AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782210961821
128 pages
Éditeur : Magnard (07/09/2015)

Note moyenne : 4.6/5 (sur 15 notes)
Résumé :
La jolie princesse Azeline a disparu. Le bon roi Adhémar, son père, demande au chevalier Alcide l'intrépide de la retrouver. La mission s'annonce périlleuse et tout ce qu'il y a de plus chevaleresque.

Au programme, un dragon à terrasser, un donjon à assiéger, un ogre à soumettre. Mais tout ne se passe pas comme Alcide le souhaiterait... car sa mémé a décidé de l'accompagner !

Et si vous mourez d'envie de savoir ce qu'Alcide l'Intrépide ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
LaMuseEnParle
  29 novembre 2015
Je viens de recevoir un petit bijou. Petit bijou… les mots sont simples, je pense, simples, mais au moins, on comprend ce que ça veut dire. Petit … plus loin …. bijou. Bijou, comme hibou chou genou caillou bijou joujou pou … Oui, il prend un « x » au pluriel. Mais comme je n'en ai qu'un à vous présenter, je dirai tout simplement que c'est un petit bijou ! Voilà.
Alors, petit bijou, de Cécile Alix, aux éditions Magnard jeunesse. Comment est-ce que je vous connais, chère auteure ? Et bien peut-être grâce aux dessins (vous en avez de la chance), car ils sont de Frédéric Pillot (si c'est pas du bon dessin, ça ???).
Frédéric Pillot est un excellent dessinateur, connu pour, entre autres, l'excellent « le voleur d'anniversaire », d'Olivier et Laurent Souillé (encore EUX !!! Sont trop bons, sont partout !!! Ont notamment réalisé « Azuro » avec la complicité de l'excellent Jérémie Fleury … Mais, je m'égare😉).
Le livre dont je vais vous parler s'appelle « La mémé du chevalier ». Déjà, rien que le titre … Comment dire… Sans parler du dessin de couverture !!! J'ai A-DO-RÉ. On voit une petite mémé (la fameuse), avec son petit sac à main rouge (me fait penser à quelqu'un, tiens), elle ne s'en laisse pas compter ! Il y a aussi un petit chevalier, beaucoup plus grand que sa mémé, mais lui par contre, il a l'air de la respecter, sa mémé, 'tention !
Alors, il y a aussi un dragon qui n'en mène pas large, et un ogre, avec un couteau, qui a, je pense, intérêt à s'essuyer les pieds avant de rentrer chez la mémé ;) qui aura, c'est certain, le dernier mot.
L'histoire ? Oui, bon, si vous voulez : la princesse a disparu. le bon roi demande au chevalier de la retrouver. La mission s'annonce périlleuse et tout ce qu'il y a de plus chevaleresque. Au programme : un dragon à terrasser, un donjon à assiéger, un ogre à soumettre … mais tout ne se passe pas comme prévu, car … la mémé du chevalier a décidé de l'accompagner.
Vous l'aurez compris, cette histoire est extrêmement drôle. C'est bien simple, dès le 1er chapitre, j'ai commencé à rire 😉. J'ai dû m'arrêter … vers la fin du livre😄.
Au niveau de la construction du livre : il y a des rimes partout (bien que cela ne soit pas un poème) c'est excellent, raconté vraiment avec spontanéité, beaucoup d'élan et moultes jeux de mots (on vous laissera découvrir le nom du pays de la princesse) et explications toutes rigolotes (pour le peu, on aimerait qu'il y ait plus de mots difficiles, pour rire encore plus😁).
Revenons à l'histoire et à la mémé : mais qu'est ce qu'elle est pénible ! Elle veut absolument connaître le roi. Bon, pourquoi pas. Mais après elle veut voir un dragon (en même temps, je me mets à sa place, bien que je ne sois pas une mémé, si j'avais l'occasion, j'irai aussi voir le dragon😉).
Et elle a des principes, cette mémé : on ne chasse pas le dragon et on n'est pas présenté au roi … avec des bottes sales !!! Donc, malgré l'urgence de la situation (princesse enlevée, pour ceux qui ne suivent pas) son petit fils de chevalier va être obligé de laver ses bottes avant de partir 😉.
Le dragon a intérêt à avoir de bonnes manières et à ne pas cracher du feu s'il n'y est pas autorisé, je vous le dis !!!
Bref, « La mémé du chevalier », rien que le titre m'a fait rire. le livre est excellent, il est écrit par Cécile Alix qui sera, bandes de petits veinards, au salon du livre d'Attignat, et quand ? dimanche 11 octobre, oui, oui, ce dimanche. Alors, on attend quoi ? Surtout qu'on ne veut pas en rajouter, mais « y'aura des bons, à ce salon !!! ».
Bon, revenons à « La mémé du chevalier ». Comme vous êtes gentil, un petit scoop : cerise sur le gâteau, quand on a fini, on n'a pas fini. Si, si !!! On ne dévoile pas un secret, c'est marqué sur le 4ème de couverture. Mais, plongée dans l'intrigue, La Muse avait oublié. Donc, quand le livre est terminé, on a le droit, tout lecteur plein de chance qu'on est, à non pas un (ce qui est déjà hyper sympa) mais deux bonus (c'est le cadeau bonus 😁, je sais, elle était facile) !
Waouuuu, merci, Cécile, et à très vite pour une dédicace sur ce livre que j'ai adoré (prépare ton plus beau stylo, et réfléchis à ce que tu vas noter : j'suis exigeante 😉).
« La mémé du chevalier » de Cécile Alix. Illustrations : Frédéric Pillot.
(en audio à l'adresse ci-dessous : il suffit de cliquer)
Lien : https://djpod.com/lamusedesg..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Paradisier
  07 octobre 2015
Au départ on a tout l'arsenal épopée chevaleresque : une princesse enlevée par un dragon, un roi éploré, un chevalier intrépide (prénommé Alcide) pour la sauver, un blanc destrier, un manoir inquiétant : un classique avec une chouette couverture (dessinée par Frédéric Pillot)
On se dit quand il arrive en librairie : toutes les conditions sont réunies pour passer un moment sympa avec une bonne histoire classique.
Or, ce n'est pas classique du tout ! Le ton est alerte, vivant, à mourir de rire du début à la fin du livre. Cécile Alix nous ravit avec des trouvailles drolissimes, des jeux de mots (la princesse habite le bon royaume de Céopoilicie !), des inventions comme une dragonne qui cultive le treebread (le célèbre arbre à sandwichs), des rimes, des alexandrins (dans un texte en prose, il faut le faire et ça glisse tout seul !), on commence cette histoire, on se laisse embarquer et on va jusqu'au bout d'une traite, qu'on ait 9 ans ou 40 ans !
Mais le clou de l'histoire, c'est Alfonsine, la mémé du chevalier qui n'a jamais rencontré de roi, jamais vu de dragon et qui veut faire partie de l'aventure. Alcide n'est pas archi motivé pour l’emmener, mais "comme il aime beaucoup sa mémé", elle le suit. Et c'est qu'elle a du caractère, cette mémé ! Elle prend vite la direction des opérations (son Alcide est un peu rouillé et les combats ne l'intéressent plus vraiment, en fait il préfère l'astronomie... c'est un poète !) ce personnage est hilarant et tellement juste et sympathique qu'on a envie de cavaler à ses côtés et d'assommer les méchants avec elle ! (D'ailleurs ils ne font pas longtemps les malins devant Alfonsine, croyez-moi !)
Il y a deux bonus dans ce livre, à la fin "c'est pas fini", comme dit l'auteur ! Le premier, ce sont trois petites histoires du chevalier et de sa mémé, mais pendant l'enfance du chevalier ! On est très contents de retrouver Alfonsine parce qu'on s'est drôlement attaché à elle en lisant le roman. Ces trois petites nouvelles sont aussi poétiques, hilarantes et inventives que le reste.
Deuxième bonus : un test ! Pour savoir à quel genre de chevalier le lecteur correspond ! Les enfants ont adoré !
Les illustrations intérieures sont rondes et amusantes, elles appuient bien le texte en respectant sa drôlerie.
Les mots difficiles sont expliqués avec toujours autant d'idées et d'humour.
On retrouve des références littéraires comme aime à le faire cette auteur.
Beaucoup de points extrêmement positifs qui font que je recommande vivement cette lecture (de 7 ans (bon lecteur) à 11 ans)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Sharon
  14 janvier 2017
N'avez-vous jamais rêvé d'en savoir un peu plus sur la jeunesse d'un chevalier ? le jeune lecteur (par la grâce de l'éduc nat) est confronté depuis des années à la lecture des romans de chevalerie les plus classiques, traduction de l'ancien français ou remise au goût du jour des écrits de Chrétien de Troyes. Il est cependant rare qu'il puisse lire un roman de littérature jeunesse dans lequel le chevalier accomplit des exploits - c'est ce que l'on attend d'un chevalier - et doit en plus composer avec l'un des membres de sa famille. Non une compagne, non un frère ou une soeur encombrant(e) mais sa grand-mère, celle-là même qui l'a élevé... et n'attend pas rester sagement chez elle pendant que son petit-fils repart à l'aventure. En effet, dans le beau royaume dans lequel ils vivent tous les deux, les chevaliers sont au chômage technique, faute de guerre, de rivalité et autres motifs de combats sanglants.
Las ! La fille du chevalier a disparu - une habitude, ou presque. Las ! Elle a été enlevée par un dragon - personne ne pouvait se méfier, vu la paix qui régnait dans le royaume. Et la mémé du chevalier n'a vraiment, mais alors vraiment pas l'intention de laisser son petit-fils partir tout seul (surtout qu'il n'a plus vraiment l'habitude de combattre). Surtout, elle ne manque pas de sens pratique, ne s'arrêtant pas aux apparences.
Le récit est aisé à lire, rempli de trouvailles et de clins d'oeil aux jeunes lecteurs. Les illustrations, signées Frédéric Pillot, sont vraiment très belles, j'aime beaucoup son style - il est aussi l'illustrateur de la série Little Piaf. Bref, ce livre devrait plaire aux enfants et à leurs parents, notamment grâce aux trois récits qui clôturent le roman et ouvrent la porte à la création, l'imagination, par les jeunes lecteurs, d'autres histoires. Lire, c'est bien, écrire une suite, c'est tout aussi intéressant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Jangelis
  30 août 2016
Quel délice que ce petit livre.
Court roman enfant, ou première lecture pour lecteurs déjà un peu aguerris.
D'abord un roman de 75 pages.
D'une grande drôlerie. Bien écrit, avec des mots parfois assez recherchés, des jeux de mots, des rimes au hasard des phrases, des enfilades de synonymes qui à la fois sont hilarants, et apportent du vocabulaire.
Et le fond est tout aussi sympathique.
Un chevalier qui n'arrive pas à se dépêtrer de sa mémé, il partira donc avec elle à la recherche de la belle princesse enlevée par un dragon.
Mais elle ne se contente pas de ne pas le lâcher, et de le retarder, elle lui impose à chaque étape de nouveaux accompagnateurs.
Et puis, et puis, finalement, elle n'est pas si encombrante que ça la mémé.
La douceur serait-elle plus efficace que l'énergie du chevalier ?
Au-delà de l'histoire amusante, une jolie réflexion sur les relations (j'allais écrire entre humains, mais avec dragon et ogre ...), les idées reçues, l'amitié.
Bref, très gros coup de coeur pour moi.
Après le roman ... "Déjà ? Oh noooon ! C'était pas assez long !" , l'auteure nous parle, très personnellement, pendant quelques pages (toujours aussi drôles) puis nous propose quelques épisodes de la jeunesse du chevalier, grâce à la malle aux souvenirs de la mémé.
On va même y croiser Alice, le chat de Chester, le lapin toujours en retard et quelques autres.
Et pour finir en beauté, un test pour savoir quel chevalier nous sommes.
Et tout le long, les amusantes illustrations de Frédéric Pillot. Particulièrement réussies en couleur sur la couverture.
Bref, vous l'avez compris, je vous conseille cette lecture, même si vous n'êtes pas comme moi, une mémé :-)
Lien : http://livresjeunessejangeli..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
FanetteH
  06 février 2016
La princesse de Céopoilicie a été enlevée ! Pour retrouver sa fille, le roi fait appel à son meilleur chevalier : Alcide l'Intrépide. Mais la paix est là depuis de nombreuses années et cela fait bien longtemps qu'Alcide n'a mené aucun combat... la quête s'annonce donc difficile pour lui, d'autant que sa mémé entend bien le suivre...
Une lecture fraîche et pleine d'humour qui nous encourage à nous débarrasser de nos préjugés.
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
JangelisJangelis   30 août 2016
[Incipit ]
Cette histoire commence un sale jour de pluie dans le château du bon roi Adhémar III de Céopoilicie.
– La princesse Azéline a disparu ! crie la vieille nounou dans les couloirs du palais. La princesse Azéline a disparu !
Bon ! Voilà qui est fâcheux. Primo, parce que la princesse Azéline est très jolie, très douce et gentille. Deuzio, parce que son père l’aime beaucoup, que ce matin, elle devait lui jouer de la mandoline dans le jardin et que ce n’est pas son genre de poser des lapins.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
JangelisJangelis   30 août 2016
- Et moi ? Je peux venir ?
C'est Alphonsine, la mémé d'Alcide, qui a posé la question.
[...]
Alcide, qui aime beaucoup sa mémé, est une peu embêté.
- Tu ne devais pas faire des tartelettes à la violette aujourd'hui ?
Commenter  J’apprécie          10
JangelisJangelis   30 août 2016
- Taratata ! réplique Alphonsine. Va cirer ces bottes ou on ne va nulle part.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Cécile Alix (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Cécile Alix
Interview de Cécile Alix sur son roman "Miguel dauphin rebelle"
autres livres classés : Grands-mèresVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Six contre un

Qui est le premier personnage du livre ?

Julien
Alice
La mère de ludo
Ludo

10 questions
23 lecteurs ont répondu
Thème : Six contre un de Cécile AlixCréer un quiz sur ce livre