AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Brigitte Chabrol (Traducteur)
EAN : 9782253044918
442 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (30/11/-1)

Note moyenne : 4/5 (sur 1192 notes)
Résumé :
La légende du roi Arthur et des chevaliers de la Table ronde n'avait, depuis longtemps, inspiré un roman d'une telle envergure, d'un pareil souffle. Merlin l'Enchanteur, Arthur et son invincible épée, Lancelot du Lac et ses vaillants compagnons, tous sont présents mais ce sont ici les femmes qui tiennent les premiers rôles : Viviane, la Dame du Lac, Ygerne, duchesse de Cornouailles et mère d'Arthur, son épouse Guenièvre, Morgane la fée, sœur et amante du grand roi..... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (139) Voir plus Ajouter une critique
Daniella13
  05 octobre 2018
Voilà un livre que j'avais lu étant petite et qu'il me plaît à relire étant adulte. Retrouver les dames du lac, Arthur et les chevaliers de la table ronde est un vrai bonheur.
Ce livre est principalement axé sur Morgane, dite Morgane la Fée.
Elle est la fille d'Ygerne et de Gorlois, Duc de Cornouailles mais aussi la demi-soeur d'Arthur qui lui est le fils d'Ygerne et d'Uther Pendragon. Elle va être prise en charge par Viviane, la Dame du lac et soeur d'Ygerne, et sera initiée aux rites d'Avalon, car elle possède le Don. En opposition avec les anciennes croyances, nous retrouverons la religion chrétienne qui évoluera grâce au personnage de Guenièvre, l'épouse du Haut roi Arthur. Mais que va-t-il advenir de chacun d'entre eux car Merlin et Viviane n'ont pas dit leur dernier mot...
Tout d'abord comment ne pas admirer l'écriture envoûtante de Marion Zimmer Bradley. Plus on lit et plus on s'enfonce dans l'histoire d'Avalon, des ses croyances, de ses rites avec ses prêtresses dotées de Dons incroyables. On se voit au milieu de cette brume qui protège l'île Sacrée et prendre cette barge qui la relit à la terre ferme. Un véritable bonheur que de se sentir au coeur de l'histoire.
En ce qui concerne l'histoire et les personnages il y a largement de quoi faire.
Tout d'abord Merlin et Viviane mènent la barque car ils maîtrisent le Don de voyance et gèrent les prêtresses d'Avalon en les mettant dans les mains des bons Rois au bons moments. On sent tout de même une grosse part de manipulation pour pouvoir sauver leur île sacrée et leurs croyances.
Ygerne qui a toujours suivi les conseils de sa soeur Viviane, va se retrouver balancée entre Gorlois et Uther Pendragon, de qui elle sera réellement amoureuse. Cependant en dehors du fait qu'elle est la mère de Morgane et d'Arthur, elle est relativement mise en retrait tout au long de l'histoire.
Morgane est quant à elle au coeur de l'histoire. Elle est prise en charge par Viviane dès sa plus tendre enfance afin de développer son Don de voyance. Elle participera même au Feu de Beltane où elle abandonnera sa virginité au Grand Cornu qui ne sera autre que son demi-frère Arthur. Aimant son île sacrée mais se sentant manipulée, elle va prendre un autre chemin que celui que la Dame du lac lui réservait. Morgane est un personnage auquel on s'attache car elle n'a pas de chance depuis son enfance. Rejetée par sa mère qui aime un homme plus qu'elle, manipulée par sa tante et rejetée par Lancelot, elle n'a vraiment pas une vie facile et on a envie de la soutenir et de l'aider et on espère qu'elle aura la fin qu'elle mérite.
Galaad fils de Viviane, dit Lancelot du Lac et Guenièvre qui nous font part de leur amour impossible qui au premier regard nous donne des frissons. Mais Guenièvre est prédestinée à Arthur et elle va se vouer corps et âme a aimer son Roi mais ne pourra jamais oublier Lancelot. Ce triangle amoureux fonctionne très bien et on apprécie avec quelle main de maître, l'auteure gère cela.
Cependant je ne me suis pas du tout attachée à Guenièvre qui ne respecte pas les croyances des autres peuples et veut imposer son Dieu unique et avec quelle facilité elle fait tourner la tête d'Arthur pour qu'il tourne le dos aux anciennes croyances.
J'ai hâte de lire la suite et de voir ce qu'il va advenir d'Arthur et de son épée Excalibur, mais aussi la relation entre Guenièvre et Lancelot. Et surtout que va faire Morgane à son arrivée à Camelot, car ne l'oublions pas elle est la mère du fils d'Arthur...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          723
Ode
  26 avril 2013
Est-il légende plus fascinante que celle du roi Arthur et des Chevaliers de la Table Ronde ? L'imaginaire arthurien développé par les écrivains du Moyen Âge est très attractif, car suffisamment varié pour toucher chacun(e) par un aspect particulier : l'unité d'un pays autour d'un chef élu des dieux, des aventures épiques semées de trahisons, des valeurs religieuses chrétiennes côtoyant des rites ancestraux, les mystères d'Avalon, des mages puissants et des objets ensorcelés, un idéal de pureté et de chevalerie avec la quête du Graal, et de splendides histoires d'amour contrariées...
En 1982, Marion Zimmer Bradley, par ailleurs connue pour ses cycles d'heroic fantasy, réinvente cette légende de manière originale en la présentant du point de vue féminin. Forte d'une abondante documentation, elle puise dans les textes anciens de quoi construire une histoire aussi cohérente que captivante, centrée sur la fée Morgane, la demi-soeur d'Arthur. En décrivant son enfance, son apprentissage auprès de Viviane (la Dame du Lac), en expliquant ses motivations et ses sentiments, elle réhabilite cette femme-fée qui a souvent le mauvais rôle dans les autres versions de l'histoire.
Ce premier tome débute peu avant la naissance d'Arthur, pour se terminer quelques années après son mariage avec Guenièvre. L'auteur soigne les dialogues et la psychologie de ses personnages, les rendant ainsi réalistes et attachants. Elle fait la part belle aux sentiments et l'on s'émeut du lien étrange qui unit Arthur et Morgane, comme de la passion secrète que nourrit celle-ci pour Lancelot, alors que lui-même n'a d'yeux que pour Guenièvre...
Mais ce livre est bien plus qu'un simple roman d'amour. En ressuscitant les rites anciens et les figures du folklore celtique, Marion Zimmer Bradley transmet un message de paix et de sagesse, teinté de merveilleux. Sa description de l'île sacrée d'Avalon est très réussie et illustre l'importance de Viviane, la grande prêtresse, qui est aussi la mère de Galaad (le futur Lancelot). Après le couronnement d'Arthur, on découvre comment la nouvelle religion chrétienne vient supplanter les croyances ancestrales des druides, comment le pouvoir brutal des hommes renverse la puissance tranquille de la Déesse. Au fur et à mesure que la nouvelle religion prend le pas sur l'ancienne, l'île devient de moins en moins visible aux yeux des mortels, jusqu'à s'en soustraire complètement.
"Les Dames du Lac" est un roman ensorcelant, à prolonger agréablement par les tomes suivants. J'ai toujours plaisir à reprendre cette lecture, lorsque l'approche du 1er mai réveille le souvenir des feux de Beltane...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          534
RosenDero
  16 mai 2019
Les Dames du Lac.
Une plongée dans la (grande) Bretagne médiévale, au temps d'Arthur, de Lancelot, de Gauvin et de Merlin. Mais ici ce ne sont pas les hommes qui vont marquer le lecteur ; généralement connues à l'aune de leurs fils, maris ou pères, ce seront Guenièvre, Ygerne, Morgause, Viviane et surtout Morgane les héroïnes principales et primordiales de ce roman exceptionnel.
J'ai beaucoup aimé l'ambiance générale qui ressort de cette histoire : la froidure des vieilles pierres, la moiteur de marais, l'éclat de la lune, le reflet de l'or, les sonorités des rites et l'odeur de la lande, tout cet atmosphère qui fait de l'oeuvre (et de l'écriture) de Marion Zimmer Bradley une pièce unique. A côté de cela, les personnages sont mémorables, et repris des multiples traditions relatives à la légende d'Arthur et à la matière de Bretagne. La construction du récit, sur une longue période, tient beaucoup à l'attachement que l'on ressent pour les personnages rencontrés, on les suit parfois du début à la fin, ils sont tantôt à l'origine de la légende, puis complètement effacés, ils évoluent, murissent, s'affirment ou se révèlent. Les femmes surtout, fidèles à leurs croyances ou certitudes, pleines de doutes face aux caprices de la vie (et il seront nombreux…), dans l'ombre des hommes ou, au contraire, leurs égales ou supérieures.
Car sous des airs de fantasy galloise, ou d'un cadre médiéval fantastique, ce sont des messages fermement progressistes et toujours d'actualité que l'auteure véhicule. Violences conjugales (avec une dose de syndrome de Stockholm), avilissement de la femme, patriarcat comme modèle de société, le tout étant dû à cette transition entre sociétés libertaires polythéistes / païennes, égalitaires et tournées vers la nature d'un côté, et religion monothéiste liberticide, dogmatique, misogyne, violente et hypocrite de l'autre. La critique du christianisme et de sa position vis-à-vis des femmes est acerbe.
L'histoire en elle même est prenante ; on espère pour ces femmes, on souhaite du bonheur à la malheureuse, on croise les doigts pour la survie de l'enfant venu au monde ou à naître, on attend la formation des couples aimants, et souvent, on déchante ou on change d'opinion lorsque les uns se dévoilent finalement. La quasi totalité du récit se lit dans une certaine tension, et émane de lui un fort pessimisme (le tableau est très noir, tant du côté individuel - personne n'est vraiment heureux, et les accidents de la vie, les malheurs qui frappent les personnages, même les plus anodins, sont poignants - que global) et un sentiment de gâchis monumental ne peut qu'envahir le lecteur face à l'obscurantisme religieux qui avance inexorablement en lavant les cerveaux et détruisant la culture, porté par des fanatiques aveugles. Nul doute que la trilogie des Elfes de Fetjaine est fortement empreinte de l'oeuvre de Zimmer Bradley, avec ce fatalisme et ce dépit du lecteur qui assiste, impuissant et totalement conscient, à la chute d'une harmonie certes fantasmée mais par certains côtés bien réelle.
Bref, un récit fort et intense, à ne pas lire en période de déprime :)
(reste que le découpage en plusieurs tomes est fort frustrant !)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          416
Fifrildi
  16 mai 2019
J'avais 15 ans quand j'ai lu ce livre pour la première fois. 30 ans plus tard… qu'est-ce que j'en ai pensé ?
J'ai vraiment apprécié l'écriture de Marion Zimmer Bradley, fluide et très agréable à lire.
Qui ne connaît pas la légende du roi Arthur et de son épée Excalibur ? Ici, nous avons une version qui est centrée sur les personnages féminins : Viviane, Ygerne, Morgane et Guenièvre. Les hommes sont, pour une fois, en arrière plan.
Aucune de ces femmes n'est parfaite mais on vibre avec elles au fil des événements qui jalonnent leur vie.
Il y a déjà 115 critiques, je ne pense pas avoir un point de vue original à développer sinon que j'ai très envie de lire la suite.
Un très bon moment de lecture partagé avec avec RosenDero en lecture commune.

Challenge multi-défis 2019
Challenge livre historique 2019
Challenge plumes féminines 2019
Challenge défis de l'imaginaire 2019
Commenter  J’apprécie          498
ibon
  01 décembre 2018
Un roman comme il m'est rarement donné d'en lire: pour moi un chef d'oeuvre. Cette histoire est une tragédie, celle du monde des fées, des druides et des bardes obligés de s'isoler du monde présent à cause de l'arrivée d'une nouvelle religion: le christianisme.
Une histoire dont la narratrice est une femme. Ce point de vue met les épisodes guerriers au second plan, même s'il s'agit des chevaliers de la Table ronde, en mettant davantage en avant les croyances anciennes qui sont en sursis.
L'auteure s'est renseignée sur la religion des druides: les rites sont décrits avec force détails. On sent aussi qu'elle a pris son parti ou du moins qu'elle défend la liberté de croire tout en respectant la croyance d'autrui.
Pourtant, aux premiers siècles de notre ère, la tendance serait de ne plus renouveler les orgies des feux de Beltane qui choquent les nouveaux maîtres.
La fée Morgane est la narratrice de ce changement mais aussi actrice . Comme Ygerne, sa mère, elle veut maintenir le monde ancien. Pour cela elle devra s'opposer non seulement à Guenièvre, une chrétienne déterminée et intolérante, mais aussi à son frère le roi Arthur, nouvellement converti.
La messe est dite: Lancelot, Arthur, Merlin, Kevin le barde et les autres personnages ne sont que les pantins de la tragédie qui s'annonce.
On le sait dès les premières lignes, malgré cela, le plaisir de lecture viendra du chemin vers cet Avalon qui, paradoxalement, s'éloigne.
Voici donc la cruelle et magnifique destinée de la religion des druides et des prêtresses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          433

Citations et extraits (64) Voir plus Ajouter une citation
OrpheaOrphea   18 mars 2009
Prologue

Morgane parle...
"Jadis on m'a donné les noms les plus divers : ceux de soeur, d'amante, de prêtresse, de mage et de reine. Aujourd'hui, le temps de la sagesse venu pour moi, je pense proche le jour où ces choses devront être connues. Mais à dire la vérité, la vérité toute simple, je pense que ce sont les chrétiens qui raconteront la fin de l'histoire ; en effet, le monde des Fées se sépare à jamais du monde où le Christ règne en maître. Je n'ai rien contre le Christ, mais seulement contre ses prêtres, qui appellent démon la Grande Déesse et lui dénient tout pouvoir ici-bas. Au mieux, disent-ils, sa puissance lui vient de Satan, ou bien encore la revêtent-ils de la robe bleue de la Dame de Nazareth, prétendant de surcroît qu'elle fut toujours vierge. Or que peut donc savoir une vierge des douleurs et des larmes de l'humanité?"
" C'est pourquoi maintenant, maintenant que le monde a tant changé et qu'Arthur, mon frère, mon amant---qui fut roi et qui le restera à jamais---repose, mort (endormi, dit-on), dans l'île Sacrée d'Avalon, cette histoire doit être contée telle qu'elle se déroula vraiment, avant que les prêtres du Christ Blanc ne l'effacent pour toujours avec leurs saints et leurs légendes."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
OdeOde   26 avril 2013
Oui, je le dis, le monde a changé. Il n'y a pas si longtemps encore, un voyageur, s'il en avait le désir et connaissait quelque peu les secrets, pouvait guider sa barge dans la Mer d'Été et accoster non pas sur le rivage de Glastonbury, l'île chrétienne des Moines, mais sur celui plus lointain de l'Ile Sacrée d'Avalon. En ce temps-là, en effet, les routes conduisant d'un monde à l'autre se croisaient dans les brumes et pouvaient s'entrouvrir au gré des pensées et des désirs de chacun. Oui, en ce temps-là, existait un grand secret, accessible à tous les hommes doués de connaissance, qui savaient que le monde, chaque jour renouvelé, ne peut se bâtir et survivre que spirituellement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Acerola13Acerola13   22 avril 2012
Jamais elle ne devait oublier cette première vision d’Avalon dans l’or du couchant, si resplendissante, si émouvante qu’elle sentit les larmes lui monter aux yeux. Non, jamais elle ne devait oublier, tel qu’il lui apparut ce soir-là dans toute sa splendeur, ce paysage de nulle part noyé dans le silence, la quiétude et l’harmonie : les cygnes, telles des ombres pâles, glissant doucement sur les flots immobiles, les pentes d’herbe douce venant mourir au pied des algues et des roseaux, la bâtisse allongée de pierre grise, et un peu plus loin, les silhouettes en longues robes blanches passant et repassant inlassablement entre les colonnes, le son d’une harpe enfin, comme s’il voulait à lui seul faire chanter le silence dans une lumière diaphane, presque irréelle…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Patience82Patience82   30 mars 2017
"Mon enfant, vous devez vous rappeler que cette terre appartient à tous ces habitants, quels que soient leurs dieux. Nous combattons, tous ensemble, contre les Saxons, non parce qu'ils n'adorent pas nos divinités, mais parce qu'ils veulent bruler nos foyers, dévaster nos champs, s'approprier nos biens. Nous nous battons pour défendre la paix sur cette terre, chrétiens et païens unis dans une même volonté. C'est la raison, la seule, pour laquelle tant d'hommes sont venus rejoindre Arthur. Préféreriez-vous donc voir un tyran enchaîner nos âmes et les offrir à son seul Dieu ?... Non ! Cela, les Césars eux-mêmes n'ont jamais osé le faire."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
FleurCannibaleFleurCannibale   05 juin 2010
A ces mots, Ygerne serra rageusement les poings.
"Laissez-moi voir cet anneau, ordonna-t-elle sèchement en fendant la foule des soldats, précédée d'un porteur de torche. Est-ce vraiment le sceau du duc?
_Oui madame, voyez, je vous prie. Ne reconnaissez-vous point votre mari?"
Et Ygerne, se baissant pour regarder l'anneau à la lumière vacillante de la torche, reconnut au même instant la voix bien-aimée, les longues mains et les serpents familiers tatoués en bleu autour des poignets. Ainsi il était venu... Il était venu au soir du solstice d'Hiver comme il l'avait promis. Mais pourquoi Uther portait-il au doigt le sceau du duc de Cornouailles? Gorlois serait-il mort? se demanda Ygerne tandis que ses genoux se dérobaient et que tout se mettait à tourner autour d'elle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Video de Marion Zimmer Bradley (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marion Zimmer Bradley
Coup de cœur | Les dames du lac de Marion Zimmer Bradley Vous aimez les légendes arthuriennes ? Qu’attendez-vous pour vous lancer dans les Dames du Lac ?!
autres livres classés : légendes arthuriennesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Généalogie Arthurienne selon Marion Zimmer Bradley

Fille de Ygerne et de Gorlois, Duc de Cornouailles, je suis l'enseignement des prêtresses de l'Ile Sacrée d'Avalon pour succéder à ma tante Viviane, la Dame du Lac, je suis (la Fée):

Morgause
Niniane
Elaine
Morgane

14 questions
63 lecteurs ont répondu
Thème : Les Dames du lac, tome 1 de Marion Zimmer BradleyCréer un quiz sur ce livre

.. ..