ont ne sait pas vraiment quel est le déclencheur de la rébellion de la nature – même si en pleine COP21 j'en ai une vague idée – ni quand cela c'est passé. En tout cas la nature a reprit ses droits et fait payer au prix fort les erreurs humaines. Cette fameuse nature qui a donnée vie à des spores végétaux capable d'entrer en nous pour ensuite « germer » de l'intérieur et forcément le résultat est la mort.
Le second thème, sans tomber dans le monde de « 1984 » interpelle sur le contrôle de la population, de ses idées, et de sa dépendance envers les dirigeants. Dans les bulles tout semble être aseptisé, les gens vivent, sortent, boivent, regardent la télé, mais il y a dans les descriptions comme une froideur du décor. On imagine ce monde gris…sans verdure.
L'intrigue monte crescendo et nous amène à nous poser des questions sur notre responsabilité envers la nature, et nous alerte à être vigilant sur ce que l'on nous dit.
Sébastien Tissandier nous tient ici en haleine sur une thématique et un univers captivant.
Le style
Celui-ci est tout de suite accrocheur. L'auteur ne nous perd pas en descriptions qui n'en finissent plus, au contraire le style est percutant. Il donne à ses personnages une belle envergure, surtout Evan. Et le tout teinté d'une note d'humour.
Mon petit point positif :
J'attends la suite avec impatience car suite il y aura 😉
Lien : http://www.murmuresdekernach..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Alegato
  09 août 2020
Mon premier livre de Sébastien Tissandier et c'est plutôt une bonne surprise. le thème principal du livre est intéressant et plutôt original, la morale écologique bien qu'un peu cliché est en plein dans l'actualité et sûrement encore plus pour les 20 prochaines années. On aborde aussi le thème de manipulation de population à grande échelle avec la désinformation via les réseaux sociaux ou les grands canaux d'informations, la surveillance de chaque individu et la privation de liberté lorsque l'on ne va plus dans le sens voulu, bref tous les ingrédients d'un régime totalitaire. L'histoire bien que cousue de fil blanc est divertissante et on passe un bon moment. Cependant j'ai trouvé que tout se passe trop bien, il n'y a aucun accroc dans l'aventure, dans l'action. C'est sûrement voulu vu la taille du livre, mais j'ai eu l'impression d'un roman destiné aux ados ou l'on n'approfondit pas grand-chose pour ne pas perdre de lecteurs en cours de route. J'ai trouvé cela dommage, quelques rebondissements, un approfondissement des personnages et du contexte auraient été les bienvenus.
J'ai donc bien aimé le Mnémenol, j'ai passé un bon moment, le thème écologique est une bonne idée même s'il ne sert que de prétexte et ne reste qu'une toile de fond, le roman est plutôt orienté action à limite du thriller. C'est une lecture simple et rapide ce qui fait que je suis aussi resté sur ma faim.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
WitchbladeWitchblade   16 mai 2016
- Pourquoi avoir laissé tout ce temps à l'humanité pour oublier son passé si c'est pour le lui rappeler des dizaines d'années plus tard ?
Le Vieux sourit et regarda Alice.
- Certainement qu'il était nécessaire que l'humanité oublie ce qu'elle avait fait en attendant d'être prête à réparer ses erreurs...
- C'est tellement plus facile de se voiler la face plutôt que d'assumer ses actes, commenta Gaétan. L'Homme est champion pour ça.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
AlegatoAlegato   15 août 2020
J’ai ressenti la mort de chaque être humain dans ma chair, comme celle de chaque être vivant, animal ou végétal, que vos semblables massacraient. Mais j’ai dû faire le choix de protéger la vie de ce monde contre une espèce envahissante, sans respect ni considération pour celles qu’elle supprimait.
Commenter  J’apprécie          10
AlegatoAlegato   15 août 2020
M. Falcone, était un homme de petite taille, bedonnant, les joues rougies et dilatées, chauve. La caricature même des hommes politiques qui vivaient dans le luxe et l’opulence tandis que le peuple se serrait la ceinture, se dit Alice.
Commenter  J’apprécie          10
Jadechocolat17Jadechocolat17   30 juin 2019
Je ne sais pas si vous avez jeté un coup d'oeil en dehors de la Bulle ces derniers temps, mais ce n'est pas le monde des Bisounours !
- C'est quoi les "Bisounours" ? demanda Marc.
- Euh ... rien, laisse tomber, lui répondit-il, encore un souvenir d'un truc qu'on n'a jamais connu ...
- Ah ...
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Sébastien Tissandier (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sébastien Tissandier
2197. le visage de la Terre a changé. La nature a repris ses droits sur l?Homme. Ce qu?il reste de l?humanité vit reclus dans des villes-bulles, protégées du monde extérieur par leurs champs de force. Depuis leur naissance, tous les individus subissent des injections régulières de Mnémenol, ce liquide qui protège contre les infections des spores végétales du monde extérieur.
Alice est une botaniste qui semble développer une résistance au vaccin. Aidée d?Evan, un technicien de la Bulle, elle va découvrir l?ampleur du mensonge dans lequel les humains sont plongés depuis leur naissance et tout faire pour que l?humanité se souvienne de son histoire.
Sébastien Tissandier emprunte, pour son nouveau roman, la voie de la dystopie écologique pour nous narrer les aventures de survivants enfin éveillés aux réalités de leur époque. le Mnémenol est une course-poursuite haletante au sein d?une ville entière placée sous un dôme hermétique et la coupe d?une organisation autocratique.
ISBN papier : 979-10-92961-41-6 ISBN numérique : 979-10-92961-42-3 Illustration : Fanny Liabeuf Nombre de pages (papier) : 160 Dépôt légal : octobre 2015
Date de sortie : 23 octobre 2015
Retrouvez-nous sur https://www.lepeupledemu.fr
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
351 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre