AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782352043591
80 pages
Les Arènes (08/10/2014)
3.78/5   30 notes
Résumé :
Depuis l'Antiquité jusqu'à nos jours, les préjugés ont la vie dure. Pour la première fois, ils sont cartographiés ici. 40 cartes inédites portent un regard satirique et sans concession sur les stéréotypes nationaux, 40 regards croisés où l'on rit aussi bien des autres que de nous, 40 caricatures hilarantes qui nous en apprennent plus que de longs discours. Best- seller en Allemagne, L'Atlas des préjugés est un livre plein d'ironie qui permet de mieux comprendre les ... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,78

sur 30 notes
5
3 avis
4
4 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis

MarcoPolo85
  10 octobre 2014
Il faut le dire. Notre mal être français d'aujourd'hui est dû aux étrangers. Les Ricains nous piquent nos ingénieurs, les chinois nos usines, les espagnols nos touristes.
On ne peut plus rien fabriquer à cause des allemands, avec leurs BM et leurs Audi, mais aussi à cause des Suédois avec leurs meubles en kit ou encore les Finlandais et leurs mobiles.
Le bon pot au feu de mamie est de plus en plus remplacé par la pizza, le nem, le wrap, les fajitas ou le kebab.
Et ne parlons pas du pinard bien souvent ersatzisé par la vodka, le rhum ou le whisky coca.
Vous vous rendez compte de notre malheur ?
Sans cet envahissement purement extérieur, le bon peuple français vivrait dans la paix, le bonheur, le plein emploi et la prospérité.
Mais que voulez vous, il n'y a pas que nous qui crisons sur le voisin étranger, ce grand inconnu.
A regarder de près l'Atlas des préjugés du Bulgare Yanko Tsvetkov, chaque peuple a un sobriquet, ou un adjectif quelque peu condescendant sur le pays d'à côté.
Pour les anglais, les Suédois font de la mauvaise musique pop. Les Allemands prennent les hollandais pour des camés. En Grèce, les pays de l'U.E. ne sont que des bourreaux de travail radins. Les latino Américains, les Etasuniens aussi passent l'Europe et le monde à la casserole.
L'Atlas des préjugés est un document sans concession. Il est fait avec de nombreuses cartes d'Europe et du monde.Le texte de l'auteur est particulièrement croustillant
Trop...trop drôle. J'ai réellement passé un bon moment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
pgremaud
  06 janvier 2015
Créer des cartes géographiques pour monter comment nos préjugés influencent notre vision des autres, il fallait y penser ! Ou alors être Bulgare… Non, c'est une blague ! (ou un préjugé ?)
Comme disait l'un de mes amis, « un point de vue n'est que la vue d'un point ». Bien souvent, on prête à l'autre les défauts que lui-même nous attribue. Cela peut porter à rire, mais conduit souvent aux conflits !
Le travail de Yanko Tsvetkov est assez remarquable. Il est familier des cartes géographiques depuis son enfance car les consulter et les recopier étaient pour lui une manière de s'évader de son quotidien. Il a réalisé sa première carte « sur les préjugés » en 2009, à un moment où ses amis européens s'inquiétaient de lui lors d'une simple crise politique, considérant son pays, la Bulgarie, comme une zone reculée. En partant de cette carte, il nous en propose une quarantaine qui vont de l'Antiquité à notre époque, avec une préférence pour l'Europe. Avec sa « boule de cristal », il nous offre même une carte de l'Europe de 2022. Bien sûr, c'est de la fiction, mais à partir d'éléments qui existent bel et bien.
En plus d'être un bon créateur de cartes, Yanko Tsvetkov est aussi un écrivain très subtil. Ses commentaires et ses explications historiques font mouche. Je pense qu'il a aussi été aidé par son traducteur et adaptateur en français, Jean-Loup Chiflet, un expert en la matière.
Pour terminer, découvrirez-vous quel est le pays européen que ses voisins ou d'autres pays européens voient comme Vaches, Un peu la France, Chocolat, Soporifique, Horlogers, Banques, Armée, Marginaux, Etranges, Imbéciles, Argent, Malpolis, Heidi, Neige ? Facile, non ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Bobo1001
  13 janvier 2022
Etonnant !
Comment Berlusconi percevait-il l'Europe ? Obsédé par le sexe, tel qu'en lui-même, le Royaume-Uni devient le pays des "filles délurées", la Scandinavie l'"espace des vraies blondes" etc...
Comment les Etats-Unis perçoivent-ils le Mexique ? Comme la région des nounous et des femmes de ménage.
Ce livre d'humour et de géopolitique présente ainsi de vraies cartes illustrant les représentations du monde de pays, de dirigeants.
Il est plus intello que je viens de le laisser penser. Par exemple une carte présente le monde perçu par les Grecs anciens, par Charles Quint, par l'Autriche-Hongrie en 1914....
Cela peut paraître futile mais pas du tout. Tout le monde n'avait pas la culture historique et géographique de de Gaulle. Ainsi, on se rappelle que George W Bush interrogé n'avait pas su situer le Pakistan, pourtant partenaire majeur des Etats-Unis...
S'interroger sur les différentes visions du monde est dont en réalité passionnant et ce petit livre, drôle, est aussi finalement fort intelligent.
Il existe différentes éditions de ce livre, on trouve aussi des dessins de Yanko Tsvetkov sur internet, cela vaut le coup de s'y intéresser. Je n'ai pas mis 5 étoiles du fait de l'ancienneté relative du livre.
A noter, le livre, un tout petit peu ancien, ne présente pas la vision du monde de Trump, on a ainsi échappé à un incroyable moment de vulgarité !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Aela
  03 janvier 2015
Chacun se représente son monde à sa façon.
Le but de l'auteur (et il y arrive formidablement bien! ) est de nous faire rire en nous montrant les différents préjugés selon le pays d'appartenance de nos voisins plus ou moins éloignés. Et ceci au moyen de cartes géographiques aux légendes pour le moins étonnantes...
Les préjugés ont la vie dure!
Dès l'Antiquité nos ancêtres jugeaient leurs voisins selon des idées toutes faites. La carte du monde vu par la Chine ancienne se découpe ainsi entre les territoires de l'Empereur, les misérables vassaux du sud; les barbares du nord, du sud, de l'est.. bref peu de nuances..mais bien sûr c'est à prendre au deuxième ou au troisiéme degré..
Les cartes les plus réussies à mon sens: l'Europe vue par la France, l'Europe vue par la Grande-Bretagne qui voit dans les Norvégiens des "païens riches et grossiers", dans les Finlandais le pays des téléphones mobiles; et dans les Russes les "nouveaux riches".. La carte de l'Europe vue par les Gays est une des plus drôles, comme quoi les lieux communs ont aussi ce pouvoir étonnant de faire rire.
Drôle et inquiétant à la fois, la carte des dictatures du monde vues par les USA; allez je vous laisse deviner:
Dictature modérée équipée de missiles nucléaires? c'est qui?
Dictature dont dépend notre économie (ce sont les Américains qui parlent);qui est-ce?
Bref un livre qui fait rire et réfléchir en se moquant des stéréotypes.
Et si le rire nous aidait à mieux vivre ensemble??
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Agathe17
  21 janvier 2017
Absolument hilarant ! Dans l'intégrale, on commence par la carte « le monde vue par l'homme préhistorique » où il s'agit plutôt d'une série de cercles concentriques intitulés « moi », « les animaux qui veulent me manger », « les animaux que j'aimerais vraiment manger », et « le grand mystère du je-ne-sais-quoi » ...
Une dizaine de pages plus tard, dans « l'Europe vue par la France », on y trouve des « brûleurs de pucelle », un « peuple hautain qui aime le froid », des « un peu la France », « presque français », « toujours presque français » ou encore « le rêve de Napoléon ».
Une mention spéciale pour la carte « les dictatures vues par les Etats-Unis » qui distingue les « dictatures que nous soutenons volontiers », les « dictateurs qui ne nous aiment pas et c'est réciproque, « la Russie, toujours dangereuse », « les dictateurs sous influence russe (ne pas envahir) », les pays « on fait semblant d'être contre », les « dictateurs sous influence chinoise (ne pas envahir) », etc.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
MarcoPolo85MarcoPolo85   10 octobre 2014
Avant que le poète italien Girolamo Fracastoro n'invente le mot syphilis à l'époque de la Renaissance, on ne savait pas comment appeler cette maladie honteuse. Chaque peuple se renvoyait la balle en réinventant son origine : c'était une maladie française pour les Italiens, les Allemands et les Polonais, italienne pour les Français, espagnole pour les Hollandais, polonaise pour les Russes, et tout simplement chrétienne pour les Turcs ottomans. p14
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
pgremaudpgremaud   28 décembre 2014
Si nous rejetons le prêt-à-penser ressassé dans toutes les manifestations de relations publiques et les campagnes de pub, et si nous assumons nos propres choix, nous éviterons de juger à la hâte et, j'en suis sûr, nous vivrons mieux.
Dans ce monde interconnecté, où l'information se répand plus vite que la pensée, les préjugés ne sont peut-être rien d'autre qu'un effet secondaire de notre paresse intellectuelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
jabjab   03 janvier 2015
Reflexions sur les préjugés. Avant que le poète italien Girolamo Fracastoro n'invente le mot syphilis, on ne savait pas comment appeler cette maladie. Chaque peuple se renvoyait la balle en réinventant son origine : c'était une maladie Francaise pour les italiens, les Allemands et les Polonais, Italienne pour les Français, Espagnole pour les Hollandais, Polonaise pour les Russes, et tout simplement Chrétienne pour les Turcs Ottomans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
pgremaudpgremaud   06 janvier 2015
Comme son étymologie l'indique, le propre d'une religion est d'unir les individus. Mais l'Histoire nous montre que l'homme voit des ennemis partout, même parmi ceux qui ont la même religion que lui.
Commenter  J’apprécie          30
Radwan74Radwan74   07 novembre 2019
Bienvenue dans l’Europe du futur. Nous sommes en 2022, cinq ans après le Grand Schisme européen qui a mis fin au rêve de l’unité politique et économique du continent. Ça vous choque ? Je ne vois pas pourquoi. D’après une loi qui a fait ses preuves, l’Europe ne peut jamais rester unie trop longtemps. Elle explose toujours en son milieu, comme la bactérie qui se scinde afin de se multiplier. Les Empires romains d’Orient et d’Occident, les Églises catholique et orthodoxe, l’Est communiste et l’Ouest capitaliste : autant de scissions, autant d’échecs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Video de Yanko Tsvetkov (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Yanko Tsvetkov

MP 2014-11-28-485-003048BDD2D9.mp4
Payot - Marque Page - Yanko Tsvetkov - Atlas des préjugés.
autres livres classés : idées reçuesVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus