Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Alain Buisine (Éditeur scientifique)

ISBN : 2253055204
Éditeur : Le Livre de Poche (1991)


Note moyenne : 3.75/5 (sur 52 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Fables de vampires, histoires de doubles et de sortilèges, ce recueil évoque par bien des traits une taverne allemande d'Hoffmann, avec ses monstres inquiétants et ses fantômes grinçants. On y retrouve, en effet, les thèmes chers à la première génération romantique, et ... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (5)

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par Bibliolibra, le 04 février 2012

    Bibliolibra
    Entre rêves douloureux et cauchemars amoureux, je me souviens de ces Contes et récits fantastiques comme étant de réels assassins, à la fois tendres et cruels, du cœur et de l'esprit.
    Univers rocambolesques d'êtres perdus, d'âmes en peine et d'anges déchus, j'ai tout particulièrement apprécié La morte amoureuse laquelle a réussi à s'extirper de son propre conte pour arpenter le fruit de mon imagination durant de longues nuits...
    Des textes sublimes, une écriture fine et délicate, lire ces contes c'est se risquer à des voyages tristes et impétueux qui ne font qu'une bouchée de notre imagination.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 23         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par idevrieze, le 05 mars 2013

    idevrieze

    Un homme va chez des amis et se retrouve dans une chambre d'amis pour le coucher. Alors qu'il y rentre le soir, tout se déroule comme dans un rêve. Les personnages sortent du tableau et commencent à danser. Et comme dans un rêve, le héros tente de dépasser sa peur. C'est là qu'il voit une charmante jeune femme au milieu d'eux, triste à en mourir mais tellement belle. Il décide de danser avec elle. Elle accepte et passe la nuit à danser avec lui et à parler. Ce jeune homme tombe très amoureux de cette jeune femme. Mais au lever du soleil, cette femme crie et disparaît. le jeune homme s'évanouit et s'aperçoit qu'il est seul dans la chambre et que la cafetière est brisée en mille morceaux !
    Cette nouvelle est ici une nouvelle fantastique classique, une histoire de fantômes qui tentent de revivre un soir leur vie passée, d'accomplir ce pourquoi ils n'ont pas trouvé le repos. Il n'y a pas d'agression ici, et pourtant on ressent une énorme tristesse et aussi un peu d'effroi. C'est une métaphore de l'amour qui ne se réalisera jamais. La femme a pu connaître un moment d'amour et de bonheur une seule fois. Mais l'homme reste et va du coup être triste toute sa vie, car il ne peut avoir la femme aimée. Mais vaut il mieux ne pas connaître le bonheur du tout ou bien l'avoir connu une seule fois ? C'est sur cette interrogation que nous laisse l'auteur, en nous dessinant ce magnifique conte fantastique. La cafetière brisée reproduira ainsi le cœur brisé du jeune homme.
    Un petit coup de cœur pour cette nouvelle que j'ai vraiment appréciée. On dirait une nouvelle à raconter au coin du feu lors d'une soirée Halloween.


    Onuphrius
    Un jeune artiste tente de peindre sa jeune amie, mais il sent une espèce de démon qui le condamne à faire ressembler le tableau à une autre personne. Jalouse, son amie le quitte. Il meurt et erre en voyant un autre homme usurper son talent.
    Cette nouvelle est assez effrayante et parle un peu de la muse, du talent, ici représenté par une espèce de diable, de revenant. Ainsi, l'art est universel et ne dépend pas uniquement de l'homme. Quand un artiste disparait, il sera remplacé par un autre. Assez cruel non? Surtout qu'Onuphrius, lui, veut être un grand artiste et donc a une haute opinion de soi-même. Aussi, quelle est sa stupeur quand quelqu'un lui a "volé" son art et que sa fiancée ne se souviendra même plus de lui au bout d'un an. Cela relativise un peu les choses, l'importance que l'on a.
    C'est en cela que cette nouvelle m'a fait réfléchir car enfin de compte, Théophile Gautier nous démontre qu'on n'est pas indispensable. Même s'il faut un démon pour le démontrer ^^


    Ompale

    Dans cette nouvelle-ci, on parle toujours de fantôme, mais qui s'est abritée dans une tapisserie fixée au mur, apparemment. Un esprit féminin, qui se sent seul, rode dans une tapisserie et se révèle au neveu du propriétaire du château (ou de la maison). Elle veut être aimée et faire découvrir les plaisirs au jeune homme. Bien évidemment, l'oncle refuse et vend la tapisserie. le neveu, lorsqu'il devient vieux, peut la reprendre mais laisse tomber.
    C'est une très belle métaphore du désir, de l'initiation au plaisir que Théophile Gautier nous donne là. Car le désir n'est pas maître de lui même. Il permet toutefois de bien passer à l'âge adulte du moment qu'il reste contrôlé par la sagesse (l'oncle). D'ailleurs, lorsque le jeune homme devient sage, il renonce à ce désir là pour retourner aux aléas de la vie.
    C'est aussi une petite métaphore du premier amour. Il démontre qu'on ne finit pas sa vie avec mais on garde un souvenir permanent de celui - ci


    La morte amoureuse

    Une petite nouvelle sur le thème du vampire que j'avais bien aimé, vous aurez la chronique ici


    La pipe d'opium
    Ici, une nouvelle totalement délirante sur une hallucination à l'opium. le jeune homme, après avoir fumé une pipe d'opium, se retrouve à rêver d'une femme nue qui n'a que du désir pour lui. Il voit des plafonds changer de couleur. Et il se réveille. C'est mignon comme tout, et je me demande à quel point l'auteur a fait des recherches pour la rédaction de son écrit :D

    C'est toutefois un très bon conte sur le rêve (même un peu drogué pour le coup) qui permet de grandes métaphores sur la volonté de vivre des morts, celui de la jeunesse éternelle, qui nous met une petite morale à la Carpe Diem que j'ai beaucoup apprécié.

    Le chevalier double
    Vraiment un passage très sympa où l'on voit la matérialisation de deux périodes dans la vie d'un homme ou le reflet d'une double personnalité. Ici, une femme a un regard un peu coupable sur un Ménestrel et conçoit son fils le soir même avec son mari. Mais du fait ce regard juste, la faute retentit sur son fils qui aura deux personnalités : celle de son père et celle du ménestrel. Jusqu'au combat final avec lui-même, le fils ne pourra trouver la paix.
    Ceci montre d'une manière un peu folklorique que la fidélité n'est pas que charnelle. Il suffit de pensées coupables pour qu'une famille entière souffre. Et jusqu'à l'extinction de cette pensée, la famille ne pourra pas être en paix.

    Le Pied de Momie
    Excellent conte sur un pied de Momie acheté par une personne pour se servir de presse papier. Est-ce une critique de l'auteur pour montrer qu'il faut être très puéril pour acheter des antiquités juste à des fins esthétiques, sans prendre en compte la valeur réelle de l'objet ? Sûrement. Mais cette fable fut très agréable à lire, sous des tons de Mille et une Nuit.
    Elle serait réellement idéale pour une nuit d'Halloween

    Deux acteurs pour un rôle
    Cette nouvelle, par contre, montre la différence entre les rêves d'un homme jeune et les réalités d'un homme accompli. Cela montre par l'histoire d'un jeune homme ce à quoi on doit renoncer parfois pour le bonheur de sa famille. C'est en n'écoutant que son bonheur personnel que le jeune homme prendra peur, et pourra perdre son âme. C'est en pensant au bien de sa fiancée qu'il trouvera le bonheur et la sérénité.
    C'est simple et efficace. J'aime beaucoup ^^

    Le Club des Hachidins
    Théophile Gautier nous fait une petite prévention anti drogue et je trouve cela toujours aussi drôle ! Il sait très bien décrire les délires que l'on peut avoir sous drogue. Nous permettant ainsi de nous rendre compte des méfaits d'une perte passagère de la raison. Je maintiens ma question : j'aimerai savoir à quel point l'auteur a enquêté sur ce sujet :)

    Arria Marcella
    Encore une histoire de fantômes amoureux. Il faut dire que c'est une recette qui marche. Un jeune homme se retrouve transposé dans le Pompéi de l'Antiquité et tombe amoureux d'Arria Marcella. Mais leur amour est impossible car elle est morte depuis deux mille ans. Aussi, lorsqu'il se mariera plus tard, il sera voué corps et âmes à son épouse mais gardera à tout jamais en tête cette passion dévorante jamais consommée.
    Le message est clair : ne jamais s'abandonner à la passion sinon nous manquons à tous nos devoirs sociaux par la suite. Et nous ferons le malheur des autres (ici la femme qui passera sa vie à rechercher la maîtresse de son mari).

    En bref, un recueil de nouvelles que j'ai adoré découvrir au fur et à mesures. Des classiques qui ne se démodent que très peu.

    Lien : http://labibliodekoko.blogspot.fr/2013/03/loeuvre-fantastique-nouvel..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par olivberne, le 08 mars 2012

    olivberne
    Ce n'est pas trop difficile à lire, le vocabulaire est un peu riche mais facile à comprendre et surtout, les histoires se dévorent car, comme souvent pour le fantastique, non seulement ça fait (un peu) peur, mais il y a beaucoup de suspens et on a envie de connaître la cause des phénomènes. Certaines histoires comme "Le Pied de momie" ou "La Cafetière" se lisent dès l'adolescence, s'étudient facilement et avec plaisir par les élèves.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la critique

  • Par snybril, le 29 novembre 2009

    snybril
    Pour ne pas perdre l'ambiance, le deuxième livre que j'ai lu avec la louable idée de diminuer ma pile de lecture se situait dans la même époque. Avec l'espoir de rallumer la flamme du merveilleux, j'ai abordé les Contes fantastiques d'un contemporain et ami de Balzac, le célèbre Théophile Gautier.
    Pouah !
    Bien mal m'en a pris. La lecture fût une épreuve difficile, à la façon des coureurs d'endurance, c'est l'obstination et le caractère qui m'ont permis d'en venir à bout. Depuis j'éprouve un profond mépris pour ce monsieur Gautier ayant gagné on de sait comment les galons de la postérité. Car ce livre ne mérite pas d'avoir survécu aux siècles, mais surtout derrière les pages c'est la médiocrité du romancier qui transparaît. J'essaie de ne pas trop m'abaisser pas à cracher trop mon venin sur ce personnage, il ne mérite qu'une indifférence glacée en espérant que l'histoire finira par oublier son nom. Mais c'est très difficile alors me voilà à dire quelques mots pour avertir le lecteur imprudent de ne pas tenter l'expérience.
    C'est donc un recueil de Nouvelles, la plupart fantastiques, de ce point de vue le titre du livre ne trompe pas. Par contre, j'ai eu beau m'acharner à les lire, je n'en trouve pas une seule pour rattraper l'ensemble. Il faut dire que le thème a de quoi rebuter celui qui recherche le fantastique et le merveilleux, ce sont toutes des histoires d'amour. Je ne suis pas fan du genre, mais passons. L'amour est décrit dans ce qu'il a de plus niais, de plus naïf ou de plus mièvre. Ici, un jeune homme qui meurt car son aimée ne veux pas de lui, là, la reine Cléopâtre est dépeinte comme une midinette en manque de sexe. La plupart du temps, l'intrigue se résumerait en une poignée de lignes, mais le maudit Téophile enchaîne le lecteur aux pages en lui refusant la libération du mot « fin ». Et voui, parce que l'ami Théo, il aime les descriptions, les pages de descriptions, les kilos de description. Il faut dire que le bougre a visiblement de la culture mais qu'il possède également le mauvais goût de l'étaler avec une pédanterie insupportable.
    Aller hop, je vais essayer d'oublier ce mauvais goût que je garde en bouche. Je vais certainement mettre le livre au feu, ça lui donnera enfin un intérêt.

    Lien : http://oiseauchanteur.blogspot.com/2009/11/une-pile-lire-ou-subir.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Bookworm84, le 28 mars 2012

    Bookworm84
    Une vampire amoureuse d'un prêtre, une cafetière qui s'avère être une femme disparue, la cruelle Cléopâtre, une momie qui a perdu son pied, une femme de Pompéi dont il ne reste que l'empreinte d'un sein parfait…
    Autant de femmes, réelles ou surnaturelles, dont la beauté exquise fait tourner la tête des hommes et les entraînent parfois jusqu'à leur perte. Onze récits émouvants voire cruels rédigés par la plume délicieuse de Théophile Gautier, onze classiques du fantastique à savourer absolument ! [Lire la critique sur le site de La Lune Mauve]


    Lien : http://www.lalunemauve.fr/ecritures/chroniques-express-livres/contes..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique







Sur Amazon
à partir de :
6,00 € (neuf)
2,38 € (occasion)

   

Faire découvrir Contes et récits fantastiques par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz