AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Les Règles de l'amitié tome 1 sur 2

Karen Schneemann (Autre)Mathilde Tamae-Bouhon (Traducteur)
EAN : 9782822231503
329 pages
Jungle ! (20/08/2020)
4.3/5   124 notes
Résumé :
Au-delà d'une grande histoire d'amitié, un sujet important pour les jeunes filles, abordé en toute subtilité !
1ère règle de l'amitié : SE SERRER LES COUDES
2ème règle de l'amitié : LANCER UNE RÉVOLUTION

Pour Abby, Brit, Christine et Sasha, la coupe est pleine.
Le lycée de Hazelton est toujours à sec. De tampons, de serviettes.
D'adultes qui les écoutent, aussi.

Remontées contre une administration qui fa... >Voir plus
Que lire après Les Règles de l'amitié, tome 1 : #sangtabouVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (34) Voir plus Ajouter une critique
4,3

sur 124 notes
5
19 avis
4
12 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis
Maïa Mazaurette a parlé de ce livre sur le plateau de Yann Barthès et mes filles me l'ont aussitôt commandé. Mais, j'avoue que je ne l'ai acheté que grâce aux commentaires sur babelio. Nous avons été toutes les trois ravies par cette BD engagée et engageante.

Une coloration très à propos, des jeux de mots pour dédramatiser et marquer les esprits, des personnages fort sympathiques et crédibles, pour un résultat final épatant mais surtout très instructif. Moi, j'adore la bouille de Christine (celle qui porte des lunettes) et je trouve, en effet, que ce livre mérite d'être largement connu et lu.
Commenter  J’apprécie          921
Sasha est nouvelle au lycée de Hazelton. Quelques jours après la rentrée, catastrophe, elle a ses règles pour la première fois et son jean blanc en fait les frais. Catastrophe ? Pas tout à fait. Abby, Christine et Brit, trois amies de longue date, viennent à son secours. « le papier toilette est gratuit dans les lieux publics. Pourquoi pas les protections menstruelles ? C'est naturel de saigner ! » (p. 53) Oui, pas de quoi fouetter un chat, la moitié de la population du monde a des règles. Et Abby, artiste et féministe veut changer des choses : elle demande des protections gratuites pour les filles du lycée. Pendant toute l'année scolaire, seule ou avec ses amies, elle milite, s'investit, réfléchit et mène des actions d'éclat pour se faire entendre. « le lycée a les moyens de payer des tenues à l'équipe de football, mais il nous demande de payer cinquante centimes des tampons qu'ils ne sont même pas fichus de fournir ? » (p. 112) Entre les devoirs et les premiers émois amoureux, l'année à Hazelnut High Scool sera riche en émotions !

Oh que je suis contente que cette bande dessinée existe ! Il faut la mettre dans tous les CDI de toutes les écoles de France et d'ailleurs ! Et pas uniquement pour le lectorat féminin âgé de 10 à 17 ans : pour tout le monde, filles, garçons, adultes, parents, enseignants, personnels scolaires, etc. « Parler des règles, c'est la première étape pour reprendre le pouvoir dessus. » (p. 271) La BD évoque le choc toxique et l'endométriose, sans cacher la réalité douloureuse ni proposer de solution magique. Elle parle de salubrité publique et de justice menstruelle.

Énorme bravo aux autrices qui proposent quatre amies physiquement différentes, ainsi que tous les personnages de cette bande dessinée qui est très inclusive et body-positive. Pas de fat-shaming ou autre position archaïque dans le propos. Les comportements douteux qui sont présentés servent l'histoire et il y a une morale plutôt jolie en fin d'ouvrage. Enfin, 20/20 au camaïeu de rouges qui rappelle que le sang est partout et que ce n'est pas sale. Les règles ne sont pas sales. Elles ne sont pas honteuses. Elles ne doivent pas être cachées et tues. Les menstruations sont un phénomène biologique, certes complexe, mais dont la connaissance et la maîtrise ne peuvent qu'augmenter si on en parle, tout simplement.
Commenter  J’apprécie          130
Voici une bd engagée et militante qui rappelle que la précarité menstruelle et les règles de manière générale sont encore des tabous dans notre société.
On suit la rentrée d'une nouvelle collégienne qui va malheureusement subir le pire qui peut arriver pour des premières règles : les avoir à l'école, avec un pantalon de couleur clair et rien avec elle pour y faire face. Heureusement elle va pouvoir compter sur une bande copines bienveillantes qui vont d'ailleurs l'intégrer à leur groupe.
Ce comics est très bien fait, très documenté et montre la réalité quotidienne des jeunes filles à l'école avec leurs règles et dans leur quotidien scolaire de manière générale. On y voit les préjugés qu'elles doivent entendre à ce propos. Les douleurs, l'inconfort, les migraines, le manque de moyen et d'information... autant de sujet qui ne doivent pas venir entraver le reste du monde.
L'histoire est très réaliste, montrant également les réactions de chacune face au militantisme de l'une d'entre elle et les conséquences que cela peut avoir en positif et en négatif.
Du côté des dessins, on reste dans un trait très classique pour un comics et l'utilisation de déclinaisons de tons rouges et uniquement ceux-là renforcent le propos du livre.
Une bd nécessaire, à mettre dans le plus de main possible, fille ou garçon, pour que le sujet ne soit plus un tabou.
Commenter  J’apprécie          70
Une chouette BD au format roman graphique pour aborder le thème des règles sans tabou.

Abby, Brit et Christine sont copines de collège aux États-Unis. Elles intègrent dans leur groupe Sasha, une nouvelle qui quelques jours après la rentrée a ses premières règles qui tâchent, sans qu'elle s'en rende compte, son jeans blanc. Les moqueurs s'en donnent à coeur joie et la voila bientôt affublée du surnom de "Bloody Mary". Mais pour Abby c'est le début d'actions pour dénoncer l'absence de protections gratuites dans les établissements scolaires, la précarité menstruelle,le manque de recherche et de soutien dans le domaine des règles douloureuses.

BD toute colorée de nuances de rouge comme le sang, mais aussi comme la joie et la chaleur de l'amitié.

Les formes et la motivation de résistance, et notamment l'usage de la provocation pour attirer l'attention sont abordées.

Un roman graphique à mettre à disposition des collégien.ne.s, car aucune des filles n'est une super-héroïne, juste des jeunes avec leur personnalité, doutes et convictions, avec lesquelles il est possible de s'identifier.
Commenter  J’apprécie          71
A bas les tabous !

Une nouvelle catégorie du Pumpkin autumn challenge m'a absolument ravie quand je l'ai vue : Les rêves d'Aurore.
Dans cette catégorie du menu Automne des enchanteresses il est question de LGBTQIA+ et militantisme.
Vous avez déjà remarqué que je suis quelqu'un d'engagé (certains diront même « enragée » mais qu'importe).
J'ai des combats et le roman graphique Les règles de l'amitié traite d'un sujet qui me tient à coeur.

Dans un lycée une jeune fille a ses règles pour la première fois. Sans s'en rendre compte tout de suite. Alors qu'elle porte un pantalon blanc.
Évidemment ça fait rire les imbéciles.
Heureusement un groupe de jeunes filles entraîne la demoiselle aux toilettes. Seulement dans les toilettes du lycée le distributeur de protections hygiéniques est vide.
Manque de budget dit le directeur. Et puis après tout, on ne fournit pas de déo gratuitement aux sportifs alors on ne va pas vous donner des tampons ou des serviettes.
L'une des lycéennes sera totalement outrée par ce discours et essaiera de faire bouger les choses.

J'ai adoré ce roman graphique ! Une fois de plus, j'adore les ouvrages qui permettent de libérer la parole.
Parce que oui encore aujourd'hui les règles c'est tabou. Ça concerne la moitié de la population mais on n'en parle pas.
Comment une jeune fille peut-elle savoir si son flux est normal ? Si les douleurs qu'elle ressent chaque mois sont normales ? Elle croira peut-être que cette souffrance est banale, elle n'entendra jamais parlé d'endométriose par exemple.
Et soyons honnêtes, si c'était les hommes qui avaient leurs règles est-ce que ce produit de luxe ne serait pas déjà considéré depuis longtemps comme un produit de première nécessité ?
Dans Les règles de l'amitié il est question de tout cela. Un discours plein de bienveillance et de tolérance. Mais qui n'hésite pas à appeler un chat un chat.

Le sujet est très peu traité en littérature alors : Merci ! MERCI aux autrices de parler, enfin, des règles, en toute simplicité, en utilisant les bons mots, ceux qui permettront de comprendre que nous n'avons, évidemment, pas à avoir honte de nos règles.

Ce roman graphique parle d'un sujet sérieux tout en restant sur le ton de l'humour. Il permet aux jeunes filles de déculpabiliser, de dédramatiser, de s'exprimer enfin.
Les illustrations sont très sympas et j'ai aimé tout ce rouge à chaque page.

Bref un très bon roman graphique à découvrir dès 12 ans (pour les filles ET les garçons, cela va sans dire, et les faits historiques intéresseront même les plus grands).
Lien : https://demoisellesdechatill..
Commenter  J’apprécie          61


critiques presse (1)
Sceneario
29 décembre 2020
Un ouvrage sur les règles ? Lily Williams et Karen Schneemann en ont discouru, dans un discernement qui force le respect et aussi la curiosité. A lire par tous, filles et pourquoi pas garçons !
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
Vous êtes un être extraordinaire, aux talents uniques – faites preuve de créativité pour promouvoir la justice menstruelle, que ce soit en organisant une marche, par le dessin, la musique, la danse pour un gala de charité, une pièce de théâtre ! Ce ne sont pas les moyens qui manquent pour mettre fin au tabou des règles et s'assurer que plus personne ne s'en tamponne.
(p. 335)
Commenter  J’apprécie          350
Pour citer Gloria Steinem, «Si les hommes avaient leurs règles, il se vanteraient de leur durée et de leur abondance».
(p. 107)
Commenter  J’apprécie          160
« Le lycée a les moyens de payer des tenues à l’équipe de football, mais il nous demande de payer cinquante centimes des tampons qu’ils ne sont même pas fichus de fournir ? » (p. 112)
Commenter  J’apprécie          30
« Parler des règles, c’est la première étape pour reprendre le pouvoir dessus. » (p. 271)
Commenter  J’apprécie          70
« Le papier toilette est gratuit dans les lieux publics. Pourquoi pas les protections menstruelles ? C’est naturel de saigner ! » (p. 53)
Commenter  J’apprécie          40

Lire un extrait
autres livres classés : règlesVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus

Lecteurs (196) Voir plus



Quiz Voir plus

Les emmerdeuses de la littérature

Les femmes écrivains ont souvent rencontré l'hostilité de leurs confrères. Mais il y a une exception parmi eux, un homme qui les a défendues, lequel?

Houellebecq
Flaubert
Edmond de Goncourt
Maupassant
Eric Zemmour

10 questions
561 lecteurs ont répondu
Thèmes : écriture , féminisme , luttes politiquesCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..