AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791097270025
Éditeur : Leha (23/06/2017)

Note moyenne : 3.6/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Qui a dit que les monstres n'avaient pas d'âme ?
Dans un monde dominé par les humains, où la magie est à peine plus qu'un soupir, les créatures mythiques de l'ancien temps (sphinx, minotaure, manticore, hydre, faune...) essaient tant bien que mal d'exister.
Dans cet univers imaginaire et extraordinaire, quand elles ne sont pas simplement considérées comme de pures fictions, elles passent désormais aux yeux des hommes pour des monstres.
Le sont-e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Demoiselle-Coquelicote
  17 décembre 2017
Croyez-le ou non, je suis objective quand je dis que L'Éveil des chimères est une merveille. Je m'en vais vous démontrer ça.
D'abord, le style. Changeant d'un texte à l'autre, il est toujours travaillé, toujours adapté à l'histoire racontée et à la chimère présentée. L'auteur maîtrise la langue française bien mieux que la moyenne de nos contemporains (moi y compris bien sûr) et c'est tellement agréable de lire un bouquin si bien écrit ! Éric Amon admire, à raison, Jean-Philippe Jaworski (qu'il m'a fait découvrir d'ailleurs). La plume est différente, mais le souci des mots, les phrases ciselées, l'attention prêtée tant au fond qu'à la forme sont là et la comparaison se tient !
Ensuite, la structure narrative. L'Éveil des chimères n'est pas un roman mais ce n'est pas non plus un simple recueil de nouvelles. Celles-ci sont enchâssées dans un ensemble cohérent, solide et bien construit, qui se révèle au fur et à mesure de la lecture, jusqu'à la toute fin. Elle est tortueuse comme ces chimères dont la nature est si difficile à cerner mais cohérente comme l'univers où elles évoluent. Les points de vue narratifs sont tout aussi bien pensés. Certaines nouvelles sont rédigées à la première personne, d'autres d'un point de vue élargi à la troisième personne. L'une d'elles, qui compte parmi mes préférées, est écrite à la deuxième personne. Je n'avais jamais lu ça et surtout, je n'aurais jamais cru que cela fonctionnerait, et pourtant c'est parfait ! On trouve également une petite pièce de théâtre en huis clos.
Les créatures chimériques sont souvent mises en scène dans les romans de genre fantastique ou fantasy. Ici, Éric Amon ne se contente pas d'un dragon ou de sirènes et tritons. le panel, qui puise dans la mythologie grecque et ailleurs, évolue dans un monde plutôt médiéval que l'on apprend à connaître au fil des textes. Chaque fois que l'on commence à en lire un, on s'interroge sur la créature que l'on va rencontrer, et chaque fois elle est présentée de manière différente, souvent inattendue.
Quelques mots pour finir sur mes textes préférés. Impossible de les classer mais j'adore particulièrement Gnosse en ses méandres que j'avais déjà lu et dont je parlais plus tôt, pour sa structure parfaitement adaptée à son récit et qui rend hommage à l'excellent Déchronologue de Stéphane Beauverger, ainsi que sa narration exceptionnelle ; Au-delà presque l'horizon qui arrive sur la fin, vient éclairer de nombreux points, poser de belles interrogations et par certains aspects m'a rappelé La Horde du contrevent ; La Confrérie qui est prenante jusqu'au bout, le roman dans les nouvelles.
Je conclus en ajoutant que j'ai offert ce livre à un ami féru de fantasy qui a également adoré sa lecture. Il n'y a pas que moi qui le dis, L'Éveil des chimères est un exemple virtuose de la fantasy française !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Nenvyal
  09 décembre 2017
Merci à Babelio et aux éditions Leha pour m'avoir permis de donner mon avis ! =D
En lisant le résumé, je ne pensais pas lire des nouvelles. En fait j'imaginais autre chose. C'est une ode à la magie, aux créatures parcourant les contrées et à la nature. Je ne sais pas comment d'écrire ce roman. C'est un récit, enfin plusieurs récits qui racontent des histoires qui au fil des pages sont liées, se croisent mais surtout parlent de cette même région de terre. J'ai vraiment eu du mal au début de ma lecture et en plus j'étais malade, ce n'était pas extra. Quand j'ai commencé à avancer, j'ai beaucoup plus apprécié le roman. Où l'auteur nous amène ? Pourquoi ce schéma de nouvelles ? Est-ce qu'elles sont chronologiques ? Ont-elles un lien entre elles ? Les Chimères se dévoilent, se racontent et se livrent.
Ce roman est comme un livre de mystère, de secret. Aarg, difficile de décrire le ressenti en le lisant. Il mêle peine et espoir. Un air enchanteur qui pousse à continuer et à découvrir les mystères autour du livre mais surtout ce qui semble le lien entre les nouvelles. Comme je le disais, j'ai vraiment eu du mal au départ, je n'arrivais pas à être dedans. J'avais également du mal avec le style de l'écriture. Quand j'ai apprivoisé tout ça, j'ai pris plaisir à découvrir le roman. Des histoires diversifiées, avec des points de vue différents, parlant de la vie, de l'Histoire (j'insiste sur le H majuscule !) et de magie. Une galerie de personnages qui nous touche plus ou moins, se dévoilant, se questionnant. Une remise en question de l'être Humain, des pensées philosophiques, une auto dérision sur la société, une caricature théâtrale de la société, question existentielle dans un monde d'humains et du rejet de la différence… Qui est le monstre ? Qui est l'humain ? Qu'est-ce qu'un monstre ? Qu'est-ce qu'un humain ? Qu'est-ce que ça veut dire exactement être humain ou être Chimère ? Peut-on mettre des espèces au-dessus des autres ? Beaucoup d'interrogations en sous-marin. Des fils qui se transforment en toile pour former un ensemble où on commence à percevoir la trame du roman. Même si je me questionne sur cette dernière. Vraiment difficile de décrire tout ça. Je ne sais pas trop si j'ai compris la fin. En elle-même, la fin est géniale. En fait, y a des énigmes qui resteront sans réponses.
En plus, les illustrations donnent un plus. Elles sont magnifiques et la couverture n'en parlons pas, j'adore !
L'écriture de Éric Amon est riche, un brin poétique, métaphorique et en quelque sorte envoûtante. le ton des phrases, leurs constructions et les narrations (omniscient, externe et interne) sont un atout et nous ensorcellent à leur manière en nous chantant les secrets des vies décrites et du mystère de la magie. Une plume magnifique et riche. Il y a beaucoup de description et les dialogues étaient les bienvenues pour souffler un peu. C'est déstabilisant au commencement mais après, ça allait. Et difficile à suivre pour certaines personnes.
« Ce sont de curieuses petites choses, les mots, quand on y pense. Toute la vie durant, nous tâtonnons dans la grande nuit, sans nous rendre compte de tout ce que nous leur devons. Ils font partie du décor. Ces petites perles de verre apparemment insignifiantes dédoublent le monde, et qu'on en soit conscient ou non, bien souvent le détournent. Plantés dans le mauvais terreau, les voilà qu'ils se font les germes du malheur. Mais peut-être aussi, quand on parvient à en user correctement, avec force prudence et circonspection, permettent-ils d'affiner notre vision des choses et ainsi d'irriguer le monde et les êtres en retour. Sans eux, la confusion, la cécité, l'errance sans queue ni tête au coeur de ténèbres sans nom. Avec eux, quelques fragments de clarté. Parfois. »
C'est un roman mêlant souffrance et espoir, quête initiatique/existentielle, d'interrogation sur l'être en général ou simplement sur la vie des individus qu'on découvre au fil des pages. Des nouvelles plus ou moins longues qui se révèlent difficilement et puis enchanteresses. Après avoir eu du mal en débutant le roman, j'ai pris plaisir à lire toutes ces histoires et surtout à cet ode poétique de l'Éveil des Chimères.
Lien : https://de-fil-en-histoire.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LeManegeDePsylook
  28 novembre 2017
Je remercie Babelio ainsi que les éditions Léha pour leur confiance.
J'ai commencé cette lecture il y a un peu plus de dix jours, j'avais misé sur une petite semaine pour le lire – une petite cinquantaine de pages par jour, c'était largement faisable – malheureusement, je n'ai pas réussi : ma chronique aurait dû paraître il y a déjà deux jours, seulement, j'ai bloqué sur le récit et la façon dont il est développé.
J'ai fait plusieurs jours de gros forcing lecture néanmoins, je n'ai pas du tout accroché. Les cent cinquante et une premières pages sont laborieuses – sauf l'histoire du faune que j'ai adoré et j'aurais aimé que chaque aventure soit du même acabit mais cela n'a pas été le cas. du coup, j'ai fini par abandonner à 48%, n'en pouvant plus.
Que j'ai continué à me forcer à lire dans ces conditions peut paraître aberrant, même pour un SP, mais il y a une raison toute simple, c'est que j'ai adoré le style d'écriture de l'auteur : il a des mots très justes, des phrases poétiques que j'ai pris plaisir à lire voire à relire pour certaines. J'avais envie que quelque chose se passe, que le développement des histoires me parle autant que les discours d'Eric Amon, mais ce ne fut pas le cas.
Dans les premières pages, chaque chapitre est en réalité une nouvelle sans lien apparent autre que le monde dans lequel elle prend vie : c'est le seul fil rouge, qui plus est est ténu, quelques références de-ci de-là à l'une ou l'autre ville.
Ainsi, on découvre des bribes d'histoire sur des créatures qui pour certains humains sont des monstres, pour d'autres d'anciens dieux mais qui, quoiqu'il arrive, font peur et sont persécutés pour une raison ou une autre : leur différence, leur horrible apparence, les superstitions, etc.
Ainsi, j'ai suivi le Sphynx qui fuit, d'anciens rois de Lacustre qui vivent dans la cité de leur conquérant, la manticore qui découvre le cadavre d'une enfant, crime qu'on risque de lui imputer, le faune qui se cache derrière une apparence normale et tente de survivre dans sa solitude, la cité de Lescinq pour qui le chiffre cinq est sacré ou la confrérie qu'on retrouve de façon plus développée que dans le second texte – et légèrement avant, chronologiquement parlant… Je me suis arrêtée là.
Ce ne sont pourtant pas les raisons avancées précédemment qui m'ont bloquée, contrairement à la suite :
Au début, les histoires nous sont rapportées à la première personne ce que j'ai trouvé assez désagréable. Cela permet bien entendu de mettre un peu de mystère quant à l'apparence de la créature qui nous parle, mais personnellement, cela m'a juste énervée : j'ai trouvé cela inutile et si dans un premier temps, je jouais le jeu, je m'en suis rapidement lassée pour me rendre systématiquement à la fin du chapitre pour découvrir la sympathique illustration me révélant l'identité du protagoniste.
Et surtout, cela demandait à chaque fois de faire table rase de ce qu'on avait lu précédemment, de l'attachement qu'on avait fini par ressentir pour le protagoniste pour repartir à zéro – déjà que ça prenait la moitié de la nouvelle. Et à chaque nouveau récit, il fallait donner à nouveau le même investissement pour un résultat nul puisque la nouvelle s'arrêtait en pleine action – ce qui est aussi frustrant qu'épuisant.
Mais je crois que ce qui m'a achevée, c'est ce manque de fil rouge, ça donne la sensation d'un récit décousu. Certains pourront avancer que c'est original… je suis tentée de dire que l'originalité n'est pas gage de qualité. J'aurais préféré qu'à la fin du chapitre Notre secret, le héros devienne narrateur, tout était fait pour… mais non.
Bref, je n'attendais pas grand chose de cette lecture autre que de passer un bon moment… c'est raté. Ç'aura été une déception, dommage.
Lien : https://psylook.kimengumi.fr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LeslivresdeNancy
  18 octobre 2017
Un roman qui parle de chimères, toutes ces créatures présentent dans la mythologie... Je ne pouvais vraiment pas passer à côté de cette lecture. Ado, j'étais une très grande fan de mythologie et c'est avec plaisir que je me suis plongé dans ce roman à la découverte de toutes ces chimères.
Tout d'abord, je trouve que c'est un très bel objet livre. La couverture est vraiment très belle et le livre est parsemé de très jolies illustrations représentant le plus souvent les chimères.


Quand j'ai eu "L'éveil des chimères" entre les mains, je pensais avoir un roman avec une seule histoire continu. Et je me trompais complètement. Dès les premiers chapitres, on passe d'une histoire à une autre sans transition. Cela m'a un petit perturbé au début de ma lecture, mais au fil des pages, on peut se rendre compte que certaines histoires et chimères se rejoignent pour nous offrir une histoire et un dénouement assez inattendues.
"L'éveil des chimères" ressemble beaucoup à un recueil de nouvelles avec un fil conducteur qui rassemble les nouvelles pour au final ne formait qu'une seule histoire.
Après un début un peu compliqué, je me suis retrouvé entraîner dans cette histoire à la découverte des différents monstres de la mythologie (Manticore, Minotaure, Sirène...). Si dans de nombreux romans de fantasy nous suivons l'histoire du point de vue des humains qui combattent des créatures souvent maléfique, dans "L'éveil des chimères" nous suivons l'histoire du point de vue des différentes chimères. J'ai trouvé que c'était vraiment très original et cela permet d'humaniser les différentes créatures.
Toutes ces histoires, plus ou moins longues pour certaines, sont passionnantes et captivantes, mais malheureusement elles ne se finissent pas toutes bien.
Ce roman mettant en scène toutes ces fabuleuses créatures dans un monde majoritairement composé d'être humain a un côté assez philosophique qui amène le lecteur à réfléchir sur différents sujets comme la différence, la tolérance et le respect d'autrui.
J'ai personnellement adoré ma lecture. Malgré la narration assez éclatée qui peut s'avérer vraiment très surprenante et déroutante, on se laisse finalement au fil des pages captiver par toutes ces différentes histoires.
De plus, j'ai beaucoup aimé la plume de l'auteur. Eric Amon utilise plutôt un langage soutenu et sa plume est riche, poétique, fluide et vraiment très agréable à lire.
En bref, une excellente lecture très originale mettant en scène différentes chimères. Si la narration éclatée et le langage soutenu ne vous font pas peur, je vous conseille grandement cette lecture.
Lien : http://les-livres-de-nancy.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
cocomilady
  02 octobre 2017
Un roman original, mais une intrigue bizarrement développée.
Ce roman nous invite à découvrir le quotidien de créatures mythiques qui tentent de subsister au milieu d'humains qui les persécutent et veulent leur mort. le bien et le mal se retrouvent inversés, le monstre n'est pas celui qu'on croit, et c'est souvent le cas...
Pour commencer, je peux dire que j'ai aimé le thème et la réflexion philosophique qui découle de ce roman. Elle permet de remettre l'Homme en question et de voir les choses sous une angle nouveau. Par contre, j'ai pas mal de bémols à émettre qui ont malheureusement mitigé mon avis.
Dans la première partie de ce roman, j'ai eu un doute. Je me suis demandé si je lisais un recueil de nouvelles fantastiques ayant pour thème les chimères, ou bien un vrai roman avec une intrigue suivie. En effet, on passe sans transition d'une histoire et d'un personnage à l'autre, et en apparence sans point commun entre eux, ce qui m'a un peu dérangée, je le reconnais. Mais au bout d'un certain temps, on se rend compte que certaines histoires et créatures se rejoignent enfin et nous délivrent un dénouement inattendu, mais intéressant.
Les intrigues se mêlent de réflexions philosophiques et sont narrées par une plume poétique, mais trop châtiée à mon goût, ce qui a alourdi pas mal ma lecture. En effet, entre une intrigue bizarrement développée, des histoires en apparence sans liens entre elles, beaucoup trop de descriptions et d'explications au détriment de l'action et du dialogue, la lecture est un peu trop fastidieuse, ce qui est dommage car le thème, tout comme le dénouement, sont originaux et bien pensés.
N'hésitez pas à le découvrir pour vous faire votre propre opinion !

Lien : http://cocomilady2.revolublo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

critiques presse (1)
Actualitte   25 juillet 2017
Qu’on se le dise : L’Éveil des Chimères, c’est avant tout une expérience de lecture. Car il ne s’agit pas là d’un simple roman de fantasy, ou d’un simple roman tout court.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Demoiselle-CoquelicoteDemoiselle-Coquelicote   17 décembre 2017
Que fait-il, à la base ? Il ne fait qu’amplifier notre sensibilité. Nous évoluons dans un monde où, pour survivre, nous devons nous barricader l’âme et le cœur. Résister au poids que la société fait peser sur nous, résister aux blessures que la vie nous a infligées, résister encore et toujours afin d’être capables de rester debout et d’avancer. mais que soudain, un air de musique puisse nous mettre à nu, comme on éplucherait l’écorce d’une orange peut-être, alors ça nous semble terrible, épouvantable. Nous nous cabrons de toutes nos forces. Pourtant n’y aurait-il pas, parfois, des vertus à baisser la garde et à perdre le contrôle ? À embrasser notre vulnérabilité ? Quand kla charge du violon m’échut, il me sembla que de pouvoir en jouer était une chance incroyable :il me permettrait de restituer aux hommes le sentiment de leur humanité. C’est-à-dire, par conséquent, de rendre le monde meilleur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Demoiselle-CoquelicoteDemoiselle-Coquelicote   17 décembre 2017
J’entends encore la voix léonine du mentor qui a compté le plus pour moi. Le monde tel qu’on le connaît, affirmait-il, est comme le déroulé d’un poème symphonique : Ourobore, à l’ouest, tout au bord, le premier mot, la clé de sol, du sol sous nos pieds, et qu’on prétend le berceau de toute chose, puis primevers, c’est-à-dire le premier vers, pour certains le premier dragon, mais également et surtout le pays du printemps, ensuite ce qu’il reste des Terres d’été, le continent déchiqueté, ce qui fut et a été, puis les Contrées d’Automne, dont les fragments d’ombre, Eniocre, Octambre et Décombrie, s’agrégeant avec la flamboyante Phénicée, ont formé la nébuleuse Vertumne, et enfin, voilà le Cratère de l’Hiver, la strophe de la catastrophe, où viennent s’échouer les rêves et prendre fin tous les refrains…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
manollemanolle   25 juillet 2017
Entre le chant des astres et le poids des armatures, l'eau vive des sentiments et le fracas de l'acier, les rêves vibrants au cœur des pierres et l'ombre portée des fils de l’Énigme, il existe maints chemins que l'on peut emprunter.
Commenter  J’apprécie          00
Demoiselle-CoquelicoteDemoiselle-Coquelicote   17 décembre 2017
Un soupçon de curiosité et de fascination surnageait toutefois au milieu de l’odeur aigrelette de l’angoisse. Que virent-ils ? une impossibilité. Un fragment de passé oublié.
Commenter  J’apprécie          00
Demoiselle-CoquelicoteDemoiselle-Coquelicote   17 décembre 2017
Le sexe, comme une pièce rapportée ; l’humain, comme un hybride qui s’ignore, songea Silence avec saisissement.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : chiméresVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
998 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre