AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.73 /5 (sur 104 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Saumur, Maine-et-Loire , le 25/01/1915
Mort(e) à : Issy-les-Moulineaux , le 16/01/2012
Biographie :

Pierre Goubert est un historien français, spécialiste du XVIIe siècle.

Né dans une famille modeste (son père est jardinier), il entre à l'École Normale d'Instituteurs d'Angers en 1931. Il intègre en 1935 l'École Normale Supérieure de Saint-Cloud qui forme, à cette époque, les professeurs d'École Normale. Il reçoit alors les cours de Marc Bloch, rencontre marquante qui le détermine à choisir l'histoire comme discipline de recherche. A la sortie de ce stage en 1937, Pierre Goubert enseigne cette dernière matière ainsi que les lettres à l'EN de Périgueux.
Mobilisé en 1939, il fait la campagne de France dans la troupe - avec le grade de caporal - échappe à la captivité et devient professeur de "collège moderne" au lycée de Pithiviers puis à Beauvais. Il est autorisé, par dérogation, à préparer la licence qu'il passe, selon ses propres termes,"par morceaux" et réussit en 1948 l'agrégation d'histoire. Il se lance aussitôt après dans la rédaction d'un doctorat d'État sur le Beauvaisis, région qu'il a retrouvée après un court séjour comme professeur au lycée Turgot.
Membre du CNRS depuis 1951, Pierre Goubert est nommé en 1956 directeur d'études de l'EPHE (VI° section), puis deux ans plus tard, obtient un poste de professeur d'histoire moderne à l'université de Rennes. Cette année 1958, il a 43 ans, est celle de la soutenance de sa thèse (qui sera publiée en 1960), "Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730". Pierre Goubert devient ensuite Professeur dans la toute nouvelle Université de Paris X-Nanterre.
Nommé à la Sorbonne en 1969 (retraité en 1978), il présente des conférences dans le monde entier (en Europe mais aussi à Princeton, Montréal, Kingston, au Japon, en Côte d'Ivoire, à Madagascar) et publie de nombreux ouvrages d'histoire moderne.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Video et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo

Guy Parigot et Georges Goubert à propos du Centre Dramatique de l'Ouest
Guy PARIGOT et Georges GOUBERT évoquent les débuts du Centre dramatique de l'Ouest. Des documents d'archives montrant la célébration du 25ème anniversaire du centre et deux extraits de pièces de théâtre, alternent avec leurs propos.

Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
BazaR   01 mars 2020
Mazarin de Pierre Goubert
Il n'empêche qu'un cardinalat comme celui qu'obtint Mazarin peut paraître étrange à des esprits de la fin du XXe siècle. Un cardinal qui ne fut jamais prêtre et ne reçut même aucun des ordres mineurs ; mais il suffit de savoir que des princes de Savoie, des Colonna, un Barberini et même un Casimir polonais se trouvèrent dans la même situation.
Commenter  J’apprécie          170
BazaR   29 février 2020
Mazarin de Pierre Goubert
N'empêche que ce fut sous les traits d'un cavalier séduisant et fringant que cet homme jeune parut d'abord : cheveux longs, bouclés et flottants, œil noir velouté, moustache et barbiche légères et élégantes, bottes, épée, pourpoint, rubans et dentelles... C'est ainsi que Mazarin se présenta à Richelieu, à Louis XIII, à la Cour, aux ministres, puisqu'il ne devait revêtir l'habit ecclésiastique - sans enthousiasme sans doute - qu'en mars 1633, après sa seconde mission en France.
Commenter  J’apprécie          160
BazaR   14 mars 2020
Mazarin de Pierre Goubert
Très digne, la reine montra le jeune roi couché et feignant de dormir, et des centaines de Parisiens purent défiler, admiratifs, devant la couche du jeune monarque, qui se souviendrait toujours de cette insupportable humiliation. Il était néanmoins prisonnier.
Commenter  J’apprécie          121
BazaR   03 mars 2020
Mazarin de Pierre Goubert
Les plus ardents (chrétiens fervents) se rassemblaient dans un organisme presque secret, la Compagnie du Saint-Sacrement créée en 1627 par le duc de Ventadour. Elle avait essaimé dans une cinquantaine de villes. Elle pratiquait la charité et le rachat aux Barbaresques des captifs chrétiens. Elle assurait aussi la surveillance des mœurs, de la vertu qui se voit, des "nudités de gorge", des hardiesses des "prétendus réformés" et dénonçait les Juifs qui se regroupaient, les compagnons de métiers qui s'entraidaient et surtout les "libertins" qu'elle cherchait à écarter des "allées du pouvoir" pour y introduire avec une force presque incoercible ses membres ou leurs affidés. Elle était en quelque sorte l'âme du "parti dévot" omniprésent.
Commenter  J’apprécie          90
BazaR   05 mars 2020
Mazarin de Pierre Goubert
Ce qui caractérise essentiellement les Grands, c'est la haute conscience qu'ils ont de leur grandeur, l'auto-admiration qu'ils en tirent, la faculté de commander et surtout de s'enrichir à volonté qui leur paraît en découler.
Commenter  J’apprécie          100
BazaR   11 mars 2020
Mazarin de Pierre Goubert
On ne peut dorénavant et moins que jamais soutenir qu'il s'agit ici, pas plus qu'auparavant, de "Fronde parlementaire", mais bien d'un complexe mouvement de rébellion et révolte qui regroupe l'aristocratie de l'épée et de la robe, des officiers roturiers et de bons bourgeois de boutiquiers et de la basoche, une partie du petit peuple et même du clergé : à sa tête, Gondi son chef parisien, ambitieux sans limite et agent du pape et donc de l'Espagne. Bref, ces agitations virulentes se ramenaient à une haine commune - Mazarin -, et à des ambitions et des appétits provisoirement concordants.
Commenter  J’apprécie          90
Aela   24 janvier 2011
Louis XIV et vingt millions de français de Pierre Goubert
Sur 100 enfants qui naissaient, 25 mouraient avant l'âge d'un an, 25 autres n'atteignaient pas leur vingtième année; 25 autres disparaissaient entre 20 et 45 ans. Une dizaine devenait sexagénaire.
Commenter  J’apprécie          100
DOGONColas   22 octobre 2016
Les Français et l'Ancien Régime, tome 1 : La société et l'État de Pierre Goubert
Tous ont eu, au moins par moments, la conscience des limites de leurs pouvoirs (même Louis XIV), ce qui a conduit les historiens à soutenir justement que le propre de la monarchie "absolue" est d'être "limitée", par opposition à la tyrannie, au despotisme à la turque ou à l'orientale.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui   25 septembre 2017
1789 : Les Français ont la parole de Pierre Goubert
En fait, deux grandes « sociétés » — et une foule de petites — se méprisent, se jalousent ou se haïssent dans ce royaume vétuste. Deux « races » coexistent, et la race noble est au fond persuadée qu’un sang exceptionnel coule dans son système artériel : qui n’est pas noble est ignoble. Au noble seul, l’épée, la girouette, le droit de chasse, le droit de litre et de tombeau à part dans l’église familiale. Seul, le noble est véritablement « né ». Les roturiers se contentent d’exister, comme une race un peu spéciale d’animaux, assez inférieure au cheval. Seul, le noble est naturellement « apte », d’abord à combattre et à commander, ensuite à savourer toutes les délices de la vie noble, de la fainéantise brute aux plus hautes spéculations de l’esprit — pour quelques-uns tout au moins. Seul, le noble est apte à bien juger, et les parlements se ferment désormais à tout ce qui sent la roture ; à bien prier Dieu, et l’épiscopat tout entier est noble d’« extrace » ; à bien commander à la guerre, et les cadres de l’armée sont interdits aux roturiers, sauf dans quelques spécialités où le talent, même ignoble, est cependant requis ; à bien commander auprès du roi, et il faudra l’astuce financière d’un banquier roturier, étranger et mécréant (Necker), pour rompre le cercle aristocratique qui tentait, auprès du monarque, noble d’entre les nobles, de gouverner seul la mosaïque routinière et particulariste…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   25 septembre 2017
1789 : Les Français ont la parole de Pierre Goubert
Sans le savoir, la France est fédéraliste. Sauf pour de rares et grands esprits, en pointe sur l’opinion énoncée et les sentiments confus, non, décidément, la France n’est pas une Nation…

Est-elle seulement un État ? Si un État, ce sont des ministres, des bureaux, des percepteurs, des porteurs d’hermine et des traîneurs de sabre, alors oui, la France est un État… Mais qu’est un État où la désobéissance, selon le mot de Lavisse, tempère encore l’absolutisme ? Qu’est un État où les manières d’asseoir, de répartir et de percevoir l’impôt, où la nature même de cet impôt change d’une province à l’autre ? Où, dans la multiplicité des coutumes et des tribunaux, en l’absence de loi générale, de code digne de ce nom, le premier souci, lorsqu’on doit soutenir un procès, consiste à trouver le tribunal compétent, et la loi — ensemble de dispositions sibyllines recouvertes de gloses — selon laquelle on plaidera ? Où la justice s’achète, se revend, se monnaie, se dénonce ? Est-ce un État, ce pays où l’on refuse habituellement le service militaire, où les familles et les paroisses conspirent pour sauver les recrues de la milice et entretenir les déserteurs ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Historiettes historiques ...

"Souviens-toi du vase de Soissons !" aurait dit Clovis, à l’un de ses soldats qui n’avait pas voulu rendre un vase précieux. En représailles, Clovis aurait ...

fendu le crâne du soldat avec une hache
fait enfermer le soldat dans un vase à sa taille
condamné le soldat à faire de la poterie

10 questions
44 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , historique , anecdotesCréer un quiz sur cet auteur

.. ..