AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2718605073
Éditeur : Galilée (24/09/1998)

Note moyenne : 3/5 (sur 2 notes)
Résumé :


Le big bang du virtuel
Paul Virilio nous alerte. Nous allons perdre le contrôle. Avec l'accélération des progrès techniques et de l'informatique, dématérialisation, déréalisation, défactualisation des choses et "défaite des faits" nous menacent. Même nos corps sont en danger de virtualisation par la technologie.
Or, ceci ne peut laisser indifférent un chef d'entreprise à l'ère de la mondialisation et d'internet, celle aussi de la gestio... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Mimimelie
  18 janvier 2016
Paul Virilio est un penseur des plus singuliers, l'écouter et le lire c'est prendre le risque de regarder et écouter et comprendre différemment le monde en devenir.
Cependant, ce livre m'a donné du fil à retordre même si j'avais déjà une idée de sa pensée pour avoir déjà visionné quelques vidéos sur les thèmes qui lui sont chers, les technosciences, l'accélération du monde et ses conséquences sur l'homme, l'économie, l'environnement, …. Car c'est un livre dense et je dirais complexe, à la mesure de la complexité de notre monde actuel.
Pour faire court, il s'agit d'une critique du cybermonde qui selon lui nous réserve nombre de conflits futurs (guerres de l'information), et tire la sonnette d'alarme sur les aliénations créées par les technosciences qui risquent de nous mener rien moins qu'à un nouveau Babel des savoirs.
Ce livre m'a beaucoup donné à réfléchir, mais comme nombre de notions et surtout leurs implications globales ne m'étaient pas familières, j'en referai une nouvelle lecture réfléchie car c'est passionnant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
MimimelieMimimelie   11 janvier 2016
La globalisation des échanges n’est donc pas économique, comme on se plaît à le répéter depuis l’essor du marché unique, elle est d’abord écologique et intéresse non pas uniquement la pollution des substances, avec, par exemple, l’effet de serre atmosphérique, mais aussi la pollution de distances et des délais qui composent le monde de l’expérience concrète.
Autrement dit, la globalisation concerne l’effet de serre dromosphérique de l’enfermement dans l’accélération limite des télécommunications.
« Le temps du monde fini commence », décrétait Paul Valéry dès les années 20. Avec les années 80, le monde du temps fini débute. Devant cette finition intempestive de toute durée localisée, l’accélération de l’histoire récente vient buter contre le mur du temps réel, ce temps mondial et universel qui supplantera, demain, l’ensemble des temps locaux qui avaient su faire l’Histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
MimimelieMimimelie   11 janvier 2016
Ainsi, derrière la propagande libertaire pour une démocratie directe (live), susceptible de renouveler la démocratie représentative des partis politiques, se met en place l’idéologie d’une démocratie automatique où l’absence de délibération serait compensée par un « automatisme social » semblable à celui du sondage d’opinion ou à la mesure d’audience de la télévision.
Démocratie-réflexe et sans réflexion collective, où le conditionnement l’emporterait sur la « campagne électorale », et où le caractère « démonstratif » du programme des partis céderait le pas au caractère strictement « monstratif » et spectaculaire d’un dressage des comportements individuels dont la publicité a depuis longtemps testé les paramètres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MimimelieMimimelie   06 janvier 2016
Il semble utile de dénoncer la confusion soigneusement entretenue entre le savant et le champion, l’aventurier qui se porte avec violence à l’extrémité de ses limites physiques et l’homme de laboratoire qui s’aventure, à son tour, jusqu’aux limites éthiques celles-là, celui qui éprouve l’exaltation de jouer, plus que sa propre mort, celle du genre humain !
Commenter  J’apprécie          40
MimimelieMimimelie   11 janvier 2016
Lorsqu’il y aura cinq millions de live cameras réparties dans le monde et plusieurs centaines de missions d’internautes susceptibles de les observer simultanément sur leurs consoles, nous assisterons au premier KRACH VISUEL, et la soi-disant télévision cédera alors la place à la télésurveillance généralisée d’un monde où la fameuse bulle virtuelle des marchés financiers aura cédé la place à la bulle visuelle de l’imaginaire collectif, avec le risque afférent de l’explosion de la BOMBE INFORMATIQUE, annoncée dès les années 50 par Albert Einstein lui-même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MimimelieMimimelie   11 janvier 2016
Si la vérité est ce qui est vérifiable, la vérité de la science contemporaine est moins l’ampleur d’un progrès que celle des catastrophes techniques qu’elle provoque.
__
Chacun le sait, si ce qui est excessif est insignifiant, « une science sans conscience n’est que ruine de l’âme » et une technoscience sans conscience de sa fin prochaine n’est jamais un sport qui s’ignore !
« Sports de l’extrême », ceux où l’on risque volontairement la mort, sous prétexte d’atteindre une performance-record.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Paul Virilio (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Paul Virilio
Paul Virilio : "Je crains que le nihilisme ne revienne en ayant un programme de la fin" .Paul Virilio en mai 2004 sur France culture
autres livres classés : internetVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

L'écologiste mystère

Quel mot concerne à la fois le métro, le papier, les arbres et les galères ?

voile
branche
rame
bois

11 questions
74 lecteurs ont répondu
Thèmes : écologie , developpement durable , Consommation durable , protection de la nature , protection animale , protection de l'environnement , pédagogie , mers et océansCréer un quiz sur ce livre