AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782021393804
240 pages
Éditeur : Seuil (04/10/2018)

Note moyenne : 2.6/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Jacaranda Leven est une jeune Californienne solaire et désinvolte, qui n'a de goût que pour les plaisirs de l'existence : sécher l'école pour faire du surf, siroter des White Lady en compagnie de milliardaires blasés dans des palaces, et se laisser ballotter par le ressac des amours passagères. Jusqu'au jour où le miroir aux illusions commence à se craqueler, la poussant à quitter Hollywood pour se rendre à New York, où l'appellent d'autres mirages.

C... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
clefran45
  27 janvier 2019
Une lecture faite après avoir lu la critique dans Télérama.. bon eh bien je ne suis pas fan de ce genre "d'autobiographie fictionnelle" relatant les rêves et désillusions d'une jeune femme dans le milieu bobo de L.A, la contre culture américaine des années 70, les expériences alcool drogue etc..
De nombreuses références sont incompréhensibles pour nous en France, et le style d'écriture est particulier.. ni agréable ni désagréable juste lisse..
Autant j'ai adoré Cookie Mueller et son livre "traversée en eau claire dans une piscine peinte en noir"autant "Sex and rage" de Eve Babitz me laisse de marbre.
Je n'y ai trouvé aucun intérêt.. heureusement on le lit vite!
Commenter  J’apprécie          40
Leya-niess
  21 juillet 2019
Eve Babitz est une figure de la scène artistique des années 60/70. Son roman, Sex & rage, publié en 1979 est son deuxième livre traduit en France (seulement).
Derrière le personnage de Jacarandah, on devine sans peine le sien, celui d'une jeune femme qui posa nue à 20 ans pour une célèbre photo de Julian Wasser, sur laquelle elle affronte Marcel Duchamp aux échecs.Mais ce n'est pas pour cette anecdote, ni pour ses relations avec Jim Morrison ou Harrison Ford, que Sex & Rage est un livre intéressant. C'est, avant tout, un roman d'apprentissage, écrit de façon nette et sans ornementation, servi par une très bonne traduction. Eve Babitz va à l'essentiel et on se prend au jeu. Intéressant.
A lire :
- si vous aimez les romans d'apprentissage, les années 60/70, les grandeurs et décadences diverses, la pop culture.
Lien : https://imaladybutterfly.wor..
Commenter  J’apprécie          00
Passemoilelivre
  16 décembre 2019
Je ne suis pas parvenu à terminer ce livre, malgré une écriture correcte je n'accroche pas du tout à cet univers !
Commenter  J’apprécie          00
mmmadrid
  04 novembre 2018
Un évident autoportrait plus qu'un roman d'une femme qui a vécu tous les excès de la contre-culture californienne.
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
Liberation   12 octobre 2018
En partie autobiographique, le roman d’Eve Babitz, paru en 1979 et enfin traduit en français, suit la descente aux enfers d’une jeune surfeuse californienne embarquée dans le tourbillon des années 60.
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
iris29iris29   03 juillet 2019
West Hollywood dans les années soixante, quand la vie n'était qu'un long rock'n roll, était facile à vivre, avec ses trois pièces à 120 $ par mois et ses propriétaires rompus à toutes les excentricités. Bien sûr, cela existait, des Familles avec Enfants et Chien, mais la plupart des résidents de West Hollywood étaient dealers de drogues, rockers, managers , groupies, serveurs-mais-en-vrai-acteurs écrivant des scénarios à leurs heures perdues, écrivains pondant quatre scénarios chacun et touchant les allocations chômage. Et des coiffeurs, des mannequins de publicités, des gens plutôt jeunes, aussi, sans revenus évidents, vivaient également dans le coin, entre Melrose et Sunset Boulevard, de la Brea à Doheny.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
iris29iris29   04 juillet 2019
Des vagues de quatre, cinq mètres rugissantes comme des lions, comme des volcans. Et Gilbert Wood, accroupi au ras de sa planche, se campant de plus belle. Il tirait légèrement à gauche, côté vagues, pour pouvoir passer la main dans l'eau et laisser un sillage blanc, comme le faisait sa planche: deux rails d'écume et de folie.
Commenter  J’apprécie          190
iris29iris29   04 juillet 2019
" Vous les enfants de Californie, vous ne savez pas ce que c'est, la vie, s'entendait-elle souvent dire. Un jour, vous allez vous prendre un sacré revers.
- Genre quoi, de la neige ? " demandait-elle.
Commenter  J’apprécie          140
iris29iris29   06 juillet 2019
Le bleu , c'était la vie.
Au dehors, ce premier mois de septembre, tout le monde était en cours et elle avait la plage rien qu'à elle.
L'horizon entier paraissait dégagé. Et bleu.
Commenter  J’apprécie          70
rkhettaouirkhettaoui   09 octobre 2018
C’était la belle vie, de grandir près du bel océan avec sa sœur toute dorée, sa mère toute belle et son génie de père, tout brun et tout bouclé, et quelle beauté aussi, cet argent de la Twentieth Century-Fox qui tombait chaque semaine, suffisamment pour que Mort puisse économiser et investir dans l’immobilier à Santa Monica. « Un revenu immobilier », disait-on. (Tant de musiciens, au studio, possédaient des petits immeubles de rapport et des résidences qu’un jour, pour plaisanter, on prétendit ne plus chercher des partenaires de tennis, mais plutôt des locataires.)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : années 60Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

LNHI-44259

Qui chantait ceci en 1977? On a tous dans le coeur une petite fille oubliée Une jupe plissée, queue de cheval, à la sortie du lycée On a tous dans le cœur un morceau de ferraille usé Un vieux scooter de rêve pour faire le cirque dans le quartier Et la petite fille chantait (et la petite fille chantait) Et la petite fille chantait (et la petite fille chantait) Un truc qui me colle encore au cœur et au corps Everybody's doing a brand-new dance now Come on babe do the locomotion I know you gonna like it if you give it a chance now Come on babe do the locomotion

Alain Souchon
Laurent Voulzy
Eddie Mitchell

12 questions
61 lecteurs ont répondu
Thèmes : chanson française , années 60 , enterrement , animauxCréer un quiz sur ce livre