AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Pierre Demarty (Traducteur)Pierre-Yves Pétillon (Préfacier, etc.)
ISBN : 2246740711
Éditeur : Grasset (08/04/2009)

Note moyenne : 3.77/5 (sur 44 notes)
Résumé :
Redécouverte en 2007 grâce à L'Année de la pensée magique, Joan Didion fut d'abord et avant tout l'une des plus fines chroniqueuses de l'Amérique désaxée des années 60 et 70. Les onze textes ici réunis (restés à ce jour inédits en France et parés d'une aura quasi mythique aux Etats-Unis) nous entraînent dans une plongée en immersion au coeur du quartier hippie de San Francisco en 1967 ; à la rencontre de John Wayne, des Doors ou des Black Panthers ; dans les colline... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
nadiouchka
  09 août 2016
Joan Didion, née à Sacramento en Californie est une écrivaine américaine bien connue comme journaliste et romancière à succès. Ici, avec ce livre L'AMERIQUE, paru en France en 2009 pour la traduction, elle nous livre onze nouvelles entièrement consacrées à son pays.
En fait, on dit d'elle qu'elle écrit principalement sur son pays et sur elle-même.
Ce livre est composé de quatre chapitres dont les titres sont :
* Requiem pour les années 60.
* Une Californie de rêve.
* New York.
* Ici et ailleurs.
Et c'est dans chaque chapitre que l'on trouve les nouvelles.
Joan Didion commence par un plaidoyer sur les années 60 où elle a rencontré Les Doors - avec un Jim Morrison qui portait des pantalons en vinyle noir sans sous-vêtements – les Black Panthers, Sharon Tate Polanski. Elle a connu ce milieu de Beatniks et de Hippies où tout le monde touchait à la drogue, où tout le monde planait. On l'a également jugée comme une désaxée de ces années-là (1960-1970).
Joan Didion se trouvait toujours au bon moment et au bon endroit, au coeur de l'événement. Elle est là quand circule la nouvelle du meurtre horrible de Sharon Tate Polanski par un fou furieux de Manson alors qu'elle était enceinte. Sharon faisait partie de ses meilleurs amis dans ses années d'errance.
Joan Didion n'hésite pas à nous faire part de ses impressions personnelles aussi dérangeantes soient-elles.
Parmi ses célèbres amis, elle compte aussi Janis Joplin, et d'autres qui deviendront très connus et qui connaissent d'abord la débrouille surtout pour se fournir de l'herbe et le minimum vital. D'ailleurs, elle entend souvent qu'il manque du lait : No milk today … chanson qui sera très connue.
Ce qui était étonnant à son époque c'est qu'elle n'a pas hésité à parler de ses dérives personnelles au milieu de ce monde très spécial et à part de la bonne société. Elle a connu des appartements miteux. Chez elle, on rencontre aussi bien des personnages célèbres que des inconnus et elle réussit à bien décrire le climat de cette époque qui reste encore en nos mémoires (pour ceux qui l'ont connue) et on continue d'en parler (pour ceux qui ne l‘ont pas connue). Bref, c'est un vrai requiem que ce premier chapitre.
Ensuite (ne vous inquiétez pas, je ne vais pas tous les détailler mais seulement un peu les survoler), elle écrit une nouvelle sur John Wayne (en fait Marion) qu'elle appelle : Une chanson d'amour. Elle le retrouve par hasard au Mexique sur un tournage. Pour elle, c'est l'idole de sa jeunesse mais on apprend qu'il est atteint par le cancer alors qu'il pensait l'avoir vaincu mais il a gardé le moral. Quand elle était toute jeune, elle allait voir ses films trois à quatre après-midi par semaine, dans un hangar en tôle et comme sièges, des chaises pliantes. Dans cette nouvelle est est présente sur le tournage d'un film de son idole : Les Quatre Fils de Katie Elder. Mais si elle parle beaucoup de John Wayne, elle n'hésite pas à parler aussi du racisme envers les Noirs et elle écrit une bonne partie sur ce sujet brûlant lors d'une affaire de viol d'une joggeuse à Central Park. Cette histoire fait partie du chapitre assez important sur New York. C'est d'ailleurs le chapitre le plus long. Elle a tant de choses à raconter …
Quand on arrive au dernier chapitre, on se demande ce qu'elle peut encore avoir à nous raconter tellement le livre, jusque là, a été riche en informations et souvenirs. Elle y parle un peu de tout, de sa Californie, de Sacramento sa ville natale, qui n'était justement, au début en 1847, qu'un enclos. Elle parle de la découverte de l'or au pied de la Sierra et la ville, alors, a explosé. Elle nous raconte ses tout premiers souvenirs, les saisons… En fait, elle porte à Sacramento un grand amour ainsi qu'à la Californie de son enfance. Son retour y a été difficile et elle nous amène tout doucement à la fin de son livre.
Dans cet ouvrage, très touchant de par les souvenirs qui y sont racontés, elle nous a livré sa vision du monde. Elle l'a fait sans complaisance mais avec sincérité en n'hésitant pas à se moquer d'elle-même, quand elle se décrit comme une femme avec de longs cheveux raides, un vieux bikini et une crise de nerf.
Elle se trouvait à Honolulu quand elle a vu à la télévision les funérailles de Robert Kennedy.
Elle a même eu l'honneur d'être déclarée : Femme de l'Année, par Los Angeles Times avec une certaine Nancy Reagan.
Pour conclure, je peux dire que si la lecture de nouvelles n'est pas mon thème favori (je sais que j'ai tort car j'ai remarqué plusieurs fois que j'ai failli passer à côté de beaux textes), avec Joan Didion, j'ai ressenti tout le message qu'elle a voulu nous adresser, avec un style tout simple, sans fioritures, en n'écrivant que la vérité, la vraie !
Dans une critique on dit d'elle : Joan Didion, haute en douleur. Et que : Ses chroniques sur la détérioration de son pays à la fin des années 60 n'ont pas pris une ride.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          194
MarianneL
  30 juillet 2013
Les onze chroniques de Joan Didion, écrites entre 1965 et 1990, et rassemblées par Grasset dans ce recueil paru en 2009 nous plongent au coeur des mythes américains, avec une coloration très particulière, un peu déroutante : ce qui frappe d'emblée dans ce livre est l'insatiable curiosité de Joan Didion, sa facilité à mêler ses observations journalistiques et ses propres fêlures, sa grande acuité qui lui permet de transformer des trajectoires individuelles en paraboles de l'Amérique, ainsi que sa farouche indépendance de vues.
Très loin des idées reçues et des utopies, Joan Didion raconte l'Amérique. Elle rencontre les Doors, et Janis Joplin, dîne avec John Wayne, interviewe des mineurs fugueurs constamment sous acide, explore insatiablement les trajectoires des habitants de Haight Ashbury à la fin des années 1960, décortique des faits divers et ce qu'ils révèlent sur cette Amérique, et en particulier sur la ville de New-York et sur sa Californie natale.
«La Californie est un endroit où se conjuguent, en un point d'inconfortable suspension, la mentalité du boom et un sens de la perte tchékhovien ; où l'esprit est troublé par un soupçon profondément enfoui mais inextinguible : qu'il faudrait mieux que ça marche ici, parce qu'ici, sous cet immense ciel délavé, c'est l'endroit ou nous arrivons soudain à court de continent.»
Elle nous montre des vies en effritement, sans direction claire, au coeur d'un pays qui semble lui-même constamment hésiter entre ordre et chaos. Beaucoup plus que des chroniques, une mythologie authentique des États-Unis.
«C'était un pays de dépôts de bilan et d'annonces de ventes aux enchères publiques et d'histoires quotidiennes de meurtres gratuits et d'enfants égarés et de maisons abandonnées et de vandales qui ne savaient même pas orthographier les mots orduriers qu'ils griffonnaient sur les murs. C'était un pays où il était courant de voir des familles se volatiliser, laissant dans leur sillage des chèques en bois et des papiers de procédure de saisie. Des adolescents erraient d'une ville déchirée à l'autre, renonçant au passé comme au futur tels des serpents se défaisant de leur peau pendant la mue ; enfants à qui l'on n'avait pas appris et qui n'apprendraient désormais jamais les jeux assurant la cohésion de la société. Des gens étaient portés disparus. Des parents étaient portés disparus. Ceux qui restaient lançaient des avis de recherche sans conviction, puis passaient à autre chose.
Ce n'était pas un pays en pleine révolution. Ce n'était pas un pays assiégé par l'ennemi. C'étaient les Etats-Unis d'Amérique, en ces froids derniers jours du printemps 1967»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
QuelsCaracteres
  28 janvier 2018
En 3 mots... Sincérité, intelligence, bloc-notes
Impressions de lecture… J'aime beaucoup Joan Didion, que j'ai découverte avec Maria avec et sans rien. le présent ouvrage réunit sept textes écrits entre 1965 et 1990. Comme le titre du recueil l'indique, l'auteur nous entraîne sur le territoire des États-Unis d'Amérique. Les textes sont tirés de trois livres différents : Slouching Towards Bethlehem (1968), The White Album (1979) et After Henry (1992). On y trouve pêle-mêle les souvenirs de jeunesse de l'auteur (notamment ses années d'université), un reportage sur les adolescents fugueurs drogués dans les années 1960, des affaires célèbres (comme l'affaire Radin, l'assassinat de Ramon Navarro, ancien acteur de cinéma muet, le procès Miller ou l'histoire de Patricia Campbell Hearst), des agressions, des viols et une démystification de Central Park. On y croise des célébrités d'horizons différents : John Wayne le dernier cow-boy du cinéma américain, les Doors en plein enregistrement, Huey Newton cofondateur du Black Panther Party. On traverse des endroits : San francisco, Honolulu, New York, Hollywood, la rue, la prison, les tribunaux, les avions et la maison de Joan Didion. Bref, nous voyageons. Un voyage avec son lot de paysages, de rencontres, de rumeurs, de faits divers et l'auteur a même pensé à nous fournir la liste de ce qu'elle emporte dans son sac de voyage (p.107).
La couverture – une photo de Time Life – est parlante. On y voit Joan Didion à bord d'une belle voiture, accoudée à la portière, cigarette à la main, semblant nous attendre. Montons avec elle pour sillonner quelques coins de l'Amérique. le livre pourrait presque être un road trip, il contient en tous cas quelques confidences qu'on peut se faire dans l'habitacle, après avoir roulé des heures et fumé cigarette sur cigarette, comme les fragments de son rapport psychiatrique (p.81-82) que l'auteur nous livre tel quel, sans fards. le charme de Joan opère et il est à parier qu'avant la fin de la traversée vous serez tombé amoureux. Ce qui est frappant chez Didion c'est sa sincérité. Une sincérité qu'elle met au service de son écriture, quand elle parle d'elle bien sûr - et c'est déjà admirable - , mais aussi quand elle raconte les autres. Elle ne juge pas, elle observe, elle énonce avec un souci de justesse. Ce sont bien les textes et le regard d'une journaliste, et quand je dis cela je pense à ce que le journalisme fait de meilleur (et qui est rare), à ce qu'il devrait être. À noter une réflexion diablement intéressante sur la façon de parler des victimes de viol dans la presse américaine et de ce que cela induit, p.217-218. Joan Didion traite ses sujets avec recul, intelligence et sans se montrer dupe. Sa plume est concise, efficace, elle frappe juste. Pierre-Yves Petillon en parle très bien – et écrit très bien - ; à lire absolument : son excellente préface.
Revenons à Joan, ses souvenirs de l'université de Berkeley dans les années 50 me parlent particulièrement et me rappellent mes propres études de lettres pourtant suivies en France dans les années 2000. le texte « Adieu à tout ça » (à partir de la p.283) m'a bouleversée, tant je m'y suis reconnue, tant je l'ai trouvé merveilleusement écrit, tant elle a bien dit les choses. Elle y raconte son départ de New-York, ville dans laquelle elle est arrivée à 20 ans, qu'elle quitte à l'approche de la trentaine, quand elle se marie, et dans laquelle elle a toujours vécue sans s'y sentir vraiment chez elle, mais comme une « exilé[e] temporaire », « Quelqu'un qui vit en permanence avec des horaires d'avions dans son tiroir, vit selon un calendrier légèrement différent » (p.289). New-York, ville de sa jeunesse et de toutes ses incroyables possibilités, avant que n'arrivent les désillusions et les prises de conscience. « L'Album blanc » (à partir de la p.80) est une véritable compilation américaine, tandis que les premières pages de « Quelques rêveurs du rêve d'or » (à partir de la p.129) offrent une description admirable et prenante de la Californie. Rien qu'à la lecture on pourrait presque sentir « le souffle sec et brûlant du Santa Ana », l'odeur des incendies, les cris des couples au bord du divorce, les caravanes sous le soleil, l'écorce poussiéreuse des eucalyptus, le murmure fantomatique des coyotes.
Joan Didion entretient les images que nous pouvons avoir de l'Amérique. Un territoire sur lequel je n'ai jamais posé le pied, mais que j'ai découvert et imaginé à travers mes auteurs préférés. Ces images littéraires sont puissantes, elles laissent une empreinte peut-être plus profonde encore que les voyages qu'on fait pour de vrai, elles se mêlent à la réalité jusqu'à en reformer certains contours. Je cite Joan Didion : « Un lieu appartient pour toujours à celui qui se l'approprie avec le plus d'acharnement, s'en souvient de la manière la plus obsessionnel, l'arrache à lui-même, le façonne, l'exprime, l'aime si radicalement qu'il le remodèle à sa propre image » (p.341). C'est à un de ces « voyages sentimentaux » (selon le titre d'un des textes), que Joan Didion vous invite. Et visiter l'Amérique avec une guide pareille, pour une vingtaine d'euros, c'est une affaire.

Lien : http://quelscaracteres.eklab..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
jtriaud
  25 octobre 2009
En ouvrant le le livre de Joan Didion, vous allez entrer en contact avec une époque et un pays disparus, celui des USA des années 1960 et 1970. C'est un voyage quasi-lunaire que nous offre la journaliste américaine, originaire de Californie. En quelques lignes, elle dessine les contours d'une Amérique, pourtant superpuissance mondiale qui fait face à l'URSS, et qui ne cesse de voir se développer en son sein ce que l'on pourrait appeler des contre-cultures.
Mais Joan Didion est plus qu'une chroniqueuse de son temps, c'est une véritable sociologue et anthropologue en même temps. A partir de faits divers, de meurtres et de leur impact sur l'opinion publique, elle met en relief les ressorts de la vie sociale aux Etats-Unis. Et fidèle, si l'on peut dire, à l'école de sociologie de Chicago, elle nous fait voir sa Californie natale sous un angle peu ragoutant : celui d'un pays aride, d'un désert des sentiments où la folie guette les hommes.
Son regard, qui dissèque sans compromis, la vie des hommes s'applique ensuite à Big Apple, New-York, sa ville d'adoption. Là, elle nous fait voir une ville monstrueuse où tout n'est que magouilles, petits arrangements, loin de la légende dorée. Son texte sur Central Park et le viol d'un joggeuse en 1989 qui avait alors défrayé la chronique internationale, est un chef d'oeuvre de journalisme.
Vous l'aurez compris, mieux que de savants discours sur l'Amérique de la Guerre froide, il convient de lire Joan Didion et de la faire lire…Qu'on se le dise !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
EymericM
  05 juillet 2013
Ce recueil réunit 11 chroniques écrites par Joan Didion, dans un style qui oscille entre journalisme et autobiographie. Certains critiques du livre rapprochent ce travail du Nouveau journalisme (http://fr.wikipedia.org/wiki/Nouveau_journalisme), courant qu'il m'a été donné de découvrir avec l'Amérique, et qui se caractérise par une approche littéraire du journalisme.
Cette approche littéraire, et parfois autobiographique - comme si Joan Didion se mettait en scène traversant des époques et évenements que l'on associe aujourd'hui à L Histoire - donne toute sa force à ces textes qui reviennent sur des élements représentatifs d'une époque : le "Summer of love", le débat soulevé par l'assassinat d'une joggeuse à Central Park dans les années 90... Loin d'une approche objective, Joan Didion porte son regard sur ces élements, notamment lorsqu'elle se plonge en immersion dans le quartier hippie de San Francisco. Plus fort : elle arrive à raccrocher des anecdotes, des faits divers à cette Histoire en construction, à "sentir" et à nous faire ressentir une époque à partir d'une simple rencontre. Raison pour laquelle ces chroniques n'ont pas perdu en intérêt, plusieurs décennies après leur écriture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (2)
LeFigaro   05 décembre 2014
Des textes d'une grande acuité dans lesquels cette tenante du nouveau journalisme (avec Tom Wolfe et Norman Mailer) n'a pas hésité à inclure des épisodes de sa vie personnelle. Didion n'a pas sa pareille pour restituer le climat d'une époque.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Telerama   19 février 2014
Joan Didion analyse sans juger, se fait oublier pour mieux voir, distante et attentive à cette Amérique égarée qu'elle ne cesse de parcourir.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche24   03 juillet 2016
-Ici et ailleurs-

Certains lieux ne semblent exister que parce quelqu'un a écrit sur eux. Le Kilimandjaro appartient à Ernest Hemingway , Oxford, Mississippi, appartient à William Faulkner, et lors d'une semaine caniculaire en juillet à Oxford, j'ai été amenée à passer une après-midi à marcher dans le cimetière à la recherche de sa tombe, une sorte de visite de courtoisie au propriétaire des lieux. Un lieu appartient pour toujours à celui qui se l'approprie avec le plus d'acharnement, s'en souvient de la manière la plus obsessionnelle, l'arrache à lui-même, le façonne, l'exprime, l'aime si radicalement qu'il le remodèle à sa propre image (...) (p. 323)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
nadiouchkanadiouchka   14 octobre 2016
Chanson de Bob Dylan
Combien de routes un garçon doit-il faire
Avant qu'un homme il ne soit ?
Combien l'oiseau doit-il franchir de mers
Avant de s'éloigner du froid ?
Combien de morts un canon peut-il faire
Avant que l'on oublie sa voix ?

Eh bien mon ami
Ecoute dans le vent
Ecoute la réponse dans le vent.

Combien de fois doit-on lever les yeux
Avant que de voir le soleil ?
Combien d'oreilles faut-il aux malheureux
Avant d'écouter son pareil ?
Combien de pleurs faut-il à l'homme heureux
Avant que son cœur ne s'éveille ?

Eh bien mon ami
Ecoute dans le vent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          214
fanfanouche24fanfanouche24   04 juillet 2016
Ici et ailleurs

Je veux que vous compreniez exactement à qui vous avez affaire: vous avez affaire à une femme qui depuis quelque temps se sent radicalement étrangère à la plupart des idées qui paraissent intéresser les autres. Vous avez affaire à une femme qui, quelque part en cours de route, a égaré le peu de foi qu'elle a jamais eue dans le contrat social, dans le principe de progrès, dans le grand dessein de l'aventure humaine. (p. 307)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
nadiouchkanadiouchka   11 août 2016
Mes amis, je dois m'en aller 
Je n'ai plus qu'à jeter mes clés 
Car elle m'attend depuis que je suis né 
L’Amérique 

J'abandonne sur mon chemin 
Tant de choses que j'aimais bien 
Cela commence par un peu de chagrin 
L’Amérique 

Je reviendrai je ne sais pas quand 
Cousu d'or et brodé d'argent 
Ou sans un sou, mais plus riche qu'avant 
De l'Amérique 

Mais l'Amérique, l'Amérique, je veux l'avoir et je l'aurai 
L'Amérique, l'Amérique, si c'est un rêve, je le saurai 
Tous les sifflets des trains, toutes les sirènes des bateaux 
M'ont chanté cent fois la chanson de l'Eldorado 
De l'Amérique 

L'Amérique, l'Amérique, si c'est un rêve, je rêverai 
L'Amérique, l'Amérique, si c'est un rêve, je veux rêver.

Extrait d'une chanson de Joe Dassin
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
nadiouchkanadiouchka   09 août 2016
L'Amérique, l'Amérique, je veux l'avoir et je l'aurai 
L'Amérique, l'Amérique, si c'est un rêve, je le saurai 
Tous les sifflets des trains, toutes les sirènes des bateaux 
M'ont chanté cent fois la chanson de l'Eldorado 
De l'Amérique 
Mes amis, je vous dis adieu 
Je devrais vous pleurer un peu.
Pardonnez-moi si je n'ai dans mes yeux 
Que l'Amérique 
Extrait de la chanson de Joe Dassin
Commenter  J’apprécie          120
Videos de Joan Didion (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joan Didion
Interview de Joan Didion en 1992.
Dans la catégorie : Etats-unis : 1953...Voir plus
>Histoire des Etats-Unis>Etats-Unis (Histoire depuis 1900)>Etats-unis : 1953... (36)
autres livres classés : hippiesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
327 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre