Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2226188460
Éditeur : Albin Michel (2008)

Existe en édition audio



Note moyenne : 3.89/5 (sur 959 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
"Ce sont des enfants.
Ils ont la pureté des diamants les plus parfaits.
Aucune ombre. Aucune inclusion. Aucune faille.
Mais leur pureté est celle du Mal."

Etrange assassinat d un chef de chorale d'origine chilienne dans l'église armén... > Voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (106)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par Tostaky61, le 24 août 2015

    Tostaky61
    Un chef de choeur assassiné, des enfants soupçonnés, et voilà un ex flic de la crim à la retraite et un jeune flic junkie de la Brigade de Protection des Mineurs associés pour mener l'enquête en toute illégalité...
    De la dictature Chilienne, refuge politique d'anciens suppos du nazisme, aux soirée SM de la vie parisienne, Grangé explore et décortique la face sombre de l'humanité.
    Mon premier Grangé.
    Une histoire efficace qui tient en haleine jusqu'à la dernière page.
    Un roman parfois violent, riche en rebondissement, où les protagonistes ont des personnalités contrastées.
    Je vais m'intéressè aux autres oeuvres de cet auteur sans tarder...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 54         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par cicou45, le 19 mai 2012

    cicou45
    Je ne connaissais absolument pas Jean-Christophe Grange avant de m'attaquer à cette lecture. C'est en réalité une amie qui était en train de le lire qui m'a donné envie de m'attaquer à cet ouvrage. J'ai été un petit peu déçue en lisant les autres critiques sur Babelio qui sont assez partagées. En ce qui me concerne, j'ai vraiment été passionnée par cette lecture et ce fut pour ainsi dire une révélation qui m'a donné envie de creuser plus du côté de cet auteur.
    L'histoire débute par le crime d'un prêtre directeur de chorale, Wilhelm Goetz, bien que d'origine catholique, opérait dans une communauté arménienne. A priori une simple enquête policière, me dire-vous, si ce n'est que l'arme du crime reste introuvable et que Goetz semble avoir été assassiné d'une manière assez invraisemblable, en lui crevant les tympans mais là-encore, le mystère subsiste car aucune trace visible de maltraitance ni de coups. Alors, comment cela a-il été rendu possible.
    Kasdan, un commandant de la Brigade Criminelle à la retraite depuis maintenant trois ans mais appartenant à la communauté arménienne, est aussitôt attiré par l'affaire et est bien décidé à la résoudre, quitte à empiéter sur les plates-bandes du Capitaine Vernoux qui, lui, est le véritable agent de la Sécuriré mis sur l'affaire. Mais ce que Kasdan ignore, c'est qu'en s'attaquant à cette affaire, il s'attaque à beaucoup plus gros que lui, quelque chose de vraiment incroyable, relevant du mystique et qui va faire remonter de vieilles blessures à la surface. Au cours de son enquête, il va collaborer avec un flic sorti tout juste de cure de désintox, Volokine, un petit jeunot comparé à lui puisqu'il doit avoir dans la trentaine.
    Aussi, notre nouvelle équipe, assez originale pour ainsi dire, composée d'un vieux "papy", comme se plait à la surnommé Volokine, et un flic en état de sevrage, va-t-elle mener cette enquête au-delà des limites imaginables.
    De nombreux thèmes sont évoqués ici et notamment des thèmes historiques tels que la torture infligée aux prisonniers pendant la guerre d'Algérie, celle que les Nazis pratiquaient sur le peuple juif durant la Seconde Guerre mondiale, celles pratiquées durant les années où Pinochet était au pouvoir au Chili, le génocide du peuple arménien, l'extrémisme dans la religion et j'en passe, enfin autant d'éléments accrocheurs qui ne font que rendre le récit plus intrigant. Certes, il y a des scènes très dures dans cet ouvrage, il va s'en dire, mais le récit est monté de telle façon que c'est toujours l'enquête policière qui prend le dessus.
    Enfin bref, une belle découverte mais qui ne peut pas laisser insensible. A découvrir !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 33         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par le_Bison, le 18 septembre 2013

    le_Bison
    Tu aimes les pédophiles ?
    Tu aimes les drogués ?
    Tu aimes aussi les nazis et les ex-dictateurs sanguinaires de l'Amérique du Sud ?
    Tu apprécies aussi la belle musique classique, les choeurs de petits enfants à la voix pas encore muée, les prêtres au goût douteux.
    Bien sûr, tu n'es pas obligé d'aimer toutes ces dérives dans cet ordre. Tous les goûts sont bien évidemment dans la nature.
    Je ne te juge pas, tu es dans le pays de la liberté et si écouter le « Miserere » de Gregorio Allegri fait partie de tes grands fantasmes avouables, je n'irai pas t'en empêcher. Bien au contraire… Sans compter tout le reste.
    Le Miserere. Stupéfiant, comme la drogue. Je ne vais point trop t'en dire. Comme tout thriller, il ne se raconte pas il se vit. Tout ce que tu trouveras dans ce billet sera juste des pistes, des suppositions, des hallucinations. Tu ne sauras pas quelle voie suivre, celle du pédophile, celle du dictateur, celle du drogué ou celle de Dieu. Tu seras perdu au milieu de tous ces détraqués qui vivent près de ton territoire. Tu ne soupçonnais même pas ton voisin, et pourtant qui sait de quoi il est incapable. Est-il pédé ou pédo ? Peut-être est-ce la même chose.
    Alors, je ne vais pas te décevoir, je ne te dirais pas qui est le coupable.
    Bon sang, mais c'est bien sûr !
    Mais n'oublie jamais que le Miserere est au centre de cette sombre affaire. Cette musique, entre spiritualité et énergie, te bouleversera. de l'intérieur. Elle sera ton coeur, ton âme et ta rédemption. Elle lessivera tous tes péchés mais ne t'absoudra pas du mal profond qui sommeille en toi.
    « le Miserere de Gregorio Allegri résonnait, dehors et dedans, caressant ses os, infiltrant sa chair, anesthésiant ses nerfs.
    le Miserere.
    Seule oraison funèbre à toute l'histoire. »
    [...]

    Lien : http://leranchsansnom.free.fr/?p=5956
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 41         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par DBC-Anais, le 31 octobre 2012

    DBC-Anais
    Lu le jour d'Halloween, Miserere de Jean-Christophe Grangé est un livre qui m'a agréablement surprise, je ne m'attendais pas du tout à découvrir l'histoire que j'ai lu, ni même à ressentir les sensations éprouvées au cours de ma lecture.
    Jean-Christophe Grangé nous embarque, à travers une enquête policière, sur la piste de meurtres totalement invraisemblables, produits par des personnes tout aussi inattendues. L'intrigue est bien ficelé, logique, facilement compréhensible mais surtout intriguant. Les personnages sont attachants, nous pouvons d'ailleurs découvrir au fil des pages l'attachement et l'amitié qui naît entre les deux protagonistes, deux policiers différents de part leur personnalité, caractère et physique, mais pourtant si complémentaires. le conditionnement des enfants, traités dans ce thriller, m'a vaguement fait penser au livre "Le meilleur des mondes" d'Aldous Huxley, présentant les enfants comme des êtres naïfs et vulnérables. Enfin, le thème principal du livre, basé sur le cri et le chant des enfants, m'a beaucoup plût. Original et hors du commun, j'ai été transporté et emmené à travers les pages dans les boucheries humaines des différents meurtres, me sentant dans la peau d'un inspecteur cherchant à tout pris à trouver des indices, pour découvrir le dénouement.
    Je dois vous avouez que pour la première fois au cours de mes nombreuses lectures, j'ai ressenti une peur, une vraie peur. Certains passages étaient effroyables, terrifiants, j'en avais la chair de poule, j'avais vraiment peur de continuer à lire ce thriller. J'ai finalement littéralement avalé ce livre en un rien de temps et est été très surprise par le dénouement de l'histoire. Un bon livre, que je recommande à tous ceux qui cherchent des livres d'horreurs.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 21         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par cecilestmartin, le 31 août 2015

    cecilestmartin
    Ce n'est pas le premier opus de Grangé que je lis et je trouve qu'il a beaucoup de talent pour nous embarquer dans des histoires aux ramifications toujours nombreuses. Les personnages principaux sont souvent un peu torturés, à la marge, porteurs d'histoire personnelle complexe - à la différence des criminels rarement en nuances.
    Miserere ne transgresse pas ces codes-là. Un organiste est assassiné dans une église apostolique arménienne. Lionel Kasdan, flic arménien à la retraite dont c'est la paroisse, s'empare immédiatement de l'enquête, en off. Il croise la route de Cédric Volokine, un jeune inspecteur de la brigade des mineurs, en disponibilité, qui tente de se sevrer de sa dépendance à l'héroïne. Les cadavres s'accumulant, tous les deux vont unir leurs forces, et leur solitude, pour répondre à plusieurs questions : qui était vraiment Wilhem Getz, d'origine chilienne ? Qu'est-ce qui a réellement provoqué le décès ? A qui appartiennent les petites empreintes de pas autour du corps ? Quels liens entre les expériences nazies et le régime de Pinochet ? Etc.
    500 pages qui nous entraînent sur des pistes diverses, qui tricotent une intrigue complexe, dans laquelle on croise des personnages peu ragoutants (je me répète mais les méchants chez Grangé sont en général de vrais méchants !) et où le dénouement nous laisse essoufflé. C'est un bon roman de vacances, pas inoubliable mais distrayant (façon de parler compte-tenu du côté très sombre de l'intrigue).
    Je me suis juste aperçue au milieu de ma lecture que j'avais vu le film il y a quelques mois... Dommage pour le suspense !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la critique

> voir toutes (107)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par cecilestmartin, le 31 août 2015

    Lors de son dernier message radio, Allende avait déclaré : "Je paierai de ma vie la loyauté que mon peuple m'a confiée." Et aussi :" On n'arrête pas une société en marche par le crime ni par la force. L'histoire est avec nous et ce sont les peuples qui font l'histoire."
    Kasdan se pinça les lèvres. Les socialistes avaient tort sur toute la ligne mais il devait en convenir, ils avaient des couilles. Voilà pourquoi, au fond de lui-même, il admirait ces idéalistes. Il savait que leur grand rêve ne mourrait jamais.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

  • Par cecilestmartin, le 30 août 2015

    - J'ai beaucoup réfléchi à ce phénomène. La mue, c'est la puberté. Et la puberté, c'est le sexe. Oui, nous perdions nos voix d'anges quand notre corps accueillait le désir. Le péché. A mesure que le mal se répandait en nous, notre voix changeait. La puberté, c'est la chute du paradis, au sens biblique du terme...

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par cecilestmartin, le 31 août 2015

    - Kasdan... T'es donc increvable ?
    - Le cadavre bande encore, sourit l'Arménien. Tu me fais la totale ?

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par Tostaky61, le 22 août 2015

    La haine est le don le mieux partagé.

    Commenter     J’apprécie          0 23         Page de la citation

  • Par Aproposdelivres, le 28 octobre 2014

    Kasdan raccrocha et se posa la question à mille euros. Qu'est-ce qui pouvait un dealer défoncé, dans la force de l'âge, à s''inscrire à l'école des flics et à endosser l'uniforme pour deux années ? La réponse était à la fois limpide et tordue. Volokine avait oublié d'être con. Il savait qu'un jour ou l'autre, il finirait par tomber – et qu'il crèverait à petit feu, en taule, en état de manque. Or, où peut-on se procurer de la drogue, tout en bénéficiant d'un maximum de sécurité ? Chez les flics. Volokine était passé de l'autre côté, simplement pour s'approvisionner en toute impunité. Et à l'œil.
    Tout cela n'était ni très moral, ni très sympathique.
    Mais Kasdan se sentait attiré par ce chien fou qui avait bricolé avec la vie au point de bousculer tous les repères. L'Arménien pressentait une autre vérité. La drogue et le passage aux Stups ne constituaient qu'une étape pour le Russe. Kasdan le sentait profondément, Cédric Volokine avait choisi d'être flic pour une autre raison.
    Au bout de deux ans il était passé à la BPM. Y mettant une fureur particulière. Le vrai combat, la vraie motivation de Volokine, c'étaiit les pédos. Protéger les enfants. Pour cela, il lui fallait sa dose et il avait dû bosser aux Stups pour établir ses réseaux. Alors seulement il était passé aux choses sérieuses. Sa croisade contre les prédateurs pédophiles.
    En parcourant ses notes, Kasdan avait l'impression de lire la biographie d'un super-héros, comme il en lisait autrefois dans les bandes dessinées Marvel ou Strange. Un super-flic doté de nombreux pouvoirs – intelligence, courage, expertise du muay thai, habileté au tir – mais possédant aussi une faille, un talon d'Achille, comme Iron Man et son cœur fragile, Superman et sensibilité à la kryptonite...
    Pour Cédric Volokine, cette fêlure avait un nom : la came. Un problème qu'il n'avait jamais réussi à régler. Comme en témoignait son séjour actuel en désintox.
    Kasdan sourit.
    Dans toute sa carrière, il n'avait connu qu'un seul flic aux motivations aussi tordues.
    Lui-même.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la citation

> voir toutes (20)

Videos de Jean-Christophe Grangé

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Jean-Christophe Grangé

Les Rivières Pourpres (2000) - Critique du Film
. Un très bon thriller mis en scène avec brio par Mathieu Kassovitz en pleine forme. Adaptation du best-seller de Jean-Christophe Grangé, ce film brille par la puissance de sa réalisation et par la solidité de son scénario. Seul bémol sur ce dernier: ici, il pourra apparaître assez confus pour certains à cause d'une complexité assez mal maîtrisée en mon sens, la faute au choix du réalisateur de privilégier le rythme de son oeuvre plutôt que de livrer certaines explications qui nous auraient permis sans doute de mieux cerner les motivations des protagonistes. Ici, le film nous laisse certes la possibilité de regrouper les morceaux du puzzle par nous-même, mais quelques indices supplémentaires auraient sans doute été les bienvenus (sans forcément nous prendre par la main). Malgré ça, un excellent film que je vous recommande.








Sur Amazon
à partir de :
8,90 € (neuf)
2,76 € (occasion)

   

Faire découvrir Miserere par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (2295)

> voir plus

Quiz