AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Paul Alexandre (Traducteur)
EAN : 9782221080085
539 pages
Éditeur : Robert Laffont (12/09/1999)

Note moyenne : 3.98/5 (sur 88 notes)
Résumé :
1750. Tonio, héritier d'une riche familIe vénitienne, spolié et castré à l'âge de quinze ans, vit désespéré à l'idée de ne plus être " un homme ". Il trouvera le salut dans la musique et sa force dans la haine des siens. Guido, fils de paysans calabrais, lui aussi castré enfant, perd sa belle voix à dix-huit ans et devient compositeur. Guido rencontre Tonio et devient son professeur. A eux deux, ils pourront avoir le monde à leurs pieds et enfin mettre en oeuvre leu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
soleil23
  27 janvier 2015
D'habitude, en mettant les pieds dans ma librairie préférée « Des Arts et des Lettres », je ne sais vraiment pas sur quoi je vais tomber ni ce que je vais acheter mais ma seule certitude c'est que je ne sortirais pas les mains vides. Une fois à l'intérieur, les titres dansent devant mes yeux et les couvertures sont plus tentatrices que jamais surtout celles dont le rouge m'attire instantanément.
Mais cette fois, je savais trop bien ce qui me tenait à coeur pour ma première lecture de 2015 grâce à ma petite liste de pense-bête de Babelio. C'est simple, je le résume par ceci :
Je voulais un roman magique
Je voulais un roman qui ne me déçoit pas
Je voulais un roman d'un auteur que j'aime
Je voulais un roman qui dépasse les 700 pages

Et quand je tombe sur « La voix des anges », je n'hésite pas et je ne lis même pas la quatrième de couverture. C'est un feeling qui me dit c'est lui ! le soir même, dans le silence d'une nuit glaciale, je plonge dans un monde presque irréel. Mais où sont les anges ? Et là, je découvre que le thème abordé est les castrats qui ont fait la gloire de l'Opéra Italien et de l'Europe. Plus précisément, c'est l'histoire de Tonio, cet enfant à la voix cristalline. On le suit de Venise à Naples puis à Rome où son destin se joue d'une manière sublime. Je lis et la musique m'accompagne, la voix de l'ange continue à vibrer avec les mots.
Anne Rice m'a, encore une fois, fait passer un très bon moment de lecture. La douceur est si présente et la cruauté aussi. Ce roman nous tient par les tripes et le coeur. Et quand Bettichino cria « Silence ! », j'ai eu la chaire de poule et les larmes aux yeux ! Il faut lire ce roman pour ressentir l'effet de ce cri et puis de cette voix des anges.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Varaha
  16 mars 2017
Un superbe récit sur l'histoire de l'opéra et par là même sur la terrible vie des castrats de l'époque. Tout et tous se mêlent ici : les nobles, les pauvres, les grands chanteurs et les jeunes amateurs sans futur.
« Sa vie durant, d'aucuns diraient de lui : « Comme il est laid ! », tandis que d'autres s'exclameraient : « Ah, qu'il est beau ! » »
L'écriture est poétique, romantique à souhait et reste légère malgré le sérieux du sujet. Déchirures intra et inter familiales, jalousies et envies de pouvoir suivre ses rêves sont les pierres fondatrices de ce récit.
Les paysages d'Italie sont superbement décrits : Venise, Naples, le Vésuve, ... Toutes ces images appellent au voyage et à l'émerveillement.
« Ce n'était que Naples ; ce n'était que le paradis ; la terre et le ciel et la mer, Dieu et les hommes, et rien, absolument rien de tout cela ne pouvait émouvoir Tonio. »
La souffrance des castrats et leur émerveillement pouvant être ressentis lorsqu'ils se rendent compte que même mutilés, certaines libertés existent toujours. L'amour a une part fort importante dans ce récit, tant désir et amour physique qu'amour de la musique et du chant.
« Cette voix n'avait aucune résonance cuivrée, elle évoquait les bois plutôt que les cuivres, la sonorité un peu assombrie du violon plutôt que celle, plus mate, de la trompette.
C'était un castrat, forcément ! »
A certains moments, l'amour physique prend, à mon goût, un peu trop le devant de la scène, même si c'est nécessaire pour montrer l'évolution physique et mentale du jeune héros.
« Tu es prêt à me prendre mon nom, prêt à me prendre mon sexe, tout cela au nom de la musique et de ce que l'on doit faire pour réussir, et à présent, au nom des mêmes contingences, tu m'expédies dans le lit du cardinal... »
L'auteur nous parle aussi de l'évolution des prestations, de l'opéra, de la musique, toujours en fonction des désirs du public et de la population.
« C'était donc cela la voix humaine, et cela correspondait bien à ce qu'il en avait toujours entendu dire : un instrument si puissant et si parfaitement réglé que tous les autres paraissaient débiles à côté de lui. »
En résumé, ce livre est une superbe histoire d'amour, qui se joue entre un compositeur et son interprète de choix, entre la population et les salles où la musique est jouée, et finalement entre le héros et sa voix, son don. Chaque histoire d'amour est aussi un combat, doux et puissant à la fois.
« Mais l'ornementation d'une mélodie est un mécanisme plus complexe. Il ne s'agissait pas seulement d'apprendre de nouveaux sons ou de nouvelles combinaisons de sons, il fallait encore se forger l'instinct qui permet au chanteur de les ajouter à la mélodie de son propre chef et au juste moment. »
Ce combat peut prendre des directions inattendues, ce qui fait de la chute du récit ce qu'elle est, juste magnifique.
La post-face lève un coin de voile sur le travail de titan qu'a réalisé l'auteur pour pouvoir nous donner autant de détails sur la vie et la voix des anges.
Pour le multi-défis 2017, je classe ce livre dans l'item 59. Un livre qui met à l'honneur la musique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Patience82
  27 septembre 2015
En Italie, au milieu du XVIIIème siècle, Guido Maffeo est castré à l'âge de 6 ans, envoyé dans un conservatoire à Naples, mais perd sa voix à 18 ans. Tonio Treschi, héritier d'une riche famille de Venis est castré à l'âge de 15 ans contre son gré. Guido va alors composer pour Tonio, et Tonio préparera sa vengeance.
J'ai bien aimé dans l'ensemble, mais certains passages sont trop long voir inutiles. La vengeance de Tonio n'est pas assez souvent mise en avant dans l'histoire à mon goût, je m'attendais à ce que cela prenne plus de place. L'histoire se suit quand même bien, l'écriture est plaisante même si je n'ai pas vraiment ressenti tous les sentiments de haine et d'amour des personnages, et j'ai appris des choses sur les castrats de l'époque.
Commenter  J’apprécie          40
simonjean
  04 juin 2019
"La voix des anges" est le premier roman d'Anne Rice que je lis ...
et restera sans doute le seul .
Le livre est intéressant pour son côté documentaire
historique ( la vie des castrats dans l'Italie du XVIIIe ) mais que de longueurs ...tellement de pages où il ne se passe rien !
Ce roman de 880 pages aurait été plus prenant et plus agréable à lire avec 200 pages de moins ...
Si tous les livres d'Anne Rice manquent ainsi de rythme , ça ne me donne pas très envie ...
Commenter  J’apprécie          50
PauseEarlGrey
  02 mai 2016
Au-delà de l'aspect historique sur lequel je n'ai rien à dire, il y a l'histoire et l'intrigue dont je veux aussi vous toucher quelques mots. le livre est assez long, presque 900 pages, et il est donc nécessaire d'avoir une intrigue qui tient la route. Pourtant, avec un peu de recul, je me suis aperçue que l'intrigue en soit n'existait pas vraiment. Certes, il y a bien ce désir de vengeance qui sous-tend le roman mais au final, elle ne se trouve pas au coeur du récit. Au coeur du récit, c'est la vie de castrat que l'on retrouve et l'acceptation d'un corps nouveau et d'une identité sexuelle. Tonio est né dans une famille riche en tant que garçon, et même en tant que seul héritier mâle. Autant dire qu'après l'opération qu'il subit contre sa volonté, le garçon est perdu dans son identité. Finalement c'est cette recherche d'identité qui fait l'intrigue car la vengeance passe au second plan et le dénouement tient en une cinquantaine de pages....
Lien : https://pauseearlgreyblog.wo..
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
AymAym   13 février 2014
Quand Tonio Treschi avait cinq ans, sa mère l’avait fait tomber dans l’escalier. Elle ne l’avait pas poussé. Elle avait seulement tenté de le gifler. Mais il avait glissé sur le carrelage de marbre, dégringolé de marche en marche, et il était arrivé tout en bas dans un état de panique atroce.
L’amour qu’elle portait à son fils était jalonné de gestes cruels et imprévisibles ; Tonio était ainsi déchiré sans cesse entre l’amour et la terreur et il aurait peut-être oublié l’angoissante dégringolade dans l’escalier si, ce soir-là, pour se faire pardonner, sa mère ne l’avait pas emmené à Saint-Marc où le père de Tonio prenait part à une grande cérémonie. Andrea Treschi était membre du Grand Conseil, et la basilique de Venise représentait la chapelle personnelle du doge. Tonio vécut cette soirée comme un rêve : il devait s’en souvenir toute sa vie.
Après sa chute, il s’était caché des heures durant. Tonio connaissait mieux que personne les coins et les recoins du palais Treschi, demeure Renaissance fort délabrée, dont les quatre étages dissimulaient quantité de cabinets et d’armoires propres à s’y dissimuler. L’obscurité ne faisait pas peur à Tonio, il ne craignait pas de se perdre, et les rats ne l’effrayaient pas : il suivait avec intérêt leurs galopades et il aimait observer, sur les murs et les plafonds décorés de fresques, les ombres et les lumières projetées par les reflets du Grand Canal. Ces parois décrépites, bien davantage que le monde extérieur, constituaient le paysage obligé de son enfance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
soleil23soleil23   23 janvier 2015
P 35...
Les anciens entrepôts exhalaient encore la senteur des épices qui avaient été apportées jadis d’Orient, à l‘époque où les bateaux de commerce s’arrimaient à la porte même du palais pour y décharger des trésors de tapis, de joyaux, de cannelle, de soieries. Il en restait les traces, rouleaux de cordes pourrissants, poignées de paille et les âcres effluves d’anciens parfums mêlés, si attirants.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
soleil23soleil23   23 janvier 2015
P127
Tonio se laissa aller en arrière sur son siège avec un sourire béat. C’était donc cela la voix humaine, et cela correspondait bien à ce qu’il en avait toujours entendu dire : un instrument si puissant et si parfaitement réglé…
Quand Caffarelli eut terminé, toute la salle éclata en applaudissements… Tout autour de Tonio, des voix lançaient un même cri d’hommage vulgaire et crû :
``Evviva il coltello``
Evviva il coltello : et Tonio reprenait le cri à tue-tête. Oui, ``vive le couteau`` qui avait fait de cet homme un castrat et qui, en lui dérobant sa virilité, avait à jamais préservé ce glorieux soprano.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
PauseEarlGreyPauseEarlGrey   13 avril 2016
Même les couleurs et les senteurs du conservatoire lui paraissaient plutôt plaisantes. En particulier, il lui semblait sentir flotter dans les couloirs une odeur de bois évocatrice de violons et de violoncelles, et cela l'enchantait. Il aimait aussi les sons des salles d'exercices revenant peu à peu à la vie.
Commenter  J’apprécie          20
soleil23soleil23   23 janvier 2015
P165
``Au temps jadis, murmura Carlo, toutes les femmes portaient de ces voiles, et leur beauté s’en trouvait rehaussée. C’était un peu du mystère de l’Orient qu’elles emportaient avec elles dans les rues…``
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Anne Rice (87) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne Rice
Anne Rice discussing the future of the Mayfair Witches, October 2015
autres livres classés : castratsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Anne Rice et son oeuvre

Anne Rice est devenue célèbre grâce à ses Chroniques des Vampires, quel est le titre du tout premier tome ?

Lestat le vampire
Entretien avec un vampire
Le Lien maléfique
Vittorio le vampire
La Reine des damnés

10 questions
166 lecteurs ont répondu
Thème : Anne RiceCréer un quiz sur ce livre