AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2364741394
Éditeur : Thierry Magnier (15/09/2012)

Note moyenne : 4.17/5 (sur 46 notes)
Résumé :
Premier voyage seul pour Nelson. Et à l'étranger ! Sa correspondante Fubalys est aussi heureuse que lui de cette visite et encore plus jolie que sur les photos. Pourtant, à peine arrivé, Nelson sent qu'il vient de débarquer chez les êtres les plus étranges qui soient. Des monstres ?
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
Ziliz
  08 avril 2016
Premier voyage seul à l'étranger pour Nelson, dix ans. Deux heures de trajet, c'est pas le bout du monde : de quoi être dépaysé, mais pas trop... Il va chez sa correspondante Fubalys. Waoow comme elle est mignonne IRL, encore plus jolie que sur les photos, avec son regard « d'un vert émeraude qui n'avait pas un aussi bel éclat sur les clichés. » Il pourrait presque en tomber amoureux ! Sauf que... Finalement, non, ça peut pas coller, y a des trucs qui clochent, malgré leurs points communs...
Je reproche souvent aux ouvrages de cette collection (pleins de bonnes intentions politiquement correctes) d'être plus proches du mode de raisonnement adulte que de celui des jeunes lecteurs auxquels ils sont destinés. Celui-ci est parfait : clair, il décrit des sentiments que peut éprouver un enfant. Et la chute, surprenante et amusante, invite subtilement à s'interroger sur la notion de norme.
Commenter  J’apprécie          210
kanarmor
  08 décembre 2014
Une jolie manière d'aborder le thème de la différence. Nelson en visite chez sa correspondante qui vit dans un autre pays découvre que tous les habitants possède deux pouces et deux nombrils !...
L'histoire en forme de conte fantastique (qui me rappelle un certain épisode de la vielle série américaine "la 4e dimension") prend toute sa profondeur en se terminant de manière surprenante. .
Pour prendre du recul par rapport à ce qui est "normal", "esthétique".
A mettre entre toutes les mains (avec quatre doigts, six doigts ou simplement cinq).
Commenter  J’apprécie          170
Zakuro
  10 avril 2013
Heureux et impatient, Nelson 10 ans traverse l'estuaire afin de rencontrer pour la première fois, Fabulys sa correspondante qui habite sur l'autre rive.
A la vue de Fabulys, Nelson est captivé par ses yeux verts émeraude et son sourire jovial. Mais dès que son regard accroche les mains de Fabulys qui ont 2 pouces, elle lui apparaît "monstrueuse".
Mais pour Fabulys, ce sont les mains de Nelson qui lui apparaissent étranges et "anormales" alors très gentiment elle le rassure et l'accepte tel qu'il est.
Mais la peur de Nelson grandit car il ne comprend pas, ce n'est pas lui "le monstre".
Un roman piquant qui pose intelligemment à l'enfant le questionnement de ce qu'est la normalité, la compréhension de la différence et les attitudes induites d'acceptation ou de repli.
En ce sens, j'aime beaucoup la fin du roman qui ouvre un 3ième regard, celui de l'enfant-lecteur et une très étonnante perspective !
Commenter  J’apprécie          110
Juin
  10 mai 2015
Certains disent que c'est un livre de science-fiction... En tout cas on me l'avait présenté comme cela. Je pensais que ces correspondants qui se rencontraient, venaient de 2 planètes très éloignées.
Non en fait ce n'est que le grand estuaire qui les sépare ces deux-là, 2 heures de voyage pour une rencontre qu'ils attendent avec impatience.
Pour Fubélys aucun problème. Nelson elle l'accueille en ami.
Pour lui c'est plus délicat. Il éprouve une certaine gêne pour ces gens si étranges. Ses parents ne l'avaient pas prévenu. mais "Avant son départ, ils lui avaient avoué ne jamais avoir traversé le grand estuaire"
Un "petite poche" qui parle d 'étranger ( mais n'est-on pas toujours l'étranger de quelqu'un..) du regard sur l'autre, de la différence qui fait peur...
Une fable percutante en 43 pages qui fait mouche même si l'auteur dédramatise en le terminant par une petite pirouette.
Amusant et terrifiant. Un roman de qualité pour les jeunes lecteurs.
Commenter  J’apprécie          90
Lagagne
  17 juillet 2015
Nelson prend la première fois le bateau pour aller à la rencontre de sa jolie correspondante, Fubalys. Elle a de beaux yeux verts, un grand sourire mais ce sont ses mains qui posent soucis à Nelson : elles ont chacune deux pouces ! Nelson tente d'ignorer ce détail mais il n'y arrive pas.
Un texte très très court sur la différence, sur la question : qui est l'étranger ? c'est quoi la normalité ? le tout avec une chute bien trouvée (bien qu'évidente pour un adulte).
Commenter  J’apprécie          90

critiques presse (1)
Ricochet   30 novembre 2012
Irrésistible leçon de tolérance des différences, Les Monstres de là-bas s’empare du mode humoristique et de l’effet de surprise pour captiver le lecteur.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
sylvichasylvicha   27 octobre 2012
- Nelson, je suis si contente que tu sois là ! Tu sais, je n'ai pas tant d'amis que cela. Nous avons partagé tant de choses dans nos lettres, mais , se voir, c'est tellement mieux ! lança Fubalys en se retournant et en attrapant le garçon par les épaules.
- Oui... oui...bien sûr! bredouilla Nelson qui ne l'écoutait pas. Il ne pensait plus au joli visage constellé de taches de rousseur, ni à ce regard merveilleux qui l'avait troublé sur le quai, tout à l'heure. Il ne songeait qu'à ces deux mains "trop pleines" qui lui tenaient fermement les épaules.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LilizLiliz   11 octobre 2014
Nelson écoutait sans rien dire. Il hochait la tête en souriant, mais ne pouvait détacher son regard des mains de monsieur Griffon posées sur le volant.
Pas de doute, l'homme avait douze doigts. La même malformation à chaque main. Quatre doigts et deux pouces de chaque côté qui leur donnaient une étrange allure d'éventail.Discrètement, tout en lui souriant, le jeune garçon laissa tomber son regard sur les mains de son amie. Elle aussi avait la même malformation que son père. Douze doigts. Les mêmes éventails.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
kanarmorkanarmor   08 décembre 2014
Il ne voyait plus la ravissante fille qui lui plaisait tant à la lecture de ses lettres, mais une fille différente... Monstrueuse !
Comment avait-elle pu lui cacher de telles horreurs ? Elle qui lui racontait sa vie dans les moindres détails à Brick-City, comment avait-elle osé oublier ceux-là ? Ici vivaient des êtres horribles !
Commenter  J’apprécie          30
JangelisJangelis   20 mai 2018
1.
L'aventure commençait ici. Sur ce bateau. Il le sentait.
Commenter  J’apprécie          30
nathavhnathavh   15 novembre 2013
A dix ans, un premier voyage seul prend toujours la saveur d'un grand événement.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Hubert Ben Kemoun (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hubert  Ben Kemoun
Interview d'Hubert Ben Kemoun à propos du second tome de sa série "Piégés", chez Flammarion Jeunesse.
autres livres classés : différenceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

La fille seule dans le vestiaire des garçons

Quel est le prénom du garçon qui la harcèle?

Enzo
Barnabé
Jean-jaques
Hugo

5 questions
35 lecteurs ont répondu
Thème : La fille seule dans le vestiaire des garçons de Hubert Ben KemounCréer un quiz sur ce livre