AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782278059522
192 pages
Éditeur : Didier Jeunesse (03/06/2015)
4.31/5   250 notes
Résumé :
Serine, en dépit de la volonté de sa mère, refuse de se marier. Mais pour sortir ses frères de la pauvreté, elle doit agir. Sa décision est prise : elle sera demoiselle de compagnie ! La tâche s’annonce difficile : la reine est capricieuse, antipathique, et renvoie ses demoiselles aussi souvent qu’elle change de perruque. Mais Serine ne manque pas d’audace et, tour à tour, par maladresse ou génie, se fait une place. Elle découvre alors la face cachée de la cour : le... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (104) Voir plus Ajouter une critique
4,31

sur 250 notes

marina53
  12 août 2020
Aujourd'hui le château n'est plus qu'une ruine. Et même si les soucis financiers rendent le père de plus en plus taciturne, l'on y sert encore des mets gourmets (en très petite quantité, évidemment). D'autant qu'il faut nourrir sept enfants. Dont l'aînée, Serine, l'héritière du comté de Chancies, qui n'a que faire des bonnes manières ou des révérences. Mais, à la mort de son père, sa mère n'a d'autre choix que de se défaire de ses six garçons, ne pouvant subvenir à leurs besoins. Quant à Serine, elle compte la marier très vite. Une décision aussitôt balayée d'un revers de main. En effet, la jeune fille a décidé qu'elle ira au palais et sera dame de compagnie de la Reine. Pour ce faire, elle n'a d'autre choix que de s'enfuir de chez elle. Bien que la Reine soit jugée capricieuse, caractérielle, exigeante, tyrannique parfois, et que les dames de compagnie se succèdent, Serine compte bien, avec sa joie de vivre et son exubérance, s'imposer...
Vertuchou ! Quelle estoire ! La comtesse Séraphine Marie-Geneviève Alexandrina de Notre-Dame Chancies du Jousselinier Senestre lez Castiche de l'Auberivière sié l'Ostel de la Colline, ou plus simplement Serine, décide, à la mort de son père et dans l'espoir d'aider sa famille, de devenir dame de compagnie de la Reine. Loin d'être une coquefredouille, elle compte bien, avec sa gouaille, emberlucoter la cour. C'est, hélas, sans compter sur les vilenies de certains, dont le coquardeau secrétaire. Fantaisiste à souhait, drôle et enlevé, ce roman est savoureux de bout en bout. Qu'il s'agisse des situations cocasses ou virevoltantes, des personnages si haut perchés, de l'humour ou encore de la plume si bien maniée.
Un roman malicieux comme une esperlune, pétillant comme une lifrejole et fin comme une abélole...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6716
orbe
  23 août 2015
Serine est une jeune comtesse mais le château où elle vit avec ses sept frères tombe en ruine. Afin d'échapper à un mariage arrangé, elle décide de fuir.

Alors même qu'elle a toujours vécu comme une sauvageonne, elle se rend au Palais, décidée à devenir demoiselle de compagnie de la terrible reine.

Si au départ son originalité et son sens de la répartie plaisent à la souveraine, elle devient vite un bouc émissaire pour l'ensemble de la cour.

Seul Léon, un jeune apprenti bourreau, apprécie à sa juste valeur sa compagnie.

Afin de s'en sortir, la jeune fille multiplie les pirouettes et les ruses... Combien de temps pourra-t-elle tenir dans ce milieu fourbe et cruel ?

Un roman qui annonce tout de suite la couleur puisque la première page évoque la possible décapitation de l'héroïne. Mais c'est pour mieux nous plonger ensuite dans les turpitudes de la cour.

Le portrait de la méchante reine est particulièrement bien peigné. Elle est fascinante d'égoïsme et d'inhumanité, à l'image d'ailleurs des autres courtisans.

Mais si la lecture est aussi entraînante c'est grâce à l'imagination débordante de l'auteur qui plonge son héroïne dans des situations qui sont souvent à la fois cocasses et désespérées. Au ton de la farce se mêle la question de la justice, du pouvoir et même des sentiments !

Un très bon roman pour découvrir les jeux de la cour, ses règles avec ses complots et même son fou ! A lire !

Lien : http://www.nouveautes-jeunes..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          410
Lagagne
  01 février 2016
Savoureux! Ce livre est savoureux! Aussi bien au niveau des personnages, de l'intrigue, des rebondissements, que de la maîtrise de la langue.
Sérine est le personnage attachant par excellence, drôle et fin qu'on adore. La lavandière, le marmiton sont le petit peuple serviable, faible et fort à la fois, la reine est la parfaite petite peste qu'on attend, le roi est le souverain naïf rêvé, le secrétaire est un Raspoutine de pacotille mais bien méchant tout de même... Et Léon, ah Léon...
Rebondissements (au propre comme au figuré), rythme virevoltant, on ne s'ennuie pas 1/2 seconde à la cour, avec Sérine en guide et maître.
Et que dire de la langue! La langue française est maniée avec talent et drôlerie, avec finesse et sans essoufflement.
Un petit régal!
Commenter  J’apprécie          341
Ileauxtresors
  10 août 2019
Tartiboulote, cubistétère, prétintaille, gastéropode… Certains mots roulent sur la langue, pétillent et stimulent l'imagination ! Avec ce premier roman, Flore Vesco célèbre le plaisir de les faire s'entrechoquer dans une langue joyeusement fleurie. Chaque ligne du texte est réjouissante, mais il ne s'agit pas que d'une forme savoureuse. Il y a aussi un message exaltant le pouvoir des mots, puisque Sérine, l'héroïne du roman, qui rejoint la cour pour être dame de compagnie, ne peut compter que sur sa langue (qu'elle n'a heureusement pas dans la poche) : sans relations, fortune ni parures, ignorant tout des codes des courtisans, elle a pourtant pour elle un art de la conversation et un sens de la répartie inouïs. Décapants, même. Doublés d'un sens solide de la justice sociale. La cour ne sera plus jamais la même !
Nous voici donc transportés dans une cour moyenâgeuse, avec ses douves, sa salle de réception et ses cachots, ses souverains capricieux, leur ribambelle de domestiques et de courtisans, leurs conventions désuètes, leurs modes étranges et leurs complots, leurs conseils des ministres où l'on instaure sans cesse les impôts les plus abracadabrants… Flore Vesco brosse ce petit monde avec beaucoup de verve et un humour irrésistible. On se régale des néologismes, des anachronismes et autres contrepétries qui viennent pimenter le récit. Mais aussi de la façon jubilatoire dont les ordres sociaux et les codes des contes traditionnels sont bousculés. Dans un conte, Sérine serait parvenue à faire son chemin parmi les demoiselles de compagnie, avec comme horizon idéal, peut-être, la perspective d'épouser un prince charmant. Comme ce n'est pas un conte, tout – tout ! – est possible et en dévorant à voix haute les aventures de Sérine, nous avons été ravis d'être ainsi précipités hors des sentiers battus.
Autant dire qu'après avoir adoré L'Estrange Malaventure de Mirella, nous ne nous arrêterons pas en si bon chemin et que nous nous plongerons à la première occasion dans les autres romans de Flore Vesco !
Lien : https://ileauxtresors.blog/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          331
Saiwhisper
  15 mars 2021
Quelle maîtrise de la langue ! Je me suis délectée de ce roman jeunesse-ado qui m'a autant émerveillée que fait rire aux éclats. Quand on aime les jeux de mots, l'humour et les joutes verbales, ce livre est un régal !
Cette fabuleuse histoire nous propulse au Moyen-âge, aux côtés de Serine, l'héritière du comté de Chancies. Au lieu d'épouser un mari choisi par sa mère, l'héroïne va partir à la Cour où elle deviendra demoiselle de compagnie pour la reine. Mais comment faire si l'on a ni relation ni belles robes ? Tout en se faisant aux coutumes et aux dernières modes de l'époque, Serine va devoir compter sur sa vivacité, son intelligence, son culot, sa débrouillardise, son obstination et son courage ! La jeune fille est loin d'être comme les autres : elle est aussi maligne que bonne oratrice ! Des qualités bien utiles, notamment face à certains courtisans malintentionnés… Car, comme on peut s'y attendre, l'ambiance est particulière : derrière des sourires factices et sous de beaux atours, les complots et les coups bas ne sont jamais loin ! Appréciant ce genre d'atmosphère, je me suis amusée à arpenter tous les lieux du château et découvrir certaines personnalités. Par ailleurs, on sent que l'auteure est passionnée et s'est bien documentée. Non seulement les codes de la cour sont bien retranscrits, mais on distingue aussi quelques informations en bas de page. Des éléments utiles, en particulier pour les jeunes lecteurs.
Comme dans un conte, on notera toute une ribambelle de fripouilles oeuvrant dans l'ombre pour mettre des bâtons dans les roues de l'héroïne. Il y a également énormément de rebondissements, d'humour, de rencontres et de surprises ! Plusieurs portraits comme ceux des bourreaux, le secrétaire et la reine sont très réussis. J'ai particulièrement été sous le charme de Jules et de Léon. En outre, le rôle que va avoir Serine durant la seconde moitié du roman m'a passionnée. Cela allait comme un gant à cette demoiselle à la langue acérée ! Au programme : jeux de mots, charades, piques bien senties et joutes verbales ! On s'amuse également avec plusieurs néologismes inventés avec brio. Pas sûre que ce soit au goût de tous les ados cependant, ce sont les miens. Impossible de m'ennuyer avec cette très chouette aventure pleine de malice menée à tambour battant !
Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          204


critiques presse (1)
Ricochet   25 août 2015
Derrière le lutin malicieux qu'est l'héroïne et l'histoire en cavalcade, il y a un vrai plaisir de l'écriture, du vocabulaire varié et du mot juste. Un bonheur en un tome dont on se réjouira dès 11-12 ans.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
nightsreadingsnightsreadings   23 janvier 2017
« Au détour d'une galerie, elle ralentit juste avant de culbuter une belle dame. Encore un peu d'entraînement et elle parviendrait à circuler dans le palais sans entrer en collision avec tout ce qui bougeait. La dame arrêta Serine avec un air d'autorité, posa les deux mains sur ses épaules et considéra la jeune fille en fronçant les sourcils. C'était la Grande Demoiselle, qui chaperonnait, dirigeait et réprimandait la ruche des demoiselles de compagnie." (p. 17)
"Il y avait quelque chose de différent dans les prisons ce matin-là. Jules n'arrivait pas à mettre le doigt dessus. [...] En s'arrêtant devant la dernière cellule vide, il comprit. Dans un coin de la paillasse, sous une pile de couvertures, il voyait dépasser un grelot. La petite demoiselle dormait paisiblement. Et ces grands dadais de prisonniers se seraient arraché la langue plutôt que de la réveiller. [...] Jules se hâte de retourner dans la salle de torture. Il dégagea la table de l'écraseur d'orteils, du fléau et du brise-mâchoire qui l'encombraient, et passa un coup d'éponge sur les tâches de sang. Quand Serine émergea enfin, la pièce reluisait. Une tasse de chocolat et des tartines attendaient la jeune fille. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
IleauxtresorsIleauxtresors   10 août 2019
Mais lorsque les gardes partirent d’un rire méprisant à la vue des blanchisseuses, ils signèrent leur arrêt de mort. Cuisses fléchies, poings en avant, les lavandières étaient prêtes à en découdre. Après tout, elles avaient l’habitude de nettoyer la vermine.
Sans se méfier, les gardes avancèrent d’un pas. Or, depuis qu’elles avaient douze ans, ces femmes passaient leurs journées à frotter et essorer jusqu’à épuisement, et porter des corbeilles de linge humide pesant la moitié de leur poids. Lors d’un tournoi de bras de fer, elles auraient remporté toutes les manches. À l’instant où elles brandirent leurs battoirs, épais comme les paumes de leurs mains, les gardes n’avaient plus aucune chance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
marina53marina53   12 août 2020
- Mais qui êtes vous donc ? demanda le fou.
- Nous nous sommes déjà rencontrés, répondit Crisante, en contenant son agacement. Je suis la Grande Demoiselle.
- Mais oui, bien sûr ! s'exclama le fou en se frappant le front. D'ordinaire, je n'oublie jamais un visage. Mais dans votre cas, ajouta-t-il en faisant la grimace, je ferais une exception.
Commenter  J’apprécie          170
ebardinebardin   13 mars 2016
"Au détour d'une galerie, elle ralentit juste avant de culbuter une belle dame. Encore un peu d'entraînement et elle parviendrait à circuler dans le palais sans entrer en collision avec tout ce qui bougeait. La dame arrêta Serine avec un air d'autorité, posa les deux mains sur ses épaules et considéra la jeune fille en fronçant les sourcils. C'était la Grande Demoiselle, qui chaperonnait, dirigeait et réprimandait la ruche des demoiselles de compagnie." (p. 17)
"Il y avait quelque chose de différent dans les prisons ce matin-là. Jules n'arrivait pas à mettre le doigt dessus. [...] En s'arrêtant devant la dernière cellule vide, il comprit. Dans un coin de la paillasse, sous une pile de couvertures, il voyait dépasser un grelot. La petite demoiselle dormait paisiblement. Et ces grands dadais de prisonniers se seraient arraché la langue plutôt que de la réveiller. [...] Jules se hâte de retourner dans la salle de torture. Il dégagea la table de l'écraseur d'orteils, du fléau et du brise-mâchoire qui l'encombraient, et passa un coup d'éponge sur les tâches de sang. Quand Serine émergea enfin, la pièce reluisait. Une tasse de chocolat et des tartines attendaient la jeune fille." (p. 121-122)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
marina53marina53   12 août 2020
- Maintenant que je suis Roi, il faudrait quelqu'un à mes côtes qui mette le palais sans dessus dessous, se moque des courtisans, et me rappelle que je n'étais autrefois qu'un simple apprenti.
- Tu as besoin d'un fou ?
- J'ai besoin d'une Reine.
Commenter  J’apprécie          160

Videos de Flore Vesco (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Flore Vesco
Oyez oyez ! Venez découvrir l'histoire de Sadima et des épreuves qui l'attendent dans le château de Lord Henderson ; et celle de Céleste, la géante qui parcourut le monde à la recherche de la liberté ♥
J'avais très envie de partager avec vous deux lectures très inspirantes, que j'ai beaucoup aimées et qui se répondent l'une l'autre : "D'or et d'oreillers", le dernier roman de Flore Vesco, et le roman graphique "Géante" de JC Deveney, magnifiquement illustré par Nuria Tamarit.
L'occasion de parler de conte, de l'archétype de la princesse (et de comment on y échappe), de liberté... et de tant de choses encore ! Vous me suivez ?
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






.. ..