AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Les Diaboliques (63)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
Fabinou7
  10 avril 2018
N'avez-vous jamais ressenti la tentation intempestive, lors d'un déjeuner en famille, un de ces dimanches de printemps, attablé entre votre vieille tante dévote et face à votre cousine compassée, de tenir un propos malaisant et d'une obscénité telle qu'il ferait suffoquer votre vieille tante et défaillir votre pauvre cousine ?

Eh bien ! Sous couvert de prêcher le mal pour en dégoûter les bons dévots, Barbey d'Aurevilly nous lègue six nouvelles énigmatiques et licencieuses à souhait, pour le seul « plaisir aristocratique de déplaire » comme l'eût dit Baudelaire.

Entendons-nous bien. Il ne s'agit pas d'un roman cru ou érotique à la Pierre Louÿs, Apollinaire ou D.H. Lawrence. Mais si l'on se glisse un instant sous la soutane d'un sympathisant jésuite de la fin du XIXème siècle on peut imaginer la subtile indécence de ces nouvelles.

D'ailleurs, cet ouvrage, archétype du dandysme littéraire, ne manque ni d'espièglerie, ni d'effronterie, tant et si bien que le Parquet de Paris songea à intenter une action pour atteinte à la morale publique.

C'est que derrière le plaisir coupable de mettre en scène ces femmes à la morale jugée dissolue, le lecteur découvre un écrivain minutieux à la plume sophistiquée. Outre l'éminente qualité littéraire, le lecteur est saisi par la sensualité qui, puisant sa source dans l'encrier, afflue le long de la plume et se distille sur les feuillets pour enfin innerver toute la langue « aurevillienne ».

En fait d'architecture, ces nouvelles sont d'anatomie comparable (à l'exception de « la vengeance d'une femme ») : le narrateur rencontre un personnage masculin, Don Juan (lui-même), un athée repenti ou un militaire en fin de carrière, qui lui confesse un évènement dont il fut acteur ou témoin et impliquant une femme. La « diabolique » est dépeinte de l'extérieur et à aucun moment le lecteur n'accède à ses pensées, ses ressorts, ses mobiles. C'est un personnage distancié dont la silhouette, cachée derrière un rideau cramoisi, reste ambiguë.

Le charme réside également, genre littéraire oblige, en une chute plus sibylline que le récit lui-même.

Ce n'est pas à dire que le récit ne présente pas d'intérêt car, si certains critiques ici jugent le style trop verbeux et l'action peu haletante, cette indéniable et volubile nonchalance est finalement repêchée par la malice du verbe et l'esthétisme de la forme.

Il nous faut à présent dire un mot de la dernière nouvelle, coup de coeur personnel, « la vengeance d'une femme », dont la structure est quelque peu différente. Première différence notable, les prolégomènes dandys des premières pages passent à la trappe au profit salutaire d'une narration à la mécanique plus accrocheuse. Seconde singularité, le lecteur accède enfin au discours direct d'une « diabolique » car il ne s'agit plus de propos rapportés mais d'un personnage principal féminin qui s'exprime pour son compte.

Il ne tient qu'à vous désormais d'entreprendre le périple jusqu'à la Normandie natale de Barbey, sur les traces de ces Diaboliques dont certains villageois, autour d'une partie de whist, susurrent encore les méfaits.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7613
PhilippeCastellain
  03 novembre 2019
Il y a dans « Les diaboliques » matière à susciter une haine quasi générale. On tient là une oeuvre libertine dans toute sa splendeur : morgue aristocratique et misogynie triomphante. La Femme (avec un grand F) est meuble, cible ou trophée sur une étagère, au choix. Celle-ci ne s'en offusque pas particulièrement : certes elle est en dessous de l'Homme aristocratique. Mais en dessous d'elle, il y a l'homme (avec un petit h) du peuple ; elle est assurée de sa supériorité sur lui, et le range parmi les utilitaires. On se plaint moins de son infériorité quand on est soi-même le supérieur de quelqu'un. Dans ce monde où le principe d'égalité entre les hommes n'est rien de plus qu'une chimère ridicule, on tue le temps comme on peut. Et quant on a épuisé les ressources de la chasse et du jeu, on écoute les souvenirs des vieux séducteurs impénitents.

Normalement à ce stade, 10% de ceux qui ne l'ont pas encore lu salivent, 10% restent perplexe, et les 80% restant l'ont rayé de leur liste au feutre rouge. Et ils ont tort.

Ils ont tort, car Barbey d'Aurevilly atteint une qualité d'écriture qui n'est pas vraiment égalable. Ils ont tort, car cette beauté mâtinée d'élégance décadente amplifie et pousse aux extrêmes les sentiments qui font l'objet de ces six nouvelles, surtout quand il s'agit de vengeance ou de haine. Ils ont tort, car c'est un monde agonisant qu'il décrit. Une à une, nouvelle après nouvelle, toutes ces beautés aristocratiques se fanent et s'éteignent. Et derrière elles, robuste, surgit la silhouette sculpturale d'une maître d'armes plébéienne, au poignet et au tempérament de fer ; un monde nouveau qui s'annonce...

Oui, 'Les Diaboliques' sont le dernier feu et la dernière flamme de l'aristocratie mourante, qui pendant mille ans régna sur l'Europe. Quant elle vit sa fin proche, elle eut pour elle le même regard de mépris qu'elle avait eu pendant des siècles pour les hommes et les femmes du peuple. Et c'est ce moment qu'a capté Barbey d'Aurevilly.

Quand bien même les particules et les regards de haut vous hérissent le poil, ne vous privez pas de cet instant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6113
Kittiwake
  24 juin 2015
Douloureuse épreuve! (Fini uniquement pour cause de club de lecture…)
Ce sont six nouvelles de quarante pages, dont le fil rouge est censé apparaitre dans le titre.
Même en cherchant bien, à part dans quelques interjections ou insultes, le Malin n'est pas vraiment présent (amateurs d'épouvante, plongez-vous plutôt dans Amityville).
Chaque nouvelle m'a semblé boursouflée, faite d'une accumulation de portraits détaillés sans lien réel avec la mince intrigue qui en fait le squelette, truffée de références qui étaient sûrement parlantes en 1870.
Le style est lourd, verbeux, et il est tout à fait possible pour se sortir de ce guet-apens de parcourir les pages en diagonale : la montagne accouche à chaque fois d'une souris.

C'est rare, mais cette fois, rien ne réussit à rattraper le candidat….

Lien : http://kittylamouette.blogsp..
Commenter  J’apprécie          461
Fortuna
  19 octobre 2019
A travers ces six récits effroyables, Barbey d'Aurevilly raconte la passion amoureuse, dévorante, diabolique, au delà de toute morale. du bonheur que n'assombrit pas le crime à la vengeance d'une femme amoureuse, de la jalousie d'une mère à l'amour d'une fille pour l'amant de sa mère, de l'athée endurci qui va confier au prêtre une bien douloureuse relique à la jeune fille possédée par un amour mortel… toutes ces histoires tiennent du Diable.

Si la sensualité est sans limites, si le crime est dicté par les plus noirs ou les plus célestes desseins, rien ne l'arrête quand la pureté se mêle aux plus sombres désirs, jusqu'à jeter une fière duchesse espagnole dans la déchéance de la prostitution. Et dans ces calmes petites villes de Normandie où le temps semble parfois arrêté, un pot de fleurs peut dissimuler de bien lourds secrets, un rideau cramoisi de bien lugubres souvenirs, comme si la vie avait tenté de s'y épanouir pour être étouffée sous le poids du quotidien. Car la mort guette, une mort parfois tragique parfois héroïque, celle des splendeurs passées, des époques perdues.

Barbey nous transporte sur des chemins sombres, dans ces nuits obscures de l'âme humaine où parfois le ciel se déchire sur une lueur rouge comme une trace de sang dans laquelle il va tremper sa plume de conteur...diabolique ! Et on s'en délecte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          450
Foxfire
  07 décembre 2017
Jules Barbey d'Aurevilly était un homme de paradoxes et de contradictions. A la fois catholique affirmé et dandy jouisseur, ses récits sont teintés d'une certaine ambivalence, partagés entre un certain moralisme religieux et une fascination pour le mal. C'est cette ambiguïté et cet attrait pour « le sublime de l'enfer » qui font le charme de ses récits en les empêchant de sombrer totalement dans le rigorisme moralisateur. Cette personnalité complexe n'est pas la seule qualité de l'auteur. Il faut reconnaitre que la langue est séduisante, Barbey d'Aurevilly écrit beau. Mais une belle plume ne suffit pas toujours. Je n'ai pas été entièrement séduite par ce recueil de nouvelles. « Les diaboliques » offre à la fois le pire et le meilleur.

La 1ère nouvelle, « le rideau cramoisi » fait indéniablement partie des réussites du recueil. Cette histoire est un petit bijou. L'intrigue, très bien menée, fait la part belle au mystère et à la sensualité. L'auteur joue sur une ambiance quasi gothique, à la lisière du surnaturel, où se mêlent joliment Eros et Thanatos. Classique, me direz-vous. Certes, mais quand c'est bien fait on ne boude pas son plaisir.

Sur le 2ème récit, intitulé « le plus bel amour de Don Juan », j'aurais bien du mal à émettre un jugement. En fait, j'ai complètement oublié cette nouvelle. Ce n'est qu'en tombant sur le sommaire à la fin de l'ouvrage que l'existence même de ce récit m'a été rappelée. Un texte totalement oublié quelques jours après sa lecture, ça n'est pas bon signe.

« le bonheur dans le crime » est l'autre perle des « diaboliques ». Cette nouvelle au titre digne du Marquis de Sade est savoureuse. La finesse des portraits psychologiques vient mettre en valeur une histoire bien menée. le récit est parcouru d'une jolie sensualité troublante dans l'évocation des amours des personnages. Enfin, la conclusion est assez osée. La morale n'est pas sauve, les amants criminels vivent heureux. Cette audace fait toute la saveur de cette nouvelle.

« le dessous de cartes d'une partie de whist » me laisse une impression plus mitigée. Si le fond de l'intrigue est intéressant et si les portraits psychologiques sont encore une fois assez subtils, cette nouvelle m'a parue très longue. L'auteur délaye, étire, allonge son récit d'une façon qui m'a semblé souvent artificielle. J'ai parfois eu l'impression que Barbey d'Aurevilly se regarde écrire et surtout je me suis ennuyée.

« A un diner d'athées » est la nouvelle qui me pose le plus de problèmes. Tout d'abord sur la forme. le récit est assommant durant les 50 premières pages. Dommage pour une nouvelle d'une soixantaine de pages. Il s'agit d'un dîner où se réunissent divers personnages, réputés pour leur conviction athéiste. L'un d'eux va raconter aux autres convives une anecdote horrible. Pendant 50 pages, l'auteur va dresser le portrait psychologique de ce narrateur. D'une part, il le fait d'une façon prodigieusement ennuyeuse (quel besoin de s'appesantir sur la généalogie et la carrière militaire de ce personnage?!) et d'autre part cela n'a pas grand intérêt puisque ce personnage n'est là que pour raconter. C'était long, mais long… Ajoutez à cela le regard accusateur et sans nuance que l'auteur porte sur les athées (en gros, c'est la lie de l'humanité, des gens sans aucun sens moral, qui se plaisent à se vautrer dans l'abject) agrémenté çà et là de quelques sorties antisémites et vous obtenez un texte insupportable. Ou plutôt qui le serait s'il ne se concluait pas par un dénouement hallucinant, une scène d'une violence inouïe qui réveille le lecteur en lui foutant une grande claque dans la gueule. Ce passage, s'il ne fait pas de ce « à un dîner d'athées » une bonne nouvelle, il fait regretter que Barbey d'Aurevilly ne se soit pas contenté de raconter simplement son histoire sans alourdir son récit de ses conceptions réductrices. Derrière l'auteur qui se regarde écrire, on sent qu'il y aurait pu avoir un grand écrivain d'horreur gothique s'il n'avait pas caché un talent de conteur derrière une écriture parfois prétentieuse.

Talent de conteur qu'on retrouve dans la dernière nouvelle « la vengeance d'une femme ». Dans ce très bon récit, rondement mené, l'auteur fait encore une fois preuve d'un talent certain pour décrire le sordide. Talent dans la description de ces horreurs mais aussi imagination et audace, qui culminent dans une scène atroce où Bien sûr on pourrait regretter la touche de misogynie qu'on sent poindre parfois, ici comme dans tous les récits du recueil d'ailleurs (la femme est par nature vénéneuse), mais il faut replacer l'oeuvre dans son époque, c'était là une conception largement répandue.

J'ai eu beaucoup de mal à venir à bout de ces textes. Une écriture dense, de nombreuses références culturelles et historiques rendent la lecture ardue. Je n'ai donc pas eu le courage de me plonger ensuite dans le dossier analytique qui venait compléter mon édition.

Une lecture en demi-teinte donc mais que je suis tout de même contente d'avoir faite. Tout d'abord pour ma culture générale, Barbey d'Aurevilly est un auteur qui a influencé nombre d'écrivains, je suis donc contente de l'avoir lu. Ensuite parce que certaines nouvelles étaient très réussies. Je pense que je lirai un jour « une vieille maîtresse », une autre de ses oeuvres cultes, mais ce sera certainement dans plusieurs années.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          405
gill
  29 mai 2013
Fuyant la guerre et la Commune, Barbey d'Aurevilly trouva refuge en Normandie, à Valognes, dans le Cotentin, et c'est là qu'il écrivit les dernières lignes de son fameux volume "Les Diaboliques".
Vingt ans se sont passés entre le projet, initialement intitulé "Ricochets de conversation" et la première parution du livre en octobre 1873.
Il est composé de six nouvelles :
"Le rideau cramoisi", " le plus bel amour de Don Juan", "Le bonheur dans le crime", "Le dessous de cartes d'une partie de whist", "Un dîner d'athées" et "La vengeance d'une femme".
En décembre 1870, dans une préface provisoire, l'auteur met en garde :
"Les histoires sont vraies. Rien n'est inventé. Tout vu. Tout touché du coude ou du doigt. "Les Diaboliques" ne sont pas des diableries, ce sont des diaboliques : des histoires réelles de ce temps civilisé et si divin que, quand on s'avise de les écrire, il semble que ce soit le Diable qui les ait dicté..."
Le 11 décembre, le vent est aux saisies et le procureur général fait enlever chez l'éditeur, M. Dentu, pour attentat à la morale publique, tous les exemplaires restants
Gambetta plaida la cause de Barbey d'Aurevilly auprès du garde des Sceaux. L'affaire fut stoppée.
En 1908, Léopold Delisle, qui était natif de Valognes, déclina l'honneur, soixante ans après, de faire partie du comité célébrant le centenaire de Barbey d'Aurevilly, à cause du "Dessous de cartes d'une partie de whist".
Personne, aujourd'hui ne conteste plus au livre sa qualité de chef-d'oeuvre. "La littérature inacceptable de 1850 est devenue suprême et définitive consécration".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          394
ibon
  06 mars 2013
Six nouvelles diaboliques et donc pas très catholiques. Ce qui a valu à son auteur un procès pour immoralité en 1874. Pourtant fervent catholique, Barbey, c'est vrai, se lâche souvent dans ces nouvelles afin, dit-il, de "terroriser le vice". Il semble alors se complaire dans la description de personnages aux moeurs pas très délicates.
Je trouve qu'il y parvient très bien avec un suspense hitchcockien.

Le rideau cramoisi
Un jeune soldat est hébergé dans une chambre chez un vieux couple. Leur fille arrive un soir et sa vie bascule.

Le plus bel amour de Don Juan
A 50 ans, Don Juan retrouve 12 anciennes maîtresses lors d'une soirée et leur raconte son plus bel amour.

Le bonheur dans le crime
Hauteclaire est belle et donne des leçons d'escrime. le comte de Savigny, bien que fraîchement marié, ne manque pas de venir l'admirer jusqu'à ce qu'elle disparaisse.

La vengeance d'une femme
Robert de Tressignies se promène tard un soir et rencontre une prostituée.

Bien que je ne sois pas parvenu à lire "Le dessous de cartes" et "A un dîner d'athées" parce qu'elles m'ennuyaient, les 4 nouvelles citées plus haut sortent du lot et méritent le coup d'oeil.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
Meps
  26 juin 2020
Je n'ai d'abord connu de Barbey d'Aurevilly qu'un nom qui fleure bon son XIXème ( siècle hein, pas arrondissement, pour les parisiens qui me lisent). J'aurais eu du mal à le situer, poète, romancier, même peintre qui sait...

Et puis, ses Diaboliques se sont imposées à moi à deux reprises : pendant la lecture de l'Homme aux gants de toile de Jean de Varende, où l'auteur invente même une septième Diabolique et l'insère dans le roman; quelques jours plus tard, dans une émission de radio, où l'oeuvre est évoquée et encensée comme une lecture majeure. En littérature comme en amour, les signes sont essentiels, et je les ai donc suivi.

Ce qui frappe tout d'abord, c'est le style, recherché, intelligent, raffiné. J'ai lu notamment qu'il compte de nombreux héritiers dans la littérature française... dont Proust, qui n'est pas le moindre. Ce style s'enrobe d'un ton ironique, volontiers provocateur. L'auteur a beau chercher à se justifier dans son avant-propos en donnant un soi-disant objectif moral à ses histoires, le lecteur n'est pas dupe. On sent dans ses mots un plaisir immense à choquer, à trouver la tournure qui saura aller piquer au vif son époque. J'ai parfois eu l'impression de me retrouver devant un chroniqueur télévisé caustique dont le but est avant tout de faire le buzz. Et quand on regarde la biographie de l'animal, on découvre qu'il a surtout été connu comme critique littéraire avec notamment des mots très durs contre Flaubert ou Zola. On apprend aussi qu'il a théorisé le dandysme avant Baudelaire, et qu'est-ce qu'un dandy sinon un mondain volontiers dédaigneux de ses contemporains.

Il faut également parler de l'image de la femme qu'il renvoie. Dans son avant-propos, il reconnait que le titre de son livre pourrait très bien convenir aux femmes qu'il décrit. Même s'il promet d'écrire en contrepoint un recueil pour glorifier les femmes sages et de l'appeler les Célestes, il ironise immédiatement sur le fait qu'il aura peut-être du mal à en trouver... Il se fait sans doute le reflet du machisme de son époque, mais cherche surtout à faire rire son lectorat masculin, par des blagues de connivence virile.

Les aventures sexuelles sont le coeur de ses récits, même s'il prend beaucoup de précautions littéraires (il répugne ainsi à utiliser le mot putain dans La vengeance d'une femme, préférant utiliser la périphrase "Elle se rima elle-même en tain, comme un crocheteur qui l'aurait insultée"). Mais c'est sans doute dans ses moqueries de l'aristocratie et de la religion qu'il aura le plus choqué son époque. La nouvelle A un dîner d'athées lui permet ainsi toutes les plaisanteries anti cléricales possibles, tout en se plaçant lui-même d'un point de vue extérieur et critique qui sauve les apparences. Il utilise d'ailleurs à chaque fois le biais de l'anecdote racontée par un tiers, ce qui lui permet de mettre à distance le propos, grâce au "On m'a dit que" et en même temps, de renforcer la vraisemblance de chaque récit, car il précise régulièrement qu'il a changé les noms mais que tout est vrai.

On pourrait penser que ce sarcasme en continu tout au long des six nouvelles serait à force lassant... mais l'expérience est finalement assez réjouissante, le ton moderne alors que Zola lui reprochait d'avoir deux ou trois siècles de retard. L'éclairage donné sur son siècle est original et c'est ce que relève Proust qui va surtout y chercher le monde unique révélé par l'artiste. Les signes étaient donc postés là pour me faire découvrir une vraie voix de son temps, que je projette de découvrir via un roman pour voir si son ironie trouve sa place dans une forme plus longue.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          296
Shan_Ze
  16 mars 2019
Jules Barbey d'Aurevilly, je ne connais que de loin, cité lors des lointains cours de français. C'est à l'occasion d'une lecture commune que j'ai pu le découvrir. Les diaboliques c'est un recueil de six nouvelles. Six nouvelles assez dérangeantes...
Dans le rideau cramoisi, c'est un jeune militaire qui s'éprend de la jeune fille de ses hôtes mais il va se retrouver pris dans une situation quelque peu génante. L'auteur explore tout à tour, désir et désespoir du jeune homme mais le personnage au centre de la nouvelle est bien Alberte, qui devient la preuve d'une faute...
Dans le plus bel amour de Don Juan, on présente le compte de Ravila qui raconte la plus belle conquête. La chute est à la hauteur des attentes de ses convives mais des lecteurs ?
Dans le bonheur est dans le crime, l'auteur raconte la passion qui nait entre Mlle Hauteclaire Stassin et le comte de Savigny. Un amour tellement fort qu'il peut briser qu'il trouve entre eux...
Dans le dessous de cartes d'une partie de whist, on découvre des femmes et leurs petits et horribles secrets. Cette nouvelle met beaucoup de temps à se mettre en place et n'a pas plus éveillé mon intérêt que cela...
Dans A un diner d'athées, on raconte la rencontre de Mesnilgrand à l'église, que fait-il donc là ? Mesnilgrand parle de sa passion brève et secrète avec la femme de son major... L'auteur ne manque pas de qualificatifs pour évoquer la fausse pureté de la femme, le final est assez troublant...
Dans La vengeance d'une femme, une prostituée raconte son histoire assez troublante, un mariage de raison et un amour tué à la racine... très forte aussi dans sa narration, on sent toute la haine que celle-ci éprouve.
Contente d'avoir découvert l'auteur mais je ressors mitigée de cette lecture, l'introduction des nouvelles, pour arriver au coeur de l'histoire est très longue et lasse. Ce qui m'a amené à découper ma lecture des nouvelles par fragments. L'auteur ne semble pas avoir une image très flatteuse de la femme : tour à tour, allumeuse, vengeresse, facile, criminelle... diabolique. Oui j'ai aimé sa belle plume, même si elle a tendance à s'étendre un peu dans la description des différentes poupées gigognes qui entourent ses histoires, on s'ennuie avant d'arriver au coeur du sujet. Dommage aussi que la misogynie ressorte un peu trop à mon goût de ses nouvelles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          292
lauredanse
  06 mai 2013
Dans ce livre, recueil de six nouvelles plus ou moins longues, Barbey d'Aurevilly nous parle de toutes ces femmes aux multiples facettes, pouvant être froides, méprisantes, impassibles, comédiennes, vengeresses, cruelles, manipulatrices, même démoniaques, au choix… Tout en étant d'un autre côté fougueuses, maladroites, amoureuses, passionnées… au choix… Ici les femmes sont les dominantes, celles qui ont le dernier mot, et les hommes sont les pauvres victimes d'un ensorcellement, d'un pouvoir magnétique de la femme, comme la mante religieuse. Ce qui n'empêche pas de trouver aussi des hommes cruels, meurtriers, vengeurs. de la simple vengeance au meurtre, à la folie, où sont les limites ? Des souvenirs parfois glaçants pour ces hommes qui en ont croisées, dans l'admiration pour certains.

Ici le narrateur est toujours le témoin d'une histoire qu'on le lui a racontée et le retranscrit au lecteur. Nous sommes au 19ième siècle et l'on y croise donc l'aristocratie, les dandies, les prostituées, l'adultère… Barbey d'Aurevilly est un très bon conteur, sait nous tenir en haleine et nous surprendre. Il a fait le choix de traîner en longueur, faut-il encore l'apprécier. Pour ma part j'ai senti parfois que c'était trop, trop de bavardages qui peuvent me lasser. Mais c'est une époque et on le lit comme tel. Entre le rideau cramoisi, le plus bel amour de Don Juan, le bonheur dans le crime, le dessous de carte d'une partie de Whist, A un dîner d'athées et La vengeance d'une femme, ma préférence se porte sur le plus bel amour de Don Juan pour la description de cette femme et cette fille où là le faux-semblant est à son paroxysme ainsi que la perfidie, comme beaucoup dans ce recueil, mais j'ai aimé ces portraits. Je dois dire que le bonheur dans le crime m'a séduite aussi par l'aplomb de cette autre femme et l'effacement dont elle a pu faire preuve.

Des portraits brossés avec un talent littéraire indéniable, savoureux, de l'ironie (et ça j'adore !) d'une psychologie très juste mais paradoxalement assez caricaturale, ce qui est sans doute voulu. Il met en exergue les possibilités sans limites de la partie sombre des êtres, surtout des femmes évidemment, Les Diaboliques, et de l'amour sous toutes ses formes, du plus perfide au plus meurtrier et écoeurant. Des descriptions très longues, mais qui permet d'avoir des personnages fouillées autant physiquement que moralement et psychologiquement. Des énigmes, des questions en suspens. J'ai adoré ces histoires mais cela ne peut être un coup de coeur car l'approche par le bavardage n'est pas dans ce que je préfère. C'est difficile à définir, j'ai aimé sans être totalement charmée, charmée par les mots, l'histoire mais pas par l'esprit « bavard ».
Lien : http://madansedumonde.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Les titres des œuvres de Jules Barbey d'Aurevilly

Quel est le titre correct ?

Les Ensorcelés
Les Diaboliques
Les Maléfiques
Les Démoniaques

10 questions
37 lecteurs ont répondu
Thème : Jules Barbey d'AurevillyCréer un quiz sur ce livre

.. ..