AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070728480
168 pages
Éditeur : Gallimard (02/02/1993)
4.36/5   11 notes
Résumé :

" La nuit, dans le Sud, quand je me lève, je sais qu'il ne s'agit ni du proche, ni du lointain, ni d'un événement m'appartenant, ni d'une vérité capable de parler, ce n'est pas une scène, ni le commencement de quelque chose. Une image, mais vaine, un instant, mais stérile, quelqu'un pour qui je ne suis rien et qui ne m'est rien - sans lien, sans début, sans but -, un point, et hors de ce point, rien, dans le monde, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
blanchenoir
  29 janvier 2016
"Je voudrais encore dire ceci : quand l'homme a vécu l'inoubliable, il s'enferme avec lui pour le regretter, ou il se met à errer pour le retrouver ; ainsi, il devient le fantôme de l'événement."
L'inoubliable, le jour et la nuit, on retrouve ici les thèmes de Blanchot, Au moment voulu...
Dans ce roman, mais s'agit-il d'un roman ?, il y a trois personnages. Pas d'histoire. Les êtres, des figures, se croisent, se parlent peu. L'essentiel se joue dans ce qui ne se voit pas, ni ne s'entend. Dans ce qui aurait pu avoir lieu mais qui est absent... le possible pénètre le réel et lui donne sa forme, une figure. Un rapport sans rapport où le sans devient avec. Rapport anonyme et profond.
Lire Blanchot, c'est éprouver la lecture autrement. C'est entrer dans un espace inconnu qui fait signe...
Parfois, la lecture à haute voix convient mieux. La voix donne les mots, les fait entendre. La parole, essentielle pour Blanchot le devient pour le lecteur. Ce texte demande une voix, et comme toujours chez Blanchot, la lenteur de la lecture.
Des notions plutôt rares sous la plume de Blanchot sont mises ici au jour : le moi, la gaieté, "la vie gaie du jour", "la fête flottante", la volonté... Mais une volonté qui ne veut pas, une volonté qui implique de tenir debout. D'être là, dans l'instant de la présence, fulgurant. Oublié ?
"L'étrangeté de la situation, c'est que je sentais bien combien elle avait dit vrai : elle s'était troublée parce que j'étais gai. Et brusquement cela me troubla à mon tour. (...). Un orage ? mais stérile, le déchaînement de la légèreté la plus frivole devenant le vertige d'un cercle avide, avide de se dérouler à l'infini. (...) La frivolité de l'image la plus gaie.Autrefois, j'avais plongé vers la vie gaie du jour, événement insitué, insaisissable."

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          166

Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
blanchenoirblanchenoir   29 janvier 2016
L'étrangeté de la situation, c'est que je sentais bien combien elle avait dit vrai : elle s'était troublée parce que j'étais gai. Et brusquement cela me troubla à mon tour. (...). Un orage ? mais stérile, le déchaînement de la légèreté la plus frivole devenant le vertige d'un cercle avide, avide de se dérouler à l'infini. (...) La frivolité de l'image la plus gaie. Autrefois, j'avais plongé vers la vie gaie du jour, événement insitué, insaisissable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
blanchenoirblanchenoir   27 janvier 2016
Assurément, le jour s'était refermé en vain sur l'illimité du jour. Quelque chose lui avait échappé, sa propre transparence, cette blancheur fascinée devenue la stupeur d'un cri, figure lisse, glaciale, farouche et effarouchée, que le vent éparpillait au hasard et rattrapait au hasard.
Commenter  J’apprécie          60
blanchenoirblanchenoir   26 janvier 2016
Ce qu'il y avait dans ce silence ? Probablement une question.
Commenter  J’apprécie          280
blanchenoirblanchenoir   24 janvier 2016
Le temps avait passé, et pourtant il n'était pas passé ; c'était là une vérité que je n'aurais pas dû avoir le désir de mettre en ma présence.
Commenter  J’apprécie          90
blanchenoirblanchenoir   27 janvier 2016
Était-ce possible ? Elle croyait vivre et déjà la fraude était dans sa bouche ?
Commenter  J’apprécie          140

Videos de Maurice Blanchot (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Maurice Blanchot
Leslie Kaplan L'excès-L'usine éditions P.O.L: où Leslie Kaplan tente de se souvenir comment a été publié "L'excès-L'usine" en 1982 aux éditions P.O.L/Hachette, puis ré-édité aux éditions P.O.L en 1987, et où il est notamment question de Paul Otchakovsky-Laurens, de Maurice Blanchot et de Marguerite Duras, à l'occasion de la parution en 2018 de Mai 68, le chaos peut être un chantier, à Paris avril 2018 "L?excès-l?usine montre de face l?usine, le travail à l?usine et le devenir de ceux qui y vivent, leur enfermement dans cet espace immense, dans « la grande usine univers », infini en morceaux. L?usine est vécue au féminin, ce qui rend son impersonnalité d?autant plus impersonnelle (le « je » cède la place au « on ») et le « cela » vécu dans l?usine dépasse, excède tous les mots qui pourraient le décrire, ces mots sont en trop."
+ Lire la suite
autres livres classés : écriture blancheVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1162 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre