AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Nicolas Porret-blanc (Traducteur)
EAN : 9782809843729
340 pages
L'Archipel (21/04/2022)
3.77/5   44 notes
Résumé :
Quand Emily sort du centre commercial ce jour-là, elle assiste, impuissante, à un accident : une femme est renversée par un automobiliste qui prend la fuite.
Très vite, la presse locale relaie les détails du drame : la victime s’appelait Rose. Mère d’un petit garçon et épouse du célèbre écrivain Cian Grahame, elle travaillait comme assistante dans un cabinet dentaire.
En effectuant des recherches sur les réseaux sociaux, Emily se met à envier la vie si... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (29) Voir plus Ajouter une critique
3,77

sur 44 notes

NicolaK
  30 novembre 2022
Cet été, j'ai découvert le premier livre de Claire Allan, Ne la quitte pas du regard, attirée non par des retours élogieux mais par les petites chaussures figurant sur la couverture.
.
Ce ne fut pas un coup de coeur, mais pas non plus une lecture pénible, alors quand j'ai vu qu'elle avait sorti Qui a tué Rose ? j'ai voulu redonner une chance à l'auteure.
.
L'histoire démarre par un accident, voiture contre piéton... la voiture a gagné. La victime, une maman, Rose, accompagnée de son bébé dans un landau.
.
Bien que tout le récit tourne autour de Rose, c'est à travers les yeux d'Emily que nous allons poursuivre l'aventure. Emily, qui est persuadée qu'en fait c'est elle qui aurait dû mourir.
Il faut dire qu'elle a le chic pour choisir les hommes de sa vie... mais je ne vous en dis pas plus.
.
Ce second roman se lit facilement, la plume est alerte et fluide, le récit est prenant et je me suis laissée embarquer dans la vie d'Emily, ainsi que dans celle de Rose, puisque quelques passages sont réservés à des extraits de son journal intime.
.
L'auteure mène assez bien sa barque, de fausses pises en rebondissements, au fur et à mesure qu'on découvre ce que cachent certains des personnages.
.
J'ai bien aimé ce livre, sans être non plus béate d'admiration, d'autant que j'avais deviné beaucoup de choses bien avant les protagonistes, surtout Emily... encore une fois je ne peux vous en dire plus, mais vous comprendrez si vous le lisez.
.
Gros point positif, la chute que je n'ai pas vue venir, par contre.
.
Si vous cherchez une lecture pas prise de tête à glisser entre deux textes plus exigeants, ce roman assez addictif peut vous plaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4525
musemania
  28 mai 2022
Claire Allan n'est pas une inconnue pour moi, car il y a un peu plus d'un an, j'avais découvert son premier thriller « Ne la quitte pas du regard » qui m'avait beaucoup plu. Voilà donc déjà qu'elle nous revient avec son deuxième roman, intitulé « Qui a tué Rose? ».
Il s'agit du parfait exemple de thriller domestique anglais. Si vous êtes adepte de ce genre, vous allez être servi. La psychologie des protagonistes prend une grande place et l'ambiance anglaise si singulière est belle et bien présente.
Ici, l'histoire est celle d'Emily qui, en allant un jour faire des courses, assiste impuissante à un accident mortel. Rose est renversée devant ses yeux et le chauffard prend la fuite. Petit à petit, des détails sont révélés sur la tragique histoire et Emily ne peut s'empêcher de s'y intéresser grandement. Alors que sa vie est une succession d'échecs, elle s'imagine bien dans la vie parfaite de la défunte à qui tout réussissait.
Claire Allan maîtrise parfaitement le jeu des faux-semblants, des mensonges et des apparences trompeuses. C'est ainsi qu'à bien des égards, le lecteur pense avoir trouver le fin mot de l'histoire et quelques pages plus loin, se rend compte qu'il en était à des années-lumière.
Pour ma part, j'ai bien apprécié ce thriller psychologique. Il se lit bien et le jeu du chat et de la souris est assez grisant. La seule petite entorse à une lecture parfaite est le personnage d'Emily que j'ai trouvée assez fade dans ses réactions et ayant besoin d'être secouée une bonne fois parfois ! Malgré qu'il s'agisse de l'héroïne principale, j'ai eu des difficultés à m'y attacher notamment, de par sa personnalité assez plate.
Heureusement, cela ne m'a pas gâché mon plaisir de lecture. Car, par ce second suspens, Claire Allan confirme bien son statut d'être une des jeunes plumes de la littérature noire anglaise à tenir à l'oeil.
Lien : https://www.musemaniasbooks...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
LightandSmell
  23 mai 2022
Ayant apprécié Ne la quitte pas du regard de l'autrice, j'étais curieuse de découvrir son nouveau roman. Et je dois dire que je me suis complètement laissé emporter par ce thriller percutant contenant sa part de faux-semblants et de mensonges.
Dès le début, Claire Allan frappe fort avec la mort d'une jeune femme renversée par un automobiliste sous les yeux d'Emily. Un accident qui aurait eu de quoi traumatiser n'importe quel esprit mais qui prend une tout autre dimension pour Emily, une personne que l'on sent fragile psychologiquement. Il faut dire que sa vie n'est guère épanouissante : son travail est purement alimentaire, elle n'a presque pas de contact avec sa famille, sa seule amie est occupée et habite loin… Et puis, elle reste très affectée par sa relation avec son ex-petit ami violent dont elle a encore très peur, sans oublier sa tendance à noyer ses soucis dans l'alcool.
Se sentant coupable, car Emily pense que c'est elle qui aurait dû mourir dans cet accident, elle développe une sorte d'obsession pour Rose, cherchant à tout connaître de sa vie. Elle passera ainsi beaucoup de temps sur la page Facebook de la défunte où son époux éploré lui laisse des messages emplis d'amour et de désespoir. Mais ces bribes d'informations glanées ici et là ne lui suffisent plus, et Emily se met à fantasmer sur la vie de Rose, son exact opposé : elle est esseulée, isolée et nouvellement au chômage ; Rose était belle, aimée, choyée, avait un métier qui lui plaisait et un adorable bambin, Jack.
L'obsession se transforme alors en envie, voire en une certaine forme de jalousie… Prête à commencer une nouvelle vie, une vie qui ressemble à celle de Rose si possible, Emily s'arrange pour obtenir son ancien poste dans un cabinet dentaire, en cachant à ses employeurs sa présence sur les lieux de l'accident. Volontaire, professionnelle, gentille, attentionnée et à l'écoute, Emily va vite se faire une place au sein de ce cabinet, même si ses nouveaux collègues semblent encore très affectés par la mort de Rose qu'ils adoraient tous, et qu'ils considéraient un peu comme le coeur du cabinet.
Il y a quelque chose de fondamentalement dérangeant et malsain dans la manière dont Emily tente de s'approprier la vie de Rose. En plus de prendre sa place au travail, elle essaiera même de se rapprocher de son mari, un célèbre écrivain dont elle tombe très vite amoureuse. Mais Emily va petit à petit découvrir que tout ce qui brille n'est pas d'or, et que même la plus heureuse des femmes sur les réseaux sociaux peut vivre des choses difficiles et cacher bien des souffrances. Alternant entre les points de vue de Rose, que l'on découvre à travers un carnet, et d'Emily, l'autrice nous dévoile au fil des pages les dessous de la vie de Rose. Des dessous bien moins lisses et parfaits que sa vie virtuelle ne le laissait présager.
Très vite, on comprend que le mari de Rose, Cian, était loin d'être le mari parfait dont il donne l'image, mais ce qu'on ignore, c'est son degré de monstruosité. Cet homme violent, manipulateur et dominateur, est-il responsable de la mort de Rose ? A-t-il commandité son assassinat ? Ou, comme le craint Emily, c'est Ben son ex-petit ami à elle qui, cinq ans après leur rupture, décide de prendre sa revanche sur elle ? Une peur qui vire à la paranoïa, mais que l'on comprend aisément au regard de ce que Ben lui a fait subir par le passé… J'ai d'ailleurs été révoltée par le manque de soutien de la famille d'Emily qui a préféré croire son bourreau plutôt qu'elle.
J'ai apprécié le suspense entourant la mort de Rose, d'autant que l'enquête de la police laisse entrevoir des zones d'ombre et des interrogations sur son prétendu meurtrier. Au passage, l'autrice fait une critique acérée et plutôt juste des médias et de leurs dérives. Mais ce que j'ai préféré, c'est tout le travail réalisé autour de la psychologie d'Emily, de ses failles et de ses faiblesses que Cian prend un malin plaisir à exploiter. Ainsi, quand elle voit en lui le prince charmant, le lecteur se le représente en dangereux prédateur au visage d'ange.
Bien sûr, le comportement d'Emily est tordu et malsain, mais l'autrice réussit le tour de force de rendre son héroïne touchante et émouvante. Plus on apprend à la connaître, plus on réalise le degré de solitude de cette jeune femme qui, comme Rose, a vécu sous l'emprise d'un homme violent. On pourrait penser qu'inconsciemment, elle recherche ce même genre de relation destructrice, mais on réalise que n'importe qui aurait pu tomber entre les filets de Cian, un as de la manipulation aussi beau que dangereux. Il faut dire qu'à première vue, cet homme a tout de l'homme idéal : beau, gentil, amoureux, sincère, doux, protecteur avec son fils, attentionné…
La tension s'intensifie à mesure que l'on tourne les pages, notamment grâce aux mensonges d'Emily qui risquent de lui exploser à la figure à chaque instant, et à la personnalité de Cian qui se précise et nous permet de réaliser la perversité du personnage… Mais le doute persiste malgré tout : est-il vraiment capable de meurtre ? J'ai aimé cette impression d'avancer sous un ciel orageux, et de voir progressivement les pièces du puzzle se (re)mettre en place jusqu'à dévoiler une vérité que je n'avais pas anticipée ! C'est toujours agréable d'avoir l'impression qu'une autrice a su faire simple, tout en faisant assez complexe pour conclure son récit sur une évidence à côté de laquelle on est pourtant passé.
Au-delà de l'aspect thriller parfaitement maîtrisé, Claire Allan aborde différentes thématiques comme les dangers des réseaux sociaux qui sont loin d'être le reflet de la réalité et qui peuvent cacher bien des souffrances. Mais l'autrice évoque également la dépendance affective et la difficulté de se sortir d'une situation de violence conjugale quand la parole des victimes est toujours remise en cause et/ou que la victime est trop isolée et détruite pour être capable de se sortir de l'emprise de son bourreau, du moins sans aide… Cette thématique des violences conjugales est de plus en plus abordée dans les thrillers, et je trouve cela très bien parce que dans la réalité, un gros travail de sensibilisation et de protection reste à faire.
En conclusion, alternant entre la vie de deux femmes que tout oppose, mais qui ont peut-être plus en commun qu'on pourrait le croire, l'autrice, d'une plume vive et fluide, nous plonge dans un thriller psychologique efficace dont la révélation finale m'a surprise, tout en s'imposant à moi comme une évidence. Si vous aimez les histoires emplies de suspense et de tension, qui jouent avec brio sur les mensonges, les apparences et les faux-semblants, les héroïnes au comportement parfois contestable, mais possédant cette fragilité qui les rend attachantes, et les révélations inattendues, Qui a tué Rose est fait pour vous !
Lien : https://lightandsmell.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Valmyvoyou_lit
  28 avril 2022
Emily en est persuadée : c'est elle qui devait mourir et non pas cette femme, décédée sous ses yeux, renversée par un chauffard, qui a pris la fuite. Si Emily ne lui avait pas cédé le passage à la sortie du centre commercial, c'est elle qui aurait été heurtée par le véhicule. Elle est persuadée que Ben, son ex, est revenu pour achever de la détruire. Aussi, bien qu'elle soit témoin du drame, elle n'attend pas la police, elle a trop eu affaire à elle dans le passé. Cependant, Emily est incapable de reprendre le cours de la vie qu'elle peine à reconstruire : elle est obsédée par le drame auquel elle a assisté. Elle espionne les proches de la victime, en lisant les publications sur Facebook. Elle culpabilise d'être vivante et envie Rose. Elle comprend qu'elle était très aimée et avait une existence de rêve. Mariée et mère d'un enfant, elle travaillait dans un cabinet dentaire. Emily postule à son poste et est embauchée.

Emily voue une véritable obsession au destin arrêté de Rose. Fragilisée par sa relation avec Ben, elle ne voit pas les signaux indiquant un danger. Alors que son expérience devrait lui avoir enseigné que les réseaux sociaux ne sont que la face visible d'une personne, elle pense tout connaître de la défunte et aimerait avoir le même bonheur qu'elle. Alors qu'elle le vit par procuration, elle aimerait qu'il devienne réalité. A travers elle, l'auteure dénonce les dangers des réseaux sociaux, mais aussi rappelle que les publications ne révèlent que ce que l'on veut montrer. Souvent, le meilleur…

Qui a tué Rose explore les différentes facettes de la personnalité des personnages. Il est difficile de savoir qui était, réellement, visé le jour de l'accident. Qui joue avec les apparences ? Chaque geste peut s'interpréter différemment, selon les motivations de chacun. L'inquiétude au sujet d'Emily grandit : est-elle actrice ou victime des évènements ? Est-elle aussi naïve qu'elle le paraît ? L'entourage de Rose est-il sincère ? Les portraits sont si bien ciselés que nos doutes oscillent : la vérité semble se cacher dans les détails.

J'avais adoré Ne la quitte pas du regard, le livre précédent de Claire Allan, même si j'avais anticipé les rebondissements principaux de l'intrigue. Cette fois, j'ai été baladée par l'auteure. Bien que j'aie imaginé différents scénarios, je ne suis pas parvenue à résoudre l'intrigue. Aussi, je me suis méfiée quand rien ne le justifiait et j'ai fait confiance aux mauvais indices. J'ai adoré Qui a tué Rose.

Lien : https://valmyvoyoulit.com/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Analire
  16 juin 2022
Après Ne la quitte pas du regard, un polar psychologique qui m'avait beaucoup plût, Claire Allan sort son nouveau roman : Qui a tué Rose ?, un thriller glaçant, avec une dose de suspense tout à fait délectable.
Emily, notre protagoniste, assiste impuissante au meurtre de Rose, une passante, sauvagement renversée par un automobiliste qui prend la fuite. Dès lors, curieusement, la jeune femme ressent une irrésistible envie d'en apprendre plus sur la victime. Elle la cherche sur les réseaux sociaux, lit tous les articles qui la concernent et va même jusqu'à s'imaginer dans sa vie, aux côtés de son mari et de son petit garçon. le point de bascule survient lorsqu'elle décide de postuler au poste laissé vacant par la défunte… et se retrouve embauchée comme assistante dentaire. Elle apprend à connaître les anciennes collègues de Rose, rêve de bâtir de solides amitiés avec elles… et découvre le mari de Rose, qui vient en consultation au cabinet pour son petit garçon. le coup de foudre est immédiat, brutal, sans équivoque.
Comme dans Ne la quitte pas du regard, le suspense est à son comble et monte crescendo. le profil psychologique d'Emily est particulièrement bien construit, puisque c'est un personnage auquel on s'attache facilement, tout en gardant quand même une certaine distance, rendue indispensable par ses agissements, qui parfois, dépassent l'entendement. Une certaine gêne s'installe, qui s'accentue au grès des événements malsains qui se déroulent sous nos yeux impuissants. Enfin, le mari, Cian, est un personnage également très intéressant, à la psyché complexe, que l'on apprend à connaître au fil des pages. le mari idéal, attentionné et bienveillant que peut décrire Rose dans ses publications sur les réseaux sociaux, ne serait-il que façade ? Les apparences sont parfois trompeuses, il faut se méfier de ce que certaines personnes sont capables de faire.
Néanmoins, comme dans Ne la quitte pas du regard, j'ai trouvé le scénario un peu simpliste. Il faut dire que j'ai déjà eu l'occasion de lire un paquet de polars, aux intrigues qui vont de la plus basique à la plus emberlificotée. Ici, l'histoire plaira forcément aux novices du genre, qui apprécieront l'intrigue et le retournement de situation final.
Un polar à suspense, aux personnages psychologiquement bien construits, mais au scénario un peu trop simpliste pour les amateurs du genre, qui y trouveront forcément un goût de déjà lu.
Lien : https://analire.wordpress.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140

Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
AnalireAnalire   27 mai 2022
On partage trop, vous savez. Tous autant que nous sommes. Même ceux d'entre nous qui affirment le contraire. Notre comportement nous trahit. Ce qu'on "like" - ou pas. Les comptes que nous suivons. Les vêtements que nous portons sur nos photos. Les citations que l'on poste - ou pas. La musique que l'on partage. Ce qu'on écrit quand on est fatigué. Quand on est sous le coup d'une émotion. Ou quand on est pompette.
Toute une vie que l'on expose à la vue des autres. Toute une vie que l'on s'invente. On en arrive bizarrement, en désespoir de cause, à prendre notre existence virtuelle sur Facebook pour notre vie réelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
AnalireAnalire   26 mai 2022
Comment faisons-nous pour surmonter tout ça ? ai-je pensé. Toutes ces tragédies que la vie nous inflige. Toutes ces embûches semées sur notre route.
Commenter  J’apprécie          50
rkhettaouirkhettaoui   23 avril 2022
Aucune photo du véhicule n’avait été prise – mais un type était en train de filmer cette femme qui se vidait de son sang sur la chaussée. Il essaierait de vendre sa vidéo aux journaux, à moins qu’il ne la publie sur Facebook. Car elle ne manquerait pas d’attirer les « likes ». Une fillette, huit ans environ, hurlait. Ses cris perçants couvraient tout le reste. Sa mère l’a prise dans ses bras pour l’empêcher de regarder la scène. Mais c’était trop tard. Le mal était fait. Tout autour on s’activait pour faire le nécessaire. Quant à moi, je restais plantée là – à soutenir son regard.
Car ç’aurait dû être moi. C’est moi qui aurais dû être étendue sur la chaussée, l’asphalte se teintant de rouge écarlate tout autour de moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
soniaboulimiquedeslivressoniaboulimiquedeslivres   20 avril 2022
Mon existence virtuelle,où tout était parfait et sublimé, j’avais eu beaucoup de mal à en faire le deuil quand tout s’est effondré. Car je connaissais des gens – dont j’avais sans doute tout fait pour attirer la jalousie – qui auraient pris un malin plaisir d’assister à ma dégringolade.
Commenter  J’apprécie          10
LaurelaliseuseheureuseLaurelaliseuseheureuse   24 avril 2022
Et même si l’idée de prendre la place d’une femme morte – ne fût-ce que partiellement – était un peu morbide, ce n’est pas comme si elle était aujourd’hui en mesure de protester.
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : roman anglaisVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2498 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre