AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2259264689
Éditeur : Plon (09/01/2020)

Note moyenne : 3/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Au cours de son enfance faite de hauts et de bas au sein de la classe ouvrière du nord de l’Angleterre, Lucy a toujours pu compter sur sa mère ̶ mystérieuse et réconfortante, férocement aimante, inlassablement dévouée. Une mère dont les choix, souvent difficiles, ont façonné le désir de sa fille et son rapport à la séduction, son sens du devoir, son inextinguible soif d’insouciance.
Lorsqu’elle arrive à Londres à l’aube des années 2000 pour y poursuivr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Valmyvoyou_lit
  14 février 2020
A la mort de son grand-père, Lucy quitte l'Angleterre et se réfugie dans le cottage de son aïeul, en Irlande. Elle revient sur son enfance, son adolescence, sa vie étudiante et alterne entre le passé et le présent. Les chapitres sont très courts, le plus souvent, un seul paragraphe, et le récit est entrecoupé par des messages d'amour envers sa mère. Cette dernière est aimante, mais n'a pas toujours fait les bons choix. Ce sont ceux-ci qui ont façonné la personnalité de la narratrice. Quant à son père, il est alcoolique et a l'habitude de disparaître. le retour sur son passé est une conséquence de la fugue de trop de ce dernier.

La jeune femme raconte sa jeunesse dans une cité ouvrière du nord de l'Angleterre. Elle parle aussi de ses espoirs lorsqu'elle a eu la chance de faire ses études à Londres, grâce à une bourse. Or, la vie citadine a été une grande désillusion : elle ne s'attendait pas à ressentir une telle différence de classe. A force de chercher à ressembler aux autres, elle a fini par se perdre elle-même. Il a fallu l'inquiétude au sujet de son père pour qu'elle entende celle qu'elle a été pour pouvoir grandir.

Comme des fragments de journal intime, ce roman est un condensé de pensées, de bribes de vie, de sentiments et de poésie. Lucy se livre entièrement, mais paradoxalement, elle le fait avec pudeur. Il faut parfois lire à travers les mots, recouper avec des passages plus anciens. En effet, il n'y a pas d'ordre chronologique et il ne semble pas avoir de classification, comme lorsque les souvenirs remontent et que l'un entraîne l'autre.

Mon vécu n'est pas le même que celui de l'héroïne, aussi, je ne me suis pas identifiée à elle, cependant, je l'ai écoutée comme lorsque l'on écoute une amie, sans juger, en l'entendant, même si je ne pouvais pas me projeter. J'ai suivi son cheminement, avec bienveillance. Même si je ne suis pas certaine d'avoir compris la profondeur de son message, j'ai adoré ce livre. Je pense que je n'ai pas cerné l'entièreté du sens, mais j'ai aimé me laisser porter par la vague. C'est un sentiment étrange et apaisant, à la fois. C'est un très beau roman d'apprentissage.

Je remercie sincèrement les Éditions Plon pour ce service presse.

Lien : https://valmyvoyoulit.com/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
maud31
  22 mars 2020
Une histoire quelque peu autobiographique et longuette , un roman initiatique, le passage de l'adolescence à l'âge adulte. Surtout une écriture fort originale et poétique.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   28 mars 2020
Il y a tellement de tendresse dans les oreillers le matin et les après-midi pluvieux. Et pourtant ça ne suffit toujours pas. Il y a toujours une boule dure dans mon ventre. Elle s’interpose entre nous. Tu es à moi, entièrement ? demande-t-il, et je lui réponds que oui. Mais je mens. Je ne veux pas lui appartenir. Je veux garder des parts de moi. Cette chose rugueuse en moi m’empêche de m’approcher trop près de lui. Des sentiments infusent entre mes os. De grands sentiments. Embarrassants. Des rêves si éblouissants que j’ai du mal à les garder pour moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   28 mars 2020
La sueur est nourrissante, comme l’odeur acidulée du sexe féminin dont les hommes plus tard me diront qu’il a le goût du liquide de batterie. Mais il n’y a encore aucun homme. Pour l’instant, nos secrets n’appartiennent qu’à nous. Tu me presses contre ta poitrine et je suis toi et je ne suis pas toi et nous n’appartiendrons pas toujours l’une à l’autre, néanmoins pour l’heure il n’y a que nous et tout est calme. Je suis bercée par ta respiration dans ce lit. Nous sommes toutes deux à l’abri dans le rose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   28 mars 2020
On me tripote et on me touche sans mon accord. Mains qui effleurent des jambes, regards qui rôdent dans la pénombre. Au début ça m’électrise parce que ça a l’odeur de l’âge adulte : le parfum et la peur. Doigts qui se glissent quelque part sans que j’aie rien demandé : choc qui ressemble à un jet d’eau froide, qui rend le contour des choses tranchant durant une ou deux minutes. Je suis trop grande pour que tu me serres dans tes bras à présent, mais il y a des individus plus grands que toi dans la nuit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   26 mars 2020
Comment apprendre à connaître ce bébé ? Cet être qui fait à la fois partie de nous et pas encore. Nous posons nos mains sur lui, si petit. L’odeur de son talc m’écœure. Je veux noyer mon visage dans sa douceur duveteuse, mais je ne peux pas. Il y a toujours des murs entre nous. Des lits,des couvertures et des médecins. Lui et moi avons été façonnés à partir de la même étrangeté, et pourtant les mots créent des fossés. Ces sons qu’il ne connaîtra jamais. Bouilloire qui bout. Portière qui claque. Murmures frénétiques en pleine nuit. Tes mains peuvent lui servir d’interprètes, mais je suis encore petite et j’ai besoin de me raccrocher à quelque chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   26 mars 2020
Je pense que l’une des raisons pour lesquelles cet endroit m’apaise, c’est que j’ai le pouvoir d’y choisir mes propres mots. À Londres, j’étais constamment assaillie par les publicités dans le métro, les panneaux, les affiches, la musique, les annonces et les bribes de discussions d’inconnus. Ici il y a moins de mots. Il n’y a pas une seule publicité. Je n’absorbe aucune information par osmose. Je dois me mettre en quête active du monde extérieur pour me souvenir de son existence. Je suis en mesure de choisir quels mots pénètrent dans ma tête. Il y a moins de bruit parasite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : relations mère-filleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1099 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre