AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Journal d'un AssaSynth tome 2 sur 6
EAN : 9782367935188
128 pages
L’Atalante (20/06/2019)
4.03/5   234 notes
Résumé :
Les SecUnits se moquent pas mal des actualités. Même après avoir piraté mon module superviseur et débloqué mes accès, je n’y ai jamais prêté grande attention. D’abord, parce que les téléchargements de contenu multimédia risquent moins de déclencher les alarmes éventuelles des réseaux locaux et satellitaires, mais surtout, parce que les informations sont d’un ennui mortel et que je me fiche éperdument des querelles entre humains tant que je n’ai pas 1) à y mettre un ... >Voir plus
Que lire après Journal d'un AssaSynth, tome 2 : Schémas artificielsVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (33) Voir plus Ajouter une critique
4,03

sur 234 notes
5
7 avis
4
17 avis
3
8 avis
2
1 avis
1
0 avis
Second tome de la série de 4 prévue. Tout aussi réjouissante.



Assasynth est "en fuite" et souhaite remonter aux sources. Enquêter sur la tuerie de masse qui a fait de lui ce qu'il est maintenant (son autopiratage lui ayant permis d'accéder à l'autonomie décisionnelle). Elle s'associe un peu par hasard à un cargobot et décide de travailler pour un groupe d'humain en tant qu'expert en sécurité.



Si vous n'avez pas aimé le premier tome, il est évident qu'il n'y a pas à  continuer.

Dans le cas contraire, vous ne serez pas déçu. Les interactions entre Assasynth et EVE (le cargobot) sont réjouissantes à souhait. L'attitude de l'androïde avec les humains reste un petit bijou. L'action est toujours présente et le rythme intense (il faut caser l'histoire sur 100 pages) où l'on ne s'ennuie pas une seule seconde.


En dehors d'une petite réflexion sur le libre arbitre, les sentiments, la compréhension humaine, l'émancipation des IA, qu'il faut peut être même laisser de côté, nous avons dans cette série, une lecture divertissante à souhait.



Mon petit rayon de soleil du moment.
Commenter  J’apprécie          752
Ce deuxième opus de la série "Journal d'un AssaSynth" confirme les promesses du tome 1, maintenant que le décor est "planté", je dirais même que c'est encore meilleur.
Notre "SecUnit" désormais émancipée ne peut rester avec le docteur Mensah, il lui faut enquêter sur le dysfonctionnement à l'origine de ses doutes sur sa supposée responsabilité passée.
La difficulté va être de passer inaperçu, il espère se faire passer pour un humain "augmenté", pas si évident que ça...
Toujours un format "grosse" nouvelle, le scénario est tout simplement captivant. L'idée de mettre en scène un androïde à la pensée autonome et presque humaine est assez géniale, les rencontres et les dialogues sont pour le coup assez originaux et dépaysants.
J'ajouterais que l'addiction des "machines" aux séries télé est une belle trouvaille très bien exploitée :)
Le style est agréable et immersif, le rythme idéal, en un mot c'est un bon moment de lecture !
Commenter  J’apprécie          614
La série de l'AssaSynth, robot mercenaire à apparence humaine, se poursuit avec une autre novella : Schémas artificiels. Martha Wells, toujours publiée par les éditions L'Atalante en France, approfondit la psychologie de son personnage un brin particulier.

Suite de l'aventure
Après le dénouement de la première novella, nous retrouvons l'AssaSynth en déplacement mais cette fois comme simple voyageur : il cherche tranquillement à se faire discret, et pour cause puisque sa condition de robot libéré de toute contrainte le met en position d'être recherché sur toute planète qu'il traversera. Or, dans son errance plus ou moins orientée, l'AssaSynth fait des rencontres qu'il n'espérait pas ou sur lesquelles il ne comptait pas. Tout d'abord, il se retrouve, bien maladroitement, en contact avec un vaisseau de transport qui recherche l'empathie de ses passagers et qui comprend très vite que le narrateur est un robot mercenaire qui s'est affranchi de ses donneurs d'ordres. Par la suite, l'AssaSynth se donne un nouvel objectif : découvrir les circonstances qui l'ont amené à transgresser ainsi les ordres qu'un robot se doit d'appliquer, les circonstances de sa « naissance » en tant que robot libre, d'une certaine façon. Malgré ces rebondissements répétés, cette deuxième aventure peut paraître un plus longuette, car son but est moins précis que dans la première ; toutefois, il semblerait que le dénouement de ces Schémas artificiels appelle une trame de fond plus orientée désormais.

Un style qui s'affine
Dans ce deuxième volet, un très fort accent est mis sur l'empathie avec, certes en premier lieu le héros AssaSynth, mais aussi et surtout un autre bot rencontré en cours de route, qui se prend d'amitié pour lui et essaie de ressentir les mêmes sentiments qu'un humain, notamment devant une série télévisée à suspense : cela crée des moments très attendrissants, alors même qu'on ne suit que deux robots en train de se « parler » par circuits interposés. Par la suite, une fois cette ambiance bien mise en place, le ton prend un ton plus humoristique quand le narrateur est contraint de côtoyer des humains qu'il compte aider pendant un temps : cela mène à des situations intéressantes où l'AssaSynth doit penser vite en « discutant » numériquement avec d'autres robots, tout en assurant sa couverture auprès des humains. Ce sont ces petits jeux narratifs qui agrémentent positivement cette série, ils lui donnent un petit esprit taquin intéressant.

En conclusion, l'AssaSynth poursuit ses aventures à peu près sereinement et le lecteur continue sa lecteur tout à fait agréablement : nous ne sommes pas sur des textes parfaits ou immensément innovants, mais cela crée un récit avec un ton qu'on n'oublie pas.

Commenter  J’apprécie          171
"J'ai vérifié mon apparence à travers la vidéosurveillance et conclu que j'avais l'air de m'ennuyer ferme. Rien d'anormal, j'ai toujours l'air de m'ennuyer quand je travaille ; simplement d'habitude ça ne se voit pas, rapport à l'armure. Décontenancé, l'homme s'est repris avant de lancer : "Qui t'es toi, bordel ?"

Deuxième tome des aventures de notre AssaSynth. Il s'est libéré du joug de la société qui le possédait et souhaite revenir sur une de ses missions passées, de laquelle tout souvenir a été effacé. Il aurait déraillé gravement mais veut en avoir la preuve, maintenant qu'il est libre de ses mouvements.

Il sera contraint de modifier son apparence pour la rendre un peu plus humaine, afin de mieux se fondre dans le décor. Il fera ami ami avec EVE, l'IA d'un cargo de fret. Elle devient rapidement, comme lui, accro aux séries qu'il se passe en boucle dès qu'il a un moment de libre et apportera une aide providentielle à cette mission.

Bon, d'accord, ce n'est pas de la grande SF mais cette série habile se lit avec beaucoup de plaisir. Il y a de l'humour, de la distance, ce qui ne gâche rien.


Commenter  J’apprécie          230
Je continue mon exploration cyborg/androïdesque avec le deuxième volume de la série. A la recherche de son passé.
Comme dans toute bonne série moderne, on mêle le temps long et une aventure entière pour ce roman.
Que s'est-il passé avec l'incident ayant impliqué le sec-unit héros des romans sur RaviHyral avant même l'épisode un de la série ?
Cette fois, l'interaction principale a lieu entre un cargo spatial à l'intelligence artificielle surpuissante nommée EVE (tout un programme), et notre AssaSynth en quête de réponses à ses interrogations...
De ce point de vue, j'ai un peu moins apprécié que l'épisode précédent.
D'autant que les quelques humains, le groupe de chercheurs souhaitant récupérer des fichiers volés, sont d'une bêtise crasse ce qui fait vraiment trop pencher la balance en faveur des intelligences artificielles. Rien à voir avec le groupe précédent emmené par le docteur Mensah qui suscitait également l'intérêt du lecteur.
Mais... Écriture toujours aussi dynamique et plaisante, entraînant un enchaînement des chapitres quasiment sans interruption. Une véritable distraction de science fiction plaisante. Je continue sans bouder mon plaisir...
Commenter  J’apprécie          220

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
A la crèche, nos mères disaient toujours que la peur est un état induit, un schéma artificiel qui nous est imposé de l'extérieur. Ce qui veut dire qu'on peut la combattre, donc qu'il faut affronter nos peurs.
Commenter  J’apprécie          210
Les jeunes humains font souvent preuve d'impulsivité. l'astuce consiste à les garder à l'oeil assez longtemps pour qu'ils vieillissent.
Commenter  J’apprécie          300
Mon équipage compte dans ses rangs des étudiants et des enseignants. j'ai emmagasiné un grand nombre d'exemples de puérilité.
Commenter  J’apprécie          240
Initialement, les synthétiques ne devaient disposer que d’un niveau d’intelligence préconscient, à peu près équivalent à celui du plus crétin des bots. Sauf qu’on ne peut pas confier la sécurité à un androïde aussi stupide qu’un bot-convoyeur sans dépenser une fortune en superviseurs humains. Alors on nous a fait don de l’intelligence – avec, comme effets secondaires, les angoisses et la dépression.
Commenter  J’apprécie          50
Les humains, souvent inattentifs, ont beau rater nombre de petits détails, me voir déployer des canons à énergie de mes avant-bras leur mettrait sans doute la puce à l’oreille.
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Martha Wells (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Martha Wells
Vidéo de Martha Wells
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (410) Voir plus



Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
4856 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

{* *}