AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Cyrielle Ayakatsikas (Traducteur)
ISBN : 2211097863
Éditeur : L'Ecole des loisirs (14/04/2011)

Note moyenne : 3.96/5 (sur 42 notes)
Résumé :
Personne ne choisit vraiment de vivre au 33, Georgiana Street. L'immeuble est situé dans un quartier peu engageant de Londres. Les appartements sont minuscules, sales, délabrés. L'électricité et le loyer se paient à la semaine. Seul avantage du lieu : Steve, le propriétaire, ne pose pas de questions.

Pour un garçon de 17 ans qui a fugué, l'endroit est idéal. Sam s'est réfugié à Londres parce que, ici, personne ne sait qui il est, ni ce qu'il a fait.>Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
c.brijs
  05 janvier 2013
Si tu savais à quel moment ta vie allait commencer à dérailler, est-ce que tu arrangerais les choses avant qu'il soit trop tard ?"
Londres, un immeuble minable, des gens qui n'ont aucun point commun : une mère-enfant irresponsable, une enfant délaissée, une vieille dame un peu fouineuse, un ado fugueur, ... le Dr Hopkins affirme dans son livre La Fourmilière "qu'une fourmi seule ne peut accomplir de grandes choses, mais qu'ensemble elles sont capables de soulever des montagnes." Cette théorie s'applique-t-elle aux habitants du 33, Georgiana Street ?

Ce titre de Jenny Valentine m'a plu pour diverses raisons.

Tout d'abord, même si l'histoire n'a rien d'extraordinaire, les personnalités de ce roman sont, elles, extraordinaires. Les deux jeunes héros, d'une intelligence et d'une sensibilité hors du commun ont en face d'eux une vieille dame toute ridée, qui ne paye pas de mine, a une grande gueule mais surtout le coeur sur la main...

Ensuite, ce titre est bourré d'espoir. Malgré les erreurs, parfois conséquentes, des uns et des autres, tout le monde peut s'amender et prétendre avoir droit à une seconde chance... En cela, ce titre est porteur d'un message positif qui fait du bien.
De plus, bien qu'il s'agisse d'un récit de vie, l'auteure a construit sa narration de telle sorte qu'elle maintient le suspense jusqu'au bout. On se doute dès le départ que Sam ne quitte pas sa campagne sans raison mais celle-ci n'est révélée qu'au moment opportun. de même, l'alternance des points de vue des deux enfants donne bien plus de profondeur au récit. Et il bien difficile d'abandonner sa lecture avant d'avoir le mot de la fin.
Enfin, même si cette histoire pourrait très bien s'assimiler à un conte de Noël, on est loin d'un récit "gnangnan". Les personnages sont truculents et l'auteur ne fait aucun mystère sur les misères qui peuvent toucher les individus d'une grande ville ni sur la cruauté dont les jeunes peuvent faire preuve les uns envers les autres.
En conclusion, un vrai coup de coeur qui vous fera aimer la myrmécologie !
Lien : http://lacoupeetleslevres.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
c.brijs
  05 janvier 2013
Si tu savais à quel moment ta vie allait commencer à dérailler, est-ce que tu arrangerais les choses avant qu'il soit trop tard ?"
Londres, un immeuble minable, des gens qui n'ont aucun point commun : une mère-enfant irresponsable, une enfant délaissée, une vieille dame un peu fouineuse, un ado fugueur, ... le Dr Hopkins affirme dans son livre La Fourmilière "qu'une fourmi seule ne peut accomplir de grandes choses, mais qu'ensemble elles sont capables de soulever des montagnes." Cette théorie s'applique-t-elle aux habitants du 33, Georgiana Street ?

Ce titre de Jenny Valentine m'a plu pour diverses raisons.

Tout d'abord, même si l'histoire n'a rien d'extraordinaire, les personnalités de ce roman sont, elles, extraordinaires. Les deux jeunes héros, d'une intelligence et d'une sensibilité hors du commun ont en face d'eux une vieille dame toute ridée, qui ne paye pas de mine, a une grande gueule mais surtout le coeur sur la main...

Ensuite, ce titre est bourré d'espoir. Malgré les erreurs, parfois conséquentes, des uns et des autres, tout le monde peut s'amender et prétendre avoir droit à une seconde chance... En cela, ce titre est porteur d'un message positif qui fait du bien.
De plus, bien qu'il s'agisse d'un récit de vie, l'auteure a construit sa narration de telle sorte qu'elle maintient le suspense jusqu'au bout. On se doute dès le départ que Sam ne quitte pas sa campagne sans raison mais celle-ci n'est révélée qu'au moment opportun. de même, l'alternance des points de vue des deux enfants donne bien plus de profondeur au récit. Et il bien difficile d'abandonner sa lecture avant d'avoir le mot de la fin.
Enfin, même si cette histoire pourrait très bien s'assimiler à un conte de Noël, on est loin d'un récit "gnangnan". Les personnages sont truculents et l'auteur ne fait aucun mystère sur les misères qui peuvent toucher les individus d'une grande ville ni sur la cruauté dont les jeunes peuvent faire preuve les uns envers les autres.
En conclusion, un vrai coup de coeur qui vous fera aimer la myrmécologie !
Lien : http://lacoupeetleslevres.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
voltaire3a2014
  16 mars 2014
J'ai beaucoup aimé ce livre car il est très intéressant, il met en avant ,avec une touche d'humour, les valeurs de l'amitié et de la solidarité. C'est au 33 Georgina Street, immeuble minable, à Londres qu'un ado a fait une fugue. Il a trouvé un logement. Avec comme voisins une mère irresponsable, une enfant délaissée qui devient amie avec le héros, une mamie fouineuse, un propriétaire louche.
C'est dans cet immeuble que le héros va se faire une deuxième famille et résoudre ses problèmes.
La narration faite par plusieurs personnages donne sans-cesse un effet de questionnement.
Ce livre est représentatif des écarts entre les classes sociales.
L'histoire mouvementée et à la foi étonnante est plus qu'originale.
L'histoire est vraiment réaliste et invite le lecteur à prendre conscience de certains cas de pauvreté immenses.
Personnellement, je pense que ce récit est un éternel voyage et je vous invite vivement à le lire.
Commenter  J’apprécie          10
Nahe
  02 juillet 2013
En ralliant Londres, Sam cherche à laisser le passé derrière lui. Un passé dont il a honte, au point de tout abandonner, à dix-sept ans et de recommencer à zéro dans la capitale. Seul dans la masse, il espère passer inaperçu.



Rapidement, il trouve un travail et un petit appartement. Au 33 Georgiana Street, il fait profil bas et évite les voisins. C'est sans compter sur la curiosité d'Isabel, une vieille dame un peu mêle-tout et de Bohemia, une petite fille qui s'ennuie.



Seule avec sa mère Cherry, Bohemia a passé sa vie d'un appartement à l'autre, au fil des rencontres de sa mère. Leur vie est faite d'errances, de petits boulots, de combines. Pour Bohemia, la vie est synonyme de débrouille : livrée à elle-même la plupart du temps, elle tue le temps, sans ami, ni école, ni même vêtements à sa taille…



Pour cette petite fille délaissée, la présence de Sam agit comme un aimant : non seulement, elle aimerait s'en faire un ami mais derrière son envie de solitude, elle décèle un profond mal-être et décide de prendre les choses en main.


Sam et Bohemia se partagent la narration de ce roman : tour à tour, ils nous livrent leur passé, leur présent. Chez Sam, on devine une faute inavouable ; chez Bohemia, un grand besoin d'affection. Comment réussiront-ils à concilier ces manques ?



Au coeur du 33 Georgiana Street, les individualités les plus improbables se côtoient avec plus ou moins de bonheur et grâce à Bohemia, cette cohabitation prendra un tour inattendu. Un roman fort qui surprend le lecteur, après un démarrage en douceur et le laisse, une fois la dernière page tournée, séduit : une belle dose d'humanité et un joli coup de coeur !
Lien : http://nahe-lit.blogspot.be/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
lilimarylene
  14 décembre 2011
C'est donc l'histoire des habitants d'un petit immeuble londonnien, avec ses hauts et (surtout) ses bas. La galerie de personnages est composée de caractères hétéroclites, et tous ces gens semblent ne rien avoir en commun. Et pourtant... Au-delà de la détresse sociale ou du drame familial, le thème principal est bien ici la solidarité, qui se cristallise autour des deux personnages principaux : Bohémia et Sam. Et le 33, Georgiana Street semble bien être une mini fourmilière (pas par la taille de l'immeuble, hein, mais par le nombre de ses membres !) dans laquelle plus rien ne fonctionne correctement si un maillon de la chaîne vient à manquer... C'est un beau roman, qui ne tombe pas dans le pathos, mais que j'ai trouvé un peu long, surtout au milieu. Par contre, j'ai beaucoup aimé la fin, notamment pour tout ce qui se rapporte à "l'histoire de Sam", car on comprend d'un coup tout le reste. On sourit, on frissonne aussi, et le tout est enrobé d'une bonne dose d'optimisme. Une chouette lecture, mais que j'ai trouvée un peu longue.
Lien : http://surlestracesduchat.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations & extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
Pays_des_contesPays_des_contes   23 décembre 2011
J’aimais les inconnus, et particulièrement l’idée d’en être un.

J’aimais que tout ce dont on a besoin se trouve à portée de main, au bout de la rue, à n’importe quelle heure du jour et de la nuit.

J’aimais qu’on puisse se rendre presque partout à pied.

J’aimais les graffitis, les poubelles et les odeurs de huit différents fast-foods qui se mélangent dans chaque rue. (…)

J’aimais le fait de ne pas avoir à penser à ce que j’avais laissé derrière moi et dans quel pétrin je m’étais fichu.

Et pourtant, si j’avais eu le courage d’appeler, si j’avais pu partager mes impressions sur cette idée de venir d’un endroit et de vivre dans un autre, ce n’est pas ce que je leur aurais dit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
lilimarylenelilimarylene   14 décembre 2011
- Je suppose que quand on s'enfuit et qu'on veut disparaître, a-t-elle enchaîné, on veut aussi que tout ce qu'on a laissé derrière soi disparaisse avec nous. Mais ce n'est pas le cas.
Commenter  J’apprécie          80
c.brijsc.brijs   05 janvier 2013
- Vous vous rendez compte que tout pourrait revenir à l'état de poussière si une coupure de courant durait pour toujours, si jamais rien ne se rallumait ?
- Qu'est-ce que tu racontes ?
- Je veux dire qu'on a beau avoir recours à tous les déguisements possibles, en dessous on trouve toujours la même chose.
Commenter  J’apprécie          30
c.brijsc.brijs   05 janvier 2013
(...) il y dit qu'une fourmi seule ne peut accomplir de grandes choses, mais qu'ensemble elles sont capables de soulever des montagnes.
Commenter  J’apprécie          60
c.brijsc.brijs   05 janvier 2013
- Mon pauvre enfant. Tu viens ici vivre en ermite après avoir fait voeu de silence et tu te fais adopter par une enfant de dix ans atteinte de diarrhée verbale.
Commenter  J’apprécie          40
Video de Jenny Valentine (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jenny Valentine
Interview de Jenny Valentine (en anglais)
autres livres classés : londresVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les héroïnes (sexy) de la bande dessinée ado

Cette charmante hôtesse de l’air débrouillarde et sexy a le chic pour de se retrouver dans des situations périlleuses, souvent sans rapport avec les dangers normaux de l'aéronautique. Elle est le personnage éponyme d’une série de BD créée par François Walthéry en 1965 pour le journal Spirou. Le premier album de la série, qui en compte 21 à ce jour, est sorti en 1970.

Barbarella
Colombe
Cyann
Falbala
Franka
Gemma
Isa
Jeanne et Cécile
Jeannette Pointu
Kriss de Valnor
Laureline
Lola Bogota
Major Jones
Moréa
Natacha
Navis
Pélisse
Perdita Queen
Rubine
Yoko Tsuno

20 questions
33 lecteurs ont répondu
Thèmes : bande dessinée , bande dessinée française , littérature pour adolescents , Héroïnes , bd ados-adultes , érotismeCréer un quiz sur ce livre
. .