Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2253172162
Éditeur : Le Livre de Poche (2002)


Note moyenne : 3.29/5 (sur 897 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Un enfant venu du bout du monde dont le passé ressurgit peu à peu. Des tueurs implacables lancés à sa poursuite. Une femme prête à tout pour le sauver. Même au prix le plus fort. Un voyage hallucinant jusqu'au coeur de la taïga mongole. Là où règne la loi du Concile de ... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (52)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par Seraphita, le 06 juin 2009

    Seraphita
    Diane Thiberge, une jeune éthologue, vient d'adopter un petit garçon dans un orphelinat de Thaïlande. Elle l'appelle Lucien, en référence aux deux syllabes que celui-ci aime à répéter : « Lu » « Sian », composant un dialecte que ne parvient pas à comprendre le personnel de l'orphelinat. Peu de temps après leur retour à Paris, Diane et Lucien subissent un grave accident : sur le périphérique, le 4x4 de Diane est venu percuter violemment un poids lourd qui a dévié de sa trajectoire. Diane se rend compte que la ceinture de l'enfant n'était pas bouclée au moment de l'accident. Lucien est hospitalisé, dans un profond coma. Sa mère veille sans relâche sur lui, envahie par la culpabilité, quand viennent naître dans son esprit des doutes sur l'accident, puis sur l'enfant dont le passé mystérieux va surgir. Commence alors un long voyage dans les méandres de l'inconscient…
    J'ai découvert Jean-Christophe Grangé à travers ce policier et j'ai beaucoup apprécié le suspens qui investit l'œuvre du début à la fin. Les chapitres sont courts et leur final recèle à chaque fois un mystère qui donne envie de lire la suite. Les descriptions, notamment des paysages mongols, sont superbes : elles invitent le lecteur au voyage. J'ai découvert, à travers le livre, que chaque détail que fournit Grangé a son importance et prend sens au fur et à mesure du dévoilement des énigmes. L'introduction progressive du paranormal dans une histoire, au départ très rationnelle, donne une nouvelle dimension, une épaisseur à l'intrigue. La vérité finale s'avère relativement complexe, mais c'est cette densité qui confère à l'œuvre son crédit. J'ai adoré ce policier à l'écriture précise et efficace et je vais poursuivre cette première approche de l'œuvre de Jean-Christophe Grangé.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 14         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Masa, le 16 janvier 2014

    Masa
    Cela faisait un bon moment que j'avais lu un Jean-Christophe Grangé. À l'époque, j'avais adoré ''La Ligne noire'' et m'étais juré de continuer à lire ses livres. Il aura fallut attendre un bon moment avant que je me décide de me plonger dans son univers, à tort ou à raison. Quand j'ai vu le concile de pierre sorti en 2000, j'ai sauté sur l'occasion. Et puis, on peut se félicité d'avoir un écrivain français capable de rivaliser avec les plus grands auteurs de thriller (ah l'anglicisme).
    Diane est une jeune femme ayant une phobie, celui d'avoir des rapports avec les hommes. Elle souhaite, comme toutes les femmes, devenir mère et décide d'adopter un jeune garçon. Elle voyage jusqu'en Thaïlande pour pouvoir obtenir la garde d'un enfant. Elle découvrira par la suite que ce garçon n'a pas des origines ethniques comme elle le croit, mais bien plus.
    Du début jusqu'à la fin, on ne s'ennuie pas. On voyage, le rythme va à 100km/heure. de plus la lecture est très aisé et les pages se tournent rapidement. Toutefois, j'ai trouvé que quelquefois, l'auteur nous plongeait trop dans le flou. L'héroïne savait l'itinéraire, mais de mon point de vue (de lecteur), j'étais un peu perdu. Puis, un moment, j'ai ressenti une certaine lourdeur et un peu long sur la fin. Malgré ces quelques défauts, c'est un bon livre, où l'auteur sait nous plonger dans suspens avec des pièces de puzzles qui viennent s'imbriquer au compte-goutte et, ce n'est que sur la fin où on comprend toute l'histoire. Fait étonnant, l'auteur mélange des traits de fantastiques, ce qui n'est pas pour me déplaire.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par Davalian, le 14 avril 2013

    Davalian
    Heureusement que le ridicule ne tue plus car sinon la littérature contemporaine française aurait perdu l'un de ces représentants les plus connus. Si Jean-Christophe Grangé est capable d'écrire de grandes choses (Le Vol des cigognes), il en écrit aussi de moins bonnes. Le Concile de Pierre, au même titre que L'empire des loups, en fait partie.
    Diane est un protagoniste atypique. Elle suscite l'intérêt du lecteur, sa sympathie, voire sa pitié. Les lectrices seront sans doutes plutôt intéressés par le volet maternel de l'intrigue autrement dit les passages sur le rôle d'une mère, les (quelques) rapports avec Lucien. le talent de l'auteur des Rivières pourpres est le dernier point d'intérêt que mérite cet ouvrage. Et quel point d'intérêt ! L'écriture du maitre est limpide, cristallite, magnifique. Ces descriptions donnent envie de voyager (dans des endroits exotiques, il faut bien l'avouer).
    La phase parisienne de l'histoire traine rapidement en longueur et le périple asiatique ne sera pas aussi envoutant que celui des migrations de certains grands oiseaux. le scénario est quant à lui ridicule, l'auteur accumule les clichés (les Russes communistes mais néanmoins mystiques). le fil rouge (les liens entre science rationnelle et phénomènes paranormaux) exploité avec trop de vigueur (et sans réelle inspiration), apparait bien vite superficiel.
    Et pour clore le tout, le dénouement se révèle... pathétique ! Une lecture à éviter (sinon pour apprécier la qualité de l'écrit).

    Lien : http://kriticon.over-blog.com/article-le-concile-de-pierre-jean-chri..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          4 17         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par zabeth55, le 26 octobre 2012

    zabeth55
    Diane, héroïne froide et déterminée, affronte sans faillir les évènements de plus en plus angoissants qui se succèdent depuis qu'elle a adopté un petit vietnamien.
    Une escalade dans l'incompréhensible qui semble sans fin.
    L'histoire est compliquée mais les sujets parfaitement maîtrisés.
    On a droit à une description minutieuse et soignée des lieux et des personnages.
    C'est très bien écrit, et le suspens dure jusqu'au bout.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 16         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Skarn-sha, le 13 novembre 2011

    Skarn-sha
    Diane Thiberge est une ethnologue, spécialisé dans le comportement des prédateurs, et pratiquant les arts martiaux.
    Après de longues démarches, et l'appui de son beau-père haut placé, elle parvient à adopter un petit enfant thaïlandais de six ans.
    En effet, ayant été agressé à la puberté, elle a gardé des séquelles et refuse depuis tout contact avec la gente masculine.
    Elle francise le nom du petit garçon, surnommé Lu-Sian par l'orphelinat, en Lucien.
    Tout pourrait aller pour le mieux mais un accident de voiture plonge l'enfant dans un coma rendant les meilleurs spécialistes pessimistes sur sa survie.
    C'est alors qu'un mystérieux acupuncteur allemand sauve l'enfant, qui selon lui doit vivre à tout prix, avant de disparaître et de se faire assassiner dans de mystérieuses conditions.
    Diane se lance alors dans l'enquête sur les circonstances mystérieuses liées à l'accident, orchestré par une main de maitre.
    Sa piste, jonchés de cadavres et de mystères de plus en plus étranges et de moins en moins rationnels, la mènera en 'Allemagne et finira au fin fond de la Russie, dans la taïga mongole.
    Contrairement aux autres romans que j'ai lu de cet auteur depuis Les Rivières Pourpres, une petite touche de fantastique est présente dans ce livre.
    Cette particularité, étant donné mon style de prédilection en matière de lecture, aurait plutôt tendance à me plaire si la fin ne gâchait pas tout.
    Désolé si je spoile un peu, mais le final, ou les « vilains » se transforment en animaux pour s'affronter entre une fois qu'ils en auront fini avec l'héroïne, est tout simplement risible.
    En effet, on nous explique à la fin du roman que les circonstances étranges présentes dans le livre sont du à la transmutation de chaque personne en son totem.
    L'auteur conclut en effet par une victoire de Diane sur ces animaux, qui pour la petite précision sont démesurés, qui réussi à tuer, en pleine taïga, armée d'un glock (avec un seul chargeur, ce qui donne pour le calibre 45, entre 10 et 15 balles) un aigle (de trois mètres d'envergure), un loup (seulement un peu plus gros que la normale) et un ours (de plus de 3 mètres de haut).
    Ceci mis à part, le livre tient en haleine et je l'ai d'ailleurs dévoré par curiosité, un peu déçu par les conclusions finales alambiquées.
    Il est évident que ce n'est pas le meilleur roman que j'ai lu de cet auteur, mais cela reste une lecture convenable.

    Lien : http://lombredeskarnsha.blogspot.com/2011/11/le-concile-de-pierre.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la critique

> voir toutes (12)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par jeanbiscotte, le 31 août 2011

    Pourtant la population qui s'acheminait dans les rues démentait ce projet global. Beaucoup d'habitants portaient la deel traditionnelle, comme l'appelait Giovanni : une robe matelassée à boutonnières obliques, maintenue par une ceinture d'étoffe. D'autres avançaient à cheval, parmi les voitures de marque japonaise et les quelques Tchaïka noires qui semblaient s'être trompées d'époque. Ce contraste annonçait le duel implicite du pays : Staline contre Gengis Khan. Et, à comparer les fissures des murs aux chatoiements des vêtements, il n'y avait aucun doute sur l'identité du vainqueur.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par oops, le 06 mai 2010

    Souvenez-vous : les dieux n’aiment pas qu’on cherche à les imiter.

    Commenter     J’apprécie          0 28         Page de la citation

  • Par zabeth55, le 25 octobre 2012

    Une goutte d'elixir asiatique s'était diluée dans le sang de cette femme pour lui donner non pas un charme de poupée exotique, mais plutôt une dureté de montagne, une rugosité d'altitude.

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la citation

  • Par nirvana10, le 22 septembre 2012

    -J'ai cru adopter un enfant naturel en Thaïlande. Fonder un foyer avec un petit garçon qui n'avait pas eu de chance à sa naissance. Je me retrouve avec un chaman turco-mongol qui guette les esprits sylvestres. Vous voyez un problème, vous?

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par Davalian, le 08 avril 2013

    Le voyage ne vous prendra que quelques heures. Et ces heures éclaireront peut-être le reste de votre vie.

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la citation

> voir toutes (15)

Videos de Jean-Christophe Grangé

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Jean-Christophe Grangé


Le Concile De Pierre de Jean-Christophe Grangé lu par Pierre Tissot
Un enfant venu du bout du monde dont le passé mystérieux resurgit peu à peu. Des tueurs implacables lancés à sa poursuite. Une femme prête à tout pour le sau...








Sur Amazon
à partir de :
4,25 € (neuf)
0,90 € (occasion)

   

Faire découvrir Le Concile de Pierre par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (2210)

> voir plus

Quiz