AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782253026655
Éditeur : Le Livre de Poche (31/01/1996)
3/5   22 notes
Résumé :
En 1885, l'Indochine est encore une terre inconnue, imprévisible, viennent de s'y aventurer. Tandis que la conquête progresse au rythme d'une armée mal faite pour cette jungle infernale, un jeune colonel, issu d'une grande famille de l'aristocratie, se porte volontaire pour diriger une manœuvre de diversion sur les confins de la Chine, en pays, méo. II lui faut livrer bataille aux sanguinaires Pavillons-Noirs qui tiennent la région et retarder l'avance d'une colonne... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Nepse
  12 septembre 2013
Un peu surprenant. Très cru, mais venant de monsieur Bodard, on ne peut s'en offusquer.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   22 juin 2016
Une guerre, c'est quand même de la dépense, et il va essayer de l'éviter, tout en tâchant de s'approprier notre « boue noire » pour pas cher. Il va employer tous les moyens, en nous ébranlant par la crainte et en nous amadouant par la douceur. Tromperies, vieilles ruses, je les connais toutes.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   22 juin 2016
Pauvres soldats abandonnés à la stupidité des généraux; ces chefs glorieux, respectés, couverts de cicatrices et de décorations, entourés d'étiquette, ont la jugeote lente. Ils ne savent pas que cette guerre-là a ses lois : ils ne veulent pas les reconnaître. Il leur a fallu du temps, pour simplement s'apercevoir que, dans la jungle, les unités ne peuvent se déployer noblement, afin de livrer des batailles à la Napoléon! Ils ne comprennent rien : ils ne conçoivent la forêt vierge – quand elle n'est pas trouée par d'antiques chemins parfois dallés – que comme un bloc, ou comme une muraille. Dérision, car la sylve est une passoire, pour ceux qui la connaissent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   22 juin 2016
Dans l'Asie des rites et des étiquettes, eux n'ont que le sens de la joie : l'amour, tous les plaisirs de l'amour, les danses frénétiques, les musiques forcenées. Leur travail : l'artisanat de leurs bijoux et de leurs étoffes, les soins tendres donnés aux frêles pavots, la culture d'un peu de riz gluant des montagnes, celui qu'il suffit de semer à la volée pour qu'il pousse. Les fêtes se succèdent, orgies, énormes grossièretés de la cour faite aux filles consentantes, grasses jovialités mêlées aux incantations des sorciers et des sorcières.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   22 juin 2016
On a commencé par des légèretés, y allant à l'aveuglette, sans savoir ce qu'on voulait; une suite de défis imprudents et de reculs stupides. Il en résultait des catastrophes, que l'on appelait des « pépins ». Morts, milliers de morts... Alors les généraux, puisque c'était leur métier – têtus comme ils savent l'être, avec une bêtise obtuse : la grande qualité martiale encore plus que le panache –, ont poursuivi leurs opérations en dépit du bon sens, jusqu'à crever eux-mêmes, parfois, en tout jusqu'à faire crever leurs hommes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   22 juin 2016
Savoir lire sur les faces jaunes, y deviner la perfidie et la complicité, lire aussi la nature, qui n'est plus une masse impénétrable mais un écheveau à dévider. En somme essayer de profiter de tout, des êtres comme des choses de la forêt. Par tous les moyens, jour après jour, nuit après nuit; dans cette exaltation de la peur, celle qui ressemble à l'amour. Un oubli, un réflexe tardif, et c'est bientôt être de la chair en charpie. Pour cela, il faut le don, une démence divinatoire, une sensualité exacerbée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Lucien Bodard (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lucien Bodard
Jacqueline Duhême Une vie (extraits) conversation avec Jacqueline Duhême à la Maison des artistes de Nogent-sur-Marne le 8 février 2020 et où il est notamment question d'une mère libraire à Neuilly, de Jacques Prévert et de Henri Matisse, de Paul Eluard et de Grain d'aile, de Maurice Girodias et d'Henri Miller, de Maurice Druon et de Miguel-Angel Asturias, de dessins, de reportages dessinés et de crobards, d'Hélène Lazareff et du journal Elle, de Jacqueline Laurent et de Jacqueline Kennedy, de Marie Cardinale et de Lucien Bodard, de Charles de Gaulle et du voyage du pape en Terre Sainte, de "Tistou les pouces verts" et de "Ma vie en crobards", de Pierre Marchand et des éditions Gallimard, d'amour et de rencontres -
"Ce que j'avais à faire, je l'ai fait de mon mieux. le reste est peu de chose." (Henri Matisse ). "Je ne sais en quel temps c'était, je confonds toujours l'enfance et l'Eden – comme je mêle la mort à la vie – un pont de douceur les relie." (Miguel Angel Asturias)
+ Lire la suite
autres livres classés : indochineVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Classiques en Chine

Hymne aux femmes de toute condition dans une société féodale, ce chef d'oeuvre de la littérature classique chinoise fait évoluer plus de 400 personnages. De quel roman s'agit-il ?

L'histoire des trois Royaumes
La Cité des femmes
Epouses et Concubines
Le rêve dans le pavillon rouge

10 questions
81 lecteurs ont répondu
Thèmes : chine , littérature chinoise , culture chinoiseCréer un quiz sur ce livre