AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782358870719
128 pages
Éditeur : La manufacture de livres (27/03/2014)

Note moyenne : 4.05/5 (sur 11 notes)
Résumé :
«...je commençais à sentir un peu mieux ce qui empesait sa personne. Mais c'était difficile à expliquer. Un peu comme quand on tripote un marron ramassé sur un sol d’automne, qu’on le roule dans le creux de la main avec le bout de ses doigts et qu'on sent bien qu'il n'est pas seulement dur et lisse à la surface, mais aussi – et surtout, sans doute – que c'est une chose vivante. On sent qu'il y a quelque chose, dedans, qui ne demande qu'à vivre. Je veux dire qu’on se... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Bookycooky
  14 janvier 2015
"Terminus mon ange"est un petit bijou de Litterature de 119 pages,avec une très belle couverture qui annonce le ton du livre chez "La manufacture de livres".Un mini thriller avec une tension de velours.
L'histoire se passe dans un train.Un homme,une femme,assis dans un même compartiment.Ils ne se connaissent pas.L'homme porte un revolver caché sous son blouson.Leurs regards se croisent,ils finiront par se parler...un huit clos qui se déroule "slowmotion" et qu'on suit à travers le regard et les pensées de l'homme.C'est étrange,envoûtant ,profond avec un style d'écriture particulier.J'ai beaucoup aimé!
p.s.Un conseil,si vous avez l'intention de le lire, évitez de lire la quatrième de couverture et autres résumés sur internet pour pouvoir savourer l'intrigue,c'est ce que j'ai fait.
Commenter  J’apprécie          102
soleil
  15 novembre 2014
J'ai pris une claque. Une belle claque avec ce livre. J'aurais pu dire de ce roman qu'il était drôle, surtout au début. L'histoire d'un homme qui se retrouve face à une femme qui lui plait. Ils sont dans le compartiment d'un train. Elle est là, face à lui, riche de son sac à main de luxe, bien coiffée, bien maquillée, bien habillée. Lui, il pense à elle, à entamer la discussion. Puis j'aurais pu dire de ce roman que c'était un petit bijou car les remarques que se faisait cet homme étaient agréables à lire, drôles. Et arrive le moment où l'on comprend qui est l'homme. On comprend aussi que l'ange du titre du livre n'est pas cette femme. On sent que l'on commence à basculer vers autre chose avec l'arrivée du contrôleur du train. Puis avec la réaction de cette belle femme, belle jusqu'au bout des ongles....

J'ai adoré ce roman, vraiment.
J'en redemande.
Je voudrais vous obliger à le lire :-)
IL est court et se lit très vite.
----------------
Un conseil : ne pas lire la 4ème de couverture. Je ne l'ai lue qu'après avoir refermé le livre et m'en félicite. Cela donne trop d'indices. J'ai même du mal à comprendre pourquoi ils ont mis ce texte en 4ème de couverture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          73
encoredunoir
  30 mars 2014
Un homme et une femme dans le compartiment d'un train. Des regards qui s'échangent. Pour lui, qui a pour seul bagage un revolver, l'envie d'entamer la conversation. Pourquoi pas à propos de cet ongle cassé à l'index gauche de cette femme ?
C'est là le point de départ d'un court huis-clos dans lequel, à travers les pensées de l'homme, se dessinent deux histoires. Celle qu'il vit avec la femme qui partage son compartiment et la sienne qui se révèle par le biais de souvenirs fugaces, de brèves digressions. Peu à peu le tableau commence à apparaître derrières les filigranes de cette existence tandis que les deux personnages se rapprochent et que le terminus s'annonce déjà.
Court et atypique roman, Terminus Mon-Ange, relève presque autant de la romance que du roman noir même si c'est bien ce dernier qui finit par l'emporter dans d'ultimes chapitres qui voient le rythme s'accélérer en même temps que le train ralentit. Partant d'une idée simple, Lilian Bathelot construit avec une efficace sobriété une histoire qui non seulement se tient mais retient aussi le lecteur au long de 128 pages à lire d'une traite.
Qu'en restera-t-il dans quelques mois ou quelques semaines ? On ne le sait pas et c'est pour cela que l'on se gardera de qualifier ce roman d'inoubliable, mais il convient d'admettre que l'on y trouve un réel plaisir de lecture, une écriture joliment travaillée, une histoire qui sans être foncièrement originale se trouve dotée d'une réelle singularité.

Lien : http://www.encoredunoir.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          91
Distact
  12 mai 2015
Une histoire sombre bien que poétique; mais je l'ai trouvée longue à se mettre en place. Au début, on ne sait pas qui est qui, de quoi ça parle. Est-ce qu'on est dans une fiction, dans du surnaturel, il y a plein de digressions et du coup on ne sait pas si ce qui est révélé est une image poétique ou si ça démontre un pan de l'histoire. A nous de faire le tri. Il faudrait presque le relire une fois qu'on a tous les éléments en main. de plus je l'ai lu dans le cadre d'une opération visant un public jeune ( collège ) et j'ai trouvé des passages non adaptés pour cet âge.
Commenter  J’apprécie          01
Biscotte_Biscotti
  16 septembre 2017
Deux inconnus dans un train dont un braqueur en cavale accompagné de son "ange"… L'histoire défile et happe le lecteur dans une atmosphère envoutante.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
lululaberluelululaberlue   31 juillet 2017
Nos regards se croisèrent, comme deux autos sur l'autoroute. (...)
Nos regards se croisèrent par dessus les livres.
Ce n'était plus l'autoroute, cette fois. Au moment du croisement, ils ont ralenti à peine, comme quand on veut voir s'il n'y aurait pas quelqu'un qu'on connaît dans la voiture d'en face, sur une route de campagne déserte, au petit matin, quand la brume se dissipe et qu'on a dormi chez des amis qu'on aime, sous un édredon de plumes, dans une chambre qui sent un peu l'hiver, et puis non, alors on accélère. (...)
... et nos regards se sont croisés. Ou plutôt, son regard a croisé le mien, qui était posé sur elle depuis un moment déjà, un peu perdu, un peu en balade. Elle l'a compris et elle a souri, sans doute.
Ce croisement-là n'était pas un croisement rapide. A bicyclette, un soir d'été, avec des hirondelles qui volent plutôt bas.(...)
Une ride naquit au coin de ses yeux. Nos regards se croisèrent encore. Ils hésitèrent un instant, puis se soutinrent franchement, et son sourire glissa plus loin vers les tropiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
soleilsoleil   14 novembre 2014
Mystérieusement, elle dégagea alors, pour la première fois, quelque chose de réellement sympathique. Comme un marron tripoté assez longtemps pour devenir un peu tiède. Un marron tout neuf, ramassé dans la cour de récré au mois de septembre, et qu'on garde toujours au fond d'une poche, celle d'un short trop juste parce qu'on a déjà tellement grandi depuis le printemps où on l'avait acheté avec sa mère sur un étal du marché de la place Cabrol ou au Prisunic de la rue Cayrade. Alors à ce moment, ce marron-là, qu'on a caressé de ses doigts assez longtemps pour qu'il tiédisse, devient vraiment sympathique. Comme cette fille, maintenant-mais sans le moindre tripotage, évidemment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
soleilsoleil   14 novembre 2014
Elle ne sait plus. ELle est perdue. Lui non plus ne comprend pas ce qu'elle est en train de faire. Mais les doigts savent. Ses doigts à elle viennent se coller à ceux de l'homme. Puis elle lui ouvre sa main, la lui offre. Il l'enserre, trop fort. Elle répond de même. ça dure. ils se regardent. Ils se tiennent la main.
Commenter  J’apprécie          30
lululaberluelululaberlue   31 juillet 2017
Ca s'est mis à tourner comme dans les tableaux de Van Gogh, enfin, ceux qui tournent, mais ces tourbillons-là n'étaient pas écorchés, ils ne portaient aucune promesse terrible, juste d'avoir les idées qui dérapent, une valse musette où l'accordéon accroche un peu sur une fausse note à la fin des couplets, et c'est justement elle, cette note un peu fausse qui fait gonfler le bonheur dans la poitrine, on ne sait pas pourquoi, un bonheur formidable, comme s'il avait déjà sa nostalgie à l'intérieur de lui-même, la joue contre une épaule, tout est flou tout autour, et ça tourne, ça tourne, presque envie de pleurer, à chaque fois, vers la fin du couplet, quand la fausse note arrive et on sait qu'elle va encore nous écorcher le coeur, chaque fois davantage et qu'à la fin de la musique on s'embrassera, pendant mille ans peut-être, et qu'il vaudrait mille fois mieux que le monde s'arrête pile à cette seconde, bien sûr, mais non, il continue le monde, alors après, on passe à autre chose, autre chose de moins bien, toujours, et c'est tellement dommage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : huis-closVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3883 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre