AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Marie-Madeleine Peignot (Traducteur)Mathilde Pomès (Traducteur)
ISBN : 2253099392
Éditeur : Le Livre de Poche (26/04/2006)

Note moyenne : 3.73/5 (sur 31 notes)
Résumé :
Andréa a dix-huit ans lorsqu'elle débarque à Barcelone pour suivre des études de lettres. Elle loge dans sa famille, rue Aribau, et elle a hâte d'apprendre et de vivre. Mais la réalité qu'elle découvre est bien différente de ce qu'elle espérait. Dans ces années 1940, Barcelone est une ville étouffante, brisée par le régime franquiste, hantée par les souvenirs de la guerre civile, ravagée par la pénurie et la misère, où s'agite une petite bourgeoisie conformiste et f... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
andras
  25 avril 2017
Nada (qui veut dire"Rien" en espagnol) est le premier roman de la romancière espagnole Carmen Laforet, roman qu'elle publia en 1944 à l'âge de 23 ans et qui (selon l'éditeur de la traduction française) "marqua profondément toute la génération des écrivains ibériques de l'après-guerre". Il raconte une année de la vie d'une jeune fille de 18 ans, Andréa, orpheline de père et de mère, qui après la guerre civile (on doit être en 1939) revient vivre à Barcelone dans l'appartement familial située dans une maison du quartier autrefois huppé de L'Eixample, dans la rue Aribau très précisément, non loin de la Place de l'Université, appartement occupée par sa grand-mère, une tante, deux oncles, la femme et le bébé de l'un d'eux, une bonne et un chien. Elle s'inscrit à l'Université pour y suivre des études de lettres. La famille est désargentée et en viendra à vendre une bonne partie des meubles de famille.
Les premiers chapitres nous montrent Andréa peinant à se faire une place entre sa tante acariâtre et figée dans ses grands principes et ses oncles plutôt fantasques voire carrément craignos. Si la famille est pauvre, Andréa l'est encore davantage et elle est contrainte à réduire à l'extrême ses rations alimentaires en se contentant souvent des restes que sa grand-mère lui a laissés. Une fois sa tante Angustias partie de Barcelone, Andréa jouira d'une plus grande liberté et pourra élargir son cercle d'amis, au centre duquel se trouve Ena, son amie fidèle... jusqu'au jour où les choses prendront une tournure qui laissera Andréa désemparée.
J'ai eu un peu de mal à entrer dans ce roman car, en dépit du choix du récit à la première personne, on apprend peu de choses de la narratrice. Ce qu'elle est, est en réalité devant elle. Les restrictions dues à la guerre, les difficultés du quotidien, les mesquineries des gens qu'elle côtoie sont particulièrement bien dépeintes bien que la situation politique de l'époque soit presque totalement absente du récit. Mais peu à peu le carcan étouffant qui entourait notre Cendrillon catalane se desserre et on est heureux de sentir la vie enfin prendre ses droits chez Andréa. La deuxième partie du roman, où d'ailleurs la ville de Barcelone est plus présente (avec ses Ramblas, sa Cathédrale, son quartier chinois ... ) m'a davantage intéressée et l'écriture de la romancière s'y fait plus libre et plus complexe. J'ai finalement adoré suivre le long des boulevards ou des rues borgnes, sur les plages de Catalogne ou dans la sombre cage d'escalier de son immeuble, les pas de cette Cendrillon barcelonaise qui, plus qu'un hypothétique prince charmant, cherche avant tout à goûter et à savourer la liberté. Une belle découverte faite à l'occasion d'un court séjour à Barcelone.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
laetisxm
  02 mars 2014
J'ai été littéralement happée par ce roman. le contexte est celui de l'après guerre civile espagnole. Andréa, jeune provinciale de dix-huit ans, se rend à Barcelone pour entamer des études de Philologie. Elle vivra chez sa famille, qu'elle ne connaît pas réellement. Ses rêves d'indépendance et de vie citadine tombent vite à l'eau: sa famille se révélera au mieux atypique, voire loufoque, au pire dangereuse. Pauvreté, violence, manipulations psychologiques et frustrations jalonneront son expérience barcelonaise. Les descriptions psychologiques et morales des personnages sont si fines et bien menées qu'il est difficile de croire que ce roman a été écrit par une jeune femme de 23 ans.
Commenter  J’apprécie          51
Lilla
  13 août 2010
Le thème est fort : les rapports entre membres d'une famille déglinguée par la guerre civile sur fond d'apprentissage dans la vie pour l'héroïne, jeune fille fraîchement débarquée à Barcelone dans cette famille de zinzins... On pense parfois à Anna et les Loups...
L'écriture est puissante, on a peine à croire que le roman fut écrit par une jeune plume de 26 ans. le ton est d'une maturité, d'une lucidité étonnantes. Les personnages ne sont jamais jugés, ce qui m'a plu. L'ambiance est lourde mais le regard sur les personnages est magnifique, ils sont humains, trop humains...
Commenter  J’apprécie          30
tom67
  02 juillet 2016
Barcelone, une jeune fille arrive dans sa famille recluse dans un demi appartement, chacun avec ses tares et son histoire.
Une écriture superbe qui dépeint l'ambiance étrange dans laquelle baigne cette héroïne qui n'en est pas une, dans une ville mystérieuse, qui recèle de nombreux mystères comme ses habitants.
Un livre que j'ai apprécié pour son écriture et le style de l'auteur à nous faire pénétrer dans cette ambiance parfois malsaine, mais pas pour son histoire et ses soubresauts.
Commenter  J’apprécie          20
fga1068820
  21 avril 2017
Carmen Laforet nacio en Barcelona en 1921. A los dos anos se traslado con su familia a Canarias viviendo en las Palmas. Alli permanecio hasta los dieciocho anos. A esta edad marcha a Barcelona donde estudia, durante tres anos, en la facultad de filosofia y letras. Se tralala despues a Madrid, donde contrae matrimonio y se instala definitivamente. de la misa autocar son La isla y los demonios, La l'armada y La mujer nueva (Premio Menorca)
Commenter  J’apprécie          10
Citations & extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
Alice_Alice_   05 février 2012
A quoi bon courir, en somme, si nous nous heurtons à la borne de notre propre personnalité ? Certains naissent pour vivre, d’autres pour peiner, d’autres pour regarder seulement. Moi je n’avais qu’un infini et vil rôle de spectatrice. Impossible d’en sortir. Impossible d’y échapper. L’angoisse, c’était pour moi la seule réalité de ces instants.
Commenter  J’apprécie          30
bohemesvidabohemesvida   08 mai 2014
Juan se acercó a mí:
_ ¿ No conoces a mi mujer, Andrea?
Y empujó por los hombros a la mujer despeinada.
_Me llamo Gloria_dijo ella.
Vi que la abuelita nos estaba mirando con una ansiosa sonrisa.
_¡Bah, Bah!...¿Qué es eso de daros la mano? Abrazaos ,niñas...¡Así, así!
Gloria me susurró al oído:
_¿ Tienes miedo?
Y entonces casí lo sentí, porque ví la cara de Juan que hacía muecas nerviosas mordiéndose las mejillas. Era que intentaba de sonreír.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
zaarmazaarma   01 septembre 2013
Et je songeais : "Si le monde avait fini cette nuit-là, si l'un d'eux était mort, leur histoire se serait refermé sur elle même, comme un beau cercle".
Mais cela n'arrive que dans les romans et dans les films. Pas dans la vie. Pour la première fois, je me rendait compte que tout se poursuit, devient gris, se désagrège en continuant à vivre. Qu'il n'y a pas d'achèvement à notre histoire jusqu'à ce que la mort arrive et que le corps se désagrège.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
DidishaDidisha   23 avril 2015
L'air du matin m'excite. Le sol est encore humide de la rosée de la nuit. Avant de monter dans l'auto, je lève les yeux vers cette maison où j'ai vécu pendant un an. Les premiers rayons du soleil frappent les vitres. Quelques instants plus tard, la rue Aribau et Barcelone ne sont plus que le passé derrière moi.
Commenter  J’apprécie          10
zaarmazaarma   01 septembre 2013
La vérité c'est quelles sont comme des oiseaux sombres et vieillis, aux poitrines palpitantes pour avoir longtemps volé dans un coin de ciel trop petit.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Carmen Laforet (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Carmen Laforet
Documental Carmen Laforet, realizado por Eva Bona, Sara Faidi, Antonella Ravenna y Marta Botía. INS Príncep de Girona. Seminario de Lengua Castellana y Literatura, 4t ESO C
autres livres classés : littérature espagnoleVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle

Autres livres de Carmen Laforet (3)Voir plus




Quiz Voir plus

Littérature espagnole au cinéma

Qui est le fameux Capitan Alatriste d'Arturo Pérez-Reverte, dans un film d'Agustín Díaz Yanes sorti en 2006?

Vincent Perez
Olivier Martinez
Viggo Mortensen

10 questions
39 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , espagne , littérature espagnoleCréer un quiz sur ce livre