AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070297863
180 pages
Éditeur : Gallimard (20/01/1978)
3.83/5   76 notes
Résumé :
"Expérience intérieure", paradoxalement nommée, puisqu'elle culmine dans une fusion de l'intérieur et de l'extérieur, du sujet et de l'objet, l'inconnu comme "objet" communiquant en elle avec un "sujet" abandonné au non-savoir, Bataille en décrit ainsi le mouvement : "c'est jouer l'homme ivre, titubant, qui, de fil en aiguille, prend sa bougie pour lui-même, la souffle, et criant de peur, à la fin, se prend pour la nuit".
L'itinéraire profondément désordonné ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
alzaia
  10 février 2016

Toujours la même impression pour moi à lire Georges Bataille, c'est un passage "d'évidences", je veux dire il ne passe pas en force, il ne cherche pas le combat avec d'autres dires, il est l'expérience même; à partir de cette manière de se vivre, comme appartenant à une communauté de l'expérience, loin des mots qui éloignent de l'inconnu pur, il déroule et inscrit, sans projet "l'opposition à l'idée de projet est si nécessaire en moi", dans ce livre, ces ressentis, intuitions, certitudes... "Ce livre est le récit d'un désespoir"; c'est une écriture forte, délogeante... Qui mériterait des qualificatifs tellement plus lyriques et emportés pour en parler... on peut se consoler en pensant à l'importance du silence pour cet "auteur" qui me semble tellement à part...
Commenter  J’apprécie          252
Enroute
  11 juillet 2018
Très beau texte qui donne de la valeur à l'être humain dans sa capacité méditative et sa liberté absolue à déterminer son degré de projection dans le monde, voire à faire tourner le monde autour de lui. L'expression est cependant ardue et parfois trop personnelle, voire commisérative, si bien que j'ai ressenti un peu de gêne à certains passages. Mais il est certain que des textes comme ceux-ci élèvent la pensée et la valeur que l'on oublie d'accorder à la personne humaine et que l'on se doit pourtant de lui accorder, sauf à se nier soi-même. C'est à mon sens dans cette voie qu'il faut trouver des relais pour l'organisation du monde à venir.
Commenter  J’apprécie          61
CarlmariaB
  18 août 2018
A tête reposée
Commenter  J’apprécie          31
VACHARDTUAPIED
  01 avril 2013
La lecture de ce livre m'a paru difficile......
Commenter  J’apprécie          10
EleaSicre
  12 mai 2017
à relire...
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (85) Voir plus Ajouter une citation
alzaiaalzaia   20 février 2016
Je ne puis, revenant en arrière, si je refais ce chemin que l'homme a fait à la recherche de soi-même (de sa gloire), qu'être saisi d'un mouvement fort et débordant - qui se chante. Je m'en veux quelque fois de laisser le sentiment de l'existence souffreteuse. La déchirure est l'expression de la richesse. L'homme fade et faible en est incapable.

Que tout soit suspendu, impossible, invivable... je n'en ai cure! Manquerais-je à ce point de souffle ?

Convier toutes les pentes de l'homme en un point, tous les possibles qu'il est, en tirer en même temps les accords et les heurts violents, ne plus laisser au dehors le rire déchirant la trame (l'étoffe) dont l'homme est fait, au contraire se savoir assuré d'insignifiance tant que la pensée n'est pas elle-même ce profond déchirement de l'étoffe et de son objet -l'être lui-même- l'étoffe déchirée (Nietzsche avait dit : "regarder comme faux ce qui n'a pas fait rire au moins une fois"(...), en cela mes efforts recommencent et défont la Phénoménologie de Hegel. La construction de Hegel est une philosophie du travail, du "projet". L'homme Hégélien - Être et Dieu- s'accomplit, s'achève dans l'adéquation du projet. L'ipse devant devenir tout n'échoue pas, ne devient pas comique, insuffisant, mais le particulier, l'esclave engagé dans les voies du travail, accède après bien des méandres au sommet de l'universel. Le seul achoppement de cette manière de voir (d'une profondeur inégalée d'ailleurs, en quelque sorte inaccessible) est ce qui dans l'homme est irréductible au projet : l'existence non discursive, le rire, l'extase, qui lient -en dernier lieur - l'homme à la négation du projet qu'il est pourtant - l'homme s'abîme en dernier dans un effacement total de ce qu'il est, de toute affirmation humaine. Tel serait le passage aisé de la philosophie du travail - hégélienne et profane - à la philosophie sacrée, que le "supplice" exprime, mais qui suppose une philosophie de la communication, plus accessible.

Je conçois mal que la "sagesse" -la science- se lie à l'existence inerte. L'existence est tumulte qui se chante, où fièvre et déchirures se lient à l'ivresse. L'affaissement hégélien, le caractère achevé profane, d'une philosophie dont le mouvement était le principe, tiennent au rejet, dans la vie de Hegel, de tout ce qui pouvait sembler ivresse sacrée. Non que Hegel eut "tort" d'écarter les concessions molles auxquelles des esprits vagues eurent recours de son temps. Mais à confondre l'existence et le travail (la pensée discursive, le projet), il réduit le monde au profane : il nie le monde sacré (la communication)

Quand l'orage que j'ai dit se fut calmé, ma vie connut un temps de moindre dépression. Je ne sais si cette crise acheva de fixer mes démarches, mais dès lors elles avaient un objet premier. Avec une conscience claire, je me vouai à la conquête d'un bien inaccessible, d'un "graal", d'un miroir où se refléteraient, jusqu'à l'extrémité de la lumière, les vertiges j'avais eus.

Je ne lui donnai pas de nom tout d'abord. D'ailleurs je m'égarai bêtement (peu importe). Ce qui compte à mes yeux : justifier ma sottise (et non moins celle des autres), ma vanité immense... Si j'ai vaticiné, mieux encore, je m'inscris légèrement pour cela. Entre les droits qu'il revendique, l'homme oublie celui d'être bête; il l'est nécessairement, mais sans droit et se voit contraint de dissimuler. Je m'en voudrais de rien vouloir cacher.

Ma recherche eut d'abord un objet double : le sacré, puis l'extase. J'écrivis ce qui suit comme un prélude à cette recherche et ne la menai vraiment que plus tard. J'insiste sur ce point qu'un sentiment d'insoutenable vanité est le fond de tout ceci (comme l'humilité l'est de l'expérience chrétienne)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ZappatisteZappatiste   04 janvier 2021
L’angoisse, évidemment, ne s’apprend pas. On la provoquerait ? c’est possible : je n’y crois guère. On peut en agiter la lie… Si quelqu’un avoue de l’angoisse, il faut montrer le néant de ses raisons. Il imagine l’issue de ses tourments : s’il avait plus d’argent, une femme, une autre vie… La niaiserie de l’angoisse est infinie. Au lieu d’aller à la profondeur de son angoisse, l’anxieux babille, se dégrade et fuit. Pourtant l’angoisse était sa chance : il fut choisi dans la mesure de ses pressentiments. Mais quel gâchis s’il élude : il souffre autant et s’humilie, il devient bête, faux, superficiel. L’angoisse éludée fait d’un homme un jésuite agité, mais à vide. [...]
Oubli de tout. Profonde descente dans la nuit de l’existence. Supplication infinie de l’ignorance, se noyer d’angoisse. Se glisser au-dessus de l’abîme et dans l’obscurité achevée en éprouver l’horreur. Trembler, désespérer, dans le froid de la solitude, dans le silence éternel de l’homme (sottise de toute phrase, illusoires réponses des phrases, seul le silence insensé de la nuit répond). [...]
Sentiment de complicité dans : le désespoir, la folie, l’amour, la supplication. Joie inhumaine, échevelée, de la communication, car désespoir, folie, amour, pas un point de l’espace vide qui ne soit désespoir, folie, amour et encore : rire, vertige, nausée, perte de soi jusqu’à la mort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          62
VACHARDTUAPIEDVACHARDTUAPIED   01 avril 2013
Le mot silence est encore un bruit, parler est en soi-même imaginer connaître, et pour ne plus connaître, il faudrait ne plus parler. Le sable eût-il laissé mes yeux s'ouvrir, j'ai parlé : les mots qui ne servent qu'à fuir, quand j'ai cessé de fuir me ramènent à la fuite. Mes yeux se sont ouverts, c'est vrai, mais il aurait fallu ne pas le dire, demeurer figé comme une bête. J'ai voulu parler, et, comme si les paroles portaient la pesanteur de mille sommeils, doucement comme semblant de ne pas voir, mes yeux se sont fermés. C'est par une "intime cessation de toute opération intellectuelle" que l'esprit est mis à nu. Sinon, le discours le maintient dans son petit tassement. Le discours, s'il le veut, peut souffler la tempête, quelque effort que je fasse, au coin du feu le vent ne peut glacer. La différence entre expérience intérieure et philosophie réside principalement en ce que, dans l'expérience, l'énoncé n'est rien, sinon un moyen et même, autant qu'un moyen, un obstacle ; ce qui compte n'est plus l'énoncé du vent, c'est le vent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
alzaiaalzaia   10 février 2016
Pourquoi continuer à nous jouer nous-mêmes? Conduit par un instinct aveugle, le poète sent qu'il s'éloigne lentement des autres. Plus il entre dans les secrets "qui sont ceux des autres comme les siens" et plus il se sépare, plus il est seul. Sa solitude au fond de lui recommence le monde, mais ne le recommence que pour lui seul. Le poète, emporté trop loin, triomphe de son angoisse, mais non de celle des autres. Il ne peut être détourné d'un destin qui l'absorbe, loin duquel il dépérirait. Il lui faut s'en aller toujours un peu plus loin, c'est là son seul pays. Nul ne peut le guérir de n'être pas la foule.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
alzaiaalzaia   10 février 2016
Même des esprits simples sentirent obscurément que Rimbaud recula le possible de la poésie en l'abandonnant, en faisant le sacrifice achevé, sans équivoque, sans réserve. (...) Mais ces esprits ne pouvaient ne pouvaient suivre Rimbaud : ils ne pouvaient que l'admirer, Rimbaud par sa fuite ayant, en même temps que reculé le possible pour lui-même, supprimé ce possible pour les autres. Du fait qu'ils n'admiraient Rimbaud que pour la poésie, les uns continuèrent de jouir de la poésie ou d'écrire, mais avec une mauvaise conscience; les autres s'enfermèrent dans un chaos d'inconséquences où ils se complurent (...) Et comme il arrive souvent, "les uns et les autres" réunis - à de nombreux exemplaires, chaque fois sous une forme différente - en une seule personne, composèrent un type d'existence défini. La mauvaise conscience pouvait tout à coup se traduire en attitude humble, puérile même, mais sur un autre plan que celui de l'art, le plan social. Dans le monde de la littérature - ou de la peinture - à la condition d'observer certaines règles de malséances, on revint à des habitudes où l'abus (l'exploitation) fut difficile à distinguer de la réserve des meilleurs. Je ne veux rien dire d'hostile mais seulement que rien ne resta, ou presque, de la contestation sans phrase de Rimbaud.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Georges Bataille (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Georges Bataille

Qui êtes-vous - Georges Bataille - La Mutilation sacrificielle et l'oreille coupée.m4v
>Philosophie et disciplines connexes>Les divers systèmes philosophiques>Autres systèmes et doctrines philosophiques (29)
autres livres classés : philosophieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

C'est mon quiz, mon Bataille, fallait pas qu'il s'en aille !

Ce qui est écrit est écrit, mais je ne comprendrai jamais pourquoi Georges en a fait toute une histoire :

L'oeil
Le sang

10 questions
16 lecteurs ont répondu
Thème : Georges BatailleCréer un quiz sur ce livre