AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Marion Danton (Traducteur)
ISBN : 2211227856
Éditeur : L'Ecole des loisirs (22/02/2017)

Note moyenne : 3.9/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Iris a 16 ans et pourtant, elle n'a jamais rencontré son père, Ernest, qui n'a plus que quelques jours à vivre. Tout ce qu'elle pensait savoir, toutes les certitudes acquises au fil des ans sont en train de partir en fumée. Et voilà que sa propre mère lui déclare la guerre et entend bien mettre la main sur la collection d'oeuvres d'art d'Ernest, d'une valeur inestimable. Mais ce dernier ne l'entend pas de cette oreille. Avant de mourir, il tient à ce que Iris sache ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (4) Ajouter une critique
CSBlitaussi
07 mai 2017
Tout d'abord je tiens à remercier Babelio, Masse Critique et les Editions "Ecole des Loisirs" pour l'envoi de ce livre.
Le titre, Feu Couleur #1, fait référence à un des oeuvres du peintre Yves Klein.
Iris, 16 ans, vit avec sa mère désintéressée et méchante, Hannah, et son beau-père Lowell aux Etats-Unis. Iris n'a quasiment pas connu son père Ernest, qui selon dires de sa mère les avait abandonnées quand Iris n'avait que 4 ans.
Iris n'est pas vraiment heureuse et pour calmer ses frustrations elle aime faire du feu, ce qui lui cause des problèmes, notamment quand elle met le feu dans un local de son école.
Un jour Hannah annonce qu'ils rentrent en Angleterre pour voir le père (très très riche) d'Iris, Ernest, qui est gravement malade et à qui il reste très peu de temps à vivre. Avant de mourir, Ernest souhaite revoir Iris et partager avec elle sa passion pour la peinture et l'art et parler avec elle de sa collection qui contient entre autres des oeuvres de Miro, Chagall, Picasso, etc…
Hannah et Lowell ayant beaucoup de dettes se rendent donc avec Iris en Angleterre pour rendre visite à Ernest. Hannah et Lowell sont prêts à tout pour mettre la main sur l'héritage d'Ernest. Iris n'a pas trop envie de partir et de laisser Thurston, son seul ami, aux Etats-Unis pour rencontrer un père qui n'a jamais voulu d'elle…
Mais Ernest et Iris apprennent à se connaître et profitent du peu de temps qu'il leur reste pour parler et se confier leurs secrets mutuels, tandis qu'Hannah rode dans la maison prête à tout pour toucher SON héritage.
L'ambiance est vraiment difficile à vivre pour Iris et Thurston lui manque beaucoup, elle a besoin de lui, mais elle ne sait pas où il est ou comment rentrer en contact avec lui. Comment Iris va-t-elle sortir de cette situation ?

Iris est la narratrice de cette histoire. Iris parle surtout d'elle-même et son mal-être, on comprend qu'elle n'a pas une vie heureuse et que l'amour familial n'y est pas présent.
Dans cette fiction, il s'agit aussi des relations familiales, l'image de soi, les mensonges et l'amitié.
Bien que le personnage d'Iris soit assez lucide et mature, je trouve que les autres personnages ne sont pas très bien développés, ils restent assez superficiels. Au début, le rythme de lecture était un peu lent, mais au fur et à mesure qu'on avance dans l'histoire il accélère. J'ai bien aimé le dénouement qui est bien ficelé.
Une lecture agréable et accessible aux lecteurs de 14 ans ou plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
ogmios
22 mars 2017
Jenny Valentine, c'est d'abord le plaisir de lire un bon texte (une bonne traduction fidèle au style j'espère) et l'assurance de cheminer avec des personnages forts, complexes et c'est toujours passionnant. Qu'est-ce qui pousse Iris à expurger sa violence, ses frustrations, ses colères par le feu ? C'est ce que l'on découvre peu à peu dans ce qu'elle nous raconte. Arrachée à son père dont elle a peu de souvenirs, sa mère et son nouveau compagnon l'ont élevée dans la détestation de ce père absent. Iris lui en veut évidemment de toutes ces années sans lui et voilà qu'elle va le rencontrer, traînée par sa mère à son chevet parce qu'il est en train de mourir. Si Hannah, la mère fait cette démarche, c'est qu'elle compte en tirer profit puisqu'Ernest (le père) est riche d'une impressionnante collection de peintures accumulées au cours de sa vie.
Iris s'en moque, elle, sa douleur, c'est d'avoir grandit sans son père, mais elle va le (re)découvrir en peu de jours, des jours d'une intensité rare.
C'est une écriture flamboyante, un récit brûlant, c'est un très bon roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LesPapotisdeSophie
24 mai 2017
Après des années de silence, Iris va enfin découvrir son père. Ce dernier, moribond, est heureux de lui parler de sa passion pour la peinture. Mais la mère d'Iris veut surtout récupérer l'argent de la collection d'art. La jeune fille, elle, exprime sa colère intérieure en allumant des feux.
Comme à son habitude, l'auteur propose un texte original. Comment, alors que le temps est compté, peut-on créer un lien avec un père inconnu et comment pardonner à sa mère qui a tout fait pour que le père ne les retrouve pas. Un personnage adolescent complexe, intelligent. Je vous conseille aussi deux autres titres de cet auteur Broken soup et la double vie de Cassiel Roadnight.

Lien : http://lespapotisdesophie.ha..
Commenter  J’apprécie          00
EternelAdo
09 mai 2017
Merci à L'école des loisirs et à Babelio pour leur confiance!
Iris a grandi loin de son père avec sa mère et son nouveau compagnon. C'est criblés de dettes qu'avec Hannah et Lowell ils rentrent des Etats-Unis après de longues années d'absence. Un déménagement précipité pour échapper aux créanciers mais aussi pour renflouer les caisses. Sitôt installée, Hannah contacte Ernest, le père d'Iris, dans le but de lui soutirer de l'argent. Au crépuscule de sa vie, il demande à voir sa fille une dernière fois. Sa mère accepte dans le but d'être généreusement rétribuée car Ernest est un homme très riche qui possède une collection de peintures inestimables...
Très touché par ce texte de Jenny VALENTINE... Iris est une adolescente complexe élevée par une mère vénale, nombriliste et dénuée d'affection. Elle entretient une relation particulière avec le feu qui a sur elle un effet apaisant. C'est aussi le jour de son premier feu qu'elle a rencontré son meilleur ami Thurston, le seul qui semble la comprendre. Au départ, revoir son père relève du chemin de croix dans sa tête. Lui qui a toujours été dépeint comme l'égoïste ayant tiré un trait sur elle. Pour quelle raison souhaite-t-il la voir? Etre en paix avec sa conscience avant de partir? Ces quelques jours, passés en sa compagnie, vont se transformer en véritable cadeau. Un moment, finalement trop court, qui lui permettra de renouer avec ce père inconnu et l'histoire de ses parents, de son enfance...
Ce roman est un peu court pour la complexité des personnages mais l'émotion dégagée par l'écriture est très forte. Un style qui nous fait prendre conscience de la fragilité et de la valeur de leurs échanges, de l'immédiateté de chaque instant qui pourrait être le dernier... Une adolescente perturbée élevée par des adultes exécrables, un ami absent, un père retrouvé et autour d'eux, des oeuvres d'art exceptionnelles. J'ai passé un bon moment et particulièrement apprécié la fin...
Vous pouvez aussi retrouver toute l'actualité de mon blog sur ma page Facebook : https://www.facebook.com/eternelAdo
Lien : http://journalduneternelado...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations & extraits (3) Ajouter une citation
beamag87beamag8731 mars 2017
-Tu te rappelles la dernière fois, en haut de la crête avec le vent qui soufflait, quand maman a paniqué et nous a dit de ne pas regarder en bas? Et bien elle avait tort. J'ai regardé et la vue était incroyable.
Ernest se tourna vers moi et sourit.
-"À quoi bon être tout là-haut si on peut pas regarder en bas? " m'a-t-elle dit. "À quoi bon faire quoi que ce soit?"
Commenter  J’apprécie          20
CSBlitaussiCSBlitaussi07 mai 2017
Le cours de la journée m'avait échappé, telle une poignée de cendres, de poudre colorée sur laquelle on souffle sans savoir où elle retombera.
Commenter  J’apprécie          50
CSBlitaussiCSBlitaussi07 mai 2017
"Radix malorum est cupiditas"
Tu peux traduire ?
"La cupidité est la racine de tous les maux"
Ouais je te le fais pas dire
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : feuVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Le tableau mystère [1]

1. Quel écrivain et journaliste a passé une grande partie de son enfance au château du Clos Lucé à Amboise ?

François de Closets
Jules Vallès
Louis Aragon
Gonzague Saint Bris

7 questions
243 lecteurs ont répondu
Thèmes : déduction , peinture , mystèreCréer un quiz sur ce livre