AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Alphonse de Neuville (Illustrateur)Léon Benett (Illustrateur)
EAN : 9782253012696
331 pages
Le Livre de Poche (01/03/1976)
  Existe en édition audio
3.94/5   4029 notes
Résumé :
Phileas Fogg, gentleman anglais, parie avec les membres de son club qu'il fera le tour de la terre en 80 jours. Et, aussitôt, le voilà parti accompagné de son domestique Jean, un Parisien, dit Passepartout. Il devra être revenu à Londres, pour gagner, le samedi 21 décembre 1872 à 20 heures 45 minutes ! Soupçonné d'être l'audacieux voleur de la Banque d'Angleterre, Phileas Fogg va être filé tout au long de ses pérégrinations par le détective Fix qui ne peut cependant... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (294) Voir plus Ajouter une critique
3,94

sur 4029 notes

kateginger63
  14 janvier 2019
Un savoureux récit d'aventures en mode steampunk
*
Et voilà, j'ai enfin dépoussiéré ma bibliothèque pour sortir un classique que je n'ai jamais lu . Shame on me :)
Jules Verne est pourtant le précurseur, le père de la science-fiction française. J'aurais dû commencer par lui.
Comme vous certainement, j'avais visionné le dessin animé des années 80 de cette célèbre histoire (où les personnages sont des félins, renards...).
Alors, est-ce la nostalgie qui s'est emparée de moi à la lecture de ce récit truculent ? Certainement.
*
Le début est un peu poussif. L'auteur prépare l'atmosphère si steampunk du 19eme siècle. Le pari est lancé et d'un coup, l'aventure commence pour de bon. Pas de fioritures, pas de précisions superflues, comme les héros, n'emportant que le strict nécessaire, la course contre la montre a débuté.
*
Le temps, parlons-en. Ici, il est partout, mis à toutes les sauces. Forcément, c'est lui qui scande l'aventure à proprement dite.
Ah, quel rythme effréné!
Entre péripéties, découvertes et rencontres malavisées, les héros sont bien malmenés. C'est ce qui fait son charme.
Et bien sûr, j'ai souvent pensé à Tintin, notre célèbre reporter, aventurier hors pair qui a également sillonné la planète entière. Lui aussi a su utiliser toutes les ressources, tous les moyens de transport à sa disposition.
*
Je regrette toutefois des situations trop "faciles" où la situation se rétablit d'un clignement d’œil (ou plutôt d'argent distribué). Dommage aussi que ce Phileas Fogg ne s'intéresse pas plus à ce qui l'entoure. Un peu de tourisme ne lui aurait pas fait de mal. (oui, j'ai trouvé ce personnage arrogant, froid et antipathique).
J'ai passé un très bon moment. Et dans une prose littéraire soutenue mais accessible.
Une parenthèse "vintage" délicieuse.
*
Petit bonus: durant ma lecture du roman, je l'ai entrecoupé de l'adaptation en BD (trilogie) qui complète mon imaginaire à merveille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          793
NathalC
  05 mai 2020
Lecture faite à voix haute pour ma fille de 10 ans (CM2)
Je n'avais jamais lu de roman de Jules Verne. Pour être honnête, heureusement qu'il s'agit ici d'une version condensée du roman. J'ai trouvé cette lecture un peu fastidieuse, surtout pour un enfant de primaire. L'histoire est simple et compréhensive, mais mon ressenti est surtout du au style de l'écriture. Les tournures de phrase sont complexes et un peu lourdes. On sent que ce n'est pas une écriture actuelle mais d'un autre siècle.
L'institutrice de ma fille a conseillé aux parents de les aider dans la lecture, et je comprends.
En tout cas, ce premier aperçu de Jules Verne ne m'a pas emballé plus que cela...
Commenter  J’apprécie          674
OverTheMoonWithBooks
  16 juin 2017
Jules Verne fait partie des classiques de la littérature de jeunesse, donc maintenant que je suis adulte, il était temps que je commence à le lire ! ...
Même sans l'avoir lu, qui ne connait pas les fameux Phileas Fogg et Passepartout, le maître anglais et son valet français lancé dans un pari complètement fou ?
Et bien ce fut une découverte bien plaisante ! Une aventure trépidante bien sûr, mais aussi une écriture agréable et bien sûr l'étonnante modernité du récit pour un roman du 19ème siècle ! Bien sûr, certains jugements de valeurs sur les civilisations orientales ou la "supériorité" de l'éducation à l'européenne rappelle l'esprit expansionniste et colonisateur de l'époque, mais Rudyard Kipling a fait bien pire !
Ce tour du monde, c'est surtout une ode aux nouveaux moyens de transports - et aux anciens qui dépannent bien quand même parfois.
Pou ma part, ce que je retiendrai surtout c'est le dépaysement, l'humour et tous les rebondissements dans ce roman dans la digne lignée de L'île au trésor , publié une dizaine d'année plus tard.
On retrouve les mêmes ressorts de l'incroyable chance du héros pantouflard qui part dans un voyage extraordinaire qui le dépasse et le confronte à ses croyances et ses valeurs - comme dans Bilbo le Hobbit publié presque un siècle plus tard !
Et au bout du chemin, en plus de s'être découvert, il découvre que tout l'or du monde ne saurait acheter des choses telles que l'honneur, le dévouement à ses amis, ou l'amour. Ah, l'amour... celui qu'on irait jusqu'au bout du monde pour le trouver ! Tous les éléments pour un "best seller" sont réunis dans ce livre.
Bravo Jules Verne ! J'y reviendrai sans doute.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          621
claireo
  22 juin 2018
J'ai adoré ce roman lors de ma première lecture quand j'avais une douzaine d'années. Relu récemment, il n'a pas pris une ride. Aventure, humour, rebondissements, tout est là. Comment faire le tour du monde avec les moyens les plus modernes pour l'époque !
Commenter  J’apprécie          692
JacobBenayoune
  01 janvier 2014
Que dire de ce livre fort célèbre et très lu dans le monde ! Moi qui avais lu et apprécié les auteurs français du XIXème siècle (Stendhal, Flaubert, Zola surtout), j'ai pu tolérer le romantisme exagéré d'un Musset, mais je le confesse je ne me suis pas trouvé en lisant M. Verne ! le roman d'aventures à la Jules Verne ne m'attire point du tout. Peut-être qu'il fallait le lire pendant l'enfance.
Après avoir fermé le livre le verdict était prononcé : ne plus lire Verne ! Je n'ai senti aucune sympathie envers ce Phileas Fogg au sang-froid remarquable néanmoins (trop froid). Or, il est vrai que c'était une expérience à avoir puisqu'on regrette plus les lectures qu'on n'a pas faites.
En lisant un passage de Pamuk qui parlait de sa bibliothèque et des livres qu'il avait honte de garder dedans et qu'il cachait sur des étagères éloignées, j'ai directement songé à ce livre de Verne et je l'ai regardé avec un sourire.
Commenter  J’apprécie          622

Citations et extraits (240) Voir plus Ajouter une citation
JoeLeCactusJoeLeCactus   18 mai 2022
- Monsieur le consul, répondit dogmatiquement l'inspecteur de police, les grands voleurs ressemblent toujours à d'honnêtes gens. Vous comprenez bien que ceux qui ont des figures de coquins n'ont qu'un parti à prendre, c'est de rester probes, sans cela ils se feraient arrêter. Les physionomie honnêtes, ce sont celles-là qu'il faut dévisager surtout. Travail difficile, j'en conviens, et qui n'est plus du métier, mais de l'art.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
TheBookFetishTheBookFetish   12 novembre 2012
Si nous sauvions cette femme ? dit-il.
— Sauver cette femme, monsieur Fogg !… s’écria le brigadier général.
— J’ai encore douze heures d’avance. Je puis les consacrer à cela.
— Tiens ! Mais vous êtes un homme de cœur ! dit sir Francis Cromarty.
— Quelquefois, répondit simplement Phileas Fogg. Quand j’ai le temps.
Commenter  J’apprécie          891
fredhofredho   31 janvier 2016
" Sa luisante chevelure, régulièrement divisée en deux parts, encadre les contours harmonieux de ses joues délicates et blanches, brillantes de poli et de fraîcheur. Ses sourcils d'ébène ont la forme et la puissance de l'arc de Kama, dieu de l'amour, et sous ses longs cils soyeux, dans la pupille noire de ses grands yeux limpides, nagent comme dans les lacs sacrés de l'Himalaya, les reflets les plus purs de la lumière céleste. Fines, égales et blanches, ses dents resplendissent entre ses lèvres souriantes, comme des gouttes de rosée dans le sein mi-clos d'une fleur de grenadier. Ses oreilles mignonnes aux courbes symétriques, ses mains vermeilles, ses petits pieds bombés et tendres comme les bourgeons du lotus, brillent de l'éclat des plus belles perles de Ceylan, des plus beaux diamants de Golconde. Sa mince et souple ceinture, qu'une main suffit à enserrer, rehausse l'élégante cambrure de ses reins arrondis et la richesse de son buste où la jeunesse en fleur étale ses plus parfaits trésors, et, sous les plis soyeux de sa tunique, elle semble avoir été modelée en argent pur de la main divine de Vicvacarma, l'éternel statuaire"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
ladyogaladyoga   02 avril 2013
Et maintenant, comment un homme si exact, si méticuleux, avait-il pu commettre cette erreur de jour ? Comment se croyait-il au samedi soir, 21 décembre, quand il débarqua à Londres, alors qu'il n'était qu'au vendredi, 20 décembre, soixante dix neuf jours seulement après son départ ?

Voici la raison de cette erreur. Elle est fort simple.

Phileas Fogg avait, « sans s'en douter », gagné un jour sur son itinéraire, -- et cela uniquement parce qu'il avait fait le tour du monde en allant vers l'est, et il eût, au contraire, perdu ce jour en allant en sens inverse, soit vers l'ouest.

En effet, en marchant vers l'est, Phileas Fogg allait au-devant du soleil, et, par conséquent les jours diminuaient pour lui d'autant de fois quatre minutes qu'il franchissait de degrés dans cette direction. Or, on compte trois cent soixante degrés sur la circonférence terrestre, et ces trois cent soixante degrés, multipliés par quatre minutes, donnent précisément vingt-quatre heures, -- c'est-à-dire ce jour inconsciemment gagné. En d'autres termes, pendant que Phileas Fogg, marchant vers l'est, voyait le soleil passer quatre-vingts fois au méridien, ses collègues restés à Londres ne le voyaient passer que soixante-dix-neuf fois. C'est pourquoi, ce jour-là même, qui était le samedi et non le dimanche, comme le croyait Mr. Fogg, ceux-ci l'attendaient dans le salon du Reform-Club.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
FifrildiFifrildi   23 mars 2018
Phileas Fogg accepta la gibelotte et la goûta consciencieusement ; mais en dépit de sa sauce épicée, il la trouva détestable.
Il sonna le maître d'hôtel.
"Monsieur, lui dit-il en le regardant fixement, c'est du lapin, cela?
- Oui, mylord, répondit effrontément le drôle, du lapin des jungles.
- Et ce lapin-là n'a pas miaulé quand on l'a tué?
- Miaulé? Oh! mylord! un lapin! Je vous jure...
- Monsieur le maître d'hôtel, reprit froidement M. Fogg, ne jurez pas et rappelez-vous ceci : autrefois, dans l'Inde, les chats étaient considérés comme des animaux sacrés. C'était le bon temps.
- Pour les chats, mylord?
- Et peut-être aussi pour les voyageurs!"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          342

Videos de Jules Verne (107) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jules Verne
Né d'un père assassiné en 1998 dans des conditions inhumaines, l'auteur nous révèle les tenants et les aboutissants du système Obiang : la plus grande « démocrature » d'Afrique. Une enquête qui n'a pas fini d'ébranler les protagonistes impliqués, tant les révélations sont troublantes : outre le dictateur en personne, des personnalités comme le roi d'Espagne Juan Carlos sont directement mis en cause. Ce livre met à jour les rouages d'un scandale international qui a entraîné l'assassinat de 310 opposants (André Branger y figure sous le numéro 272) et l'exil de plus de 250.000 compatriotes fuyant le tyran. Un régime dictatorial qui a pour obsession l'enrichissement personnel d'une famille régnant sur un empire de trafics en tous genres : drogues à l'échelle de narco-état, armes, faux passeports diplomatiques… le Nom d'Obiang défraye l'actualité internationale judiciaire en cumulant les records de biens mal acquis, faisant de lui, un kleptocrate à la réputation mondiale.
Voir le livre : https://cutt.ly/AAoCI9J
-------------------------------------------------------------------------------------------------------
Joaquinito Maria Alogo de Obono travail sur des problémtatiques de corruption d'agent publique étranger. Il a achevé la rédaction d'une thèse de doctorat consacrée à "L'exraterritorialité des instruments de lutte contre la corruption" entre l'Université de Picardie Jules Verne et l'Université de Paris Saclay.
-------------------------------------------------------------------------------------------------------
Suivez-nous
Instagram : https://www.instagram.com/editions.ha... Twitter : https://twitter.com/HarmattanParis Facebook : https://www.facebook.com/Editions.Har...
+ Lire la suite
autres livres classés : aventureVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura






Quiz Voir plus

Le tour du monde en 80 jours

Quelle est la ville de départ du tour du monde de Phileas Fogg?

Liverpool
Edimbourg
Southampton
Londres

10 questions
13 lecteurs ont répondu
Thème : Le tour du monde en quatre-vingts jours de Jules VerneCréer un quiz sur ce livre