AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782379100086
246 pages
Livr's Editions (14/02/2019)
3.71/5   21 notes
Résumé :
Rayna est l'ombre du cartel Aslanov. Elle est celle qui exécute les traitres, les balances, celle qui répand la terreur chez leurs ennemis par ses ?uvres macabres. Pour elle, la mort est un art et les cadavres, une matière première indispensable. Rayna est un monstre, et elle le vit bien. Eleyna est la fille unique de Vassily Aslanov. Élevée dans un monde violent, ses valeurs morales sont viciées, mais pas autant qu'elle l'aimerait. Rayna la fascine et la dégoûte à ... >Voir plus
Que lire après Bratva : Larme BleueVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
3,71

sur 21 notes
5
1 avis
4
9 avis
3
5 avis
2
0 avis
1
0 avis
J'ai choisi ce livre à la foire du livre de Bruxelles après un entretien avec son auteure qui m'a donné l'envie de le lire et me l'a dédicacé.

Dois-je dire qu'il est à mille lieues de mes lectures habituelles ? Un Dark Fantasy mais aussi à la fin quasi une romance, deux genres qui ne me tentent normalement pas, qui me rebutent même...

Et pourtant, Bratva est loin de m'avoir laissé indifférent !

Rayna est une tueuse, et elle adore cela. Elle est la vourdalak (Вурдалак = vampire en russe) de Vassily, l'un des deux patrons de la Mafia qui se partagent la ville de Saint-Pétersbourg, elle tue pour lui et prend plaisir à faire souffrir ses victimes. Sa rencontre avec Eleyna, la fille de Vassily va bouleverser sa vie.

Manon d'Ombremont m'a entraîné facilement dans ce roman, elle a un don d'écriture indéniable, elle m'a captivé, et, malgré l'atmosphère sombre et malsaine de ce roman, on la suit, de chapitre court en chapitre court jusqu'à fin de son roman.

Et le lecteur que je suis a aimé également. Je suis prêt à lire un autre de ses livres !
Commenter  J’apprécie          310
Bratva est ma première lecture issue de mes achats à la Foire du Livre de Bruxelles 2020. Ce livre est à des années-lumière de ma zone de confort. Pourtant l'autrice et blogueuse avec qui j'ai eu le plaisir d'échanger quelques mots, a réussi à me convaincre par ses quelques mots empreints de vérité qu'elle a inscrits dans la dédicace : « Au fond, les pires horreurs sont humaines. » Quand des atrocités sont commises, les gens utilisent souvent le mot « inhumain ». Pourtant, seul cet être est capable de torturer physiquement comme psychologiquement l'un de ses semblables ou des animaux (sauf peut-être les chats à qui on a appris à jouer avec la nourriture).

Rayna est surnommée la vourdalak de la famille Aslanov. Elle sait qu'elle est différente, qu'elle est un monstre et elle l'assume entièrement. Depuis qu'elle a été prise sous l'aile de cette mafia russe, elle sculpte la mort dans les corps terrifiés. Pour elle, tuer est un art. Elle vit et jouit pour le meurtre bien fait jusqu'à sa rencontre avec Eleyna, la fille de son boss qu'elle sauve des griffes des Matven et qui lui demande une requête incongrue : elle souhaite être initiée à son monde. Un lien qui va ébranler Rayna au plus profond de son art et de son âme.

Ce roman est à part. Plongé dans l'univers de la pègre russe, celui-ci ne sert que de décor à une histoire bien plus psychologique, sombre et humaine. Ce qui le rend difficilement classable dans un genre littéraire classique. Si je devais choisir une boîte, je pencherais plus pour un style emprunté au théâtre : la tragédie. Sans l'emphase accompagnant ce type de récit. Il touche également à la romance érotique homosexuelle par la relation entre Eleyna et Rayna. Toutefois, il ne peut clairement pas être figé dans cette option même si leur relation est au centre de l'histoire. C'est elle qui modifie la perception de la tueuse et ébranle son train-train quotidien.

Le bouquin est divisé en courts chapitres à la fin desquels un changement de point de vue s'opère par la courte intervention d'un stalkeur se révélant vite être Vassily observant sa bête. La possessivité est au coeur de Bratva créant une sorte de triangle amoureux malsain caché dans l'ombre et dont Rayna ne se doutera qu'à la dernière minute. Elle est comme un poison s'insinuant dans la vie des protagonistes en leur infligeant les pires horreurs. C'est d'ailleurs, la révélation finale liée à ce comportement qui m'a bouleversé après une lecture qui se voulait plus distrayante qu'autre chose. J'aimerais ne pas trop spoiler sur ce point. Sachez juste qu'il aborde un thème que je dénonce en tant que femme.

La narration est basée sur le point de vue de Rayna. Cette psychopathe parle comme les gens normaux. Elle n'a pas de forte opinion si ce n'est sur les voyeurs assistant à ses spectacles mortuaires à la Divine Comédie et sur l'art de tuer. Si elle ressent facilement la peur de ses victimes, la psychologie humaine et ses relations ne sont pas son fort. Outre, tuer artistiquement, elle adore se droguer pour l'aider à visualiser ses futures oeuvres. Suite à un trip avec Eleyna, elle va être troublée car elle s'est laissée aller à utiliser une méthode si peu conforme à ses habitudes qu'elle va se faire tatouer une larme bleue, au couleur de la chevelure de son amante, pour ce crime au lieu d'une rouge comme elle le fait pour chacun des êtres dont elle a pris soin.

Eleyna est difficilement cernable. Elle a l'air d'être la fille d'un chef de mafia un peu paumée qui demande de l'aide pour se défendre après son agression. Ses arrière-pensées restent secrètes jusqu'au bout. Elle semble instable car elle est à la fois capable de paniquer devant la violence des actes et de poignarder follement un homme par la suite.

La relation entre ses deux âmes est racontée à l'aide d'une plume simple et fluide similaire à l'esprit de la narratrice. La noirceur écrase dans les coins la faible lumière de ce monde où la pureté n'a pas sa place. La romancière n'hésite pas à décrire les scènes avec toute la violence et l'horreur dont l'humain est capable. le sexe n'y est pas seulement sensuel mais est aussi teinté d'un aspect licencieux. Il porte bien sa notion de réservé à un public averti.

En bref, Bratva- Larme bleue est un roman déconcertant par son histoire oscillant entre plusieurs genres dont les traits principaux sont absorbés par la noirceur de l'atmosphère. Si je lisais cette oeuvre sortant de mes préférences d'un oeil curieux mais sans excitation particulière au début, ce que cachaient les intentions d'Eleyna m'a profondément touchée et révoltée. Une lecture dont on ne sort pas intacte.
Lien : https://uneloupiotedanslanui..
Commenter  J’apprécie          20
Bratva est un roman qui m'a plu même si je suis mitigée sur certains points.
Nous faisons la rencontre de Rayna, une machine à tuer fabriquée par Vassily Aslanov, le boss du cartel Aslanov. Alors que Rayna sort d'un de ses « spectacles », Eleyna, la fille de Vassily se fait agresser et Rayna tue ses assaillants. Cela marque la reprise de la guerre entre le clan Aslanov et le clan Matven, de manière extrêmement violente…
On rentre direct dans le vif du sujet avec le titre, qui fait référence à la mafia russe. Cela m'a intéressée car j'apprécie la littérature immergée dans le monde de la mafia –à plus forte raison lorsque j'ai constaté que l'auteur faisait référence dans sa préface aux Velazquez d'Aspi Deth que j'avais adoré !
Bratva est un roman particulièrement sombre tant par l'atmosphère que l'on s'en fait que par les personnages. Rayna, la protagoniste est une jeune femme qui est exempte de toute humanité. Elle n'est plus qu'une machine à tuer, dépourvue d'empathie et d'une cruauté sans nom. C'est assez difficile de suivre un tel personnage principal parce que l'on ne peut pas s'y identifier et l'on a du mal à l'appréhender. J'étais fascinée par sa personnalité mais elle me mettait aussi mal à l'aise et c'est plutôt étrange comme sensation.
Heureusement, avec l'apparition d'Eleyna, une once d'humanité peut se discerner chez Rayna. Cela fissure –de manière infime- la carapace totalement impassible et insensible de cette dernière et nous permet d'être un peu moins distants d'elle.
Les descriptions que l'on nous offre dans le roman sont… Assez atroces. Je parle des « crimes » de Rayna. Elle tue avec une telle envie, une telle force mais de manière absolument horrible. Si j'ai été particulièrement mal à l'aise à certains moments, j'ai aussi été captivée par ces fameux meurtres. On ressent vraiment le côté artistique de Rayna qui se considère comme une artiste et non comme une bouchère, comme elle le dit à plusieurs reprises. C'est ainsi que je l'ai ressenti, ses mises en scène relèvent de l'art. de la même manière, j'ai été intéressée par les souvenirs des exécutions qu'elle commet, qui se constituent de draps recouverts de sang qu'elle collectionne. Cela m'a fait penser au Dexter de Jeff Lindsay qui collectionne dans une boîte une tâche de sang pour chacune de ses victimes.
Je tiens donc à préciser pour ceux qui voudraient lire ce roman que le « réservé à un public averti » du résumé est bien là pour une raison. Il faut avoir le coeur accroché en lisant les meurtres de Rayna, entre mutilations et énucléation, vous serez servis !
Je regrette en revanche que l'on n'ait pas plus d'informations sur le cartel d'Aslanov. Certes l'histoire se focalise plus sur l'histoire de Rayna et Eleyna, mais j'aurais apprécié avoir une vue d'ensemble plus large. Mais peut-être qu'il y aura une suite avec une découverte plus intense de ce monde si spécial !
En définitive, j'ai apprécié ma lecture parce que j'aime le monde des mafieux en littérature, avec les guerres de clans, les vengeances et les trahisons. J'ai aussi apprécié la relation entre Rayna et Eleyna. Mais les meurtres et mutilations m'ont parfois vraiment mises à l'aise et j'aurais aimé un peu plus d'informations sur le cartel Aslanov et ce qui a lié dans le passé Vassily et Rayna.
Lien : http://www.casscrouton.fr/br..
Commenter  J’apprécie          10
Accrochez-vous, ça secoue !

C'est le deuxieme roman de la collection Nevrose de Livr'S et ça ne rigole absolument pas.

Comme Blackböld d'Émilie Ansciaux je me suis trouve confronté à mes propres limites. Dire que je pensais être violent dans certains de mes romans ! Que nenni, en comparaison du moins avec ce roman de M. Ombremot. Pour tout dire, j'ai trouvé la mise en page très aérée mais je crois que j'avais besoin qu'elle le soit pour mieux digérer certains passages.

Au delà de cet aspect, l'intrigue en elle-même, le cadre, ainsi que les personnages, leur façon de réagir, de ressentir et de raconter, tout m'a dépaysé. Je n'ai que peu de lecture similaires à comparer dans ce genre alors je serai principalement subjectif.

J'ai apprécié ma lecture, autant qu'elle m'a marqué. Cette ambiance lugubre et morbide est vraiment très prenante et très réussie. La réalisation atteint ses objectifs je pense !

Une part de moi rejetait assez violemment les évènements, les trouvant trop macabre et... inhumains (?) pour une fiction non SFFF (mon genre de prédilection). Je mets cependant cela sur le compte de ma naïveté quant aux limites de l'horreur humaine.

Toutefois, par son côté plus "vraisemblable" (malheureusement), la fin du roman m'a permis de mieux me projeter et de mieux ressentir cette conclusion. Tout le roman est cru, violent, ignoble, mais la fin est dramatique et amène étrangement à l'empathie.
Commenter  J’apprécie          20
Je ne m'attendais pas du tout à ça en commençant ma lecture. J'ai eu beaucoup de mal à entrer dans l'histoire. le thème de la mafia avec règlements de compte, c'est pas vraiment mon truc. Il y a énormément de scènes de sexe qui prennent le pas sur le déroulement du récit. Et j'ai eu beaucoup de mal à m'attacher au personnage principal (mais pas étonnant, c'est une psychopathe en puissance).
Rayna, une tueuse obéissant à un cartel de la mafia russe, va prendre Eleyna sous son aile et l'initier à l'art de la mort. Sur fond de vengeance, on va assister à la descente aux enfers des deux jeunes femmes.
Au final, le livre n'est pas mauvais, loin de là. C'est juste que je n'y ai pas trouvé mon compte avec les thématiques abordées (sexe lesbien et mafia). Heureusement, les quelques scènes gores m'ont quand même pas mal plu !
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
— Tu ressens quoi, quand tu ...
— Quand je tue ?
— Oui.
Je ne réponds pas immédiatement. J’essaie de mettre des mots, de comparer mes expériences. J’ai couché avec des hommes, parce que ça se fait, mais sans que ça soit à la hauteur de ce qu’on peut voir dans un film. J’ai couché avec des filles, mais pareil. J’ai eu des orgasmes, certainement. Sauf que ça ne se compare pas.
— C’est mieux que jouir. C’est ... se sentir en vie.
Commenter  J’apprécie          100

Videos de M. d'Ombremont (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de M. d'Ombremont
Rencontre avec Manon d'ombreront, autrice belge
autres livres classés : mafiaVoir plus


Lecteurs (32) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2859 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..