AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Eric Bordas (Éditeur scientifique)
EAN : 9782253193050
93 pages
Le Livre de Poche (23/05/2001)
3.51/5   216 notes
Résumé :
Par une nuit de fête au cœur de l'hiver, à Paris, Balzac croise l'histoire d'un sculpteur et d'une cantatrice. Récit tout de mystère - il sera levé à la fin - de richesse profuse, de volupté, inouïe, intouchée. La musique et la sculpture échangent leur pouvoir, s'attirent mortellement. Le sculpteur tombera, victime de trois stylets. L'histoire d'amour, comme toutes les énigmes, plonge vers la tombe, vers le cadavre. D'où naissent les statues.

A la su... >Voir plus
Que lire après SarrasineVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (31) Voir plus Ajouter une critique
3,51

sur 216 notes
5
7 avis
4
12 avis
3
8 avis
2
2 avis
1
0 avis
Sarrasine est une nouvelle De Balzac, très fluide, qui sera dévorée en quelques heures (voire moins si vous êtes rapide) et je pense avec plaisir (probablement d'autant plus que vous serez proche de l'âge du protagoniste principal, c'est-à-dire dans les 20-22 ans).

De prime abord, sans jamais avoir rien lu sur cette nouvelle, j'imaginais qu'il s'agissait d'une femme, probablement une demoiselle, nommée Sarrasine, et dont tonton Honoré allait nous conter les mésaventures (Balzac, c'est souvent des mésaventures, faut avouer ce qui est !).

Or, point de tout cela. Sarrasine est un nom de famille, pas un prénom, et il désigne un homme et pas la fameuse demoiselle à laquelle on pouvait s'attendre. Notre Ernest-Jean Sarrasine est donc un jeune sculpteur bourré de talent mais quelque peu fougueux et indomptable à ses heures (on comprend pourquoi le grand Rodin a dédié un peu de son travail à Balzac à la lecture de cette nouvelle qui fait l'éloge de la profession).

Mais voilà, ce qui devait arriver arriva : Sarrasine tomba follement amoureux. La sublime déesse lui inspire moult dessins, études et sculptures, mais il y a un hic. Et quel hic ?... ça, je vous laisse le découvrir car si je vous en dis plus, vous saurez tout avant de l'avoir lue ce qui serait dommage...

Une nouvelle, donc, oui, on se dit que ce n'est pas un très gros morceau de l'œuvre de Balzac et il est vrai qu'elle n'a pas la profondeur de certaines autres de ses œuvres. Mais ne vous fiez pas aux apparences. Cette nouvelle fut jugée tout de même assez intéressante par le grand critique qu'était Roland Barthes pour y dédier toute une étude publiée sous le titre S/Z, rien que cela. Donc, en vous fiez pas trop aux apparences, petite nouvelle mais grandes implications. J'ajoute enfin que ce texte m'a beaucoup fait penser à une autre nouvelle, de Paul Morand cette fois, intitulée La Fleur double.

Stop, je m'arrête là, promis, car le risque de gâcher l'effet est grand, mais, (ne l'oubliez surtout pas), ne vous fiez pas aux apparences... du moins c'est mon avis, c'est-à-dire, pas grand-chose.
Commenter  J’apprécie          1194
Bon ben désolé, j'ai pas accroché.

C'est purement, totalement subjectif. Cette façon d'employer un style descriptif baroque – je l'entends comme « surchargé » – sur la moindre phrase m'a fait l'impression d'être face à l'entrée d'une boîte de nuit sans pouvoir passer l'obstacle du profileur à l'entrée (« toi tu rentres pas »). Je n'ai pas arrêté de me forcer à pénétrer dans le récit pour en être aussitôt éjecté ; une vraie balle de jokari. Chaque fois, je renâclais comme si je devais écarter un voile d'orties avant d'accéder à l'histoire.
Baste, ce style, aussi objectivement brillant soit-il, ne me convient pas.

L'histoire elle-même est intéressante. J'ai apprécié la construction en boîte imbriquées, l'histoire de Sarrasine et de la chanteuse d'opéra Zambinella racontée à l'intérieur de l'histoire du narrateur cherchant à séduire une belle lors d'une soirée de la bonne société. J'ai goûté la chute – qui est malheureusement, dans cette édition Livre de Poche, divulgâchée par le titre de l'annexe dans la table des matières. Il est en effet intéressant de découvrir ce qui pouvait passer pour limite scandaleux, voire obscène, en cette première partie de 19ème siècle. J'ai été impressionné par l'érudition du texte destiné à une revue parisienne – la Revue de Paris – plutôt grand public publiant des « anecdotes sémillantes ». le public visé était-il si cultivé ? de nos jours on préfère lui offrir Closer ou Voici.

Je ne sais pas si ce style est caractéristique de l'oeuvre De Balzac. Si c'est le cas, je vais le laisser définitivement de côté. Mais j'avais apprécié le chef d'oeuvre inconnu donc j'aurais tendance à vouloir lui redonner une chance… un autre jour.
Commenter  J’apprécie          436
Sarrasine est une nouvelle d'Honoré Balzac. La lecture de ce récit fut, pour moi,mitigée tellement j 'eus du mal à entrer
dans l'univers romanesque. Ce que j'ai saisi c 'est qu' il s'agit du jeune, Ernest-Jean Sarrasine issue d' une famille, les Lanti.
Cette dernière est fortunée. Sarrasine n'est intéressé ni par les études ni par aucune carrière. Il aime surtout sculpter.Il va apprendre et se perfectionner chez un grand artiste sculpteur .
C' est en fréquentant l 'opéra qu 'il fera la rencontre de la grande artiste, Zambinella.C 'est le coudre de foudre pour lui et son amour pour Zambinelle, est sans limites.La chanteuse ne peut répondre à son amour brûlant.
le pourquoi et l' issue de ce récit vous les saurez au cours
de la lecture du récit.
Commenter  J’apprécie          470
Courte mais intense nouvelle en deux tableaux tout en clair-obscur, l'un serti dans l'autre, dans laquelle Balzac met en scène les faux semblants d'une réalité à multiple facette à travers un personnage détonnant : Sarrasine.
Dans le premier tableau, nous le découvrons vieillard, jetant son ombre inquiétante sur les invités d'un bal éclatant donné par la mystérieuse famille de Lanty, scène que le narrateur observe tout en y opposant l'obscurité morbide des jardins alentour.
Dans le second tableau, le narrateur raconte à sa voisine de bal l'histoire édifiante de Sarrasine, artiste sculpteur en rébellion contre le conservatisme paternel, foudroyé par une passion trompeuse.
C'est tout, mais c'est gigantesque! tant la toile peinte par le maître Balzac irradie de tumulte et de lumières par ses mots ciselés, laissant sur la rétine le souvenir d'un personnage tranchant et brillant de noirceur.
Un bijou!

Challenge XIXème siècle édition 2018
Challenge Multi-défis 2018
Commenter  J’apprécie          420
Bien que Balzac aime à nous décrire méticuleusement des choses, et bien plus des sentiments en y ajustant autant d'image possible comme s'il goutait à une friandise, ce qui en fait des longueurs, trop de détails mais dans certaines de ces oeuvres, cela en fait des merveilles, évidemment Sarrasine figure dans cette catégorie , une belle nouvelle dont le début fait emprunt à un illustre personnage qui a beaucoup fait couler l'encre du XIXe siècle, un être mystérieux qui apparait sous de différents noms Balsamo, Cagliostro dans la série les mémoires d'un médecin de Dumas, Cagliostro dans Consuelo de George Sand, Comte de saint-Germain dans la marquise de Pampadour de Michel Zevaco, et d'autres, mais ici le personnage n'est que Ernest-Jean Sarrasine, un vieillard dont une simple vue donne des frissons, un vieux sculpteur qui a connu un épisode passionnel et envoutant dans sa jeunesse...
Commenter  J’apprécie          320

Citations et extraits (42) Voir plus Ajouter une citation
Vous m'avez dégoutée de la vie et des passions pour longtemps. Au monstre près, tous les sentiments humains ne se dénouent-ils pas ainsi, par d'atroces déceptions ? Mères, des enfants nous assassinent ou par leur mauvaise conduite ou par leur froideur. Épouses, nous sommes trahies. Amantes, nous sommes délaissées, abandonnées. L'amitié ! existe-t-elle ? […] Paris, dit-elle, est un sol bien hospitalier : il accueille tout, et les fortunes honteuses et les fortunes ensanglantées. Le crime et l'infamie y ont droit d'asile ; la vertu seule y est sans autels.
Commenter  J’apprécie          571
La réserve que M. et Mme de Lanty gardaient sur leur origine, sur leur existence passée et sur leurs relations avec les quatre parties du monde n'eût pas été longtemps un sujet d'étonnement à Paris. En nul pays peut-être, l'axiome de Vespasien n'est mieux compris. Là, les écus, même tachés de sang ou de boue, ne trahissent rien et représentent tout. Pourvu que la haute société sache le chiffre de votre fortune, vous êtes classé parmi les sommes qui vous sont égales, et personne ne vous demande à voir vos parchemins, parce que tout le monde sait combien peu ils coûtent.
Commenter  J’apprécie          390
- Ah! s'écria-t-elle en se levant et en se promenant à grands pas dans sa chambre. [...] Vous m'avez dégoutée de la vie et des passions pour longtemps. Au monstre près, tous les sentiments humains ne se dénouent-ils pas ainsi, par d'atroces déceptions? Mères, des enfants nous assassinent ou par leur mauvaise conduite ou par leur froideur. Épouses, nous sommes trahies. Amantes, nous sommes délaissées, abandonnées. L'amitié! existe-t-elle? Demain je me ferais dévote si je ne savais pouvoir rester comme un roc inaccessible au milieu des orages de la vie. Si l'avenir du chrétien est encore une illusion, au moins elle ne se détruit qu'après la mort. Laissez-moi seule.
Commenter  J’apprécie          200
Tous les membres de cette famille parlaient l'italien, le français, l'espagnol, l'anglais et l'allemand, avec assez de perfection pour faire supposer qu'ils avaient dû longtemps séjourner parmi ces différents peuples. Étaient-ce des bohémiens? Étaient-ce des flibustiers?
Quand bien même ce serait le Diable! disaient de jeunes politiques, ils reçoivent à merveille.
Commenter  J’apprécie          310
— Ce vieux, qui se cache et n'apparaît qu'aux équinoxes ou aux solstices, m'a tout l'air d'un assassin…
— Ou d'un banqueroutier…
— C'est à peu près la même chose. Tuer la fortune d'un homme, c'est quelquefois pis que de le tuer lui-même.
Commenter  J’apprécie          420

Videos de Honoré de Balzac (159) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Honoré de Balzac
Découvrez les personnages de la Comédie humaine De Balzac à travers 4 vidéos produite par la Maison de Balzac : Eugénie Grandet, Eugène de Rastignac, le Baron de Nucingen et Vautrin.
autres livres classés : castratsVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (545) Voir plus



Quiz Voir plus

Connaissez-vous La Peau de Chagrin de Balzac ?

Comment se comme le personnage principal du roman ?

Valentin de Lavallière
Raphaël de Valentin
Raphaël de Vautrin
Ferdinand de Lesseps

10 questions
1321 lecteurs ont répondu
Thème : La Peau de chagrin de Honoré de BalzacCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..