AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 222119120X
Éditeur : Robert Laffont (14/01/2016)

Note moyenne : 3.38/5 (sur 44 notes)
Résumé :

Il est des secrets de famille plus mortels qu'un poison.
Elle était l'une des meilleures à la brigade criminelle. Aujourd'hui, Gesine Gordes s'occupe des fleurs dans un cimetière, immense, à la périphérie d'une grande ville allemande.
Un matin sans histoire, elle comprend que les couronnes mortuaires déposées à la chapelle par ses soins sont destinées aux obsèques de sa propre soeur, Mareike. Les deux femmes ne s'étaient pas vues depuis que Phi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (31) Voir plus Ajouter une critique
LiliGalipette
  13 mars 2016
Depuis la mort de Philipp, son petit garçon, dans des circonstances troubles, Gesine a quitté son poste à la police et vit coupée du monde, uniquement occupée par son travail au cimetière et son obsession pour les plantes toxiques. Alors que sa soeur, Mareike, trouve à son tour la mort de manière suspecte, Gesine ne peut se cacher du passé et doit se confronter aux non-dits qui entourent le décès de Philipp. Quelle est la responsabilité de Mareike ? S'est-elle suicidée ou a-t-elle été assassinée ? Que cherche à cacher leur père ? Que sait Juan, le veuf de Mareike ? Quel rôle a joué la police dans la clôture de l'enquête autour du décès de Philipp ? Pourquoi Frida et Martha, les jeunes nièces de Gesine, se croient-elles coupables de la mort de leur maman ? « Ce qui s'est passé avec votre mère n'a rien à voir avec vous ? / Non ? […] D'où est-ce que tu sais ça Gesine ? / Les enfants ne sont jamais coupables, finit-elle par dire d'une voix claire. / Oui, et les tantes non plus, compléta Martha. » (p. 122)
Cela fait beaucoup de questions, n'est-ce pas ? Ce roman en soulève encore bien d'autres, mais il sait y répondre et tendre vers une résolution claire et implacable. le drame que constitue la mort d'un enfant est un sujet sombre et délicat, mais Annette Wieners évite le pathos et le glauque avec talent. Coeur de lapin est un polar de très bonne facture, au rythme maîtrisé et à la construction soignée. Pourquoi ce titre ? Peut-être parce que le coeur d'un lapin affolé se voit à travers à travers sa fourrure tant il bat fort. Et je promets une augmentation de votre rythme cardiaque sur certains passages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Walkyrie29
  23 mai 2018
Tout a commencé par un drame familial, un jeune enfant qui meurt en jouant, une aconit dans le jardin. Qui est véritablement responsable ? Accident ? Homicide ? C'est l'éclatement pour la famille Augenthaler. Dix années plus tard, Gésine travaille dans un cimetière en tant que jardinière. Ce jour là, elle amène les couronnes florales à la chapelle comme à son habitude mais le nom qui y est écrit lui rappelle trop de choses, l'homme et les deux jumelles, aux cheveux auburn et aux tâches de rousseurs si familières, aussi. Ce sont les obsèques de Mareike qui se préparent, cette soeur qu'elle déteste, qu'elle a renié depuis longtemps, celle qu'elle considère comme responsable de la mort de son fils.
Ce thriller psychologique qui fait davantage la part belle à ses personnages est assez lent, un rythme volontairement voulu par l'auteure afin de poser un décor particulier, un drame familial, des personnages fouillés, un environnement serein, floral mais aussi mortuaire, et des révélations au fil des chapitres pour avancer dans une intrigue simple mais relativement efficace. On n'est donc clairement pas dans un dynamisme de thriller où l'action, la violence et les lieux variés agrémentent le récit, bien au contraire, et ce n'est pas forcément un tort.
Les personnages sont nombreux et bien différents. Gésine est l'héroïne, elle a tout perdu il y a dix ans, un fils, un mari, une famille, un emploi où elle excellait, aujourd'hui elle vit dans un camping car au milieu des près, jardine dans le cimetière local et passe du temps dans la pépinière qui l'embauche. Une profonde solitude dans laquelle, elle se perd parfois, une froideur et un déni en apparence, les sourires sont rares voire inexistants, Gésine est l'ombre d'elle même et complètement détruite de l'intérieur. Difficile de ne pas être sensible à son histoire, surtout quand vous êtes maman vous-même. Deux personnages gravitent autour d'elle et enjolivent sa vie, Hannes, son meilleur ami et responsable de la société de pompes funèbres du secteur, protecteur, attentif, avec qui Gésine traîne une relation platonique, et puis il y a Joseph, ce vieil agriculteur veuf qui est comme un père pour Gésine. Deux personnages masculins qui sont à la fois doux et forts.
Sans oublier les autres, l'inspectrice Marina Olbert, jeune femme carriériste sûre d'elle et pathologiquement jalouse de l'ancienne aura des soeurs Augenthaler qui est bien décidé à mettre les pieds dans la fourmilière, l'inspecteur Lasse Johanssen, ancien collègue et ami de Gésine, Frida et Martha, les jumelles, intelligentes, pragmatiques et toujours là où on ne les attend pas, Juan, leur père, complètement perdu dans son deuil et dépassé dans l'éducation de ses filles depuis le décès de sa femme, enfin, les parents Augenthaler, odieux, agressifs et aveuglés par leur peine.
Des personnalités complexes donc à psychologie plutôt travaillée mais aussi très stéréotypés physiquement. Ce sont des personnages beaux, pleins de charme, séduisants, cela est souvent spécifié dans le récit pour le préciser, ce qui donne un peu un aspect série du dimanche après-midi à l'ensemble qui reste toutefois très prenant. Pour le coup, le charme protecteur et platonique d'Hannes aura eu ma préférence.
Du côté de l'intrigue policière, parce qu'il y en une quand même autour de ce melting pot de personnages, elle porte essentiellement sur la découverte de la vérité à propos de la mort de Mareike. On pense au suicide, le mari de la défunte n'y croit pas et Gésine est menacée. Qu'en est-il réellement ? On a une inspectrice perfectionniste et bien trop sûre de ses capacités qui manque aussi d'impartialité dans son enquête, une petit blonde agaçante qui met son nez partout persuadée de la responsabilité de Gésine, du moins au début… Mais qui est aussi maline et qui a du flair. Gésine pour démontrer son innocence devra aussi enquêter et fouiller le passé. C'est ainsi que le roman est parsemé de flash-back qui permettent de découvrir ce qui s'est passé dix ans plus tôt et qui semble être en lien étroit avec la mort de Mareike. C'est assez simple, des non-dits du passé, des attaques contre l'héroïne, des discours dont on ne sait plus s'ils sont vrais ou non, on doute un peu de certains personnages, mais au final on devine assez vite le visage du tueur.
Par ailleurs, j'ai bien aimé la partie botanique, très intéressante, toutes ces plantes que l'on met dans nos jardins sans savoir que ce sont de puissants poisons, ces extraits du carnet de notes de Gésine qui s'est, depuis la mort de son fils, passionnée par les plantes, disséminés au coeur du roman. L'environnement est donc très nature, et le cimetière, lieu privilégié apporte aussi beaucoup à l'ambiance, il s'y dégage une atmosphère tranquille et posée qui sera vite entachée par l'intrusion des policiers. La mort règne en maître mais confère aussi un repos serein et dénué de tout parasite extérieur. de même, le près où vit Gésine, donne un côté champêtre et un côté un peu marginal.
En bref, un thriller psychologique lent mais qui garde en haleine son lectorat qui souhaite découvrir les deux vérités. Ajouté à cela une ambiance assez particulière et on passe un agréable moment !
Je remercie Louve du Forum Mort Sure et son partenaire les éditions pocket pour cet envoi.
Lien : https://songesdunewalkyrie.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Amnezik666
  15 février 2016
Pour son premier roman l'auteure opte davantage pour le drame psychologique que pour le thriller pur et dur. le rythme est lent, très lent même, l'intrigue policière sert plus de toile de fond qu'autre chose ; Annette Wieners explore les tréfonds de l'esprit de ses personnages, notamment celui de Gesine.
Gesine est une femme brisée par le décès brutal de son jeune fils dans des circonstances qui n'ont jamais été clairement définies. Etouffée par les secrets de famille, les mensonges et les non dits, elle a radicalement coupé les ponts avec sa vie d'avant. Depuis elle vit repliée sur elle même, elle refuse toute émotion sinon la colère et la rancoeur. Un personnage d'une extrême froideur dont il est difficile de se sentir proche compte tenu de son manque total d'empathie. Il faut attendre les derniers chapitres du roman pour qu'elle fasse preuve d'un semblant d'humanité.
J'avoue quitter ce bouquin avec un sentiment mitigé. D'un côté j'ai vraiment été pris par l'intrigue, pas tant par la résolution de l'enquête en elle même (on devine assez rapidement qui est le coupable) mais sur le pourquoi du comment et ce qu'il s'est passé dix ans plus tôt (l'idée étant surtout de savoir si Gesine est complètement parano ou pas). D'un autre côté j'ai eu du mal à entrer pleinement dans le récit, il a fallu attendre le dernier tiers du roman pour que je sois enfin en immersion.
Avec le recul le ressenti positif l'emporte, j'espère que la suite de la série me confortera et même renforcera ce sentiment. Quoi qu'il en soit je resterai fidèle aux titres de la Bête Noire.
Lien : https://amnezik666.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Sanguine
  03 mars 2016
Pour être tout à fait honnête, le titre de ce livre ne m'emballait pas vraiment ... Il faut dire qu'il est tout de même étrange non ? Et puis, j'ai lu le résumé et j'ai entendu de bons échos (et d'autres un peu moins enthousiastes avouons le). Finalement, le livre a atterri dans ma PAL et, chose rare, je l'ai lu dans la foulée ... Ne me demandez pas pourquoi, mais c'est tellement rare que je me devais de le souligner.
Il est des secrets de famille plus mortels qu'un poison.
Elle était l'une des meilleures à la brigade criminelle. Aujourd'hui, Gesine Gordes s'occupe des fleurs dans un cimetière, immense, à la périphérie d'une grande ville allemande.
Un matin sans histoire, elle comprend que les couronnes mortuaires déposées à la chapelle par ses soins sont destinées aux obsèques de sa propre soeur, Mareike. Les deux femmes ne s'étaient pas vues depuis que Philipp, le petit garçon de Gesine, a perdu la vie dans des circonstances troubles. Si Mareike lui apparaît toujours comme la responsable du drame, sa disparition mystérieuse se met à hanter Gesine.
La police, qui privilégie l'hypothèse du suicide, risque de classer l'affaire sans suite, comme pour Philipp. Peut-être Gesine a-t-elle renoncé à la vérité depuis trop longtemps ? Cette fois, il lui faudra mener à bien cette enquête et se confronter au passé ...
J'ai pris beaucoup de plaisir à découvrir cette histoire qui est au final plus psychologique que thriller pur. L'auteure prend son temps, le temps de nous planter le décor et de nous présenter ses personnages. le personnage principal s'appelle Gesine et c'est une femme que la vie n'a pas épargnée, loin de là. Tout lui souriait : amour, travail passionnant et surtout un petit garçon adorable. Cette belle vie a pris fin avec le décès du petit garçon. Aujourd'hui, Gesine travaille à l'entretien d'un cimetière. Mais un jour, tout bascule ...
J'ai beaucoup aimé le rythme de l'intrigue, ou plutôt l'absence de rythme car il faut bien avouer que c'est très lent. Mais c'est à mon avis nécessaire pour que toutes les pièces du puzzle se mettent en place jusqu'à la révélation finale à laquelle je ne m'attendais pas vraiment. J'ai aimé partir à la découverte de Gesine, cette femme écorchée qui m'a beaucoup touchée. J'ai eu beaucoup de peine et de compassion pour elle. Je me suis beaucoup attachée à elle.
Mais il y a bien entendu un bémol que beaucoup ont déjà soulevé. Gesine a, en effet, deux nièces jumelles qui se trimballent tout au long du livre sans qu'on sache vraiment pourquoi elles sont là ni même comment elles se rendent dans ces endroits. Peut-être est une boulette de traduction ou bien simplement une incohérence mais la présence de ces gamines à des endroits souvent incongru m'a un peu dérangé.
Mais c'est globalement un livre que je vous invite à découvrir ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
BooksnPics
  17 février 2016
Gesine Cordes est chargée de l'entretien du cimetière. Difficile d'imaginer qu'il y a encore quelques années de cela, elle était en passe de devenir l'une des plus brillantes enquêtrices de la police criminelle. Elle vit isolée de sa famille et de ses anciens collègues depuis la mort de son fils, Philipp , dix ans plus tôt.
Alors qu'elle préparait la chapelle pour un enterrement, Gesine se retrouve projetée quelques années en arrière. C'est sa soeur, Mareike, qui vivait en Espagne, qui doit être enterrée. Apprenant les circonstances troubles dans lesquelles sa soeur est décédée, Gesine va tenter de mener sa propre enquête. Marina Olbert, la nouvelle enquêtrice et Lasse Johanssen, son ancien collègue et ami ne lui faciliteront bien entendu pas la tâche...
Premier roman mais aussi premier volume d'une série, "Coeur de lapin" nous plonge directement dans le vif du sujet. Entremêlant flashbacks et instant présent, l'auteure ne se perd pas en longues digressions. Elle nous décrit une femme meutrie par le décès de son fils, une femme refusant toute forme de sentiments, comme s'il s'agissait d'un rempart la protégeant du monde extérieur...
Le décès de sa soeur et surtout les circonstances l'entourant vont réouvrir de profondes blessures qui permettront peut-être à Gésine de faire la clarté sur ce passé refoulé...
Annette Wieners nous livre ici son premier opus après avoir travaillé comme scénariste pour les grandes chaînes de télévision allemandes ARD, ZDF ou encore WDR.
"Coeur de lapin" est un roman policier très sombre touchant aux secrets de famille, aux non-dits mais également à la reconstruction de soi...L'écriture est agréable bien que le rythme soit relativement lent . Cela ne m'a pas empêché de l'apprécier et de ne le quitter qu'une fois la dernière page tournée. Je suis impatiente de découvrir ses prochains romans.
Je remercie les éditions Robert Laffont pour leur confiance.
Lien : http://booksnpics.wix.com/bo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   03 février 2016
Les filles étaient donc réceptives aux plantes. Réjouissant, oui, mais inquiétant aussi, surtout quand on les imaginait flâner le long des rayons d'une pépinière et se laisser séduire par un pied-d'alouette. Il faudrait à tout prix avoir une conversation avec elles sur les plantes toxiques même si, jusqu'à présent, tout s'était bien passé. Elles se contentaient de cueillir d'inoffensifs bouquets dans les prés. De la camomille, de la cardamine des prés, de la centaurée. Voire, quelques jours plus tôt, du salsifis des prés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
bibliobleuebibliobleue   17 janvier 2016
Elle se mit à rire, hystériquement, mais d'un rire qui venait du cœur, comme si la phrase qu'il avait prononcée avait fait lâcher en elle la dernière soupape de sécurité.
Commenter  J’apprécie          30
shousounshousoun   02 mai 2016
« Le chemin était cahoteux, le bitume sillonné de nombreuses racines d’arbres et, attachées sur le plateau du pick-up, les couronnes de fleurs commençaient à glisser. Or Gesine n’avait pas une minute à perdre. Elle s’engagea à vive allure dans l’allée qui menait à la chapelle. Sur le parvis, un homme était accroupi et regardait dans sa direction. Il tenait par la main deux petites filles qui se retournèrent à l’approche du véhicule. A quelques mètres de la porte principale, Gesine donna un brusque coup de frein et abaissa le pare-soleil. » [p. 10/11]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LiliGalipetteLiliGalipette   13 mars 2016
« - Ce qui s’est passé avec votre mère n’a rien à voir avec vous ?
- Non ? […] D’où est-ce que tu sais ça Gesine ?
- Les enfants ne sont jamais coupables, finit-elle par dire d’une voix claire.
- Oui, et les tantes non plus, compléta Martha. » (p. 122)
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   03 février 2016
Personne n'est voué à se repasser indéfiniment le même film. Fais la paix, Gesine, tu ne peux pas remonter le temps.
Commenter  J’apprécie          10
Video de Annette Wieners (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Annette Wieners
Ullstein live. Annette Wieners: Kaninchenherz
autres livres classés : suicideVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1803 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre