AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253164801
Éditeur : Le Livre de Poche (02/05/2013)

Note moyenne : 3.98/5 (sur 144 notes)
Résumé :
Hiver 1944. Dans un hôpital militaire, Hans Kalterer, un ancien des services de renseignements de la SS, se remet d'une blessure par balle et s'interroge sur son avenir. Il sait que la guerre est perdue et qu'il a besoin de se racheter une conscience. Il rejoint la police criminelle de Berlin où il est chargé d'enquêter sur le meurtre d'un haut dignitaire nazi. Dans le même temps, Rupert Haas s'évade de Buchenwald à la faveur d'un raid aérien et rejoint Berlin pour ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (33) Voir plus Ajouter une critique
SZRAMOWO
  24 octobre 2018
La trajectoire de deux citoyens allemands Hans-Wilheim Kalterer, officier des services de renseignements SS et Ruprecht Haas un modeste commerçant de Berlin suit l'essor et la chute du nazisme dans leur pays.
Le premier quitte la police pour la SS en y voyant le moyen d'une ascension sociale et celui d'une amélioration de sa situation économique. Envoyé en Pologne, il cherche à minimiser aux yeux de sa femme Merit, une fervente catholique, son rôle dans la gestion des camps.
Sa crise de conscience mettra du temps à lui ouvrir les yeux et impuissant, il vivre la déliquescence de son couple sans la comprendre, incapable d'admettre la monstruosité du régime auquel il a contribué et participé.
"Mais aussi longtemps qu'il avait la possibilité de monter dans la hiérarchie, il se moquait éperdument de ce qui se passait autour de lui."
Ruprecht Haas lui, après avoir adhéré à l'idéologie nazie pour des raisons économiques et politiques "Crétin d'électeur sans cervelle de 1933, il avait détourné le regard, ne s'était intéressé à rien. Jusqu'à ce qu'il se trouve broyé lui-même sous les meules brunes. Et c'est à partir de là qu'il avait commencé à comprendre ce que cette lie entendait réellement par discipline, éducation et ordre."
Une écriture nerveuse, alternant les allers et retours entre passé et présent, nous montre à la fois l'évolution des deux personnages et la décadence du Reich empêtré dans ses mensonges pour cacher les défaites de ses troupes face à la progression inexorable des Alliés à l'Ouest et des Soviétiques à l'Est.
La vie à Berlin en 1944-1945 sous la menace permanente des bombardements alliés est décrite avec un réalisme qui résonne avec des romans comme Seul dans Berlin de Hans Fallada, les aventures de Bernie Gunther ou encore Berlin Alexanderplatz de Döblin.
Les deux personnages poursuivent leurs objectifs en dépit du chaos qui règne à Berlin. Evadé de Buchenwald, Haas revient pour se venger de ceux qui l'ont dénoncé et mené sa famille à la ruine. Kalterer veut se racheter une conduite aux yeux de sa femme et retourne dans les rangs de la police criminelle de Berlin, mais parviendra-t-il à oublier et à gommer son passé récent en Pologne dans la SS ?
Inévitablement, leurs routes finiront pr se croiser.
Traité comme un thriller, le récit des historiens Birkefeld et Hachmeister n'en est pas moins une somme dénonçant le régime nazi, ses illusions, ses mensonges et son cynisme.
Il y a notamment ce passage où l'un des personnages se récrie contre l'immigration en Allemagne et où l'on apprend que sous le Reich, le pays faisait appel à près de dix millions de travailleurs étrangers.
Les auteurs soulignent la tromperie des régimes extrémistes dont le succès et les victoires électorales sont toujours le fait des populations qui en seront les premières victimes.
Polar utile qui donne à réfléchir. Un polar comme on les aime !

Lien : http://desecrits.blog.lemond..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          312
domeva
  27 juin 2013
Dans un Berlin où chacun essaie de survivre sous les raids aériens destructeurs des alliés,une chasse à l'homme sans merci s'engage.Des scènes d'une grande violence sont décrites lors des bombardements.Le régime s'effondre.Hitler a perdu son aura auprès de son peuple,mais quelques irréductibles font régner la terreur pour sauver ce qui est déjà perdu.Un roman très fort.
Commenter  J’apprécie          340
argali
  30 juin 2012

Richard Birkefeld et Göran Hachmeister sont des historiens allemands, spécialisés dans l'Histoire culturelle et sociale du XXe siècle. Basés sur des faits rigoureux, le cadre de ce roman policier est particulièrement riche en enseignements sur les derniers jours de Berlin avant la chute. Salué par la critique allemande en 2003, lors de sa sortie, ce roman vient seulement d'être traduit en français par Georges Sturm.
Tout comme dans les récits de Kerr, Birkefeld et Hachmeister dépeignent un univers nazi corrompu, impitoyable et particulièrement minutieux dans son organisation et sa hiérarchisation, à la limite de la paranoïa. Tout le monde soupçonne tout le monde et tout le monde espionne et dénonce sans aucun état d'âme. Une manière sans doute d'appliquer la devise nazie « L'honneur dans la fidélité ».
Cette terrible période où Berlin fut pilonnée jour et nuit par les Anglais et encerclée peu à peu par les Russes voit les habitants pris au piège dans une souricière infernale. Hommes et femmes sont en proie à des doutes moraux concernant leur implication ou leur passivité pendant ces années. Certains voulaient juste croire en des jours meilleurs, d'autres se sont sentis investis d'une mission, reconnus enfin par un homme leur ayant rendu leur fierté. Ces derniers sont les pires, refusant de croire à l'inéluctable. L'absurde se mêle au pathétique, les représailles à la terreur. L'endoctrinement est terrifiant. « le führer a déclaré la guerre au peuple allemand » dira un vieil homme épuisé.
Dans ce climat hostile, cette apocalypse annoncée, une chasse à l'homme implacable s'engage. L'un cherche des réponses à ses questions et crie vengeance ; l'autre a pour mission de l'arrêter pour meurtre. Au jeu du chat et de la souris, y aura-t-il seulement un gagnant ?
La fin, finement amenée, est une bonne claque historique, instructive pour les lecteurs désireux d'en apprendre plus sur l'Histoire allemande.
Un bon polar construit autour d'une intrigue simple mais porté par un cadre historique minutieux et édifiant au sein d'une ville exsangue, aux immeubles ravagés où règne une insupportable odeur de mort et de poussière dans laquelle tentent de survivre les civils impuissants et épuisés.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
akhesa
  19 octobre 2016
Roman policier dont l'intrigue se deroule dans le cadre de l'invasion par les Russes de Berlin.Ouvrage haletant,qui ne laissa pas de repit,comme je les aime.
Bien que ce soit un roman,les descriptions sont tres réalistes;j'ai ete particulièrement choquee par les scènes de devastation suite aux raids aeriens,l'horreur pour les habitants qui ont ete obliges de se cacher dans les caves et qui ont ete obliges de mourir!
Les guerres font malheureusement beaucoup de victimes,militaires et civiles!!!
On ne se rend pas compte de ce que c'est que de vivre un bombardement;merci aux auteurs de m'avoir permis d'apprehender un ressenti,de m'avoir permis de vivre par procuration l'intensite de toutes ces horreurs
Commenter  J’apprécie          280
MissLeo
  03 juillet 2013
L'histoire :
Automne 1944. Destins croisés dans les rues de Berlin. Ruprecht Haas s'évade de Buchenwald, et part à la recherche de ceux qui l'ont dénoncé, bien décidé à venger la mort de sa femme et de son fils. Démobilisé suite à une blessure par balle, le Sturmbahnführer Hans-Wilhelm Kalterer se voit quant à lui confier par la Gestapo une enquête de la plus haute importance, suite au meurtre d'un haut fonctionnaire du régime nazi. Haas et Kalterer : deux personnalités que tout oppose a priori, dont les routes ne vont cependant pas tarder à se croiser, dans une capitale allemande au bord du chaos, où chacun lutte désormais pour sa survie, au rythme des raids aériens et des bombardements.

L'opinion de Miss Léo :
Me revoici avec (encore) un ouvrage consacré à la deuxième guerre mondiale, envisagée cette fois du point de vue allemand. J'apprécie de plus en plus de lire des romans et des témoignages évoquant la vie quotidienne des berlinois sous le régime nazi, ainsi que les répercussions de la guerre sur le peuple allemand, comme ce fut le cas avec les excellents "Histoire d'un allemand", de Sebastian Haffner, "Seul dans Berlin", de Hans Fallada ou encore la célèbre "Trilogie Berlinoise" de Philip Kerr, superbe série de romans noirs mettant en scène le détective Bernie Günther, témoin impuissant des excès du régime nazi.
Verdict : "Deux dans Berlin" est un excellent roman. Les auteurs, tous deux historiens, nous plongent au coeur d'une intrigue palpitante et admirablement construite, dans un Berlin malmené par les bombardements Alliés. le cadre historique, passionnant et très documenté, donne un aperçu assez réaliste de ce que devait être la vie dans la capitale allemande au cours de ces mois d'angoisse et de déroute. La fin de la guerre est proche, le Troisième Reich vacille sur ses bases, et les allemands doivent choisir leur camp. Faut-il continuer à soutenir le régime d'Hitler, et jeter ses dernières forces dans une ultime bataille à l'issue désespérément prévisible ? Faut-il au contraire songer à l'avenir, en renonçant à servir une cause perdue d'avance ? On ressent la lassitude et la colère de nombreux berlinois, embarqués malgré eux dans une guerre absurde par un dictateur dont beaucoup ne partagent pas l'idéologie. Gestapo, torture, dénonciations, raids aériens, pénuries en tout genre... le peuple souffre, et découvre avec incrédulité les abominations perpétrées dans les camps de concentration, qui jettent un discrédit supplémentaire sur la politique menée par Hitler et ses comparses.
J'ai aimé l'absence totale de manichéisme des personnages principaux, dont Birkefeld et Hachmeister dressent un portrait lucide et sans complaisance. Haas et Kalterer sont avant tout des êtres humains confrontés à une situation qui les dépasse, présentés avec leurs défauts et leurs imperfections. Aucun des deux n'est d'ailleurs franchement sympathique, et l'on ne peut pas dire que l'on s'attache particulièrement à l'un ou à l'autre, même si le rescapé de Buchenwald suscite inévitablement davantage de compassion de la part du lecteur. Haas a longtemps été un citoyen allemand passif, témoin indifférent de l'arrivée au pouvoir d'Hitler en 1933, avant que son arrestation et son internement en camp de concentration ne fassent de lui un virulent opposant au régime, davantage par désir de vengeance personnelle que par réelle conviction idéologique. Humilié, détruit, le coeur empli d'amertume, Haas devient après son évasion aussi violent que les nazis, et se métamorphose en impitoyable meurtrier. Il ne tue certes que des salauds, mais il est bien difficile de le soutenir dans son entreprise, il est vrai quelque peu désespérée ! Kalterer est quant à lui Nazi par confort, et se contente d'obéir aux ordres. Ce dévouement aveugle lui permet de justifier les actes les plus terribles, que ce soit sur le front ou en tant que membre de la police criminelle. Il finira cependant par être rattrapé par sa conscience, accablé par les accusations de son épouse Merit, elle-même sans illusion quant à la monstruosité de la politique hitlérienne. Les auteurs soulèvent ainsi l'intéressante question de la culpabilité et de la responsabilité des soldats et des gradés allemands, qui firent preuve de bien peu de discernement en appliquant à la lettre les consignes de leurs supérieurs hiérarchiques.
C'est une véritable lutte psychologique qui s'installe entre ces deux personnages, l'un pourchassant l'autre sans répit, dans une ambiance particulièrement étouffante. J'ai apprécié la structure du récit, construit sur une alternance de chapitres assez courts, adoptant tour à tour le point de vue de chacun des deux protagonistes. Ce choix narratif brouille les pistes, et l'on a parfois du mal à identifier le personnage concerné, celui-ci n'étant pas toujours nommé explicitement en début de chapitre. Troublant, mais intéressant ! Je pense que cela était précisément le but recherché par les auteurs : policier nazi et rescapé de Buchenwald incarnent ici deux individus totalement interchangeables, ni bons ni mauvais, embarqués dans une seule et même galère collective.
Haas et Kalterer croisent la route de nombreux personnages secondaires, d'origines sociales très variées. Commerçants juifs, résistants, hauts-fonctionnaires nazis, profiteurs de guerre, Jeunesses Hitlériennes, ouvriers ou secrétaires de la Gestapo forment une galerie très hétéroclite, dont j'ai apprécié la diversité. Tous influeront à des degrés divers sur le déroulement de l'intrigue, par ailleurs très prenante et parfaitement maîtrisée. Les péripéties s'enchaînent, et le suspense va grandissant jusqu'au dénouement, somme toute assez "logique". J'aime beaucoup la fin du roman, qui se déroule dans une ville au bord de l'Apocalypse, rendue totalement méconnaissable par l'ampleur des destructions causées par les bombardements. Birkefeld et Hachmeister nous proposent quelques images saisissantes de quartiers en ruines, peuplés d'individus hagards errant parmi les décombres fumants de leurs habitations. le dernier chapitre, très pessimiste, établit quant à lui le lien entre la fin de la Seconde Guerre Mondiale et le début de la Guerre Froide, ce qui nous rappelle que Berlin fut probablement l'une des villes européennes les moins épargnées du XXème siècle. Triste destin !
Je continuerai à suivre avec intérêt les futures publications de ce duo d'auteurs, qui nous livrent avec Deux dans Berlin un premier roman prenant et très instructif, qui m'aura tenue en haleine pendant presque cinq cents pages.
Pour résumer :
Un roman noir de facture originale, à l'arrière-plan historique très travaillé, et au suspense parfaitement maîtrisé. A lire !
Merci à Masse Critique et au Livre de Poche de m'avoir fait parvenir ce très beau roman, qui trouvera une place de choix dans ma bibliothèque.
Lien : http://leslecturesdeleo.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          91
Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
Nastie92Nastie92   19 mai 2014
Était-ce bien lui ? Venait-il de crier ? Dans un cimetière, devant la tombe de sa famille ? Ils allaient apprendre à le connaître, éprouver ce qu'il était devenu, ce qu'ils avaient fait de lui. Il essaya de mettre de l'ordre dans les noms, les visages qu'il avait en tête, mais il n'y parvenait pas. Il n'en savait pas encore assez, ignorait où ils se terraient, derrière quelles façades en ruine de cette ville à l'agonie ils se cachaient. Mais il les retrouverait, même si c'était la dernière chose qu'il ferait dans sa putain de vie. Il n'avait plus rien à perdre. Ruprecht Haas, l'épicier du coin, était mort depuis longtemps, ce n'était plus un être humain, et ce depuis bien plus longtemps qu'il ne se l'était avoué. Il en avait déjà eu le pressentiment quand la Frick lui avait parlé de la mort de sa famille. Mais ça ne lui était devenu vraiment évident qu'au moment où, avec le tranchant de cette pelle fichée dans le seau de sable, il lui avait ouvert le crâne jusqu'à ce qu'il explose avec un bruit d'air s'échappant d'une bouteille de limonade dont on a, du pouce, fait sauter le fermoir à ressort.
Il ne faisait plus partie de la communauté des humains. Il était devenu une bombe à retardement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Nastie92Nastie92   15 mai 2014
Il allait traverser une rue calme quand son regard fut attiré par un kiosque sur lequel on avait placardé un nouvel avis à la population.[...]
Il sursauta et tourna la tête en entendant approcher brusquement un individu relativement âgé portant des vêtements de travail en coutil et qui se mit à lire le communiqué par-dessus son épaule. [...]
Il se plaça à côté de lui, battit un briquet qu'il approcha de l'affiche et de sa main gantée suivit les lignes imprimées.
- Quiconque, épela-t-il à haute voix, tentera d'échapper à ses devoirs envers la communauté, et plus particulièrement par lâcheté ou intérêt personnel, devra immédiatement rendre compte de ses actes et sera jugé avec la plus extrême sévérité afin que la défaillance d'un individu ne porte pas préjudice à l'ensemble du Reich.
L'inconnu étouffa la flamme de son briquet dans sa paume, se retourna et le regarda.
- Vous savez ce que ça veut dire ?
Croyant que l'homme n'avait pas compris ce qu'il venait de lire, il s'apprêtait à lui répondre, mais celui-ci le devança :
- Pour moi, c'est parfaitement clair : le Führer vient de déclarer la guerre au peuple allemand.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Nastie92Nastie92   10 mai 2014
Tu crois vraiment qu'après tout ce qui s'est passé, il suffit de travailler dans une fabrique de savon pour avoir les mains propres ? Tu crois ça, vraiment ? Qu'il suffit de dire : tout ce que j'ai fait, c'était de la merde, mais c'est terminé, je vais refaire un travail correct, et tout sera pardonné, et oublié.
Tu crois vraiment que ça marche comme ça ?
Commenter  J’apprécie          110
YumikoYumiko   29 juin 2013
- Je ne m'occupe pas de ça, Merit, je n'ai rien à voir avec ça...
Il secouait doucement la tête.
- Vous les tuez tous. L'an passé déjà, des milliers de Juifs ont été assassinés près de Kiev. Et maintenant, c'est au tour des Juifs de Berlin.
A présent encore, il revoyait la mine effrayée de Merit, ses lèvres pincées, les larmes qui coulaient lentement sur ses joues maigres, les gestes de colère avec lesquels elle éloignait les mèches rebelles de son front. Il n'avait su que répondre.
- Et toi? Toi, tu dis que ça ne te regarde pas, que tu n'es pas concerné, que tu ne t'en es pas occupé. Tu portes des oeillères ou tu es aveugle?
- Merit, je...
Il essaya de nouveau de la toucher, mais elle le repoussa violemment.
- Si tu ne fais pas partie personnellement des tueurs, tu leur ouvres la voie et tu les couvres. Il n'y a pas d'excuses. Tu l'as dit toi-même. Tu es un rouage d'une seule et même machine. Vous favorisez ces crimes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
RoggyRoggy   08 août 2015
Ils s'étaient tous rendus coupables. Ils avaient tous été entraînés, tous avaient été inconscients, tous champions du détournement de regard. D'une manière ou d'une autre, ils étaient tous complices. Plus personne n'était capable de tracer une frontière entre culpabilité et innocence.
Commenter  J’apprécie          90
Videos de Richard Birkefeld (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Richard Birkefeld
Richard Birkefeld et Göran Hachmeister - "Deux dans Berlin" et "Des hommes de tête" .Richard Birkefeld et Göran Hachmeister vous présentent "Deux dans Berlin" et "Des hommes de tête" aux éditions le Livre de poche. Traduit de l'allemand par Georges Sturm. http://www.mollat.com/livres/birkefeld-richard-deux-dans-berlin-9782253164807.html http://www.mollat.com/livres/birkefeld-richard-des-hommes-tete-9782253178989.html Notes de Musique : Jahzzar/Servants/06 Liar. Free Music Archive.
autres livres classés : berlinVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Richard Birkefeld (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Quiz: l'Allemagne et la Littérature

Les deux frères Jacob et Whilhelm sont les auteurs de contes célèbres, quel est leur nom ?

Hoffmann
Gordon
Grimm
Marx

10 questions
250 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature allemande , guerre mondiale , allemagneCréer un quiz sur ce livre
.. ..