AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Nino S. Dufour (Traducteur)Brune Seban (Traducteur)
EAN : 9782366247312
Cambourakis (01/02/2023)
4.23/5   44 notes
Résumé :
Dans la lignée de Kobane Calling, un nouvel ouvrage de Zerocalcare dans la veine documentaire, qu'il a conçu au retour d'un séjour en Irak, afin de mettre en lumière la situation critique de la minorité yézidie, aspirant à l'indépendance et mettant en place des principes de vie démocratique extrêmement avant-gardiste. On y retrouve son mélange unique de témoignages poignants et précis et d'un humour salvateur qui ne cesse d'interroger le rôle et le regard de l'Occid... >Voir plus
Que lire après No sleep till ShengalVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Après un premier voyage où il s'était rendu chez les Kurdes de Syrie et avait alors publié Kobane Calling, Zerocalcare fait une deuxième expédition dans cette région du monde, côté irakien cette fois-ci, chez les Ezidis. Quelques années après avoir subit les violences génocidaires de Daesh, le peuple Ezidi s'est octroyé une certaine autonomie, à la manière des Kurdes, en s'émancipant d'un pouvoir central incapable de les défendre. Ce n'est pas sans créer des tensions dont ils ne font que subir la violence. le voyage s'avère un périple dangereux, Zerocalcare raconte avec beaucoup d'humour, avec son ton désinvolte habituel, cette expédition assez glaçante.
Il s'attarde assez longtemps sur le trajet pour se rendre de Suleymanya à Shengal. On apprend assez peu de choses sur les Ezidis dans cette partie, mais beaucoup sur les tensions et la répression dans ce pays, avec les hommes en armes à tous les coins de rue et l'ingérence lamentable des Turcs. Dans la deuxième partie, on découvre la situation à Shengal. On apprend peut-être pas grand chose sur la géopolitique, tout ce que l'on sait, c'est que ce sont les peuples qui en subissent les frais.
Ce récit fait froid dans le dos, il a le mérite de faire parler de ce peuple, des méthodes politiques en cours dans cette région du monde, et des lâchetés occidentales. le ton humoristique de Zerocalcare est assez désabusé, mais salvateur , il permet de rendre cette lecture un peu moins pesante sans pour autant tomber dans la légèreté. Si le ton est en effet désabusé, cette lecture garde une petite place à l'espoir.
À nouveau, Zerocalcare nous raconte avec talent le destin d'un peuple en lutte dans un récit touchant et nécessaire.
Commenter  J’apprécie          240
Club N°52 : BD sélectionnée
------------------------------------

Un témoignage plein d'humour, encore une réussite après Kobane calling.

Clément
------------------------------------

BD reportage rempli d'humour qui décrit bien la situation des Yezidies aujourd'hui.

Un coup de coeur.

Sam
------------------------------------

Décidément les Yezidies sont dans l'actualité BD ces derniers temps.

Après le Yezidie ! de Ducoudray/Ludvin le mois dernier, c'est maintenant au tour d'un journaliste BD Italien, Zerocalcare, d'apporter son oeuvre à l'édifice.

On est ici face à une BD reportage, où l'auteur se rend dans une zone au nord de l'Irak où les Yezidies qui ont survécu à Daesh en 2014 se sont réorganisés en un système démocratique que les différents états frontaliers (Turquie et Irak) cherchent à détruire.

On suit cette semaine de rencontre journalistique avec la population locale et les multiples embuches pour s'y rendre à travers le trait de Zerocalcare qui ne manque pas d'introduire une belle dose d'humour dans une situation tendue et tragique.

C'est prenant de bout en bout, intéressant, avec une approche très personnel.

Fort recommandable !

Greg
------------------------------------

Lien : https://mediatheque.lannion...
Commenter  J’apprécie          290
J'avais été très fortement impressionnée par Kobane Calling et je voulais absolument lire ce que Zerocalcare avait à nous apprendre sur les Yézidis. J'ai été un peu déçue par cet ouvrage, par rapport à Kobane Calling, même si Zerocalcare arrive à faire connaître et comprendre une partie des spécificités de cette région, je trouve qu'il est resté trop en superficie.
J'ai été en fait surtout déçue par la première moitié de l'ouvrage qui parle du passage des check points.Même si on y retrouve le ton humoristique et sarcastique qui est la marque de fabrique de cet auteur, j'ai trouvé cette partie trop longue et trop nombriliste.

La deuxième moitié parle elle effectivement de l'organisation politique de l'espace autonome de Shengal, au nord de l'Irak et des difficultés qu'ils rencontrent militaires, logistiques et surtout politiques dans l'indifférence complète du monde entier, leurs ennemis étant la Turquie et l'Irak. Ils ont pourtant eux aussi tenté le schéma du confédéralisme démocratique : avec des comités locaux en charge des différents aspects, qui intègrent des gens de chaque ethnie ou religion ; deux décideurs à chaque poste : un homme et une femme, ce qui donne donc un maire et une mairesse, un président et une présidente… et des modes de prises de décision qui permettent à chacun de s'exprimer. J'aurais aimé que cet aspect de la bande dessinée soit plus développé.

Un ouvrage que j'ai trouvé en fait moins engagé que Kobane Calling dans l'impartialité de la description, l'auteur par exemple parlant à peine des autres partis politiques yézidis. L'auteur montre par contre bien la guerre de communication qui est à l'oeuvre, l'enjeu étant l'inaction de la communauté internationale face à la Turquie et l'Irak, alliées ici pour tuer les formes d'autonomie avant qu'elles ne fassent tâche d'huile dans la région.
Commenter  J’apprécie          80
Magnifique! ZeroCalcare que j'ai pu découvrir avec Kobane Calling signe ici un album absolument magnifique. Je n'ai pas d'autre mot pour exprimer mon enthousiasme et ma gratitude. Cette BD est un bijoux merveilleusement poli. Il est drôle, très drôle, il est tendre, il est juste, il est tragique, il est dramatique. Il est humain, profondément humain. Il raconte le sort de la communauté yézidie, celle que Daesch, avec l'aide d'autres Etats et acteurs politiques, a profondément meurtri. Ces Kurdes de confession yézidie ont été victimes d'un énième génocide. Par les chiens de Daesch, les hommes et les personnes âgées ont été capturés puis tués, les femmes et les enfants ont été  séquestrés, esclavagisés, battus, violés, vendus, considérés comme des butins de guerre. Certain(e)s se sont échappés, d'autres sont encore portés disparus. Morts? Vendus? Maltraités? Où sont-ils? Il n'y a personne – sinon les Kurdes eux-mêmes et les Yezidis en particulier – pour les rechercher, leur venir en aide, pour les sauver. Il n'y a personne pour panser les plaies, pour soigner, pour réconforter celles et ceux qui ont échapper au pire. Il n'y a personne pour un geste d'humanité mais il y a du monde pour vouloir les écraser, les empêcher de vivre dans une relative liberté. La Turquie, les autorités centrales irakiennes et avec elles le régime corrompu et affaibli des autorités kurdes liées à Barzani ont scellé un accord pour venir à bout de la volonté politique de la communauté yézidie qui, en réponse au génocide subit, entend aujourd'hui vivre loin de l'autorité de toutes celles et ceux qui n'ont rien fait pour les protéger mais qui, tout au contraire, les ont laissé périr sous les coups de sabres des chiens de Daesch. C'est cela que raconte ZeroCalcare. C'est leur sort et leur combat actuel qu'il dessine avec tant de solidarité. Et c'est beau, magnifiquement beau. Merci sincérement et profondément @zerocalcare. Merci d'exister.

Bémol: Les Yézidis ne sont pas "comme" les Kurdes. Ce sont des Kurdes de confession yézidie.
Commenter  J’apprécie          40
(LX971) - Cet album est un vrai bijou d'humour et de tendresse au milieu de l'horreur et de la terreur. Zerocalcare nous a maintenant habitués à ce ton décalé à la Woody Allen (je précise : celui des débuts et avec un sens plus aigu des injustices et de l'engagement politique). Depuis Kobane Calling paru en 2016, on découvre avec lui le quotidien des populations kurdes ou yézidies, obligées de survivre malgré les oppressions subies, que ce soit les massacres perpétrés par Daesh, la lutte armée contre les forces turques ou irakiennes. le talent de Zerocalcare est de parvenir à nous faire rire, le plus souvent à son détriment ou, plus encore, au nôtre, celui d'occidental installé dans un certain confort, bien loin de cette terrible réalité que nous cautionnons par notre inaction. Tout en nous faisant rire de bon coeur, il parvient à nous émouvoir durablement et à inspirer chez le lecteur un sentiment d'admiration pour ces hommes et ces femmes qui, malgré le climat de terreur, ont instauré un régime égalitaire et participatif qui devrait nous servir d'exemple pour nos démocraties malades, à l'instar de la France ou de l'Italie. J'aimerais vraiment que cet album figure dans la sélection du Prix BDz'îles en Lycée. Une belle occasion de se révolter, de pleurer tout en riant.
(EL971) J'ai adoré cette BD. J'ai découvert cet auteur avec cet album et j'ai une folle envie de dévorer tout ce qu'il a fait (je vais notamment me ruer sur sa série animée). Réussir à manier ainsi le 2nd degré pour raconter l'horreur, c'est assez incroyable et surtout terriblement efficace pour nous faire comprendre précisément des enjeux géopolitiques compliqués. Je suis cependant un peu sceptique sur l'adhésion des lycéens à un tel ouvrage, c'est malgré tout assez long et compliqué et je ne suis pas certain que tous comprennent ce genre d'humour... Je le mettrais plus en recommandation que dans le prix BD Z'Iles, à regret...
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (3)
ActuaBD
21 mars 2023
Se lisant comme un documentaire, l'ouvrage met en lumière des hommes et des femmes kurdes en lutte contre Daech, qui aspirent à l'indépendance et tentent de mettre en place des principes démocratiques.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BDGest
07 mars 2023
No sleep till Shengal nous renvoie à notre naïveté ou à notre ignorance et relativise nos petits problèmes d’Occidentaux face à un quotidien où une mine, une balle, un drone quand ce n’est pas une arrestation arbitraire transforment un banal « Au revoir » en un irrémédiable « Adieu ».
Lire la critique sur le site : BDGest
Bibliobs
20 février 2023
Un album percutant, servi avec une énorme dose d’autodérision, dont Zerocalcare a fait sa signature.
Lire la critique sur le site : Bibliobs

Videos de Zerocalcare (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Zerocalcare
Zerocalcare - Le Père Noël est mort : un conte pour les fêtes
autres livres classés : bande dessinéeVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (84) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5218 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *}