AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782253936916
640 pages
Le Livre de Poche (27/04/2022)
3.7/5   140 notes
Résumé :
Les frères Florio, Paolo et Ignazio, montent une épicerie à Palerme en 1799. Ambitieux mais rivaux en amour, ils deviennent des hommes riches et puissants.
Vincenzo, le fils de Paolo, reprend l'affaire familiale à la mort de son père et construit l'empire Florio. Le succès de Vincenzo, considéré comme un parvenu par la bonne société palermitaine, en irrite plus d'un.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (30) Voir plus Ajouter une critique
3,7

sur 140 notes
5
7 avis
4
13 avis
3
6 avis
2
2 avis
1
0 avis

krzysvanco
  02 juin 2021
Avant de l'offrir, je viens de relire en version française ce livre lu en italien il y a deux ans.
le même plaisir de lecture à subsisté, , je vais d'ailleurs me procurer le second tome de cette saga qui vient de sortir en Italie.
C'est un roman historique. Ce premier tome nous relate l'histoire de la famille Florio qui suite à un tremblement de terre en Calabre décidé de s'établir en Sicile.
Les débuts sont pénibles mais grâce à son travail, son esprit d'entreprise, sa clairvoyance, elle bâtir un véritable empire et dans des secteurs diversifiés: herboristerie pour commencer mais s'étendant ensuite à la soie, au quinquina. Au soufre, à la dentelle, au thon à l'huile et au vin
Nous suivrons le destin de trois générations de cette famille partie de rien, les brimades qu'elle a dû endurer, le mépris auquel les palermitains de souche lui témoignent, et enfin le profond dédain de l'aristocratie devant elle Malgré sa richesse, ce ne sont que des “hommes de peine”.
Les caractères sont tranchés et intéressants.
Une généalogie en fin de volume nous aide à situer les personnages.
J'ai apprécié les brèves introductions aux divers chapitres exposant la situation politique de la Sicile au fil du récit. A travers cette famille, c'est l'histoire mouvementée de la Sicile qui se livre, ses luttes contre les Bourbons, ses velléités d'indépendance, la conquête de Garibaldi et le rattachement à l'Italie de Victor-Emmanuel II.

J'attends avec impatience le second tome, on devrait y découvrir le déclin et la chute de cette dynastie
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          524
Mimeko
  02 juin 2022
Abandon page 263 sur 640 pages, et pourtant le sujet et le contexte étaient intéressants, une saga familiale qui voit les frères Florio, quitter leur Calabre natale après un puissant tremblement de terre pour Palerme en Sicile, afin d'y ouvrir, au tout début du dix neuvième siècle, une échoppe et y vendre des épices, très recherchés et rares à l'époque. Malheureusement la narration assez terne, des personnages assez bien décrits mais sans élan romanesque et un style (ou une traduction) un peu scolaire ont eu raison de mon intérêt; malgré cela j'ai quand même appris quelques détails sur le quinquina, à la base de nombreux médicaments, et qui a fait l'objet de guerres commerciales acharnées.
Un roman dont j'attendais beaucoup mais les lions de Sicile se sont avérés bien décevants...
Commenter  J’apprécie          362
EmiC
  13 mai 2022
Premier tome de cette saga sur la dynastie Florio qui commence en 1799 quelque part en Calabre et se termine pour ce premier opus en 1868 à Palerme. Car oui ces calabrais décident un jour de tout plaquer et d'aller tenter leur chance en Sicile. Cette épopée est menée d'une main de fer par le patriarche Paolo et son frère Ignazio plus en retenue. Ils aimeront tout deux la même femme, mais Giuseppina a choisi et le regrettera jusque sur son lit de mort. Ils commencent à devenir riche après leur installation en tant que vendeurs d'épices dans un vieux quartier de Palerme, puis négociants, marchands, revendeurs de toutes sortes de denrées, surfant sur les modes de l'époque. Ils se feront difficilement accepter dans le milieu bourgeois, eux pour lesquels la fortune s'est bâtie en quelques années, si pauvres auparavant.
Ici sont dépeints des personnages hauts en couleurs, ils sont foisonnants et d'ailleurs un arbre généalogique de la famille est présent en fin d'ouvrage pour nous aider à nous repérer. L'écriture du moins la traduction rend bien compte je pense de l'atmosphère de l'époque, des épidémies, des conflits entre les Bourbons, Napoléon... D'ailleurs j'avoue ne pas avoir réussi à comprendre les subtilités de cette période historique malgré les rappels la concernant à chaque début de chapitre. Peu importe le contexte historique, je me suis laissée aller à suivre la vie de cette famille et son ascension sociale. D'ailleurs pour finir, je ne sais pas de combien de tomes sera composée cette saga, mais le rythme est soutenu et parfois trop rapide entre vie et mort des personnages.
Il me tarde de lire le deuxième tome déjà traduit en français !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          221
Laureneb
  21 août 2021
Contrairement à de nombreux lecteurs, le charme n'a pas opéré sur moi.
Certes, il y a le beau décor de la Sicile, dont rien ne manque : une mer bleue, des odeurs de citronniers et de jasmin, du thon à l'huile, des mines de souffre, des palais et des villas... C'est joli, mais très attendu, très "décor de carte postale" : les descriptions manquent de finesse.
Certes, il y a un contexte historique - j'ai bien aimé les pages purement historiques avant chaque chapitre, qui éclairent le contexte particulièrement mouvementé de l'île au début du XIXème siècle, entre successions de souverains et de révoltes. Mais j'ai eu l'impression que tout cela passait trop vite, le livre s'étend sur une longue durée, et aucun événement n'est vraiment approfondi, il y a beaucoup d'ellipses. Et on confond donc tous ces moments historiques.
Mais surtout, ce qui m'a empêché d'apprécier vraiment le récit, c'est le manque de consistance et de profondeur des personnages. Si le postulat n'est pas vraiment original - une famille de migrants partis de presque rien - ce sont des commerçants qui ont un navire, le traitement aurait pu l'être. Mais j'ai eu l'impression d'une progression linéaire et exponentielle - ce qui tient en partie d'ailleurs au rythme rapide, trop sans doute, du récit, qui n'évoque que des réussites, des succès et donc les différentes étapes de l'enrichissement. Il n'y a pas d'obstacle véritable. Et les personnages sont très monolithiques, les femmes pourraient être intéressantes par leur caractère, quand elles s'opposent aux hommes, mais elles sont réduites au silence, en amour, dans les affaires, en politique. Elles apparaissent très peu. Enfin, c'est comme si cette famille était les "Rahan siciliens" : je veux dire par-là qu'ils semblent tout inventer ou importer pour moderniser l'île : mines de souffre, navires à vapeur, nouveaux procédés de conservation... même un paternalisme social.
Une critique bien plus négative que la plupart des autres lecteurs donc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          181
Olivia-A
  06 août 2021
C'est la fin du XVIIIème siècle, une famille de marins italiens s'installe à Palerme, dans l'espoir de faire fortune dans le commerce des épices. Deux frères, habités par leur volonté de s'élever au-dessus de leur condition, vont tout donner pour réussir, quitte à s'oublier eux-mêmes au passage. Vicenzo, leur fils et neveu, réussira au-delà de leurs espérances, tout en échouant, lui aussi, à faire entrer le sang bleu dans la famille. Quête de respectabilité et de fortune, innovations industrielles, revirements politiques, Stefania Auci nous sert ici un sacré périple romanesque au XIXème siècle, au coeur des enjeux des hommes et des femmes de cette époque.
C'est l'occasion de découvrir Palerme, cette plaque tournante de la Méditerranée qui a vu tant de navires décharger leurs marchandises sur ses quais, tant de rois se succéder sur son trône, et tant d'innovations naître sur ses rives. Une ville riche de contrastes et de contradictions au tournant du siècle : des nobles ruinés continuant à dénigrer les bourgeois enrichis tout en leur soutirant de l'argent, des bourgeois aigris prêts à tout pour marier leur progéniture à des descendants de cette même noblesse, et des pauvres travailleurs qui regardent ces jeux de pouvoir d'un oeil lointain. En plus de suivre le destin compliqué de cette attachante famille Florio, on plonge complètement dans la Sicile de l'époque, grâce notamment aux petits points politico-historiques qui précèdent chaque chapitre.
Avec ce premier tome, La Saga des Florio s'annonce des plus prometteuses ! Je me suis laissée embarquer avec délices dans ce monde marchand des prémices de la Révolution Industrielle, m'identifiant aux personnages principaux et partageant leurs joies et leurs peines. Un bon roman à emmener avec soi en vacances !
Lien : https://theunamedbookshelf.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150


critiques presse (2)
LeJournaldeQuebec   21 juin 2021
À lire en vacances, une foisonnante saga qui raconte l’histoire d’une célèbre famille qui s’est installée en Sicile au tournant du XIXe siècle.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
LeSoir   11 juin 2021
Stefania Auci raconte, en plusieurs volumes, l’histoire d’une célèbre famille sicilienne. Le premier vient d’être traduit.
Lire la critique sur le site : LeSoir
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
missmolko1missmolko1   23 mars 2021
Hearing these words, Ignazio’s face darkened. He turned to look at Paolo Barbaro. “What about your husband, Mattia? Is your husband patient? Does he respect you? You’ve no idea how much it upsets me toleave you here alone with him,” he then added with a soft huff.
She cast down her eyes. “He’s the way he is. He behaves the way he behaves.” Just these words. A hiss, like burning straw.
And Giuseppina read in that expression what she already knew. That Barbaro was rough with her, that he treated her harshly. Their marriage had been arranged by their families for money, just like her and Paolo’s.
The men can’t possibly understand that what the two of them have in common is a broken heart.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
krzysvancokrzysvanco   02 juin 2021
Alors tous mes efforts ont été inutiles ? Ils n’auront servi à rien ? Travailler, bâtir un empire économique à partir du peu dont je disposais, expérimenter sans cesse, oser courir des risques que personne n’avait jamais pris en Sicile... ce n’est pas encore assez ?
Non.
“Un blason. Du sang bleu. La respectabilité. Voilà ce qu’ils exigent.”
Commenter  J’apprécie          120
missmolko1missmolko1   23 mars 2021
Cinnamon, Pepper, cumin, aniseed, coriander, saffron, sumac, cassia . . .
No, spices aren’t just for cooking. They’re medicines, they’re cosmetics, they’re poisons and memories of faraway lands few people have seen.
Before reaching a sales counter, a cinnamon stick or a gingerroot has to go through dozens of hands, travel on the back of a mule or a camel in long caravans, cross the ocean, and reach European ports.
Naturally, the costs rise with every leg of the journey.
Rich are those who can buy them, and rich those who manage to sell them. Spices for cooking—and much more so those for medicinal use—are for the select few.
Venice built her wealth on the spice trade and customs duties. Now, at the beginning of the nineteenth century, it’s the British and French that sell them. Ships arrive from their colonies overseas loaded not only with medicinal herbs but also with sugar, tea, coffee, and chocolate.
The prices drop, the market diversifies, the harbors open, the amount of spices increases. It’s not just in Naples, Livorno, and Genoa. In Palermo, the aromatari set up a guild. They even have their own church, Sant’Andrea degli Amalfitani.
And the number of those who can afford to sell them also rises.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
missmolko1missmolko1   23 mars 2021
Ignazio looks at his sister-in-law. As soon as she lifts her head and her eyes meet his, he knows that she, too, is haunted by memories.
They speak the same language, inhabit the same pain, and carry around the same solitude.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Stefania Auci (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stefania Auci
L'émission "Le coup de coeur des libraires est diffusée sur les Ondes de Sud Radio, chaque vendredi matin à 10h45. Valérie Expert vous donne rendez-vous avec votre libraire Gérard Collard pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • Retrouvez leurs dernières sélections de livres ici ! • • Petite de Edward Carey et Jean-Luc Piningre aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/search?query=9782266323444 • L'écume des pâtes: À la recherche de la vraie cuisine italienne de Tommaso Melilli et Vincent Raynaud aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/voyage-t48-l-ecume-des-pates-a-la-recherche-de-la-vraie-cuisine-italienne.html • Les Florio - tome 2 - le Triomphe des lions Stefania Auci aux éditions Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/les-florio-tome-2-le-triomphe-des-lions.html • La Maison de Bretagne de Marie Sizun aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/la-maison-de-bretagne-1.html • Les Petits Personnages de Marie Sizun aux éditions Arléa https://www.lagriffenoire.com/1108966-article_recherche-les-petits-personnages.html • La grande escapade de Jean-Philippe Blondel aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/1072353-poche-la-grande-escapade.html • Un si petit monde de Jean-Philippe Blondel aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/un-si-petit-monde-1.html • Café sans filtre de Jean-Philippe Blondel aux éditions L'Iconoclaste https://www.lagriffenoire.com/1108752-article_recherche-cafe-sans-filtre.html • Dernier courrier avant la nuit de Serge Reggiani et Simon Reggiani aux éditions Archipoche https://www.lagriffenoire.com/1111597-article_recherche-dernier-courrier-avant-la-nuit.html • le Mystère de la dame en noir: Sherlock, Lupin et moi - tome 1 de Irène Adler, Iacopo Bruno aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/1101754-romans-sherlock--lupin-et-moi---tome-1---le-mystere-de-la-dame-en-noir.html • Douve de Victor Guilbert aux éditions J'ai Lu https://www.lagriffenoire.com/1107080-romans-douve.html • • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=newsletter • Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel • • • #lagriffenoire #bookish #bookgeek #bookhoarder #igbooks #bookstagram #instabook #booklover #novel #lire #livres #sudradio #conseillecture #editionspocket #editionsfolio #editionslivredepoche #editionsalbinmichel #editionsarlea #editionsliconoclaste #editionsarchipoche #editionshugoroman
+ Lire la suite
autres livres classés : Sicile (Italie)Voir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Autres livres de Stefania Auci (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
693 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre