AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2330077440
Éditeur : Actes Sud (06/07/2017)

Note moyenne : 4/5 (sur 3 notes)
Résumé :
"Mélanie Wenger est parvenue, avec patience et tendresse, à révéler l’histoire de Marie-Claude, oubliée par la société depuis plus de 50 ans durant lesquels elle a créé son microcosme. (...) Seule une photographe douée d’une sensibilité très particulière et dépourvue de préjugés pouvait décrire, en images, une telle merveille.”
María García Yelo, conseillère artistique 2017
Depuis vingt-deux ans, le Prix HSBC pour la Photographie a pour mission d’aider... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
fanfanouche24
  25 juillet 2017
Déniché cet album d'une jeune photographe, qui rompt avec ses travaux
et reportages habituels, grâce à un article lu dans une revue de Beaux-Arts...
Accumulant depuis fort longtemps de la documentation sur l'isolement et les solitudes, sous toutes ses formes... cette rencontre insolite de cette bretonne, éprouvée par l'existence, et vivant, comme coupée du monde
ne pouvait que m'intriguer et m'intéresser...

Très bel ouvrage relié, avec une mise en page soignée et fort bien étudiée:
les clichés sont mis en valeur , présentés soit en pleine page, soit sur double page, sans légende... pour faire travailler notre oeil, et notre imagination de"lecteur" , j'imagine ? !!...
[ Les légendes de la photographe se trouvent en fin du livre,en français et en anglais]
Ces photographies me bouleversent à plus d'un titre, de par leur simplicité, la force des portraits dans les scènes d'un quotidien âpre mais aussi parce qu'ils me ramènent à "ma Bretagne", et surtout à ma petite grand-mère, qui
vivait dans un décor des plus sommaires et démunis, avec toutefois la fantaisie et l'oeil malicieux de ma "mémé"...qui m'éclaire encore aujourd'hui ....
L'extraordinaire de ce clichés est que la poésie, et la force des expressions, d'un regard, tient aux extrêmes contrastes... Dans une même prise, il y a une large part de nuit, d'obscurité qui fait exploser , chaque fois un petit point de lumière, de magie...
Je me permets de transcrire 3 passages :deux extraits de la photographe, qui explicite sa rencontre avec "Marie-Claude", son anti-héroïne", ainsi que ce "reportage" exceptionnel d'empathie et de sensibilité... le deuxième extrait qui suivra celui-là concernera une partie des "remerciements", qui n'a pas manqué de me toucher et de me faire sourire !!
"Je suis tombée sur Marie-Claude en rentrant de Lybie, au bout d'un chemin sans issue dans un lieu-dit perdu des monts d'Arrée bretons en avril 2014. "Tu viens voir mes poupées ? " me lança-t-elle, en m'indiquant mon chemin. Dans sa maison de bric et de broc, je découvre un monde que je ne quitterai plus. Qui me hante et m'emplit de joie à la fois. Cette vieille dame de soixante-quinze ans, cette ancienne bûcheronne, pêcheuse et couturière attachante et effrayante me touche, me parle de moi et qui ne veut pas s'éteindre.
Elle me montre que tout persiste et que rien ne s'éteint. Comme ma grand-mère, vieille mais rebelle. Elle n'a jamais eu d'enfants et me fascine pour cela, moi qui en ai perdu ou chassé, qui résiste (peut-être) à l'appel
de la féminité. Est-elle femme ? Est-elle enfant ?
Est-elle folle ? Suis-je folle ? Autour d'elle, tous la fuient. Sa particularité, son caractère. Elle n'a jamais suivi les rails, les règles de la communauté. Une marginale. Un peu comme moi, parfois. Un peu comme nous tous
en fait, sauf que certains n'osent pas. "(p. 93)

"Remerciements....
Et Finalement Marie-Claude pour sa beauté d'âme et son franc-parler. Pour avoir partagé sa fantaisie comme ses aspérités. Elle m'a tout montré, sans choisir un côté. Mais surtout je voudrais la remercier d'avoir arrêté de pisser dans le café !
A ma mère. A ma grand-mère" ( p. 99)
Une publication , et surtout une grande qualité du REGARD à ne pas manquer:
"Suis-je simplement celle qui arrive dans sa vie ? Ne puis-je donc jamais être celle qui observe ?
Suis-je arrivée trop tard ? Vit-elle ses histoires qu'elle me raconte, assise dans son salon ?
Ou en vit-elle d'autres ? Se souvient-elle parfois ? Sait-elle qui elle est, qui elle fut: ce qu'elle est devenue ? Ermite, sorcière, vieille folle, korrigan ou petite grand-mère. La voici "(p. 93)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche24   24 juillet 2017
Je suis tombée sur Marie-Claude en rentrant de Lybie, au bout d'un chemin sans issue dans un lieu-dit perdu des monts d'Arrée bretons en avril 2014. "Tu viens voir mes poupées ? " me lança-t-elle, en m'indiquant mon chemin. Dans sa maison de bric et de broc, je découvre un monde que je ne quitterai plus. Qui me hante et m'emplit de joie à la fois. Cette vieille dame de soixante-quinze ans, cette ancienne bûcheronne, pêcheuse et couturière attachante et effrayante me touche, me parle de moi et qui ne veut pas s'éteindre. Elle me montre que tout persiste et que rien ne s'éteint. Comme ma grand-mère, vieille mais rebelle. Elle n'a jamais eu d'enfants et me fascine pour cela, moi qui en ai perdu ou chassé, qui résiste (peut-être) à l'appel de la féminité. Est-elle femme ? Est-elle enfant ? Est-elle folle ? Suis-je folle ? Autour d'elle, tous la fuient. Sa particularité, son caractère. Elle n'a jamais suivi les rails, les règles de la communauté. Une marginale. Un peu comme moi, parfois. Un peu comme nous tous en fait, sauf que certains n'osent pas. (p. 93)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
fanfanouche24fanfanouche24   25 juillet 2017
Suis-je simplement celle qui arrive dans sa vie ? Ne puis-je donc jamais être celle qui observe ? Suis-je arrivée trop tard ? Vit-elle ses histoires qu'elle me raconte, assise dans son salon ?
Ou en vit-elle d'autres ? Se souvient-elle parfois ? Sait-elle qui elle est, qui elle fut: ce qu'elle est devenue ? Ermite, sorcière, vieille folle, korrigan ou petite grand-mère. La voici . (p. 93)
Commenter  J’apprécie          170
autres livres classés : reportageVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Quiz versification en poésie

Confession, Charles Baudelaire : Une fois, une seule, aimable et douce femme, A mon bras votre bras poli S'appuya (sur le fond ténébreux de mon âme Ce souvenir n'est point pâli) ; Les rimes sont :

croisées
plates ou suivies
embrassées

10 questions
153 lecteurs ont répondu
Thèmes : versificationCréer un quiz sur ce livre