AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2368120319
Éditeur : Charleston (01/01/1900)

Note moyenne : 3.29/5 (sur 28 notes)
Résumé :
Des milliers de lecteurs à travers le monde sont tombés amoureux de la ville de Big Stone Gap, nichée dans la chaîne des Blue Mountains de Virginie, et de la vie de cette Ave Maria Mulligan, auto-proclamée la vieille fille de service !
Ave Maria, qui va avoir trente-six ans, se résigne à sa solitude malgré des journées bien remplies par un dur travail, des amis amusants et de bons livres. Puis un jour, le passé d’Ave Maria se découvre pour lui révéler un secr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
iris29
  12 janvier 2016
J'ai un avis assez mitigé sur ce livre car il dit des choses profondes mais au final , il manque de puissance. Peut-être parce qu'il manque de crédibilité?
En 1978, Ave Maria, est la vieille fille de sa petite ville nichée dans les montagnes. Ce n'est pas qu'elle soit très vieille , (35 ans ), mais à son age toutes ses copines sont casées depuis longtemps , quand elles ne sont pas déjà grand-mères... ça se passe comme ça à Big Stone Gap!
Il faut dire qu'elle est très occupée, entre son métier de pharmacienne, ses activités de secouristes et son bénévolat en tant que metteur en scène..Et puis , Ave Maria, s'occupe trop des autres et pas assez d'elle même . Sa mère est décédée depuis un an quand le testament révèle des choses sur sa filiation qui remettent tout en perspective. C'est une excellente occasion de changer certains aspects de sa vie .
Et c'est là que je ne suis pas entièrement convaincue...Certaines anecdotes m'ont parues , un peu trop faciles ou pas crédibles : (le leg de la pharmacie...?)
. Je ne me suis pas sentie en empathie avec les personnages, ayant du mal à comprendre leurs réactions . Il y a quelques passages très jolis ,notamment ceux sur les racines Italiennes (que je partage, et qui ont mis en lumière certaines particularités dues à nos origines:) ...!
Certains passages sont amusants comme ceux consacrés à la "bible" d'Ave Maria ,(un petit livre de morpho-psychologie), grâce auquel elle comprend les caractères de ses voisins et amis. C'est ce ton un peu décalé et humoristique que j'aurais aimé trouver tout le long du roman .
Certains passages sont en trop comme ceux sur Elizabeth-Taylor (et bien qu'ayant lu sa biographie) , je ne vois pas ce que ça apporte .
C'est un roman assez agréable , mais pas parfait , pleins de bonnes intentions (comme pourrait dire des profs sur des bulletins scolaire) Il pêche par manque de choix , de ligne conductrice.Un ton désuet, amusant , plein d'émotion gâché par une certaine lourdeur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Labibliothequedemarjorie
  30 septembre 2018
1978, Big Stone Gap dans l'Etat de Virginie.
Ave Maria Mulligan, célibataire de trente-six ans, est pharmacienne dans l'officine que lui ont légué ses défunts parents. Elle se consacre pleinement à son métier qu'elle prend très à coeur, et s'investit beaucoup dans la commune entourée de ses amis. A la mort de sa mère, des vérités sont dévoilées, Ave Maria doit faire des choix et décide de faire le ménage dans sa vie.
Big Stone Gap se trouve au pied des montagnes bleues ou Blue Ridge Mountain dans l'Est des Etats-Unis. On y trouve la chaîne de montagnes des Appalaches qui offre des paysages fabuleux. La commune est décrite comme une petite province américaine, aux pavillons et aux jardinets parfaits comme on peut le voir dans certaines séries américaines. Tout le monde se connaît, on sait tout de ses voisins. C'est une petite ville où l'on se sent en sécurité. Ave Maria y a grandi et n'en est jamais partie.
Nous sommes à la fin des années 1970. La place de la femme dans la société a évolué depuis une vingtaine d'années mais être célibataire est toujours mal vu.
Pharmacienne dévouée, elle rend visite à ses clients tous les jours, soit pour leur déposer leurs médicaments, soit pour s'assurer que tout va bien. En parallèle, elle est bénévole secouriste et met en scène des pièces de théâtres locales. Elle n'a pas le temps de s'ennuyer. Il n'y a qu'une seule ombre au tableau : il lui manque un homme. Les demandes en mariage ne manqueront pas.
Ave Maria est un personnage touchant à la personnalité assez rigolote. J'ai bien aimé le contexte de l'histoire, cependant je me suis terriblement ennuyée. le récit est léger, il y a beaucoup de lenteurs. Il faut attendre plus de 200 pages avant qu'il ne se passe réellement quelque chose d'intéressant. Je n'ai pas abandonné ma lecture et j'ai longtemps attendu un bouleversement ou un retournement de situation mais finalement tout reste plat jusqu'à la fin. C'est dommage.
Lien : http://labibliothequedemarjo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Moonshine
  21 janvier 2015
Voilà plus d'une semaine que je n'avais pas lu un livre. Une sorte de panne livresque en partie due aux derniers évènements. Rien ne me tentait, j'avais envie d'une lecture bonne humeur, doudou, j'avais bien des titres en tête mais rien n'arrivait à me faire lire. Jusqu'à ce que je reçoive ce roman dans ma boîte aux lettres. Devant cette couverture respirant la joie et la douceur et après lecture du résumé, je me suis dit que je tenais peut-être là le livre dont j'avais besoin.
J'ai commencé à lire et j'ai tout oublié. J'ai commencé à sourire devant les premières pages où notre héroïne décrit sa passion pour les livres, le réconfort qu'ils lui apportent, ce qu'ils lui ont appris. Je m'y suis toute de suite identifiée et j'ai tourné les pages m'immergeant complètement à Big Stone Gap. Il faut que je vous avoue un petit truc qui m'est venu de je ne sais où. Je suis fan des films de Tim Burton, surtout ceux avec Johnny Depp. Je les adore tous sans aucune hésitation. Mais j'ai une petite préférence pour un classique du genre : Edward aux mains d'argent (pour ceux ou celles qui ne l'auraient jamais vu, je ne peux que vous conseiller, vous ordonner, de le voir de toute urgence). Enfin bref, pour en revenir au livre, je ne sais pas pourquoi mais l'ambiance, l'époque de Big Stone Gap m'ont fait penser à la bourgade dans laquelle se déroule Edward. A Big Stone Gap, j'étais chez moi dans un petit cocon de bonne humeur et de douceur.
Ave Maria (Ave comme la prière et non pas Ava comme Ava Gardner), cette célibataire de trente-cinq ans, nous accueille vraiment chez elle, nous offre une bonne tasse de chocolat chaud et nous raconte sa vie de manière vivante, drôle, ironique aussi mais surtout énormément touchante. Et une vie plutôt mouvementée. Dans une petite bourgade comme Big Stone Gap, tout se sait, tout le monde connaît tout le monde et on ne peut pas garder de secrets bien longtemps, surtout quand on encore est célibataire à trente-cinq ans, que l'on vient de perdre sa maman, que l'on est apprécié de tous et que vous faites des découvertes qui vont changer votre vie à tout jamais.
Heureusement au milieu de tous ces bouleversements qui l'amèneront à se découvrir une grande famille, elle va pouvoir compter sur le soutien de ses amis. le beau gosse et drôlissime Théodore son meilleur ami de toujours, Jack Mac le timide au grand coeur hyper touchant, la fantasque Iva Lou conductrice du Bookmobile (je vous avoue que tout le livre je pensais Batmobile version livres)(sans Christian Bale  ), et j'en oublie pleins d'autres, des adolescentes aux papis et mamies, tous vont la soutenir et la remuer quand il le faudra.
Nous allons rire, sourire, pleurer, déprimer, avoir honte, aimer avec elle. Nous allons nous aussi aller de découvertes en découvertes, sur les traces de sa famille. Nous allons espérer pour qu'elle arrive à ses fins. Et surtout nous allons découvrir ce que cache son coeur, au plus profond et découvrir l'amour de sa vie, mais avant elle (quoique jusqu'à la fin je me suis demandée si elle allait finir par enfin ouvrir les yeux).
L'écriture est douce, légère, entraînante. Elle nous berce tout du long et on n'en sort qu'à reculons, on aimerait tellement prolonger ce doux moment. Je me suis donc régalée du début à la fin et pour conclure je ne peux que vous conseiller un bon chocolat chaud, quelques petits gâteaux, une couverture toute douce et d'ouvrir la première page de ce roman.
Cocooning'ment Vôtre,
Lien : http://lune-et-plume.fr/bien..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
marielitenpyjama
  22 janvier 2015
Bienvenue à Big Stone Gap, l'histoire :
Ave Maria Mulligan a plusieurs problèmes majeurs dans la vie, à commencer par son prénom (Ave Maria), son âge (35 ans) et son célibat (tic tac tic tac).
A Big Stone Gap, pas loin des Blue Mountains de Virginie, tout le monde connait tout le monde. Ave Maria a donc été cataloguée vieille fille de service et écoule des jours ni heureux ni malheureux dans la pharmacie locale. Mais suite au décès de sa mère, la révélation d'un secret de famille va venir bouleverser ce bel équilibre et rajouter un brin d'aventures dans la vie trop pépère de notre héroïne…
J'ai lu ce roman dans le cadre des lectures Charleston 2015, c'était une lecture plutôt sympa, notamment, grâce aux personnages amusants et hauts en couleurs, qu'on voit défiler tout au long du roman : une bombasse au volant d'une bookmobile (bibliothèque sur roues), un meilleur ami au comportement ambigu, un soupirant fiancé à une autre et… Elizabeth Taylor. Des passages m'ont fait sourire, voire rire, on ressent bien l'ambiance de la petite ville de province où tout se sait, tout s'apprend et se répète. Bref, voici un roman bien sympathique, au charme un peu désuet (l'intrigue se passe dans les années 70, quand il fallait encore appeler une agence de voyager, pour réserver un billet d'avion), romantique sans être mièvre, léger et sympathique.
Lien : http://fan-de-chicklit.com/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
DrunkennessBooks
  08 mars 2015
Même après avoir fini ma lecture je n'arrive pas à classer Bienvenue à Big Stone Gap ! On rit, on pleure et on s'indigne au fur et à mesure que l'on tourne les pages et que l'on apprend à apprécier les habitants de cette petite ville nichée au coeur des Montagnes Bleues.
J'ai eu un gros coup de coeur pour ce livre ! Si les habitants de Big Stone Gap sont uniques que dire d'Ave Maria notre héroïne. A bientôt 36 ans, celle-ci a toujours vécu à Big Stone Gap. Cette pharmacienne d'origine italienne connaît tout le monde et tous les habitants la connaissent. D'ailleurs, dans cette ville où en 1978 il n'est pas rare d'être enceinte à 15 ans et mariée à 16, on peut dire que cette « vieille fille » se démarque, surtout que les ragots et autres commérages vont bon train à Big Stone Gap. Mais la petite vie bien rangée d'Ave Maria va être bouleversée lorsqu'elle apprend que le mari de sa mère n'est pas son père biologique. La voilà donc lancée dans la quête de ses origines mais c'est sans compter sur les habitants de sa petite ville et en particulier sur le séduisant Theodore et l'adorable Jack.
J'ai beaucoup apprécié ce roman que ce soit au niveau de l'histoire, des personnages ou même de l'écriture. Dès les premières pages, j'ai été plongée dans une autre époque, une autre atmosphère. Je m'y croyais vraiment et j'ai été totalement dépaysée.
Si l'intrigue semble, à première vue, simple et banale, au final ce n'est absolument pas le ressenti que j'ai eu une fois ma lecture terminée. Au contraire, l'histoire est très prenante ! Ce livre fait partie de ces ouvrages pleins d'émotions qui, une fois achevés, vous mettent de bonne humeur pour un bout de temps.
Ce qui fait aussi l'intérêt et la richesse de ce livre, ce sont ses personnages, notamment ses personnages secondaires. Certes Ave Maria est incroyable et on s'attache rapidement à elle mais j'ai tout simplement été conquise par la galerie de personnages hauts en couleurs qui gravitent autour de notre héroïne. Pearl, Jack et compagnie sont tour à tour attendrissants et têtes à claques ! J'ai adoré la manière dont ils interviennent tous dans la vie d'Ave Maria.
Concernant le style de l'auteur, celui-ci est vraiment riche ! Malgré quelques lenteurs au début du roman, Adriana Trigiani alterne avec beaucoup de justesse et d'efficacité dialogues et descriptions. L'utilisation de la première personne rend le texte très vivant et dynamique.
Si vous cherchez un roman riche en émotions alors courez vite acheter Big Stone Gap, une petite merveille à lire sans modération.

Lien : http://drunkennessbooks.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
CielvariableCielvariable   13 janvier 2019
Ce que j’ai appris de plus important, c’est dans les livres. Les livres m’ont montré comment juger les personnes. Le plus utile que j’aie jamais lu m’a appris à lire les visages d’après les règles d’un art chinois très ancien appelé siang mien, selon lequel la taille des yeux, la courbe des lèvres et la hauteur du front donnent de précieuses indications sur le caractère d’un individu. L’emplacement des oreilles parle de l’intelligence. Des yeux enfoncés révèlent une personnalité secrète. Des sourcils qui se rejoignent peuvent répondre à la question : Cet homme serait-il capable de me tuer à mains nues ? (oui.) Même les fossettes ont un sens. J’en ai, et d’après cet art, cela signifie que quelque chose de merveilleux doit m’arriver quand j’aurai trente-cinq ans. (Quatre mois sont passés depuis mon anniversaire et j’attends toujours.)

Si vous lisiez mon visage, vous verriez que je suis une personne bien portante avec des yeux bruns, de bonnes dents, de jolies lèvres et un nez auquel les gens, quand ils sont aimables, trouvent de la noblesse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   13 janvier 2019
J’ai pensé que si je lisais le visage de mon père, je pourrais comprendre pourquoi il était si méchant. Je l’ai longuement étudié. Le visage de papa était carré avec beaucoup d’angles : front rectangulaire, joues anguleuses, menton pointu. Il avait de petits yeux (signe d’une nature portée à la tromperie), un gros nez (signe d’argent vers la cinquantaine, qu’il eut grâce à la pharmacie dont il était propriétaire), et pas de lèvres. Enfin, il avait deux lèvres mais sa bouche était comme un trait de crayon gris. C’est un signe de cruauté. Quand vous regardez les informations à la télé, regardez la bouche des présentateurs. Je suis prête à parier qu’ils n’ont pas de lèvre supérieure. On n’entre pas à la télé parce qu’on est gentil.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   13 janvier 2019
Quel homme ne l’aime pas ? Elle s’intéresse à chacun d’eux avec beaucoup de gentillesse. Elle examine les hommes comme on inspecte les œufs : ce sont de parfaits spécimens créés par Dieu à son intention pour qu’elle leur prodigue ses soins. Et elle n’en a pas encore rencontré un qui n’apprécie pas ça. Charmer un homme est un vrai talent, comme jouer au piano sans partition. Nous ne sommes pas toutes des tombeuses nées, mais Iva Lou a fait de la séduction une forme d’art.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
CielvariableCielvariable   13 janvier 2019
C’est une bonne fin de semaine de lecture qui s’annonce. J’ai pris hier une douzaine de ces excellentes tuiles au chocolat en vente au Club français. (Je ne sais pas ce que Vernie Crabtree met dedans, mais elles sont à la fois moelleuses et croustillantes.) Les tuiles, un bol de café et un bon livre, et me voilà parée pour la fin de semaine pluvieuse. On est déjà début septembre ; dans nos montagnes, s’il fait bon pendant la journée, un brouillard froid se lèvera à la nuit tombée pour nous rappeler que l’automne n’est pas loin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   13 janvier 2019
Quand il y a une femme dans une pièce, il faut qu’un homme le sache. Quand Iva Lou s’amène, tout le monde la reconnaît.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Adriana Trigiani (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Adriana Trigiani
Adriana Trigiani - The Shoemaker's Wife (en anglais)
autres livres classés : cancerVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Jacques a dit …

Jacques Brel a écrit Amsterdam qui fut son premier succès

VRAI
FAUX

10 questions
40 lecteurs ont répondu
Thèmes : chanson , cinema , politique , poésie , histoireCréer un quiz sur ce livre