AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782010141614
Éditeur : Hachette Jeunesse (14/06/1993)
  Existe en édition audio
3.73/5   338 notes
Résumé :
"Le Feu !... Naoh apporte le Feu !
Ce fut un vaste saisissement.
Plusieurs s'arrêtèrent, comme frappés d'un coup de hache. D'autres bondirent avec un rauquement frénétique - et le Feu était là."
C'est sur la conquête du feu que s'achève ce roman préhistorique, prodigieux voyage imaginaire à l'aube de l'humanité qui met en scène les hommes, les bêtes, la pierre, les cavernes et l'attente d'un âge meilleur.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (72) Voir plus Ajouter une critique
3,73

sur 338 notes

tiptop92
  18 décembre 2019
J.-H. Rosny aîné - La Guerre du feu - 1911 : La théorie de l'auteur et de beaucoup de spécialistes de la préhistoire impliquant que les premiers hommes auraient su entretenir le feu tombé du ciel sans savoir le faire eux même était plutôt tangible. La seule manière de le renouveler quand il s'éteignait était d'attendre a nouveau que la foudre tombe du ciel où d'aller le prendre de force à des tribus plus chanceuses. C'était un motif tout désigné pour engendrer les premiers conflits entre êtres humains, longue série de guerres qui ensanglantent l'humanité depuis des millénaires. Privée de son feu par des ennemies féroces, une tribu était obligée de s'exiler dans les marécages pour survivre. Sans feu, impossible de se chauffer, d'éloigner les bêtes sauvages ou tout simplement de manger de la viande cuite. Privée de ce confort, le groupe était à l'agonie, les faibles commençant à mourir de froid et de maladie. Les anciens décidaient alors d'envoyer Noah (pas Yannick, un autre…) le meilleur guerrier du clan rechercher avec deux compagnons le feu salvateur. C'est cette quête que décrivait le roman dans un récit qui ne manquait pas de souffle et de rebondissements. C'était en effet un voyage aux confins des civilisations, émaillé de multiples rencontres avec des animaux sauvages (Mammouths, Aurochs, Tigres, Lions géants) ou avec d'autres tribus le plus souvent malveillantes. Confrontés à des mangeurs de chairs humaines puis à des néandertaliens forcément patibulaires, les membres du petit groupe faisaient fonctionner leurs intelligences naissantes pour se sortir de chaque épreuve sans trop de dommages prouvant ainsi la suprématie des Homo Sapiens sur les autres ethnies primitives de l'époque. Les trois hommes apprenaient finalement d'un peuple plus en avance qu'eux (il y en avait quand même…) à faire du feu en produisant des étincelles avec des silex ce qui leurs permettait de rentrer auprès des leurs comme des héros des temps anciens. Ce texte écrit en 1911 était tributaire des connaissances scientifiques de l'époque. L'écrivain maîtrisait parfaitement la description des paysages dévastés des premiers âges tout comme le langage grogné et imagé des hommes des cavernes. «La guerre du feu» est sans doute rempli d'anachronismes mais malgré cela il reste en l'état un des meilleurs livres écrits sur cette période reculée de l'histoire…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          12013
finitysend
  06 février 2014
D'une façon générale ( mais au cas par cas ) , j'apprécie énormément le style de J.H Rosny Aisné , il y a une sorte de grandiloquence épique au ton très juste qui est assez fascinante et rythmé , scandée en fait , qui est assez envoutante .
Les nuits deviennent plus que les nuits avec l'auteur , le ciel lui est immense et inaccessible , à part pour les oiseaux et les lances , la musique c'est les bruit des forets , de la pluie , du bois mort qui craque .
Il y a des êtres vivants , des animaux et des hommes qui sont à la lisière du merveilleux malgré l'élan rationnel et scientifique qui a présidé à leur élaboration .
C'est bien de merveilleux dont 'il s'agit, mais c'est un exquis merveilleux scientifique , délicieusement suranné en plus .
En effet J.H Rosny Aisné est l'auteur de langue française qui fusionnera véritablement la science et la littérature dans une dynamique prospectiviste ou encore , plus « simplement « dans une dynamique élucidatoire .
Mais il ne faut pas s'y tromper, c'est un genre littéraire qui est fondé ici par la mise en fiction du discours et des données scientifiques .
Avec cet auteur beaucoup , beaucoup , trop méconnu , la science-fiction de langue française est posée dans les clous , et du point de vue de la structure , il sera remarquablement intéressant de noter que les formes de ce genre n'ont finalement pas beaucoup bougées depuis .
Je repasse à J.H. Rosny Aisné pour dire qu'il est le chantre de l'altérité et que ses textes ne sont pas susceptibles , dans leur exhaustivité , de faire honte à un comité d'éthique improvisé ou non.
En animant le discours scientifique , l'auteur a créé deux genres . En effet , en plus de la SF , c'est le genre des fictions ( romans ) préhistoriques qui est moins florissant et qui est moins diversifié que la SF . Mais qui existe , et qui mérite véritablement d'être exploré . Il possède lui aussi une riche et dense histoire en fait .
En fait les fictions de l'auteur peuvent être l'objet d'un commentaire scientifique qui mobilise l'histoire des sciences qui est assez facile à faire dans les grandes lignes , mais qui est incroyablement fastidieux dans les détails . Pour chaque roman , telle ou telle donnée préhistorique est plus ou moins référencée et documentée par l'auteur , qui a exploré sérieusement la préhistoire jusque l'aube du néolithique , curieusement donc , pas plus loin que les prémices des civilisations ....
...............................................................................................................................................
L'idée de la guerre du feu , c'est que l'homme a apprivoisé le feu . Il ne sait produire lui-même la flamme salvatrice , mais il sait la conserver et la transporter sur de longues distances et pour de longues durées . Il y a déjà dans la simple conservation du feu beaucoup de technologie , comme de savoir théorique . L'auteur postule ici que les hommes se sont battus pour posséder cette source de vie .
Dans le roman et au cour de cette courte guerre , une tribu perd le feu et de ce fait , c'est une fracture psychologique violente pour cette population qui découle de cette perte . le peuple qui est aussi petit que déjà très structurée en fonctions sociales , perdra avec le feu , la sécurité et avec elle , toutes formes de puissance et de statut , face aux dangers de la nature .
Un guerrier partira à la recherche du feu . Il le trouvera et il découvrira aussi une façon de le faire ( de le fabriquer ) . Il fera cette découverte en même temps que le sentiment amoureux envers une personne qui appartient à un groupe humain physiquement très diffèrent de lui . L'auteur lui , parlera de race . Un concept ( dépassé ) qui introduit des différences radicales entre les êtres , mais qui sera comme souvent , transcendé par les personnages crée par l'auteur .
J.H. RA pose aussi le socle d'une pensée totémique . Une pensée qui selon lui émerge principalement apparemment , d'une véritable parenté intensément ressentie par l'homme de ces époques reculées , avec les règnes animal et végétal . Pensez par exemple , au retentissement affectif de l'alliance fortuite et merveilleuse avec les mammouths dans ce roman .
L'auteur ne fait pas non plus le postulat du cannibalisme systématique . il le pose comme alimentaire ( ce qui est une erreur partielle ) , mais la progression vers le statut d'homme exclue toujours chez lui le cannibalisme , ce qui est une autre erreur . Cependant saluons ici le refus de l'auteur de souscrire aux thèses qui cautionnaient de son temps , désagréablement , l'équation : Sauvages et primitifs = Premiers et Cannibales .
Un préhistorien contemporain viendrai à ce propos certainement vous décevoir car au contraire , le cannibalisme est bien entre autre un trait de civilisation établis . Il fut quant-il fut , très encadré rituellement et vraisemblablement , il fut aussi un trait de civilisation très structurant et très complexe mais soulignons qu'il ne fut pas systématiquement une réalité , et loin de là .
Je conclue ce texte déjà trop long en insistant sur le caractère épique très réussi de ce roman ( éponyme d'un film ) et en disant que ces fictions préhistoriques sont souvent de beaux textes imagés rédigés dans une langue et un style très dix-neuvième siècle , donc assez littérature classique finalement .
Le génie de l'auteur fut aussi de mettre de la complexité culturelle et psychologique dans de tous petits groupes humains , car songez que l'espèce humaine à passer l'écrasante majorité de son temps dans des groupes presque familiaux à toute petite échelle ( la trentaine de personnes au maximum ) .
C'est aussi un fait et un facteur à prendre en compte pour s'approprier et pour ressentir cette longue et interminable période préhistorique . Ce roman pourrait bien vous y aider en plus de vous distraire ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          718
PhilippeCastellain
  10 février 2021
C'est fou quand on y pense que le roman de référence sur la Préhistoire ait plus de cent ans. Depuis on en a écrit à la pelle, dont quelques-uns de très bons, mais aucun n'a jamais réussi à remplacer ‘'La guerre du feu''. Même son adaptation au cinéma reste indétrônable dans la catégorie (il est vrai que la concurrence est faiblissime) ! Pourquoi ? Deux éléments, à l'évidence : le talent de conteur, et la simplicité de l'histoire.

La plume de J.H. Rosny-Ainé a étonnamment peu vieilli. Très élégante et lyrique, elle présente peu de lourdeurs et de longueurs inutiles. Les descriptions de la savane sont magnifiques ; on croit entendre le piétinement des herbivores dans le lointain, le feulement du machairodus rôdant autour de notre frêle abri. Il plane sur ces pages une poésie sauvage et primitive, poésie de la proie et du fauve, du sang et de la griffe, poésie d'une nature vierge et indomptée où se joue, jour après jour, l'éternel combat pour la vie. L'homme, frêle, farouche, brutal, tente non seulement de survivre, mais de s'élever. Il a engagé une lutte sans pitié, contre le carnivore qui veut sa chair, contre le froid et la nuit, contre son semblable même. Dans sa simplicité, l'histoire prend les caractères d'une épopée.

Est-elle dépassée au regard des connaissances actuelles ? Oui et non. Cent ans après on connait certes bien plus de choses sur la Préhistoire, mais beaucoup de certitudes ont aussi été battues en brèche. Qui plus est, le principal anachronisme était connu dès le début, et dans le récit il est assumé en filigrane : faire cohabiter à la même époques plusieurs cultures séparées par des centaines de millénaires d'écarts. Cela permettait de faire découvrir au lecteur, en une histoire, un panorama de l'évolution humaine de –500 000 à -15 000. Cela étant, de récentes découvertes (Florès, Callao) ont montré que certaines populations avaient perduré bien plus longtemps que ce qu'on pensait !

Inégalé, insurpassé, ‘'La guerre du feu'' a acquis le statut d'Illiade préhistorique, et ne semble guère prêt d'être détrôné.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          664
pascontent
  08 octobre 2021
le feu est essentiel pour la survie de la tribu. Faouhm, le chef de la horde, promet sa nièce Gammla ainsi que le bâton du commandement au guerrier qui rapportera le feu. La tribu des Ulam charge Naoh, Nam et Gaw de rapporter ce feu magique qu'ils ne savent pas produire.
Dans ce roman ce qui est très émouvant, même bouleversant, ce sont les premiers dialogues de nos ancêtres à l'aube de l'humanité . Par exemple cet échange si touchant entre les hommes du groupe au moment du départ :
Faouhm : " Wua ga bou ! ah ta ka ( Et les mecs, faites gaffe! Ne prenez pas le périph, y a plein d' embouteillages de mammouths laineux. )
- Nam : Aga zouk ! ( Oui chef, bien chef!).
Et aussi cette conversation émouvante entre Nam et Naoh :
Nam : " Dominiè nouwak? ( T'as regardé le match hier soir ?)
- Naoh : Tagui mok (Non j'avais piscine ).
- Nam : Mour dogo zahak ? ( Tu penses que c'est le colonel Moutarde le coupable ? )
- Naoh : Toula do ak, ïï ! ( Tout est politique, man !)
Et ce tête à tête si attendrissant entre Gammla et Naoh lors de l'amour :
Gammla : " Zob, wak, wak ( vas-y Frankie, c'est bon, bon, bon.)
- Naoh : Argh ! ( Argh !)
Terminons avec cette remarque si touchante de Faouhm venue du fond des âges :
"Zaga o mam dié"( putain, j'ai marché dans la bouse de mammouth), et pour paraphraser Neil Amstrong : " Un petit pas dans la bouse, un grand pas pour l'humanité."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4341
Gwen21
  03 mai 2019
Bienvenue au Paléolithique parmi la tribu nomade des Oulhamr, communauté grégaire qu'une peuplade ennemie prive soudain de son bien le plus précieux : le feu.
Les propriétés du feu, pour qui vit dans les cavernes, surpassent largement son seul inconvénient qui est de blesser celui qui le touche à mains nues. Cuisson, durcissement des armes, lumière, chauffage, rempart contre les bêtes sauvages, ses avantages sont multiples et offrent un relatif confort aux cavernes dans lesquelles les Oulhamr se réfugient au gré de leur itinérance. Afin de récupérer cette précieuse ressource, trois valeureux guerriers, Naoh, Nam et Gaw, quittent le groupe, les armes à la main, et se lancent dans une expédition aussi aventureuse que belliqueuse...
La découverte de ce roman que je catégorisais à tort au rayon jeunesse est un quasi coup de coeur. Moi qui ne m'intéresse pas du tout à la préhistoire, je partais avec un handicap qui fut très vite levé par la plume superbe de l'auteur. Il faut pouvoir écrire tout un roman en sachant que les actions des personnages sont fatalement limitées par le peu d'équipement dont ils disposent, sans même parler du langage. Et pourtant, J.-H. Rosny aîné excelle à nous transporter, par des phrases simples et imagées, savoureuses, dans cet environnement aussi hostile que fascinant.
Les descriptions qui sont faites de la nature et de ses habitants, notamment des grands carnassiers, véritables menaces de tous les instants, sont d'une précision et d'une élégance littéraire qui font passer Jules Verne pour un lourdaud en sabots ! Là où ce dernier plombe ses romans par l'énumération encyclopédique de ses connaissances, J.-H. Rosny met de la beauté et du sens, au service d'une narration quasi cinématographique. Les scènes avec les mammouths sont particulièrement magnifiques de noblesse et de poésie - alors qu'on parle quand même de montagnes poilues pleines de puces aux défenses de quatre mètres de long, respect.
De même, nos trois héros, notamment Naoh, le meneur, nous deviennent très vite sympathiques bien qu'il s'agisse de brutes épaisses - nos chers ancêtres - certes pleins de courage mais à l'haleine chargée et aux pieds tapissés de cors. On en vient même à souhaiter de tout coeur que Naoh sorte vainqueur de cette odyssée et conquière Gammla, la belle Oulhamr à la crinière de lionne, qu'il rêve de traîner par les cheveux dans une grotte pour examiner de plus près ses autres trésors pileux.
Plus sérieusement, j'ai été scotchée par la description des luttes opposant hommes et fauves, belles de réalisme et de justesse. J.-H. Rosny n'en fait jamais trop et il met dans le mille à chaque page.

Challenge XIXème siècle 2019
Challenge MULTI-DÉFIS 2019
Challenge ABC 2018 - 2019
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4110

Citations et extraits (61) Voir plus Ajouter une citation
mfrancemfrance   27 août 2016
De toutes parts, les mammouths accoururent. On voyait leurs grosses têtes s'avancer et leurs yeux luire d'inquiétude. Les nerveux barrissaient. Car ils connaissaient le Feu ! Ils l'avaient rencontré sur la savane et dans la forêt, quand la foudre s'était abattue ; il les avait poursuivis, avec des craquements épouvantables ; son haleine leur cuisait la chair, ses dents perçaient leur peau invulnérable ; les vieux se souvenaient des compagnons saisis par cette chose terrible et qui n'étaient plus revenus. Aussi considéraient-ils avec crainte et menace cette flamme autour de laquelle se tenaient les petites bêtes verticales.
Naoh, sentant leur déplaisir, se rendit auprès du grand mammouth et lui dit :
- le feu des Oulhamr ne peut pas fuir ; il ne peut pas croître à travers les plantes; il ne peut pas se jeter sur les mammouths. Naoh l'a emprisonné dans un sol où il ne trouverait aucune nourriture.
Le colosse, emmené à dix pas de la flamme, la contemplait, et, plus curieux que ses semblables, pénétré aussi d'une confiance obscure en voyant ses faibles amis si tranquilles, il se rassura. Comme son agitation ou son calme réglaient, depuis de longues années, l'agitation et le calme du troupeau, tous, peu à peu, ne redoutèrent plus le feu immobile des Oulhamr, comme ils redoutaient le Feu formidable qui galope sur la steppe.
Ainsi Naoh put nourrir la flamme et refouler les ténèbres. Ce soir-là, il goûta la viande, les racines, les champignons rôtis , et il s'en délecta.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
dedansodedanso   08 novembre 2019
Naoh prit la première veille. Tout son être aspirait la nuit. Il était une forme merveilleuse, où pénétraient les choses subtiles de l'Univers : par sa vue, il captait les phosphorescences, les formes pâles, les déplacements de l'ombre et il montait parmi les astres ; par son ouïe, il démêlait les voix de la brise, le craquement des végétaux, le vol des insectes et des rapaces, les pas et le rampement des bêtes ; il distinguait au loin la glapissement du chacal, le rire de l'hyène, la hurlée des loups, le cri de l'orfraie, le grincement des locustes ; par sa narine pénétrait le souffle de la fleur amoureuse, la senteur gaie des herbes, la puanteur des fauves, l'odeur fade ou musquée des reptiles. Sa peau tressaillait à mille variations ténues du froid et du chaud, de l'humidité et de la sécheresse, à toutes les nuances de la brise. Ainsi vivait-il de ce qui remplissait l'Espace et la Durée.
Cette vie n'était point gratuite, mais dure et pleine de menace. Tout ce qui la construisait pouvait la détruire ; elle ne persisterait que par la vigilance, la force, la ruse, un infatigable combat contre les choses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
KorriganKorrigan   21 janvier 2016
La vie du Feu avait toujours fasciné Naoh.Comme aux bêtes, il lui fallait une proie : il se nourrit de branches, d'herbes sèches, de graisse; il s'accroît; chaque feu naît d'autres feux; chaque feu peut mourir. Il décroit lorsqu'on le prive de nourriture : il se fait petit comme une abeille, comme une mouche, et, cependant, il pourra renaître le long d'un brin d'herbe, redevenir vaste comme un marécage. C'est une bête et ce n'est pas une bête. Il n'a pas de pattes ni de corps rampant, et il devance les antilopes; pas d'ailes, et il vole dans les nuages; pas de gueule, et il souffle,il gronde, il rugit; pas de mains ni de griffes, et il s'empare de toute l'étendue...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
PATissotPATissot   29 mars 2015
Naoh ne se décida pas aussi vite. Il désirait sentir encore dans ses yeux l'image de Gammla. Elle se tenait sous un frêne, derrière le groupe du chef, de Goûn et des vieillards. Naoh s'avança ; il la vit immobile, le visage tourné vers la savane. Elle avait jeté dans sa chevelure des fleurs sagittaires et un nymphéa couleur de lune ; une lueur semblait sourdre de sa peau, plus vive que celle des fleuves frais et de la chair verte des arbres.
Naoh respira l'ardeur de vivre, le désir inquiet et inextinguible, le vœu redoutable qui refait les bêtes et les plantes. son cœur s'enfla si fort qu'il en étouffait, plein de tendresse et de colère ; tous ceux qui le séparaient de Gammla parurent aussi détestables que les fils du Mammouth ou les Dévoreurs-d'Hommes.
Il éleva son bras armé et dit :
" Fille du Marécage, Naoh ne reviendra pas, il disparaîtra dans la terre, les eaux, le ventre des hyènes, ou il rendra le Feu aux Oulhamr. Il rapportera à Gammla des coquilles, des pierres bleues, des dents de léopard et des cornes d'aurochs. "
A ces paroles, elle posa sur le guerrier un regard où palpitait la joie des enfants. Mais Faouhm, s'agitant avec impatience :
" Les fils de l'Aurochs ont disparu derrière les peupliers. "
Alors, Naoh se dirigea vers le sud.
Naoh, Gaw et Nam marchèrent tout le jour sur la savane.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
5Arabella5Arabella   06 mai 2019
La vie du feu avait toujours fasciné Noah. Comme aux bêtes, il lui faut une proie : il se nourrit de branches, d'herbes sèches, de graisse ; il s'accroît ; chaque feu naît d'autres feux ; chaque feu peut mourir. Mais la stature d'un feu est illimitée, et d'autre part, il se laisse découper sans fin ; chaque morceau peut vivre. Il décroît lorsqu'on le prive de nourriture : il se fait petit comme une abeille, comme une mouche, et, cependant, il pourra renaître le long d'un brin d'herbe, redevenir vaste comme un marécage. C'est une bête et ce n'est pas une bête. Il n'a pas de pattes ni de corps rampant, et il devance les antilopes ; pas d'ailes et il vole dans les nuages ; pas de gueule, et il souffle, il gronde, il rugit ; pas de mains ni de griffes, et il s'empare de toute l'étendue...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Videos de J.-H. Rosny aîné (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de J.-H. Rosny aîné
Emmanuel Roudier en interview pour planetebd.com .Dans la lignée d?André Cheret et de son cultissime Rahan, Emmanuel Roudier s?est spécialisé dans les aventures préhistoriques en BD. 3 tomes de Vo?houna chez Soleil, puis 3 autres de Néandertal chez Delcourt? et aujourd?hui, il s?attaque à l?adaptation de La guerre du feu, le roman de J-H Rosny, dont Jean-Jacques Annaud a déjà tiré un célèbre film. A travers son ?uvre de passionné, l?auteur offre une sorte de trait d?union habile entre l?aventure grand-public et l?étude universitaire de société, pointue et didactique. Une looongue et passionnante interview?
+ Lire la suite
autres livres classés : préhistoireVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3697 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

.. ..