AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 978B003X716VY
Éditeur : Librio, N°196 (01/01/1997)

Note moyenne : 4/5 (sur 7 notes)
Résumé :


Bel exemple d'amour conjugal !
La comtesse Serlan De Savigny, Isis noire aux yeux de diamant, majestueuse et superbe, avance, rayonnante, au bras de son mari. L'amour, la passion, le bonheur se lisent dans chacun des ses gestes...

L'autre, fille impudique, tassée dans le satin, belle à rendre fous les plus insensibles, bat sans relâche le pavé humide et gras des boulevards parisiens...

Deux femmes... Si différente... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Kenehan
  05 juillet 2019
"Le bonheur dans le crime" et "La vengeance d'une femme" sont deux nouvelles extraites d'un recueil de Jules Barbey d'Aurevilly intitulé : "Les diaboliques". Deux portraits de femmes rapportés par des hommes les ayant ponctuellement côtoyé.
La première, Hauteclaire Stassin, fut initiée dès son plus jeune âge à l'art de l'escrime, faisant d'elle une redoutable et imbattable adversaire. A la tête de la salle de son père, elle croise régulièrement le fer avec le comte de Savigny. de ces échanges d'armes va naître bien plus qu'une simple compétition sportive...
La seconde, la duchesse d'Arcos de Sierra-Leone, s'est retrouvée engagée dans un mariage sans amour entre deux puissantes maisons nobles. Pourtant l'amour, elle va le connaître et quand son époux la prend sur le fait, il ne se prive pas pour y mettre fin de la plus atroce des manières. Mais il n'a pas encore goûter à la vengeance d'une Turre-Cremata…
Je ne connaissais Barbey d'Aurevilly que de nom, et j'étais même bien incapable de le situer temporellement. En piochant régulièrement dans la collection Librio à 2€, je m'ouvre à des auteurs et des oeuvres que je n'aurais pas tenté ou retenté de prime abord. Une bonne chose car je situe désormais mieux cet auteur et j'en ai apprécié les deux textes réunis ici. L'une comme l'autre des femmes présentées dans ces nouvelles incarnent une férocité et une détermination incroyable pour obtenir ce qu'elles désirent le plus ardemment : l'amour pour l'une et la vengeance pour l'autre. Chacune d'elle prête à se damner mais certaine de son succès.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
KenehanKenehan   05 juillet 2019
Quoiqu'il ne fût pas une bégueule, ce Tressignies, ni ses amis non plus, il ne leur dit pas un seul mot de son aventure, par un sentiment de délicatesse qu'il traitait d'absurde, car la duchesse ne lui avait-elle pas demandé de raconter à tout venant son histoire, et de la faire rayonner aussi loin qu'il pourrait la faire rayonner ?... Il la garda pour lui, au contraire. Il la mit et la scella dans le coin le plus mystérieux de son être, comme on bouche un flacon de parfum très rare, dont on perdrait quelque chose en le faisant respirer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
KenehanKenehan   05 juillet 2019
Et quand l'horreur me prend dans vos bras, à tous vous autres, - car elle m'y prend toujours : je ne puis pas m'accoutumer au goût de cette fange ! - j'ai pour ressource ce bracelet, - et elle leva son bras superbe d'un mouvement tragique ; - j'ai ce cercle de feu, qui me brûle jusqu'à la moelle et que je garde à mon bras, malgré le supplice de l'y porter, pour que je ne puisse jamais oublier le bourreau d'Esteban, pour que son image excite mes transports, - ces transports d'une haine vengeresse, que les hommes sont assez bêtes et assez fats pour croire du plaisir qu'ils savent donner !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
KenehanKenehan   05 juillet 2019
Les hommes sont tous les mêmes. L'étrangeté leur déplaît, d'homme à homme, et les blesse ; mais si l'étrangeté porte des jupes, ils en raffolent.
Commenter  J’apprécie          20
KenehanKenehan   05 juillet 2019
Je la trouvais heureuse d'avoir fait de sa poitrine un tombeau vivant à l'homme qu'elle avait aimé.
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Jules Barbey d'Aurevilly (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jules Barbey d'Aurevilly
Jules Barbey d’Aurevilly 4/4 : Une lecture historienne de Barbey (France Culture / La compagnie des auteurs). Photographie de Jules Barbey d'Aurevilly vers 1860 • Crédits : Photo by Hulton Archive/Getty Images - Getty. Une émission produite par Matthieu Garrigou-Lagrange et réalisée par Laurence Millet. Diffusion sur France Culture le 18 avril 2019. “La vengeance d'une femme”, l'une des “Diaboliques” de Barbey, fait l'objet d'une lecture historienne qui nous apprend sur les pratiques de lecture et les usages sociaux de l'auteur et de la société de son époque. Judith Lyon-Caen, directrice d'études et maître de conférences à l'EHESS, spécialiste des liens entre littérature et histoire, éditrice des “Romans” de Barbey dans la collection “Quarto” en 2013, a fait paraître chez Gallimard en 2019, “La griffe du temps. Ce que l'histoire peut dire de la littérature”. Elle s'intéresse en particulier à une nouvelle issue des “Diaboliques” de Barbey : “La vengeance d'une femme”. Dans cette nouvelle, qui raconte l'histoire de la femme d'un grand d'Espagne qui veut se venger après la terrible mort de son amant sous ses yeux, les couleurs tirent vers le rouge, l'ocre, le jaune. Notre invitée entend montrer “ce que l'histoire peut dire de la littérature”, en soulignant que le texte de Barbey offre un fin feuilletage temporel, et dit quelque chose d'un passé qui parvient jusqu'à nous. Ce passé, c'est celui des pratiques sociales et des usages en vigueur à l'époque de Barbey, notamment en ce qui concerne l'histoire de la prostitution. On assiste à la création d'un topos littéraire, depuis “La Fille aux yeux d'or” de Balzac, présente en creux dans le texte aurevillien, jusqu'à la “Nana” de Zola. La complexité de la temporalité à l’œuvre chez Barbey se cristallise dans l'image d'un mystérieux bronze ancien, qui rappelle également l'histoire des images licencieuses... Il faut aussi garder en tête le vers baudelairien, qui nous dit dans le poème “Le Cygne”, au détour d'une promenade parisienne, que :
« Le vieux Paris n'est plus (la forme d'une ville Change plus vite, hélas ! que le cœur d'un mortel) »
La géographie parisienne porte l'empreinte silencieuse, le coup de “griffe” des grands travaux haussmanniens et la construction en creux d'une mémoire. À travers “La vengeance d'une femme”, l'on perçoit ainsi la construction d'une écriture romanesque lue au prisme des bouleversements historiques que connaît Barbey lui-même.
Jacques Bonnaffé termine cette semaine par un écho à Du Bellay, avec le recueil “Sans adresse” de Pierre Vinclair, qui propose des sonnets autour de l'exil du poète.
MUSIQUE GÉNÉRIQUE : “Panama”, de The Avener (Capitol) fin : “Dwaal”, de Holy Stays (Something in Construction)
MUSIQUE CHRONIQUE : “Self portrait” de Chilly Gonzales (Gentle threat)
Source : France Culture
+ Lire la suite
autres livres classés : amourVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Les titres des œuvres de Jules Barbey d'Aurevilly

Quel est le titre correct ?

Les Ensorcelés
Les Diaboliques
Les Maléfiques
Les Démoniaques

10 questions
37 lecteurs ont répondu
Thème : Jules Barbey d'AurevillyCréer un quiz sur ce livre