AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2738121195
Éditeur : Odile Jacob (06/03/2008)

Note moyenne : 3.93/5 (sur 7 notes)
Résumé :

Pourquoi les histoires d'amour finissent-elles, et finissent-elles mal en général? Est-ce parce que l'homme et la femme, une fois la passion éteinte, reviennent, chacun, à leur statut initial: celui d'étranger l'un pour l'autre? Et si, plus que d'un désir de rapprochement, l'amour témoignait de toutes les différences, petites et grandes, qui séparent les deux sexes? Est-ce à dire, dès lors, que, si le... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Nayac
  01 mars 2015

Le titre questionne: ou est passé l'amour?
En fait, la question adressé par Lucie Vincent, ne serait elle pas plutot: l'amour existe t il (hors des contingences hormonales et sociétales) ... et si oui (un peu=etit oui) ne va t il pas disparaitre prochainement sous la pression du rapprochement des cerveaux féminins et masculins?
En fait la thése s'organise autrour de plusieurs points:
- l'homme et la femme sont des étrangers l'un pour l'autre (et donc des dangers)
- l'amour est un aveuglement nécessaire pour franchir cette différence (au moins le temps de procréer) quelques années. "l'amour cache misére"
- lorsqu'il s'estompe, inoxérablement , il laisse la place au mieux à un couple harmonieux..."ou disons de maniére plus réaliste, un couple qui réussit à se supporter en trouvant que la compagnie de l'autre vaut mieux que la solitude" ("voyage au bout de l'ennui"...)
- notre seule histoire d'amour est celle avec nos parents... ou de notre premier amour d'adolescent gravé dans notre "mémoire"
- l'accés aux contraceptifs et à l'autonomie financiére de la femme (même si persistent des inégalités) l'ont rendue moins dépendante,
- la baisse structurelle et constante du taux de testostérone des hommes, l'accroissement de leur taux d'oestrogénnes (à travers les modes de consommations contemporains) , leur prise en charge amplifiée des relations avec les enfants (et avec les reconnaissances ocytociniennes associées qu'ils partagent désormais avec les femmes) les "féminisent",
- gomment largement les différences hommes femmes, et de ce fait...,
- rend l'amour (déja largement désacralisé dans les premiéres parties) ....tout simplement inutile.
Un peu rapide ce résumé: certes. Tous commes certains enchanements de livre.... Mais bonne maniére de questionner différemment ce vaste sujet, et sosu une vision propsective et non plus historique, pas si fréquente.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Alhice
  11 novembre 2013
Pas de surprises, ni de révélations dans cet essai. Pas de solutions miracles non plus.
Toutefois, il est parfois bénéfique de revenir sur certaines bases, d'interrompre la divagation des esprits pour retourner à la réalité. S'il est bon de rêver, le pragmatisme a ses avantages.
Des vues sur l'amour pas très poétiques, ni très optimistes, mais beaucoup plus réalistes au vu du vécu de tous. Histoires d'hormones...
Ceci-dit, l'auteure analyse l'amour se bornant seulement à la phase de séduction, donc très éphémère. le reste ne serait qu'attachement, contrat égocentrique, incompréhension ou mépris...
Vaste débat qui ne peut tenir dans un seul ouvrage.
Commenter  J’apprécie          10
Tom_Otium
  24 octobre 2016
La nature a inventé la division du travail en inventant la reproduction sexuée ; les femmes sont chargées de la reproduction et les hommes de la survie. Quand les femmes sont enceintes elles sont vulnérables et ont besoin des ressources apportées par les hommes. L'amour, en nous rendant aveugle, nous permet de supporter l'autre afin de réaliser cet échange de bons procédés au moins le temps du développement de l'enfant. Ce modèle biologique a trouvé son prolongement dans le couple traditionnel où l'homme travaille et la femme reste au foyer. Et puis la pilule contraceptive a été inventée et a libéré les femmes qui se sont mises à travailler. C'est une révolution : les femmes n'ont plus besoin des hommes. A moins que ceux-ci ne se rendent utiles au foyer. On irait donc non seulement vers une égalité des sexes mais possiblement vers une inversion des rôles avec des femmes actives qui travaillent et des papas poule qui restent à la maison.
Cette évolution culturelle serait suivie de près par une évolution biologique rapide. Là je trouve que Lucy Vincent va vite en besogne, selon moi beaucoup d'hommes sont toujours machos et ne veulent pas pouponner et beaucoup de femmes restent uniquement attirées par des hommes virils. Cela dit le couple moderne a probablement beaucoup d'avenir dans un monde qui se féminise à grands pas. Si on va vers une baisse du dimorphisme sexuel, alors l'amour pourrait disparaître. En effet sa fonction est d'aider au rapprochement entre les hommes et les femmes et les rendant plus semblables. Ce rapprochement serait aujourd'hui assuré par la société, la modification des taux hormonaux, ainsi que par la sélection, la reproduction et l'éducation de ces nouveaux hommes et de ces nouvelles femmes. On sait ce qui nous reste à faire : s'adapter à cette nouvelle donne ou disparaître...
Lien : http://brazen8457.blogspot.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Tom_OtiumTom_Otium   24 octobre 2016
Si l'amour existe, c'est parce que les deux sexes sont tellement étrangers l'un pour l'autre que leurs cerveaux ont besoin d'une période d'aveuglement pour se rapprocher l'un de l'autre. Si on arrive dans les années qui viennent à calquer le fonctionnement des deux cerveaux au point qu'ils ne sont plus aussi déroutants l'un pour l'autre, alors le besoin d'amour n'existera plus : on pourra vivre harmonieusement côte à côte et partager amicalement devoirs et récompenses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Tom_OtiumTom_Otium   24 octobre 2016
Ainsi la nature de l'amour, qui est de rapprocher l'homme de la femme, mais pour une durée limitée, est-elle souvent mal comprise. L'amour provoque des sensations fortes et mène parfois au bonheur ; on voudrait qu'il dure toute la vie, qu'il soit un mode de vie, mais il ne peut pas l'être. L'état amoureux n'est qu'un accommodement temporaire en vue d'un objectif déterminé, la reproduction.
Commenter  J’apprécie          10
Tom_OtiumTom_Otium   24 octobre 2016
Notre biologie et nos conditions de vie sont désormais en conflit, situation qui entraîne incompréhension et ressentiment.
Commenter  J’apprécie          20
Tom_OtiumTom_Otium   24 octobre 2016
Comme toutes les interactions sociales, l'amour est une façon de manipuler l'autre pour s'assurer au mieux ses propres besoins.
Commenter  J’apprécie          10
Tom_OtiumTom_Otium   24 octobre 2016
le modèle du couple biologique où la femme procrée et l'homme s'occupe de lui procurer le nécessaire à elle et son enfant n'est plus d'actualité.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Lucy Vincent (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lucy Vincent
Rencontre avec Lucy Vincent autour de son ouvrage "Faites danser votre cerveau" aux Éditions Odile Jacob.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2223426/lucy-vincent-faites-danser-votre-cerveau
Notes de Musique : Bibliothèque Audio Youtube
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
>Perception sensorielle, mouvements, émotions>Emotions et sentiments>Amitié, amour, affection (38)
autres livres classés : SupportersVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
298 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre