AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Antoine Adam (Éditeur scientifique)
EAN : 9782070423538
571 pages
Éditeur : Gallimard (30/04/2002)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.79/5 (sur 856 notes)
Résumé :
Tout est triste dans le château délabré du baron de Sigognac.
Ce jeune homme, dernier rejeton d'une famille noble mais ruinée, s'ennuie à mourir entre son chien, son cheval et son vieux serviteur.
Lorsqu'une troupe de comédiens cherche abri chez lui, le baron se réveille, la vie est entrée dans le château. La laisser repartir ?
Pas sans lui. Il accompagnera la troupe à Paris pour y chercher fortune. Pendant le voyage, il se fait comédien et pren... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (87) Voir plus Ajouter une critique
Cancie
  06 avril 2020
Ayant lu dans ma prime jeunesse le Capitaine Fracasse, il ne me restait en mémoire que la difficulté à lire ce texte aux mots bien compliqués et aux références littéraires un peu difficiles pour moi, à l'époque. Mais voilà que j'apprends qu'aux Fêtes Nocturnes de Grignan où, chaque été, depuis plus de trente ans, une pièce de théâtre est jouée en plein air et où je me rends régulièrement depuis une dizaine d'années, du 23 juin au 22 août 2020, ce sera "Fracasse", d'après le Capitaine Fracasse, roman de Théophile Gautier, la mise en scène étant de Jean-Christophe Hembert.
Décision est prise, je dois me replonger dans ce roman, car il me plaît toujours de lire auparavant, le roman ou la pièce avant de voir le spectacle.
Bien m'en a pris, car j'ai vraiment apprécié la lecture de ce roman de cape et d'épée, plein de romantisme dont la fantaisie est remarquable.
L'histoire se déroule en Gascogne, entre Dax et Mont-de-Marsan, au XVIIe siècle. Un jeune baron, le dernier héritier des Sigognac vit mélancoliquement dans la misère et la solitude, dans son château en ruines, au milieu de ses terres en friches. Il a pour seule compagnie, son vieux et fidèle serviteur Pierre, son chien Miraut et son chat Béelzébuth. Il est le dernier descendant d'une famille illustre qui s'est peu à peu ruinée.
Voilà qu'un soir, une troupe de comédiens ambulants dont le chariot s'est embourbé se présente à sa porte pour lui demander l'hospitalité pour la nuit. Sigognac les reçoit et tombe sous le charme de l'une des comédiennes, Isabelle.
Les comédiens, en route pour Paris vont proposer au baron de se joindre à eux : " Il faudrait que Monsieur le baron allât à Paris, l'oeil et le nombril du monde, le rendez-vous des beaux esprits et des vaillants..." Après avoir hésité, il quittera son château pour suivre la troupe. L'un des acteurs va trouver la mort en cours de route, lors d'une tempête de neige et Sigognac le remplacera, Capitaine Fracasse devenant alors son nom de scène.
Dès le départ du château, les péripéties vont s'enchaîner et se dérouler à une allure folle. Que d'aventures dans ce livre ! Et, si le dénouement final n'est pas vraiment une surprise, Théophile Gautier réussit néanmoins à nous tenir en haleine jusqu'au bout.
Même si le roman se déroule au XVIIe siècle, les valeurs d'amitié, d'entraide, de fraternité qu'il véhicule sont toujours d'actualité. D'autre part, la description de la vie des comédiens ambulants est particulièrement intéressante et fidèle, et les personnages attachants. Quant aux descriptions du château, de son mobilier, des alentours, du voyage entrepris par cette troupe itinérante, elles sont splendides et savoureuses, le vocabulaire étant riche en termes souvent tombés en désuétude, ce qui leur apporte un charme fou. Les envolées lyriques des comédiens sont aussi des moments forts de l'épopée. Les aventures toutes plus épiques les unes que les autres, à la limite du burlesque parfois, et les rebondissements incessants qui émaillent le récit, alliés à cet amour pur entre Isabelle et ce capitaine Fracasse font que celui-ci s'apparente presque à un conte.
Le capitaine Fracasse est en tout cas un bel hommage rendu au théâtre avec une écriture flamboyante et se révèle un merveilleux roman d'amour.
J'ai hâte de me retrouver cet été dans la cour du château de Grignan pour assister à cette représentation qui pour moi, sans nul doute, me ravira, en espérant de toutes mes forces que cette période folle de pandémie et de confinement ne soit plus qu'un mauvais souvenir.

Lien : http://notre-jardin-des-livr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10912
qmike549
  27 janvier 2021
Il est évident que l'auteur Théophile Gautier était payé à la ligne…Il suffit de lire le «Capitaine Fracasse » pour s'en convaincre. le romancier ne perd pas une occasion pour nous décrire pas par pas, mot par mot, précision par précision, telle ou telle situation, tel ou tel paysage, tel ou tel mobilier ou telle ou telle décoration. Des descriptions colorées à la manière d'un peintre qui demande l'excellence pour ses oeuvres artistiques….A un tel point que le lecteur ne doit pas être pressé pour connaitre la suite des aventures…
Le Capitaine Fracasse est un roman de cape et d'épée de Théophile Gautier, paru en 1863.
« le Capitaine Fracasse » est la France sous le règne de Louis XIII…Sur le revers d'une de ces collines décharnées qui bossuent les Landes, entre Dax et Mont-de-Marsan, s'élevait, sous le règne de Louis XIII, une de ces gentilhommières si communes e Gascogne, et que les villageois décorent du nom de château..
« le Capitaine Fracasse » est baron de Signognac dernier du nom, un jeune homme de vingt-cinq ou vingt-six ans, quoiqu'au premier abord on lui en eût attribué peut-être davantage… accablé par la solitude, le désoeuvrement et l'ennui.
Quoique agile et d'une constitution plutôt robuste que faible, le jeune baron se mouvait avec une lenteur apathique, comme quelqu'un qui a donné sa démission de la vie. Son geste était endormi et mort, sa contenance inerte, et l'on voyait qu'il lui était parfaitement égal d'être ici ou là, parti ou revenu…..
Le Baron de Signognac est un désargenté qui essaie de vivre ou plutôt survivre avec un vieux domestique dans une sorte de vieux manoir complétement délabré… le loquet de la porte grinça, et un bonhomme, moitié paysan moitié domestique, fit son entrée dans la cuisine….Pierre, c'était le nom du vieux serviteur….Qu'au baron de Sigognac
« le Capitaine Fracasse » est une troupe de comédiens ambulants qui demandent l'hospitalité…vous êtes des comédiens de province en tournée et vous avez dévié du droit chemin ?....
Quoique ma demeure soit assez délabrée et que je n'aie pas grand-chose à vous offrir, vous y serez toujours un peu moins mal qu'en plein air par une pluie battante…sans vous nous aurions passé la nuit dans un chariot embourbé à grelotter sous une pluie battante, et le matin nous aurait trouvés fort mal en point…..
« le Capitaine Fracasse » Sigognac amoureux de la jeune ingénue Isabelle qui fait partie de la troupe de comédiens…. Elle avait le visage mignon, presque enfantin encore, de beaux cheveux d'un châtain soyeux, l'oeil voilé par de longs cils, la bouche en coeur et petite, et un air de modestie virginale….
Sigognac, quoique la male honte le tînt à la gorge, et qu'il n'en laissât sortir que des phrases embrouillées, admirait fort l'Isabelle, et ses yeux parlaient pour sa bouche….
« le Capitaine Fracasse » est la décision de suivre les comédiens jusqu'à Paris pour essayer de retrouver sa fortune…. le cheval blanc fut sellé, car Sigognac ne voulait monter dans la charrette des comédiens qu'à deux ou trois lieues du château, pour dissimuler son départ ; il avait, de la sorte, l'air d'accompagner ses hôtes ; Pierre devait suivre à pied et ramener la bête à l'écurie…
« le Capitaine Fracasse » est la décision du baron de Sigognac de devenir lui aussi comédien sous le nom….Tenez-le pour dit….Capitaine Fracasse….
« le Capitaine Fracasse » est la ville de Poitiers où un jeune arrogant beau, duc Vallombreuse tombe lui aussi amoureux d'Isabelle dès l'échange des premiers regards…...C'est qu'elle a du succès cette Isabelle... !...Comme il se doit, une rivalité sans merci nait entre le baron de Sigognac et ce Vallombreuse….….…
« le Capitaine Fracasse » est une arrivée sur Paris après maintes péripéties…Le convoi attaqué par des brigands….Un acteur qui meurt de froid…mais Il serait long et fastidieux de suivre étape par étape le chariot comique jusqu'à Paris, la grand ville…
Paris, cet Eldorado de tous les gens à projets, imprégnés de cette chaude atmosphère si agréable après de longues heures passées au froid dans une charrette…..
« le Capitaine Fracasse » est un langage…Oui mais pas n'importe quel langage…c'est le langage de l'époque…nous sommes loin des dialogues miséreux ou du langage SMS d'aujourd'hui.
Evidemment, lorsque l'on lit « le Capitaine Fracasse », nos pensées premières se tournent vers les écrits d'Alexandre Dumas et non moins célèbre D Artagnan…..
Signognac et D Artagnan ne sont-ils pas tous deux gascons, tous deux excellent escrimeurs, tous deux aventuriers…
Théophile Gautier s'inspire aussi bien du Roman comique de Scarron (1651) que de la liberté de ton de Victor … C'est aussi une déclaration d'amour de Théophile Gautier à la langue du XVIIe siècle, le style précieux des salons comme l'argot des tavernes.
« le Capitaine Fracasse » est surtout un hommage…au théâtre et aux Comédiens. C'est également un magnifique roman d'aventures, un roman de cape et d'épée qui mêle avec bonheur le sublime au grotesque, un récit à suspense et un roman d'amour….
En déplaisent à certains : Bien que le jeune baron de Sigognac multiplie les aventures, quasi-chevaleresques. Il fait acte de bravoure, agit pour des causes justes et sauve la troupe à de nombreuses reprises. « le Capitaine Fracasse » est avant tout une histoire d'amour…..
Théophile Gautier est avant tout une magnifique écriture mais dotée de longues descriptions qui peuvent rapidement devenir indigestes pour le lecteur d'aujourd'hui. Si vous préférez de l'action immédiate, orientez-vous vers du Alexandre Dumas et ses fameux mousquetaires…
Ou mieux préférez le comte de Monte –Cristo : une oeuvre gigantesque de Alexandre Dumas…..
Le Capitaine Fracasse de Théophile Gautier a fait l'objet de nombreuses adaptations à la scène, à la télévision et au cinéma….
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          584
Arakasi
  07 octobre 2013
Dans un petit château délabré au fin fond de la Gascogne, le baron de Sigognac s'ennuie à mourir. Elevé depuis sa plus tendre enfance dans la misère et le dénuement, il voit sa jeunesse se flétrir entre les quatre murs pourrissants de la demeure familiale et s'est résigné depuis longtemps à être le dernier descendant de la noble – mais fauchée – lignée des Sigognac. Jusqu'au soir où un événement inattendu vient rompre ce morne train-train : portée par la tempête, une troupe de comédiens vient chercher refuge au château. le coeur et les yeux de Sigognac sont immédiatement attirés par la plus jeune des actrices de la troupe, la charmante Isabelle abonnée aux rôles d'ingénues, et, poussé à la fois par l'ennui et l'amour naissant, il prend la décision de partir aux côtés des comédiens quand ceux-ci quittent la Gascogne. Pour plaire à la belle, il pousse même le vice jusqu'à se faire acteur et endosse sur scène l'extravagant habit du Capitaine Fracasse, matamore et faux brave de comédie ! Voici le dernier descendant des Sigognac sur les routes et les planches, prêt à affronter amours, aventures et périls également, car un jeune et orgueilleux noble, le duc de Vallombreuse, poursuit l'innocente Isabelle de ses assiduités et, pour arriver à ses fins, il ne reculera devant aucune vilénie, rapt, assassinat et viol inclus…
Cela doit faire une douzaine d'année que je n'avais pas relu ce grand classique de Théophile Gautier et, si je me rappelais clairement les grandes lignes de son intrigue, j'avais tout oublié en revanche de ses particularités stylistiques. Il faut avouer que celui-ci a de quoi un peu rebuter au premier abord : grands envolées lyriques parfois un peu pompeuses, interminables descriptions, personnages à la limite du caricatural, héros bourré de vertus jusqu'à la nausée… Les cent premières pages ont été, je l'avoue, un peu difficile à passer, mais, une fois cet obstacle surmonté, je suis à nouveau tombée sous le charme de ce chef d'oeuvre ardu mais plein de séduction de la littérature française. Certes, la langue est un peu lourde et difficile d'accès pour un lecteur du XXIe siècle, mais elle séduit également par sa richesse et son éloquence. Lire « le Capitaine Fracasse », c'est éprouver le plaisir du beau mot, de la phrase joliment tournée, du calembour habilement trouvé – plaisir peut-être un peu superficiel, mais non négligeable pour autant !
D'autant plus que l'intrigue est beaucoup moins classique et artificielle que l'on pourrait le croire. Pour l'apprécier à sa juste valeur, il suffit de comprendre que la thématique principale du « Capitaine Fracasse » n'est ni l'amour, ni la vengeance, ni l'aventure, mais le théâtre. le style est grandiloquent, les dialogues manquent de naturel, les personnages de réalisme ? Quelle importance puisque ce ne sont pas ces qualités-là que l'on recherche dans une pièce de théâtre comique ! Dans « le Capitaine Fracasse », scène et vie réelle se mêlent et se confondent ; Scapins, Leandres, Tyrans et Soubrettes se mêlent au commun des mortels pour égailler de leur joyeuse fantaisie la trop morne réalité. On s'aime et on se hait avec la même folie et la même démesure que sur les planches de la scène. Qu'importe alors si tout ceci sonne un peu toc, un peu creux, un peu factice, puisque ce n'est pas pour leurs vrais visages que l'on aime les comédiens, mais bien pour leurs masques ?
Un fort réjouissant roman que ce « Capitaine Fracasse » : à lire avec un brin de second degré mais à lire tout de même !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          570
5Arabella
  09 août 2019
Le roman est annoncé dès 1836, mais il ne paraîtra en revue (Revue nationale et étrangère) qu'en 1861, et en volume en 1863. La fille de l'auteur raconte, que pour obliger son père à l'écrire, son éditeur, Charpentier, conditionnait le paiement au fait que Gautier produise régulièrement un manuscrit, dont chaque feuille était timbrée après son paiement par le caissier. Pourtant Gautier semble avoir tenu au livre, qu'il évoque et annonce régulièrement. Il connaît un grand succès publique : quatre réimpressions en 1864, suivie d'une édition illustrée par Doré en 1865. Ce succès ne s'est pas démenti depuis, et l'oeuvre reste sans doute la plus connue, éditée et lue de l'auteur ; elle a eu l'honneur de plusieurs adaptations, notamment cinématographiques.
Maxime du Camp témoigne des intentions de l'auteur « Gautier rêvait quelque chose comme le roman comique, avec l'éblouissement de son style et le richesse de son ornementation. » Et on retrouve beaucoup d'éléments du Roman Comique de Paul Scarron dans le capitaine Fracasse. Dans les deux textes, une troupe de comédiens de campagne est au centre du récit, et nous les suivons dans leurs pérégrinations, dans l'exercice de leur métier, dans les représentations, répétitions. Mais aussi dans leurs amours et histoires romanesques : le capitaine Fracasse et la belle Isabelle, amoureux parfaits, ont comme ancêtres et modèles le Destin et L'Etoile, Les deux couples sont allés chercher refuge dans une compagnie théâtrale, alors qu'ils sont de noble extraction, mais des malheurs et mystères planant sur leur naissance les ont obligé de prendre cet expédient. Les deux couples ont un persécuteur noble et perfide, Vallombreuse et Saldagne, qui poursuivent de leur assiduité la jeune première qui n'en veut pas, ayant donné son coeur à son compagnon d'infortune. Sans oublier qu'un baron de Sigognac était un personnage secondaire du Roman Comique...
Mais Gautier s'est inspiré d'autres sources, celles du XVIIe siècle, où est censé se passer le roman, comme Saint-Amant, Scudéry, Antoine de Sommaville etc. Parmi les auteurs plus récents, Gautier semble se souvenir de Goethe ( Les années d'apprentissage de Wilhelm Meister ), le personnage de Chiquita évoque irrésistiblement Mignon. Gautier était un lecteur frénétique et boulimique, de toutes sortes d'ouvrages, doué d'une mémoire exceptionnelle, qui lui permettait de nourrir ses écrits de réminiscences diverses et variées.
Le roman commence dans le château délabré des Sigognac, sous le règne de Louis XIII. le dernier rejeton de la noble famille végète dans la misère. Une troupe de comédiens égarés arrivent dans son château, et par amour pour une jolie comédienne, Isabelle, il part tenter l'aventure avec eux. Il va revêtir le masque du Matamore, et jouer sous le nom de Capitaine Fracasse. Mais les charmes d'Isabelle provoquent une violente passion chez le jeune duc de Vallombreuse. Orgueilleux et sûr de son droit, il ne va reculer devant rien pour la séduire, usant de force s'il le faut, et tenter de se débarrasser de son rival, Sigognac-Fracasse, en recourant entre autres à des assassins.
D'après le témoignage de Maxime du Camp, Gautier aurait pendant longtemps caressé l'idée d'un roman burlesque, avec un personnage comique, hâbleur mais lâche. On en est loin : le baron de Sigognac est un véritable héros de chevalerie, courageux et invincible. Dans le Roman Comique, le comédien le Destin, était le même type de personnage positif, mais il avait en pendant inversé Ragotin, ridicule à souhait, provoquant des véritables catastrophes en cascades. Cet aspect n'est au final pas présent dans le capitaine Fracasse, même si certains personnages secondaires peuvent prêter, sans doute plus à sourire qu'à rire aux éclats. Nous sommes plus dans une sorte de second degré, dans un jeu subtile entre l'imitation et la récréation, entre le presque semblable et le différent, entre le référence et son détournement. Sans qu'il soit nécessaire de toutes les comprendre pour prendre plaisir à la lecture. La narration de Gautier est sacrément efficace, les moments de l'action sont presque cinématographiques, construits de façon endiablée, même si on se doute que les choses vont arriver, l'auteur arrive à embarquer son lecteur dans le suspens, en en rajoutant parfois. La comparaison entre l'enlèvement d'Isabelle et de l'Etoile est sur ce point très significative : la narration est infiniment plus trépidante et prenante dans le capitaine Fracasse.
Etrangement, à première vue, le roman de Gautier détaille bien plus les choses sur le théâtre au XVIIe siècle que ne le faisait le roman comique. Les différents emplois (types de personnages) sont par exemples très détaillés, la façon de transformer un jeu de paume en salle de représentation l'est aussi, les pièces jouées sont décrites, de très nombreux auteurs cités etc. Et pour autant que je puisse en juger, c'est très juste dans l'ensemble et montre à quel point Gautier connaissait tout cela, et visiblement l'aimait. Il familiarise ses lecteurs avec ce théâtre du XVIIe siècle qui pour eux (comme pour nous) appartenait à un passé révolu. Alors que Scarron, qui décrivait une pratique au présent, passait bien plus rapidement sur de nombreux aspects, qui devaient sembler évidents.
L'image du XVIIe siècle à l'heure actuelle est surtout celle du classicisme, des règles, des formes parfaites. On oublie souvent le baroque, le spectaculaire, le sensationnel, l'extrême, le grotesque, qui ont aussi caractérisé ce siècle, surtout dans sa première moitié. Gautier, à la fois associé au romantisme, défendant férocement le jeune mouvement contre les tenants du classicisme, mais en même temps si sensible à la forme, défenseur de la beauté avant tout, présenté souvent comme un précurseur des Parnassiens (donc des néo-classiques) ne pouvait que se retrouver dans ce siècle et ses deux pôles aussi opposés que nécessaires. Puisque son roman parle de théâtre, si on doit le ranger dans un genre, ce serait sans conteste une tragi-comédie, un genre bien oublié maintenant, mais caractéristique de la fin du XVIe et surtout du premier tiers du XVIIe siècle. Entre rires et larmes, entre malheur et bonheur, tout en action, en combats, enlèvements, mais aussi en amours, sentiments, avec une fin heureuse et des nobles personnages qui ont souffert, lutté, craint, avant d'arriver au bon port. Comme dans le capitaine Fracasse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          354
C-Liner
  16 février 2011
Vouloir faire une critique du Capitaine Fracasse et n'en retenir que l'aspect descriptif est - à mon sens - fort dommage ! Et préjudiciable à ce roman.
Certes des passages sont très longs pour les lecteurs de notre siècle plus habitués à un style expéditif.
Mais il est utile de rappeler ce roman (comme d'autres de la même époque) que nous avons aujourd'hui dans les mains d'un seul tenant était à l'époque distillés en épisodes dans les périodiques !
Puis ces auteurs n'avaient d'autre choix que de décrire : sinon comment permettre au lecteur d'avoir la vision la plus nette et la plus précise. Impossible pour eux de ne pas rentrer dans tous les détails pour faire en sorte que tout lecteur lise bien la même histoire!
Si je vous dis "imaginez vous un château"... chacun prendra l'image qui lui plait. Si je vous le décris en long, en large et en travers : tout le monde verra le même !
Le feuilleton est un style à part entière qui a ses règles et ses codes; la description diluée en fait partie.
Alors si vous n'aimez pas les grandes phrases et les chapitres entiers de description d'un lieu... n'ouvrez pas Fracasse !
En revanche si vous aimez l'art de manier les mot... vous allez être servi !
Pour ma part, je suis friande de feuilleton. Je ne suis pas loin du "plus c'est long plus c'est bon" et Fracasse m'a beaucoup amusée !
On y retrouve tous les clichés du roman de cape et d'épée; la glorification de l'honneur, l'amour bouffon qui pousse le héros, la troupe de fidèles amis, le hasard qui fait toujours bien les choses... et le happy end un peu niais !
Mais Fracasse c'est surtout le jeu des mots ! Lisez ce livre doucement, prenez le temps de sentir le plaisir de Gautier dans son écriture. Il faut savoir que Gautier écrit Fracasse en fin de carrière. L'homme est abouti, reconnu... Fracasse c'est sa récréation. Il y met tout son coeur et se redonne le plaisir de la plume.
C'est là le sel de cet ouvrage... Lire pour lire. L'histoire n'est que la serveuse du verbe.
Alors vous prendrez beaucoup de plaisir quand vos yeux tomberont sur des phrases telles que: "sa poignée de main était froide comme celle d'un serpent" !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          410

Citations et extraits (58) Voir plus Ajouter une citation
Virgule-MagazineVirgule-Magazine   23 février 2021
Oh ! je l’aime déjà tout plein. J’en suis féru
Commenter  J’apprécie          20
CancieCancie   07 avril 2020
Ce qui explique en outre l'affluence de telles ribaudailles aux jours d'exécution, c'est que le protagoniste de la tragédie est toujours un parent, une connaissance, souvent un complice. On va voir pendre son cousin, rouer son ami, bouillir ce galant homme dont on passait la fausse monnaie. Manquer à cette fête serait une impolitesse. Pour un condamné, il est agréable d'avoir autour de son échafaud un public de figure connues. Cela soutient et ranime l'énergie. On ne veut pas être lâche devant des appréciateurs du vrai mérite, et l'orgueil vient au secours de la souffrance. Tel, ainsi entouré, meurt en Romain, qui ferait la femmelette s'il était dépêché incognito au fond d'une cave.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          410
ArakasiArakasi   06 octobre 2013
La place de Grève, où, tôt ou tard, ils doivent finalement aboutir, exerce sur les meurtriers, les spadassins et les filous une fascination singulière. Cet endroit sinistre, au lieu de les repousser, les attire. Ils tournent autour traçant d'abord des cercles larges, ensuite plus étroits, jusqu'à qu'ils y tombent ; ils aiment à regarder le gibet où ils seront branchés ; ils en contemplent avidement la configuration horrible, et ils apprennent dans les grimaces des patients à se familiariser avec la mort ; effet bien contraire à l'idée de la justice, qui est d'effrayer les scélérats par l'aspect des tourments.

Ce qui explique en outre l'affluence de telles ribaudailles aux jours d'exécution, c'est que le protagoniste de la tragédie est souvent un parent, une connaissance, souvent un complice. On va voir pendre son cousin, rouer son ami de coeur, bouillir ce galant homme dont on passait la monnaie. Manquer cette fête serait une impolitesse. Pour un condamné, il est agréable d'avoir autour de son échafaud un public de figures connues. Cela soutient et ranime l'énergie. On ne veut plus être lâche devant des appréciateurs du vrai mérite, et l'orgueil vient au secours de la souffrance. Tel, ainsi entouré, meurt en Romain qui ferait la femmelette s'il était dépêché incognito au fond d'une cave.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
darkon31darkon31   19 décembre 2010
Un vieux chat noir, maigre, pelé comme un manchon hors d’usage et dont le poil tombé laissait voir par places la peau bleuâtre, était assis sur son derrière aussi près du feu que cela était possible sans se griller les moustaches, et fixait sur la marmite ses prunelles vertes traversées d’une pupille en forme d’I avec un air de surveillance intéressée. Ses oreilles avaient été coupées au ras de la tête et sa queue au ras de l’échine, ce qui lui donnait la mine de ces chimères japonaises qu’on place dans les cabinets parmi les autres curiosités, ou bien encore de ces animaux fantastiques à qui les sorcières, allant au sabbat, confient le soin d’écumer le chaudron où bouillent leurs philtres.

Ce chat tout seul, dans cette cuisine, semblait faire la soupe pour lui-même, et c’était sans doute lui qui avait disposé sur la table de chêne une assiette à bouquets verts et rouges, un gobelet d’étain, fourbi sans doute avec ses griffes tant il était rayé, et un pot de grès sur les flancs duquel se dessinaient grossièrement, en traits bleus, les armoiries du porche, de la clef de voûte et des portraits.

Qui devait s’asseoir à ce modeste couvert apporté dans ce manoir sans habitants ? Peut-être l’esprit familier de la maison, le genius loci, le Kobold fidèle au logis adopté ; et le chat noir à l’oeil si profondément mystérieux attendait sa venue pour le servir la serviette sur la patte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
CancieCancie   06 avril 2020
Quant au jardin lui-même, il retournait doucement à l'état de hallier ou de forêt vierge. À l'exception d'un carré où se pommelaient quelques choux aux feuilles veinées et vert-de-grisées, et qu'étoilaient des soleils d'or au coeur noir, dont la présence témoignait d'une sorte de culture, la nature reprenait ses droits sur cet espace abandonné et en effaçait les traces du travail de l'homme qu'elle semble aimer à faire disparaître.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380

Videos de Théophile Gautier (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Théophile Gautier
Trop souvent confondue avec son homonyme révolutionnaire Olympe de Gouges ou tout simplement oubliée, Olympe Audouard est pourtant une figure de proue du féminisme sous Napoléon III, qui n'a cessé de transgresser les normes en vigueur en franchissant la frontière de la sphère privée, seul espace autorisé aux femmes. Au coeur de la vie intellectuelle du Second Empire, elle a fondé pas moins de trois quotidiens, écrit une trentaine de livres et ferraillé avec la plupart des intellectuels et hommes de pouvoir contemporains, de Barbey d'Aurevilly à Zola en passant par le préfet Haussmann. Maîtresse d'Alexandre Dumas et de Victor Hugo, protégée de Théophile Gautier, ses combats contre « le sexe barbu », notamment pour le droit au divorce, résonnent encore aujourd'hui. Celle que l'on surnomme la « Papillonne », du nom de son premier journal, est également une aventurière chevronnée : juchée sur les premiers chemins de fer, elle a observé de près la conquête de l'Ouest américain, les mouvements nihilistes russes, failli périr noyée dans un naufrage entre Alger et Marseille, affronté une tempête dans le désert avec Abd el-Kader… Un destin hors du commun, une figure qui a marqué son époque et que la nôtre gagnera à redécouvrir.
+ Lire la suite
autres livres classés : de capes et d'épéesVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le Capitaine Fracasse

En quelle année est paru le Capitaine Fracasse, dans son intégralité ?

1861
1863
1865
1867

11 questions
56 lecteurs ont répondu
Thème : Le Capitaine Fracasse de Théophile GautierCréer un quiz sur ce livre

.. ..