AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2864325365
Éditeur : Verdier (02/05/2008)

Note moyenne : 4.19/5 (sur 13 notes)
Résumé :

Le monde est devenu plus rude. On ne peut plus comme avant contempler les fleurs des cerisiers ni philosopher avec des amis autour d'une coupe de vin.

Désormais, quand on regarde les nuages, c'est à travers les barbelés. Quand on s'endort, c'est dans la promiscuité et les mauvaises odeurs. Plus rien n'est paisible. La poésie persiste en dépit des circonstances, l'humour et le détachement continuent à ordonner l'existence, mais la voix s'é... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
MarianneL
  10 mars 2014
Laissons parler Antoine Volodine sur son hétéronyme Lutz Bassmann, écrivain emprisonné, un des porte-voix du post-exotisme (dans son essai "Le post-exotisme en dix leçons, leçon onze") :
"Les derniers jours, Lutz Bassmann les passa comme nous tous, entre la vie et la mort. Une odeur de pourri stagnait dans la cellule, qui ne venait pas de son occupant, encore que celui-ci fut à l'article de et se négligeât, mais du dehors […] Bassmann, lui n'attendait rien. Il s'asseyait en face de nos visages abîmés et il les regardait. Il contemplait les photographies mal lisibles, spongieuses, les portraits obsolètes de ses amis hommes et femmes, tous défunts, et il se remémorait on ne sait de quoi de trouble et, en même temps, de merveilleusement scintillant, qu'il avait vécu en leur compagnie."

Poème en trois chapitres, les «Haïkus de prison» de Lutz Bassmann, racontent la prison, la déportation et l'enfer des camps, dans ce chant lancinant de 489 haïkus qui tend vers l'hiver et la noirceur absolue.
Voix des dominés, des minoritaires, de ceux qui sont aux marges, ce sont les récits des Tadjiks, du Mandchou, du boucher moldave, du boxeur fou ou du bonze, de tous ceux qui tentent de survivre dans le chaos de l'enfermement, de raccommoder ensemble des morceaux de vie au milieu des suicides et des meurtres, de tous ceux qui succombent.
Quelle est cette prison ? Où sont-ils et pourquoi ? Après quelles défaites ? Cela restera obscur. Certains tentent en prison de reconstituer une organisation pour résister mais elle est vouée à la défaite dès le premier haïku.
"L'organisation s'est constituée
on attend que les chefs surgissent
pour les haïr"
Malgré la puanteur de la cellule, la barbarie de l'enfermement, de la déportation et du camp, une poésie visionnaire et un humour étonnamment juste se dégagent de ces vers hallucinés, de ces lambeaux de vie qui se désagrègent, de cette voix qui tend vers l'évanouissement.
"Personne ne s'est inscrit pour la chorale
l'animateur
est anthropophage"
"Pour instaurer la discipline
le commandant
tue quelqu'un au hasard dans le fossé"
"Le vétéran parle de l'été
j'ai du mal à me rappeler
de quoi il s'agit"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
nabuchodonosor
  16 septembre 2011
quel beau chant ces haikus de prison;
pensez donc une suite de haikus faisant continuité et tableau quasiment de la narration
un chant triste certes mais avec son comptant de lueur ironique;
au total un bonheur de lecture qui rend heureux et pourtant comme dans l'univers de volodine nous sommes placés dans le royaume de l'horreur sans espoir.l'univers concentrationnaire à venir cela volodine ou lutz bassmann son pseudo d'auteur n'en doute pas.
comment expliquer le bonheur de lecture alors que le récit est terrible?
sans doute l'horreur est rendue de telle façon qu'elle est grotesque tout en étant trés réaliste.
une humanité dépeinte sans aucun masque social en vigueur et nous l'aimons cette humanité quelles que soient les horreurs ou le ridicule dont elle empreinte.est il paradoxal d'énoncer que bassmann nous donne une leçon d'humanité?,en tout cas de la vraie littérature.
de la littérature prophétique?on peut en jouir sans modération et le lire à haute voix comme une incantation avec l humour qui ici est vraiment ma politesse du désespoir
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ecompiegne
  02 juillet 2013
L'univers d'Antoine Volodine, qui prête ici sa plume à Lutz Bassmann, est féroce et implacable. Il semble rendre compte du cauchemar de l'idéaliste contemporain. de ce rêve-moteur, à la fois projection de l'esprit et crise de réalité, émergent le sordide, mais aussi l'humour et la poésie. Comme si l'oppression, quelle que soit sa force, se cassait fatalement les dents sur la structure de l'être. Bref, un recueil vital.
Commenter  J’apprécie          10
Snyule30
  10 mars 2017
La forme utilisée par Lutz Bassman (hétéronyme d'Antoine Volodine) a la puissance de tirs balistiques pour nous plonger dans l'enfer des camps de prisonniers, le quotidien, les caricatures de ces personnages qui montrent l'étendue des vies brisées, inutiles. Choisir cette forme d'écriture pour décrire l'horreur, les promiscuités, les renoncements, les souffrances, et l'absurde d'une administration dicatatoriale, peut paraître contradictoire mais elle en renforce le propos par son intensité stylistique.
Si vous n'avez jamais lu d'haïkus, ce n'est pas la lecture que je vous recommenderais, bien évidemment. Dans le cas contraire, suivez le personnage de l'idiot, de l'éleveur de rennes, le voleur de chiens ou de l'anthropophage tout au long des 78 pages d'haïkus de prison.
"Pendant la désinfection
les poux attendent
sur le seuil des bains"
Extrait page 83
Lien : https://snyuleseditions.word..
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2
  18 septembre 2016
Dans sa forme la plus courte et la plus dense, tout le sombre humour du désastre : cellule, convoi et camp.
Sur mon blog : https://charybde2.wordpress.com/2016/09/18/note-de-lecture-bis-haikus-de-prison-lutz-bassmann/

Lien : http://charybde2.wordpress.c..
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (57) Voir plus Ajouter une citation
coco4649coco4649   07 septembre 2018
 
 
Le moine médite face au mur
le vieux en profite
pour lui voler son pain
Commenter  J’apprécie          170
coco4649coco4649   07 septembre 2018
 
 
L’ancien cheminot regarde par la fenêtre
mais le paysage
ne défile pas
Commenter  J’apprécie          30
coco4649coco4649   07 septembre 2018
 
 
On a lessivé la cellule
la crasse a pris des odeurs
de savon
Commenter  J’apprécie          20
coco4649coco4649   07 septembre 2018
 
 
L’organisation s’est constituée
on a des chefs des correspondants
mais pas encore de kamikazes
Commenter  J’apprécie          10
coco4649coco4649   07 septembre 2018
 
 
Le vent apporte une odeur de foin
je renifle avec nostalgie
dehors je n’aimais pas la campagne
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Antoine Volodine (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Antoine Volodine
Lutz Bassmann - Black Village
autres livres classés : haïkuVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
660 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre