AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2267027305
Éditeur : Christian Bourgois Editeur (12/03/2015)

Note moyenne : 4.57/5 (sur 7 notes)
Résumé :
De Santiago à Iquique, un jeune homme voyage avec son père, qu’il ne voit que rarement. L’objectif est double : rendre visite à son grand-père et faire soigner à moindres frais, à la frontière péruvienne, sa dentition en piètre état.
Ce road-movie, entrecoupé de souvenirs, monologues et visions fantasmagoriques, nous fait traverser le Chili, entre villes, villages et déserts.
Un texte intimiste, poétique et plein d’humour sur la relation entre un fils ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (4) Ajouter une critique
Coriolis
03 décembre 2015
Vivant auprès d'une mère castratrice à Santiago du Chili, un jeune homme de vingt ans tente de devenir adulte. Entre cette femme étouffante et un père absent dont il a été séparé dans sa prime enfance, il essaye de se construire. le temps d'un voyage jusqu'à la frontière péruvienne, il aura le temps de partager avec son géniteur une intimité imposée dans l'espace du véhicule. A ses côtés, Nancy, la nouvelle compagne de son père et leur fils Elias, un gamin âgé de dix ans. Ce long trajet l'éloignera des tourments de sa mère et de la relation compliquée qu'elle entretient avec les hommes ; une misandre blessée et captive d'un étau d'amour et de haine. le but de ce périple : rejoindre Tacna pour que cet être à peine sorti de l'adolescence se fasse soigner une très mauvaise dentition-lourd héritage maternel- et par la même occasion, saluer son grand-père, un témoin de Jéhovah fanatique et peu causant, demeurant à Iquique. Une longue route qui sera aussi aride que la traversée du désert d'Atacama pour le narrateur. le mp3 vissé sur les oreilles, se réfugiant dans la nourriture et le silence pour se créer une carapace, ce fils délaissé n'a guère le profil de l'enfant prodigue. Nanti d'un sourire maladif dû à des dents malsaines, engoncé dans une silhouette adipeuse, il incarne l'image même de la souffrance. Son père, qui n'a jamais été présent que de façon sporadique, s'évertuant parfois à quelques achats pour rendre matériellement l'amour dont il a été incapable, ne sait comment s'adresser à lui. Entre les deux hommes ne partageant plus que l'espace de l'habitacle et le temps des repas, le dialogue est rompu. Et l'on perçoit au fil des pages et des réflexions du narrateur, se profiler des paroles retenues dans une famille où seuls les secrets et les non-dits ont leur place.
Porté par un narrateur habité d'une lucidité extrême sur la conduite de ses proches, Camanchaca est une oeuvre bouleversante. Jamais nommé, peut-être pour mieux signifier son détachement par rapport aux événements, cet homme à peine âgé de vingt ans, pose un regard profond et scrutateur sur son entourage. Sa silhouette devenue son principal moyen d'expression reflète le vide affectif qui le pousse à se remplir. Et lorsqu'il tente de faire un pas vers les siens, pour s'approprier son histoire et celle de sa famille ou simplement échanger, il se heurte à des remparts infranchissables. Primé à plusieurs reprises, Camanchaca, premier roman de Diego Zuñiga, révèle la force et le talent de la jeune génération chilienne.
Un road-movie puissant autour de la relation filiale. Un portrait intimiste d'un Chili méconnu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
Bookycooky
10 mai 2015
Premier roman de Diego Zuniga,auteur chilien.
Un garçon de vingt ans raconte son histoire personnelle (autobiographique ?),celle aussi de ses parents et de sa famille.Une histoire intime sans pathos,ni sentimentalisme,écrit dans un style minimal,sec,sans effets,qui m'a beaucoup plu.Une construction narrative qui se joue sur deux pôles,sur plus du trois-quarts de ce court récit.Le narrateur avec de très courts chapitres va et vient entre sa mère (au passé) et son père (au présent), séparés;Car il est en train de voyager avec ce dernier de Santiago où il vit avec sa mère,à Iquique où vit son père et son grand-père.Après un séjour à Iquique,père -fils continueront jusqu'à Tacna,à la frontière péruvienne.......
Un garçon,immature,ingénu,perdu entre une relation fusionnelle avec sa mère et distant avec son père,il essaie de se raccrocher à une enfance non consumée.
Le titre du livre la "camanchaca "est le nom d'une brume des côtes du Nord du Chili,une brume dense où l'auteur nous plonge vers la fin du récit,où passé et présent se mêlent et s'annulent.
Un magnifique récit qui m'a beaucoup touchée
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Pirouette0001
09 mai 2015
Remarquable premier court roman de ce jeune auteur chilien.
Un adolescent est tiraillé entre ses deux parents séparés et l'auteur utilise ce tiraillement jusque dans la présentation de son roman, une page où son personnage nous parle de sa mère avec en vis-à-vis le voyage qu'il accomplit avec son père, d'abord en Argentine, puis après un retour à Santiago, à la frontière péruvienne.
Adolescent engoncé dans son embonpoint protecteur face à une mère qui l'engloutit et un père qui est champion dans l'art de l'esquive.
Belle découverte.
Commenter  J’apprécie          192
Atasi
30 avril 2015
Un père, un fils, une voiture et en toile de fond le Chili.
Depuis Santiago, un fils voyage avec son père pour rejoindre tout d'abord Iquique où ce dernier vit pour ensuite se rendre à la frontière péruvienne chez un dentiste car le jeune homme perd, tout comme sa mère avant lui, ses dents.
Le jeune homme vivra chez le grand-père qui a transformé la maison familiale en pension et non dans l'appartement de son père.
Le jeune homme, nous décrit ses vacances et de plus, à travers des va-et-vient, il nous raconte ses souvenirs d'enfance, sa vie à Santiago avec sa mère très spéciale, ses précédentes vacances avec son père à Buenos Aires et ses interrogations sur certains mystères qui planent dans sa famille.
Ce jeune homme, dont l'on ne connaîtra jamais son prénom, donne l'impression d'un personnage avec un développement intellectuel très limité, presque simplet. Des causes que l'on découvre à travers le livre.
Dans Camanchaca, Diego Zúñiga soulève le malaise qui ébranle les relations familiales. Deux contradictions se mêlent, une complicité trop forte auprès d'un parent d'un côté et à l'opposé un malaise pour communiquer avec l'autre parent. le personnage principal manque réellement d'enthousiasme dans sa vie insipide, refusant sans doute de grandir et de prendre sa vie en main. Ses seuls plaisirs étant de manger et le second de jouer à faire ce qu'il aurait aimé être si sa vie aurait été sans doute autrement. Et pourtant, l'on peut sentir de petits changements qui s'opèrent en lui.
Une très belle lecture bouleversante.
Lien : http://atasi.over-blog.com/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations & extraits (1) Ajouter une citation
AtasiAtasi30 avril 2015
La première voiture de papa, ç'a été une Ford Fairlade, de 1971, un cadeau de mon grand-père pour ses quinze ans.
La deuxième, ç'a été une Honda Accord, gris plong, de 1985.
La troisième, ç'a été une BMW 850i, bleu foncé, de 1990, avec laquelle il a tué mon oncle Neno.
La quatrième est un pick-up Ford Ranger, gris-noir, dans lequel on est entrain de traverser le désert de l'Atacama.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : chiliVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Les classiques de la littérature sud-américaine

Quel est l'écrivain colombien associé au "réalisme magique"

Gabriel Garcia Marquez
Luis Sepulveda
Alvaro Mutis
Santiago Gamboa

10 questions
209 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature sud-américaine , latino-américain , amérique du sudCréer un quiz sur ce livre